Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ici :

  • : Poésie Littérature Ecriture Chanson poétique
  • : mes poésies et petits textes, mes coups de coeur : livres, poésies, chansons poétiques, artistes divers...
  • Contact

some words :

"Le poète est un archer qui tire dans le noir." - Salah Stétié -
"Soyez un écrivain mineur, cela vous rajeunira." 
Dominique Noguez

"Cette femme était si belle
Qu'elle me faisait peur."
 Guillaume Apollinaire

"In a place far away from anyone or anywhere, I drifted off for a moment." -- Haruki Murakami --


"Être poète n'est pas une ambition que j'ai. C'est ma façon à moi d'être seul."   -- Fernando Pessoa --

"Ca va tellement mal aujourd'hui que je vais écrire un poème. Je m'en fiche ; n'importe quel poème, ce poème." -- Richard Brautigan --

"J'écris à cause du feu dans ma tête et de la mort qu'il faut nier."
Jacques Bertin

"O mon passé d'enfance,
pantin qu'on m'a cassé."
Fernando Pessoa


« La mort c’est l’infini des plaines
et la vie la fuite des collines. »
Joseph Brodsky

Certaines choses

Nous entourent « et les voir

Equivaut à se connaître »

George Oppen



" LA GRANDE FORCE EST LE DESIR "
(Guillaume Apollinaire)



"Quand je dis « je », je désigne par là une chose absolument unique,
à ne pas confondre avec une autre."
Ugo Betti

"Le sens trop précis
rature
ta vague littérature"
Stéphane Mallarmé


" Je ne suis pas moi ni un autre

Je suis quelque chose d’intermédiaire :
Un pilier du pont d’ennui
qui s’étend de moi vers l’autre. "
Mario de Sa-Carneiro
I-love-reading
livres et lagaffe

Recherche

B o n j o u r !

-- je vous souhaite un bon passage... --


"Mais rien de cette nature n'est définitivement acquis. Comme une eau, le monde vous traverse et pour un temps vous prête ses couleurs. Puis se retire, et vous replace devant ce vide qu'on porte en soi, devant cette espèce d'insuffisance centrale de l'âme qu'il faut bien apprendre à côtoyer, à combattre, et qui, paradoxalement est peut-être notre moteur le plus sûr."  Nicolas Bouvier

« La poésie vient vers nous, on ne sait d’où, et elle nous quitte, allant vers on ne sait quel au-delà. Mais en passant, elle nous laisse des mots et elle nous fait des signes dont l’interprétation est inépuisable. » Gabriel Bounoure

" Avec tes défauts. Pas de hâte. Ne va pas à la légère les corriger. Qu'irais tu mettre à la place ? " Henri Michaux


écrivez moi si vous le souhaitez :    

Soyez indulgent, je ne suis qu'un petit écrivaillon tentant d'écrivasser

Mai 2008 : "L'apéritif de la neige"
est "paru"

Si vous êtes intéressé : laissez moi un message
(133 pages de poèmes et textes poétiques, pour la plupart ici sur mon blog)

"Le meilleur choix de poèmes est celui que l'on fait pour soi." Paul Eluard

"Savoir que nous ignorons tant de choses suffit à mon bonheur." George Oppen

______________________________________________

 

23 mars 2008 7 23 /03 /mars /2008 01:52
Une maison déchirée par deux silences
Des airs arrachés dans leur silence
Mon nom de personne humaine retrouvée
Un chat de silence aux odeurs tant aimées
La terre aux sentes de grenat trempé, et
La mort alentour à parfaire, attentive

    Après deux chansons, tu t’es retournée et regardais pas n’importe où
O ma douce aux herbes de chênaie ma mie d’univers et danses
et

Ma tête penchée t’élève, tes lèvres emprisonnent,
ô sonne mon amour, à ma porte

Mon chat jaune t’attend,
Sa moustache éclairée, étoiles sifflantes,
    Un air de piano très lent où le chanteur s’enrhume, sa poésie distante très loin de toi,
    Un air de piano à tout casser pour le mépris et l’insolence
O je les aime ces airs-là jusqu’au bout de la nuit.

Je te cherche encore aujourd'hui dans les cités des hommes, j’éreinte mon corps à t’inventer, mes pas me portent ailleurs, je ne vais pas loin, ici le peu me suffit ; quelques fleurs séchées ensemble, ta main blanche nichée près de mon ventre, mon chat à l’œil infini.

    « venez le soir, venez très tard » à l’impossible rêve près de moi
confondu
immobilisé
mon chant s’égare

aimable mon visage même trop, même mal
qu’importe
« vous avez fait taire les cœurs vous écoutez »
pour atteindre
pour rejoindre les temps endurcis les soleils intégralement noirs

    Vous garderez donc mon souvenir, tristitude comique, à l’instar de nos rêves étonnants, finition drôle de nos espoirs finis ; vous ouvrirez le tiroir des photos jaunies, tous vos chiens oubliés égarés aux tristes mines grises ; les défaites d’autrefois au fond de vos prunelles très mûres, très parfumées ; il vous restait cette écharpe de mon frère que je vous vois porter, elle a des reflets d’or sur votre cou. Votre cou ?

Forêts de rouvres où vous vous offriez aux terres feuillues
Palette d’un peintre fatigué du jaune et du brun
Votre corps boueux de glaise ocre, un ruisseau vous lavait
Les jambes, vous les étiriez en riant chaque fois des marrons pleins les mains


Sur les coteaux de la route de Savonnières il y  a trop longtemps.








Dans les rues de cette ville oubliée

Aux ruelles pourries des magasins que tu aimais
Et que je n’aime pas
Heureux sur les pavés, gesticulant dans l’air,
Bouffant l’espace irrité des autres
Mes bottes tordues qu’un ami m’avait prêté
Et toi veste verte, ce cuir de ma mémoire
Les restaurants aux œufs-durs-mayonnaise
Ces rouges presque imbuvables dans ton palais
Tes mains trop blanches attentives
Froides aussi, même l’été, toujours prêtes
A l’amour, l’amour bouillant dans les tempes
Les doigts les langues
Il est rare d’ignorer à ce point les autres,
Tu les ignorais.

O cette femme si près
Attentive à ce chant nourricier
Toi Jacques de l’amitié et sa contrebasse
A moins que ce ne soit Jean ou je ne sais plus
A Hagetmau tu chantais après
Je ne pourrai y aller ami des concerts discrets
Mais il y avait cette fille devant
Ses épaules lainées qu’y vois-je
De ses arabesques près des projecteurs
Tu te retournes
Défies la salle de ton regard
Tout à l’heure à la fin des chants
Tu perds ton écharpe elle est de laine celle-ci
Et blanche et lourde celle-ci, un présent d'amitié
Il faut que je la ramasse comme un imbécile
Tu souris comme seules les femmes
Le peuvent
Adieu
Adieu

Ce fut un temps de jadis ancré dans mes rêves
Des secondes d’éternité pour une vie entière
Des espaces fins et brutaux à jamais souvenus
Où de fins peupliers et trembles qui au vent léger
Tremblent de tous leurs longs bras effeuillés
En d’improbables et longues quêtes d’humanité

Partager cet article
Repost0

commentaires

marc 24/03/2008 19:27

oui, mercimais c'est une très vieille histoirela mémoire est étonnanteje me rappelle bien d'une bagarre de marronsil y a pas loin de  30 ans 

Viviane 24/03/2008 19:00

quel portraitj'en reste... assisec'est magnifique de chagrin de violence retenue aussi

if6 24/03/2008 17:54

très très beau.

Pages