Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ici :

  • : Poésie Littérature Ecriture Chanson poétique
  • Poésie Littérature Ecriture Chanson poétique
  • : mes poésies et petits textes, mes coups de coeur : livres, poésies, chansons poétiques, artistes divers...
  • Contact

some words :

"Le poète est un archer qui tire dans le noir." - Salah Stétié -
"Soyez un écrivain mineur, cela vous rajeunira." 
Dominique Noguez

"Cette femme était si belle
Qu'elle me faisait peur."
 Guillaume Apollinaire

"In a place far away from anyone or anywhere, I drifted off for a moment." -- Haruki Murakami --


"Être poète n'est pas une ambition que j'ai. C'est ma façon à moi d'être seul."   -- Fernando Pessoa --

"Ca va tellement mal aujourd'hui que je vais écrire un poème. Je m'en fiche ; n'importe quel poème, ce poème." -- Richard Brautigan --

"J'écris à cause du feu dans ma tête et de la mort qu'il faut nier."
Jacques Bertin

"O mon passé d'enfance,
pantin qu'on m'a cassé."
Fernando Pessoa


« La mort c’est l’infini des plaines
et la vie la fuite des collines. »
Joseph Brodsky

Certaines choses

Nous entourent « et les voir

Equivaut à se connaître »

George Oppen



" LA GRANDE FORCE EST LE DESIR "
(Guillaume Apollinaire)



"Quand je dis « je », je désigne par là une chose absolument unique,
à ne pas confondre avec une autre."
Ugo Betti

"Le sens trop précis
rature
ta vague littérature"
Stéphane Mallarmé


" Je ne suis pas moi ni un autre

Je suis quelque chose d’intermédiaire :
Un pilier du pont d’ennui
qui s’étend de moi vers l’autre. "
Mario de Sa-Carneiro
I-love-reading
livres et lagaffe

Recherche

B o n j o u r !

-- je vous souhaite un bon passage... --


"Mais rien de cette nature n'est définitivement acquis. Comme une eau, le monde vous traverse et pour un temps vous prête ses couleurs. Puis se retire, et vous replace devant ce vide qu'on porte en soi, devant cette espèce d'insuffisance centrale de l'âme qu'il faut bien apprendre à côtoyer, à combattre, et qui, paradoxalement est peut-être notre moteur le plus sûr."  Nicolas Bouvier

« La poésie vient vers nous, on ne sait d’où, et elle nous quitte, allant vers on ne sait quel au-delà. Mais en passant, elle nous laisse des mots et elle nous fait des signes dont l’interprétation est inépuisable. » Gabriel Bounoure

" Avec tes défauts. Pas de hâte. Ne va pas à la légère les corriger. Qu'irais tu mettre à la place ? " Henri Michaux


écrivez moi si vous le souhaitez :    

Soyez indulgent, je ne suis qu'un petit écrivaillon tentant d'écrivasser

Mai 2008 : "L'apéritif de la neige"
est "paru"

Si vous êtes intéressé : laissez moi un message
(133 pages de poèmes et textes poétiques, pour la plupart ici sur mon blog)

"Le meilleur choix de poèmes est celui que l'on fait pour soi." Paul Eluard

"Savoir que nous ignorons tant de choses suffit à mon bonheur." George Oppen

______________________________________________

 

23 juillet 2012 1 23 /07 /juillet /2012 10:06
    premiers nylons


Petit garçon, j'accompagnais souvent ma mère pour aller au centre ville y faire des courses. Une large avenue coupait la cité sur des kilomètres, les coureurs de Bordeaux Paris passaient par là chaque année le dimanche matin et toujours je me disais que cette très longue ligne droite devait être pour eux fort démoralisante, même en étant abrités par ces petites motos si pittoresques qui n'existent plus maintenant. Je me rappelle encore ces gros bonhommes tournant nonchalamment leurs jambes sur leur vélo à moteur, protégeant du vent les frêles athlètes qui les suivaient. C'était un temps où les champions sportifs étaient un peu fous et pleins d'orgueil.

    Pour moi c'était bien long l'arrivée en centre ville et de nombreux magasins et boutiques bordaient l'avenue principale. Il y avait le "paradis des enfants", où régulièrement j'achetais un ou deux coureurs cyclistes afin de compléter ma collection. Pas très loin du "paradis des enfants" en face, à l'angle d'une petite placette avec église se trouvait un magasin de chaussettes, bas et collants. Dans la vitrine, de nombreuses jambes de femmes étaient là amputées, isolées ou par deux avec le bassin. Enfant, ces morceaux de corps me traumatisaient. Souvent les jambes étaient à l'envers, le pied tendu en l'air. Sur chacune de ces fines jambes était enfilé un bas, noir ou blanc, soie ou nylon, résille rarement, plutôt des motifs simples ; les collants couleur chair étaient fréquents. Enfant, ces jambes-là m'attiraient déjà bien plus que les photos de sous-vêtements féminins que je pouvais voir dans quelques magazines et je passais régulièrement devant cette boutique jetant un coup d'œil un peu coupable, puis traversant, ravi, l'avenue vers le "paradis des enfants".
    Un jour ma mère entra dans cette boutique avec moi pour acheter des collants classiques couleur chair ; je ne crois pas avoir vu ma mère en mettre d'autres. J'étais là intimidé car dans le magasin, c'était encore mieux : des affiches et photos aux murs et d'autres jambes décoraient l'intérieur. Cela me troublait beaucoup. Ma mère hésitait entre telle ou telle couleur que je trouvais quant à moi très proches, couleur chamois, chair ou saumon, de ces teintes si communes. Nous étions là quand soudain le vendeur - un homme - fit quelque chose dont je me souviens encore aujourd'hui. Subitement il entra sa main dans un collant, écarta les doigts et fit jouer les mailles, tour à tour, il ouvrait puis fermait sa main pour enfin montrer son poing fermé, sa peau recouverte du textile puis se dirigeant vers une fenêtre montrant ainsi la teinte du collant à la lumière du jour. Enfin ma mère se décida et acheta deux paires de collants de la même couleur.

    Aujourd'hui bien longtemps après j'ai encore en moi le souvenir brutal de cette main d'homme pénétrant ce collant, comme une main voleuse ou violeuse caressant la peau de ma mère. Depuis cette histoire, je garde une émotion particulière lorsque j'observe dans les vitrines des jambes féminines gainées, les bas et collants aujourd'hui sont encore plus attirants que ceux d'autrefois ; de même je profite de mes errances dans les rues pour jeter un coup d'œil rapide mais intéressé sur toutes ces jeunes femmes marchant en robe, ou en jupe, robes courtes ou minijupes et qui ont habillé leurs jambes. Toutes textures et toutes couleurs m'intéressent. J'entends presque le bruit de l'acrylique : une espèce de crissement très particulier que je trouve très sensuel et attirant. Ce bruit aussi très singulier que fait une main d'homme caressant et re-caressant des jambes habillées, quel plaisir de passer ses doigts sur ce tissu synthétique, passer juste le haut des doigts comme en effleurant, sentir les ongles qui crochent, les mailles élastiques, c'est pour moi un délice. Et ce fut bien à mon adolescence mes premiers plaisirs érotiques. Et la découverte réelle d'un autre sexe, très différent du mien, ma véritable altérité.

Partager cet article

Repost 0
Published by the very famous french peterpan - dans mes courtes nouvelles et textes
commenter cet article

commentaires

murielletrans 03/01/2017 18:28

comme moi lorsque j'ai accidentellement posé ma main sur un bas de ma tante alors que papa freinait quel révélation que de sentir un bas nylon dans sa main de petit garçon et puis cette attache que je découvrais ! une jarretelle que c'est mimi du coup j’ai volé des bas et un corset a ma petite tante pour les porter depuis je suis devenue une trans et je porte des bas de jour comme de nuit en corset ou guêpière je suis devenue une folle de bas en nylon et c’est très bien
murielle trans

peter 17/02/2013 19:24


nous sommes donc au moins 2 :)


merci de votre passage

David 17/02/2013 16:12


Le texte est très joliment écrit.


J'ai moi-mêmela réminiscence de souvenirs de ma maman achetant des collants dans des boutiques spécialisées.Et j'obsevais, bouche-bée, la présentation du ou des collants par les vendeuses, ces
dernières sortant le collant de leur pochette pour mieux examiner la finesse et la teinte du sous-vêtement.Mes premiers émois sexuels datent aussi de ces moments là.Et c'est du bonheur !!

JLG 23/07/2006 21:37

J'aime ces souvenirs
véritable seconde peau
forgeant
le désir

le bateleur 20/07/2006 00:11

Il y a des souvenirs qui collent à la peau ...

frenchpeterpan 15/03/2006 08:37

une bonne amie m'a dit que ce texte lui faisait penser au jour où brutalement les jeunes enfants découvrent que leurs parents sont sexués, c'est peut-être assez juste...

ClaudeL 15/03/2006 00:22

Eros et Thanatos soufflent un vent qui fait défiler de petits et grands nuages chargés de souvenirs, de désirs précédant la quête, la découverte et - peut être - la folle envie de revenir à l'interrogation .

Pages