Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ici :

  • : Poésie Littérature Ecriture Chanson poétique
  • : mes poésies et petits textes, mes coups de coeur : livres, poésies, chansons poétiques, artistes divers...
  • Contact

some words :

"Le poète est un archer qui tire dans le noir." - Salah Stétié -
"Soyez un écrivain mineur, cela vous rajeunira." 
Dominique Noguez

"Cette femme était si belle
Qu'elle me faisait peur."
 Guillaume Apollinaire

"In a place far away from anyone or anywhere, I drifted off for a moment." -- Haruki Murakami --


"Être poète n'est pas une ambition que j'ai. C'est ma façon à moi d'être seul."   -- Fernando Pessoa --

"Ca va tellement mal aujourd'hui que je vais écrire un poème. Je m'en fiche ; n'importe quel poème, ce poème." -- Richard Brautigan --

"J'écris à cause du feu dans ma tête et de la mort qu'il faut nier."
Jacques Bertin

"O mon passé d'enfance,
pantin qu'on m'a cassé."
Fernando Pessoa


« La mort c’est l’infini des plaines
et la vie la fuite des collines. »
Joseph Brodsky

Certaines choses

Nous entourent « et les voir

Equivaut à se connaître »

George Oppen



" LA GRANDE FORCE EST LE DESIR "
(Guillaume Apollinaire)



"Quand je dis « je », je désigne par là une chose absolument unique,
à ne pas confondre avec une autre."
Ugo Betti

"Le sens trop précis
rature
ta vague littérature"
Stéphane Mallarmé


" Je ne suis pas moi ni un autre

Je suis quelque chose d’intermédiaire :
Un pilier du pont d’ennui
qui s’étend de moi vers l’autre. "
Mario de Sa-Carneiro
I-love-reading
livres et lagaffe

Recherche

B o n j o u r !

-- je vous souhaite un bon passage... --


"Mais rien de cette nature n'est définitivement acquis. Comme une eau, le monde vous traverse et pour un temps vous prête ses couleurs. Puis se retire, et vous replace devant ce vide qu'on porte en soi, devant cette espèce d'insuffisance centrale de l'âme qu'il faut bien apprendre à côtoyer, à combattre, et qui, paradoxalement est peut-être notre moteur le plus sûr."  Nicolas Bouvier

« La poésie vient vers nous, on ne sait d’où, et elle nous quitte, allant vers on ne sait quel au-delà. Mais en passant, elle nous laisse des mots et elle nous fait des signes dont l’interprétation est inépuisable. » Gabriel Bounoure

" Avec tes défauts. Pas de hâte. Ne va pas à la légère les corriger. Qu'irais tu mettre à la place ? " Henri Michaux


écrivez moi si vous le souhaitez :    

Soyez indulgent, je ne suis qu'un petit écrivaillon tentant d'écrivasser

Mai 2008 : "L'apéritif de la neige"
est "paru"

Si vous êtes intéressé : laissez moi un message
(133 pages de poèmes et textes poétiques, pour la plupart ici sur mon blog)

"Le meilleur choix de poèmes est celui que l'on fait pour soi." Paul Eluard

"Savoir que nous ignorons tant de choses suffit à mon bonheur." George Oppen

______________________________________________

 

25 juillet 2007 3 25 /07 /juillet /2007 20:12
Mon portrait et cette fille
Je tourne dans des ombres blanches
Et c’est un sable d’azur
Irradiant et le silence de ta chevelure
Belle comme un bonheur candide
C’est un arôme de verdure
Le printemps vient et des lumières et des rires
La lampe s’allume aveugle et son éclat
C’est la naissance des ténèbres
Et la pluie et les fleurs…
Tout s’éclaire dans mon crâne ouvert
Très belle s’éveille-t-elle
Avec la clarté des réveils
Ou la fièvre maladive du soleil
Et vivre ici dans l’aurore
Dans le feu du plaisir des découvertes

Le soleil court nu aussi
Mon amour aussi court
Elle était nue là
Enfant essentiel

© "nu à la coiffure" Huile d' Aleksandra Miarczynski
 le site internet de cette artiste en cliquant là : Aleksandra Miarczynski
merci à elle
 

Partager cet article

Repost0

commentaires

frenchpeterpan 10/06/2006 22:02

j'ai les deux pléiades eluard et donc
le titre ne doit pas être : "l'éclat des blés"
en tout cas très beau texte
réellement
je comprends que tu ais envie de le recopier ;-)

RAPHAEL ZACHARIE DE IZARRA 10/06/2006 20:36

(DECIDEMENT ! VOICI LE TEXTE ENFIN RECTIFIE... Mille excuses encore pour les deux précédentes maladresses à effacer...) J'ai trouvé ce texte il y a quelques années à la bibliothèque municipale du Mans (je l'avais soigneusement recopié à la main) dans une édition de Gallimard datée de 1961. Il s'agissait d'une biographie officielle de Paul Eluard, un assez gros pavé... Ce texte faisait partie de quelques feuillets de Paul Eluard retrouvés par l'auteur de cette biographie qui par conséquent n'avaient pas encore été publiés à cette date (1961). Cette édition publiait pour la première fois ces quelques feuillets jusqu'alors inconnus de Paul Eluard. Depuis j'ignore si ce texte a été repris dans d'autres éditions. Je me souviens avoir lu dans cette biographie que le biographe (dont je n'ai pas retenu le nom) était en possession personnelle de ces feuillets qu'il publiait en excluvisité dans son ouvrage. Donc il est donc fort possible, pour des raisons diverses, que ce texte ait été jusqu'à ce jour publié dans une seule édition. Raphaël Zacharie de Izarra

RAPHAEL ZACHARIE DE IZARRA 10/06/2006 20:30

(MON TEXTE PRECEDENT EST PARTI A CAUSE D'UNE MAUVAISE MANIPULATION AVANT QUE J'AIE FINI DE LE CORRIGER ! MERCI DE L'EFFACER ET DE LAISSER CELUI-CI A LA PLACE...)

J'ai trouvé ce texte il y a quelques années à la bibliothèque municipale du Mans (je l'avais soigneusement recopié à la main) dans une édition de Gallimard datée de 1961. Il s'agissait d'une biographie officielle de Paul Eluard, un assez gros pavé... Ce texte faisait partie de quelques feuillets de Paul Eluard retrouvés par l'auteur de cette biographie qui par conséquent n'avaient pas encore été publiés à cette date (1961). Cette édition publiait pour la première fois ces quelques feuillets jusqu'alors inconnus de Eluard. Depuis j'ignore si ce texte a été repris dans d'autres éditions. Je me souviens avoir lu dans cette biographie que ces feuillets étaient en possession personnelle du biographe (dont je n'ai pas retenu le nom). Donc il est donc fort possible, pour des raisons diverses, que ce texte ai été jusqu'à ce jour publié dans une seule édition.
Raphaël Zacharie de Izarra

 
 

RAPHAEL ZACHARIE DE IZARRA 10/06/2006 20:24


REPONSE A FRENCHPETERPAN
J'ai trouvé ce texte il y a quelques années à la bibliothèque municipale du Mans (je l'avais soigneusement recopié à la main) dans une édition de Gallimard datée de 1961. Il s'agissait d'une biographie officielle de Paul Eluard, un assez gros pavé... Ce texte faisait partie de quelques feuillets de l'auteur de cette biographie qui selon les précisions fournies dans l'ouvrage en question n'avaient pas encore été publiés à cette date (1961), à part bien sûr dans cette édition, pour la première fois. Depuis j'ignore si ce texte a été repris dans d'autres éditions. Les feuillets étaient en possession personnelle du biographe (dont je n'ai pas retenu le nom). Donc il est donc fort possible, pour des raisons diverses, que ce texte ai été jusqu'à ce jour publié dans une seule édition.
Raphaël Zacharie de Izarra

RAPHAEL ZACHARIE DE IZARRA 10/06/2006 20:13

Un texte inédit de Paul Eluard L'ECLAT DES BLES Je marchais en direction des blés, le regard instinctivement attiré par l'azur. Juin chauffait la campagne, l'espace était rayonnant. Une colline devant moi rejoignait le ciel. Je la fixai tout en ralentissant légèrement le pas. Soudain un vent emporta mon esprit en direction de hauteurs inconnues. Je fis un voyage extraordinaire, debout, pétrifié, les pieds bien posés sur le sol. La tête ailleurs, je partis je ne sais où. Tout y brillait d'un éclat mystérieux. Un autre soleil pareil au soleil éclairait ce monde. Et je vis la colline, la même colline qui me faisait face. Mais avec une perception différente. La colline était vivante, je sentais en elle une essence vitale, une respiration intérieure. Elle échangeait des pensées supérieures avec l'azur qui lui aussi semblait imprégné de vie. Très vite je m'aperçus que toutes choses communiquaient avec l'ensemble du monde en se faisant passer entre elles un souffle universel plein de sagesse. Les blés à côté de la colline formaient un choeur de millions de voix suaves, chaque tige ayant son chant propre, accordé avec tous les autres. La terre sous ces blés psalmodiait je ne sais quel étrange cantique. Le ciel avait pris un autre sens. Le bleu le définissait et je ne le nommais plus ciel mais le nommais Bleu. Les oiseaux dans les airs prenaient un prix infini. Créatures éternelles, rien ne pouvait les corrompre et leur vol se prolongeait dans des immensités sans fin. Tout cela était à la fois tangible et impalpable, présent et invisible, proche et insaisissable. Je redescendis aussi vite en moi que j'en étais sorti. Je me retrouvai les pieds toujours bien ancrés sur le sol, me réadaptant à la lumière du soleil habituel, qui me parut terne. Dubitatif, perplexe et à la fois parfaitement convaincu de la réalité suprême de cette curieuse, inexprimable expérience que je venais de vivre, j'avançai vers le champ de blés comme si je devais poursuivre ma flânerie. Poussé par une puissante intuition, je tendis la main vers une gerbe de blés pour la saisir. Un éclair illumina ma main et la rendit transparente un bref, très bref instant. Si bref que l'oeil de la mouche l'a déjà oublié et que le soleil en doute encore. PAUL ELUARD

frenchpeterpan 07/06/2006 21:48

je n'arrive pas à retrouver ce texte
es tu sûr du titre ?
il a beaucoup écrit le bougre

frenchpeterpan 06/06/2006 13:45

texte magnifique effectivement !!!
merci !

RAPHAEL ZACHARIE DE IZARRA 06/06/2006 11:59

Un texte peu connu de Paul Eluard L'ECLAT DES BLES Je marchais en direction des blés, le regard instinctivement attiré par l'azur. Juin chauffait la campagne, l'espace était rayonnant. Une colline devant moi rejoignait le ciel. Je la fixai tout en ralentissant légèrement le pas. Soudain un vent emporta mon esprit en direction de hauteurs inconnues. Je fis un voyage extraordinaire, debout, pétrifié, les pieds bien posés sur le sol. La tête ailleurs, je partis je ne sais où. Tout y brillait d'un éclat mystérieux. Un autre soleil pareil au soleil éclairait ce monde. Et je vis la colline, la même colline qui me faisait face. Mais avec une perception différente. La colline était vivante, je sentais en elle une essence vitale, une respiration intérieure. Elle échangeait des pensées supérieures avec l'azur qui lui aussi semblait imprégné de vie. Très vite je m'aperçus que toutes choses communiquaient avec l'ensemble du monde en se faisant passer entre elles un souffle universel plein de sagesse. Les blés à côté de la colline formaient un choeur de millions de voix suaves, chaque tige ayant son chant propre, accordé avec tous les autres. La terre sous ces blés psalmodiait je ne sais quel étrange cantique. Le ciel avait pris un autre sens. Le bleu le définissait et je ne le nommais plus ciel mais le nommais Bleu. Les oiseaux dans les airs prenaient un prix infini. Créatures éternelles, rien ne pouvait les corrompre et leur vol se prolongeait dans des immensités sans fin. Tout cela était à la fois tangible et impalpable, présent et invisible, proche et insaisissable. Je redescendis aussi vite en moi que j'en étais sorti. Je me retrouvai les pieds toujours bien ancrés sur le sol, me réadaptant à la lumière du soleil habituel, qui me parut terne. Dubitatif, perplexe et à la fois parfaitement convaincu de la réalité suprême de cette curieuse, inexprimable expérience que je venais de vivre, j'avançai vers le champ de blés comme si je devais poursuivre ma flânerie. Poussé par une puissante intuition, je tendis la main vers une gerbe de blés pour la saisir. Un éclair illumina ma main et la rendit transparente un bref, très bref instant. Si bref que l'oeil de la mouche l'a déjà oublié et que le soleil en doute encore. Paul Eluard

Pages