Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ici :

  • : Poésie Littérature Ecriture Chanson poétique
  • Poésie Littérature Ecriture Chanson poétique
  • : mes poésies et petits textes, mes coups de coeur : livres, poésies, chansons poétiques, artistes divers...
  • Contact

some words :

"Le poète est un archer qui tire dans le noir." - Salah Stétié -
"Soyez un écrivain mineur, cela vous rajeunira." 
Dominique Noguez

"Cette femme était si belle
Qu'elle me faisait peur."
 Guillaume Apollinaire

"In a place far away from anyone or anywhere, I drifted off for a moment." -- Haruki Murakami --


"Être poète n'est pas une ambition que j'ai. C'est ma façon à moi d'être seul."   -- Fernando Pessoa --

"Ca va tellement mal aujourd'hui que je vais écrire un poème. Je m'en fiche ; n'importe quel poème, ce poème." -- Richard Brautigan --

"J'écris à cause du feu dans ma tête et de la mort qu'il faut nier."
Jacques Bertin

"O mon passé d'enfance,
pantin qu'on m'a cassé."
Fernando Pessoa


« La mort c’est l’infini des plaines
et la vie la fuite des collines. »
Joseph Brodsky

Certaines choses

Nous entourent « et les voir

Equivaut à se connaître »

George Oppen



" LA GRANDE FORCE EST LE DESIR "
(Guillaume Apollinaire)



"Quand je dis « je », je désigne par là une chose absolument unique,
à ne pas confondre avec une autre."
Ugo Betti

"Le sens trop précis
rature
ta vague littérature"
Stéphane Mallarmé


" Je ne suis pas moi ni un autre

Je suis quelque chose d’intermédiaire :
Un pilier du pont d’ennui
qui s’étend de moi vers l’autre. "
Mario de Sa-Carneiro
I-love-reading
livres et lagaffe

Recherche

B o n j o u r !

-- je vous souhaite un bon passage... --


"Mais rien de cette nature n'est définitivement acquis. Comme une eau, le monde vous traverse et pour un temps vous prête ses couleurs. Puis se retire, et vous replace devant ce vide qu'on porte en soi, devant cette espèce d'insuffisance centrale de l'âme qu'il faut bien apprendre à côtoyer, à combattre, et qui, paradoxalement est peut-être notre moteur le plus sûr."  Nicolas Bouvier

« La poésie vient vers nous, on ne sait d’où, et elle nous quitte, allant vers on ne sait quel au-delà. Mais en passant, elle nous laisse des mots et elle nous fait des signes dont l’interprétation est inépuisable. » Gabriel Bounoure

" Avec tes défauts. Pas de hâte. Ne va pas à la légère les corriger. Qu'irais tu mettre à la place ? " Henri Michaux


écrivez moi si vous le souhaitez :    

Soyez indulgent, je ne suis qu'un petit écrivaillon tentant d'écrivasser

Mai 2008 : "L'apéritif de la neige"
est "paru"

Si vous êtes intéressé : laissez moi un message
(133 pages de poèmes et textes poétiques, pour la plupart ici sur mon blog)

"Le meilleur choix de poèmes est celui que l'on fait pour soi." Paul Eluard

"Savoir que nous ignorons tant de choses suffit à mon bonheur." George Oppen

______________________________________________

 

1 octobre 2006 7 01 /10 /octobre /2006 00:06
Elles étaient arrivées sur la côte par milliers. Les coccinelles.
À la plage, quelques bavards disaient qu'elles avaient été lâchées à cause des moustiques. Je croyais qu'elles ne dévoraient que des pucerons.

Sur l'eau salée, elles flottaient un assez long moment puis mouraient. Mortes, les élytres s'ouvraient, les ailes aussi ; elles ressemblaient alors à de petits soutiens-gorge pour fées ou de minuscules sous-marins. Un homme et une petite fille - je les ai vus - ont passé l'après-midi à récupérer les nageuses survivantes, un bras en l'air comme un phare et l'autre récupérant. Le bras hors de l'eau recouvert de coccinelles est ensuite ramené au bord de l'eau et les coléoptères rejoignent alors le sable salvateur.
Cette méthode n'était guère satisfaisante car le bras fatiguait. Dès lors c'est sur la tête que les peu fringants insectes furent déposés. Là aussi de temps en temps une suicidaire ou une épuisée chutait, il fallait encore la récupérer.
Mais si dans l'eau les cohortes de coccinelles étaient impressionnantes, petites pirogues rouges et noires perdues dans l'immensité, c'est sans doute à la limite de la mer et des vagues qu'elles étaient les plus nombreuses. Des centaines de coccinelles bousculées par les flots hésitaient, certaines ne bougeaient plus, mortes ou trop fatiguées, d'autres se dirigeaient vers le salut à l'opposé de l'eau dès que celle-ci se retirait.
Un très jeune enfant à côté de moi semblait faire des exercices de kung-fu au ras de l'eau ; je compris plus tard qu'il tentait d'arrêter la mer par ses mouvements, il cherchait lui aussi à sauver ses amis à six pattes. Je voyais l'homme et la petite fille venir régulièrement sur la plage, un, un bras en l'air, l'autre la tête pleine de taches rouges. Tous deux avaient un air sérieux, de professionnel. Une mission.
Certaines de ces coccinelles, une fois vos pieds découverts, se décidaient à escalader les mollets pour se mettre à l'abri des marées.
Je rentrais dans l'océan, un peu trop froid à mon goût, nageais un peu ; je m'imaginais en vacances. Je n'étais plus assisté, j'étais là au centre de l'eau comme un être humain isolé. De retour vers la plage, je récoltais moi aussi quelques-uns de ces hexapodes perdus. Je les posais sur ma tête. Je sentais les minuscules insectes marcher sur mon crâne, heureux un moment d'être sur une terre ferme.
Le soleil tapait fort, la marée montait, les baïnes allaient être recouvertes, les châteaux de sable engloutis. En remontant ainsi, mon corps sortait de l'eau et j'avançais ; je me disais qu'enfin aujourd'hui j'avais donné un sens à ma vie, à ma baignade. Le sauvetage de quelques dizaines individus vivants qui pataugeaient avec moi dans ce drôle de monde. Je montais haut sur la plage. Et libérais mes acolytes. La petite fille en passant me sourit, "vous aussi, vous les sauvez !" dit-elle. Elle repartit vers les flots. Le petit garçon continuait frénétiquement ses mouvements de karaté pour arrêter les vagues.
J'allais respirer l'air sec et goûtais les sentes boisées alentour. Un gros soleil orangé devenait oblique, s'enfonçait en irradiant. Ma journée semblait se terminer très correctement.

Partager cet article

Repost 0
Published by the very famous french peterpan - dans mes courtes nouvelles et textes
commenter cet article

commentaires

Lazy_G 05/11/2006 16:58

Merci c'est chose faite ;-)

frenchpeterpan 04/11/2006 13:35

bien sûr :-)
partageons, partageons
bon we
marco

Lazy_G 04/11/2006 06:46

Sublime , je me rappelle avoir été moi meme cette petite fille, depuis j'ai le tatouage d'une coccinelle sur l'epaule (vrai)  vous contez bien, me permetrez vous de faire un article( un copié collé où je  vous cite)  avec un lien en direction de votre Blog?

nat 02/10/2006 14:16

 C'est une vraie petite nouvelle cette belle histoire,je la mettrais bien dans une boite à bijoux..Bises.Nat 

Pages