Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ici :

  • : Poésie Littérature Ecriture Chanson poétique
  • Poésie Littérature Ecriture Chanson poétique
  • : mes poésies et petits textes, mes coups de coeur : livres, poésies, chansons poétiques, artistes divers...
  • Contact

some words :

"Le poète est un archer qui tire dans le noir." - Salah Stétié -
"Soyez un écrivain mineur, cela vous rajeunira." 
Dominique Noguez

"Cette femme était si belle
Qu'elle me faisait peur."
 Guillaume Apollinaire

"In a place far away from anyone or anywhere, I drifted off for a moment." -- Haruki Murakami --


"Être poète n'est pas une ambition que j'ai. C'est ma façon à moi d'être seul."   -- Fernando Pessoa --

"Ca va tellement mal aujourd'hui que je vais écrire un poème. Je m'en fiche ; n'importe quel poème, ce poème." -- Richard Brautigan --

"J'écris à cause du feu dans ma tête et de la mort qu'il faut nier."
Jacques Bertin

"O mon passé d'enfance,
pantin qu'on m'a cassé."
Fernando Pessoa


« La mort c’est l’infini des plaines
et la vie la fuite des collines. »
Joseph Brodsky

Certaines choses

Nous entourent « et les voir

Equivaut à se connaître »

George Oppen



" LA GRANDE FORCE EST LE DESIR "
(Guillaume Apollinaire)



"Quand je dis « je », je désigne par là une chose absolument unique,
à ne pas confondre avec une autre."
Ugo Betti

"Le sens trop précis
rature
ta vague littérature"
Stéphane Mallarmé


" Je ne suis pas moi ni un autre

Je suis quelque chose d’intermédiaire :
Un pilier du pont d’ennui
qui s’étend de moi vers l’autre. "
Mario de Sa-Carneiro
I-love-reading
livres et lagaffe

Recherche

B o n j o u r !

-- je vous souhaite un bon passage... --


"Mais rien de cette nature n'est définitivement acquis. Comme une eau, le monde vous traverse et pour un temps vous prête ses couleurs. Puis se retire, et vous replace devant ce vide qu'on porte en soi, devant cette espèce d'insuffisance centrale de l'âme qu'il faut bien apprendre à côtoyer, à combattre, et qui, paradoxalement est peut-être notre moteur le plus sûr."  Nicolas Bouvier

« La poésie vient vers nous, on ne sait d’où, et elle nous quitte, allant vers on ne sait quel au-delà. Mais en passant, elle nous laisse des mots et elle nous fait des signes dont l’interprétation est inépuisable. » Gabriel Bounoure

" Avec tes défauts. Pas de hâte. Ne va pas à la légère les corriger. Qu'irais tu mettre à la place ? " Henri Michaux


écrivez moi si vous le souhaitez :    

Soyez indulgent, je ne suis qu'un petit écrivaillon tentant d'écrivasser

Mai 2008 : "L'apéritif de la neige"
est "paru"

Si vous êtes intéressé : laissez moi un message
(133 pages de poèmes et textes poétiques, pour la plupart ici sur mon blog)

"Le meilleur choix de poèmes est celui que l'on fait pour soi." Paul Eluard

"Savoir que nous ignorons tant de choses suffit à mon bonheur." George Oppen

______________________________________________

 

28 février 2006 2 28 /02 /février /2006 14:14
clairement on avance
silen   cieu   sement
pas feutrés sous les étoiles
l'herbe moussue et dérangée calmement
on avance sans compter
abandonné des autres et seul
herbe moussue et froide
et puis c'est la porte ouverte ou éclairée
point de repère
la mort est là
assise de biais
en travers
aux lèvres
un sourire malheureux et résigné

Partager cet article

Repost 0
Published by the very famous french peterpan - dans petits "poèmes"
commenter cet article

commentaires

Philippe C. et Régis L. 06/03/2006 22:19

- Nous traiter de crétins ? Nous ?
- Y en a qu’ont essayé.
- Ouais, y en a.
- Ils ont eu des problèmes...
- Cela dit...
- C’est vous qui voyez...
- Mais ils ont eu des problèmes...

Général Hiver 06/03/2006 22:17

Monsieur,
Seul l’abus d’alcool de riz (ou de betterave ?), dont vous êtes manifestement coutumier, peut expliquer l’inconséquence de vos écarts de langage. Le vieux soldat que je suis, qui vient encore ces derniers jours de remporter quelques belles victoires en de nombreux points du territoire, se gardera bien de descendre à votre niveau pour vous répondre. Tout juste fera-t-il remarquer que vous semblez fréquenter une région qui, mises à part quelques rares escarmouches, est bien à l’abri des assauts de mes troupes.
Monsieur, en d’autres termes, vous êtes un planqué.
Je ne vous salue pas.

frenchpeterpan 06/03/2006 13:17

ah ! heureusement que les amis d'enfance sont là pour faire les crétins
merci à eux (à toi) el marco

Capitaine Crochet 05/03/2006 16:07

Bande de poules mouillées ! Je vais vous dire, moi, ce que vous avez : vous avez peur ! La trouille ! Moi, je n’ai peur de rien, et c’est sabre au clair, que je l’attendrai, l’Ami Qui Vous Voulez. Mais pas avant que je n’ai réglé son compte à ce sale gamin insolent, ça non ! Peur de rien !
C’est quoi, ce bruit ? Non, là, je suis sérieux... Ce bruit ? On dirait un réveil... Il... il ne peut tout de même pas m’avoir suivi ? Pas jusqu’ici ? Non, mais vraiment, ça ressemble à un réveil... Bon, je ne peux pas rester plus longtemps aujourd’hui... Une affaire urgente. Mais je reviendrai.
Vive la Flibuste !

Philippe C. et Régis L. 05/03/2006 16:04

Nous, on préfère l’Ami Ricoré.

Général Hiver 05/03/2006 16:00

“- Frend Hein befindet sich im Vorzimmer.
- Ich bin bereit... Ich lasse den Herrn bitten.”

En français, la mort est femme. En allemand, ce néant ultime est masculin : Freund Hein. Le Camarade Camarde, aurait peut-être dit Brassens s’il avait été teuton ? Au terme de sa vie, Hindenburg demandait de temps en temps à son médecin où se trouvait l’Ami Hein. Et se voyait répondre, avec la progression du temps et de sa faiblesse : devant la maison, dans la maison, dans l’antichambre... Le français veut bien s’endormir pour de bon (puisqu’il n’a pas le choix), mais à condition que ce soit dans des bras maternants. L’Allemand veut bien quitter ce monde pour de bon (puisque ce sont les ordres), mais à condition que ce soit dans les pas d’un camarade digne de confiance. Ich hatt’ einen Kameraden...

Pages