Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ici :

  • : Poésie Littérature Ecriture Chanson poétique
  • Poésie Littérature Ecriture Chanson poétique
  • : mes poésies et petits textes, mes coups de coeur : livres, poésies, chansons poétiques, artistes divers...
  • Contact

some words :

"Le poète est un archer qui tire dans le noir." - Salah Stétié -
"Soyez un écrivain mineur, cela vous rajeunira." 
Dominique Noguez

"Cette femme était si belle
Qu'elle me faisait peur."
 Guillaume Apollinaire

"In a place far away from anyone or anywhere, I drifted off for a moment." -- Haruki Murakami --


"Être poète n'est pas une ambition que j'ai. C'est ma façon à moi d'être seul."   -- Fernando Pessoa --

"Ca va tellement mal aujourd'hui que je vais écrire un poème. Je m'en fiche ; n'importe quel poème, ce poème." -- Richard Brautigan --

"J'écris à cause du feu dans ma tête et de la mort qu'il faut nier."
Jacques Bertin

"O mon passé d'enfance,
pantin qu'on m'a cassé."
Fernando Pessoa


« La mort c’est l’infini des plaines
et la vie la fuite des collines. »
Joseph Brodsky

Certaines choses

Nous entourent « et les voir

Equivaut à se connaître »

George Oppen



" LA GRANDE FORCE EST LE DESIR "
(Guillaume Apollinaire)



"Quand je dis « je », je désigne par là une chose absolument unique,
à ne pas confondre avec une autre."
Ugo Betti

"Le sens trop précis
rature
ta vague littérature"
Stéphane Mallarmé


" Je ne suis pas moi ni un autre

Je suis quelque chose d’intermédiaire :
Un pilier du pont d’ennui
qui s’étend de moi vers l’autre. "
Mario de Sa-Carneiro
I-love-reading
livres et lagaffe

Recherche

B o n j o u r !

-- je vous souhaite un bon passage... --


"Mais rien de cette nature n'est définitivement acquis. Comme une eau, le monde vous traverse et pour un temps vous prête ses couleurs. Puis se retire, et vous replace devant ce vide qu'on porte en soi, devant cette espèce d'insuffisance centrale de l'âme qu'il faut bien apprendre à côtoyer, à combattre, et qui, paradoxalement est peut-être notre moteur le plus sûr."  Nicolas Bouvier

« La poésie vient vers nous, on ne sait d’où, et elle nous quitte, allant vers on ne sait quel au-delà. Mais en passant, elle nous laisse des mots et elle nous fait des signes dont l’interprétation est inépuisable. » Gabriel Bounoure

" Avec tes défauts. Pas de hâte. Ne va pas à la légère les corriger. Qu'irais tu mettre à la place ? " Henri Michaux


écrivez moi si vous le souhaitez :    

Soyez indulgent, je ne suis qu'un petit écrivaillon tentant d'écrivasser

Mai 2008 : "L'apéritif de la neige"
est "paru"

Si vous êtes intéressé : laissez moi un message
(133 pages de poèmes et textes poétiques, pour la plupart ici sur mon blog)

"Le meilleur choix de poèmes est celui que l'on fait pour soi." Paul Eluard

"Savoir que nous ignorons tant de choses suffit à mon bonheur." George Oppen

______________________________________________

 

15 juin 2006 4 15 /06 /juin /2006 12:16


Tu te souviens, Nathalie ?

de nos enfances ?
Quand on se prenait la main en insouciance
Tu te souviens de ces deux arbres ?
Un peu toi un peu moi disais-tu,
et la petite cabane abandonnée d’en face
où nous disions nos récitations, jouions à la dînette, je goûtais tes plats imaginaires
Ah ! l’imaginaire des enfants !

J’ai retrouvé ces arbres en revenant très loin dans le passé,
en retrouvant ces routes oubliées
Ils sont là toujours droits et fiers
dans la brume de ce matin d’hiver
le jour se lève tout juste, je n’ai pas dormi cette nuit
A l’heure adéquate où le soleil est enfant lui-même

Adultes eux-mêmes maintenant
Les deux arbres sont encore plus parasités de gui
Plus vieux plus solitaires
Peut-être se sont-ils ennuyés éloignés l’un de l’autre
Adultes les choses changent ainsi : on prend ses distances,
on renie l’amitié des choses passées ?
on cherche l’avenir ? réussir sa vie future ?

J’ai toujours considéré ces deux arbres comme les deux moitiés du monde
Plutôt comme les deux battants d’un portail vers un monde féerique

Enfin retrouver cette âme cette surface où l’étendue des yeux se fait
me réchauffer le coeur

En fait c’est encore l’enfance et l’enfance seule que je viens contempler ici
On cherche toujours à retrouver des situations, à renouveler des expériences qui jadis n’ont apporté que plaisir et bonheur, et des découvertes, découvertes que seuls les enfants sont capables de faire.
J’ai toujours aimé ces champs labourés, vitraux extraordinaires
Et ces deux sentinelles du vrai monde
Hors des villes, en saine patrie,
sains végétaux d’un monde vivant où seule l’innocence des enfants serait acceptée

Sais-tu que le mot « enfant » vient d’un mot latin
qui dit « celui qui ne parle pas »,

l’enfant est le père de l’homme disent maintenant les psychanalystes…
es-tu toujours le porte-parole de cette enfance-là ?
l’attention que tu accordes au langage est-elle là aussi des restes de tes enfances ?

La mort nous est alors inconnue dans ce monde immense
Dans ces champs essouchés où seuls deux arbres et ta cabane
guident nos pleins regards en confiance enfantine, en joie verticale, en souvenirs souverains
le vouloir-vivre simplement
trouverons-nous enfin ces chemins de traverse du plein réel ?


(sur une photo de Nathalie / textes et photos sur son site : atelier de Nat.)

Partager cet article

Repost 0
Published by the very famous french peterpan - dans mes courtes nouvelles et textes
commenter cet article

commentaires

ClaudeL 16/06/2006 22:35

le monde de l'enfance est perdu à jamais, sauf pour quelques privilégiés : Saint Exupéry
c'est pourquoi les souvenirs de cette période de rêverie - ou tout est irréel car inventé - sont si précieux et nous aident à vivre nos vies d'adultes

Viviane 16/06/2006 22:15

les souvenirs d'enfancec'est ce qui nous nourrittoujourspour toujours...j'aime la douce simplicité de ce poème et cette phrasedeux battants d’un portail vers un monde féeriquecomme elle est belle....

Nat 15/06/2006 15:52

 C 'est un texte très fort. Trois fois ,je l'ai lu
D 'abord en m 'imprégnant de l 'image si représentative du monde que tu décris.
Ensuite avec une amie,un frère et puis toi. La puissance des arbres,des mots,le monde magique des enfants, puis le tout que je brasse avec mon regard d 'aujourd'hui ,ton image ,virtuelle enveloppe...
Puis ces questions  un peu rudes et coupantes qui viennent clôturer le texte ,ne sont-elles pas finalement , de par leurs présences,les principales réponses...Amitiés.Merci.
 

Pages