Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ici :

  • : Poésie Littérature Ecriture Chanson poétique
  • Poésie Littérature Ecriture Chanson poétique
  • : mes poésies et petits textes, mes coups de coeur : livres, poésies, chansons poétiques, artistes divers...
  • Contact

some words :

"Le poète est un archer qui tire dans le noir." - Salah Stétié -
"Soyez un écrivain mineur, cela vous rajeunira." 
Dominique Noguez

"Cette femme était si belle
Qu'elle me faisait peur."
 Guillaume Apollinaire

"In a place far away from anyone or anywhere, I drifted off for a moment." -- Haruki Murakami --


"Être poète n'est pas une ambition que j'ai. C'est ma façon à moi d'être seul."   -- Fernando Pessoa --

"Ca va tellement mal aujourd'hui que je vais écrire un poème. Je m'en fiche ; n'importe quel poème, ce poème." -- Richard Brautigan --

"J'écris à cause du feu dans ma tête et de la mort qu'il faut nier."
Jacques Bertin

"O mon passé d'enfance,
pantin qu'on m'a cassé."
Fernando Pessoa


« La mort c’est l’infini des plaines
et la vie la fuite des collines. »
Joseph Brodsky

Certaines choses

Nous entourent « et les voir

Equivaut à se connaître »

George Oppen



" LA GRANDE FORCE EST LE DESIR "
(Guillaume Apollinaire)



"Quand je dis « je », je désigne par là une chose absolument unique,
à ne pas confondre avec une autre."
Ugo Betti

"Le sens trop précis
rature
ta vague littérature"
Stéphane Mallarmé


" Je ne suis pas moi ni un autre

Je suis quelque chose d’intermédiaire :
Un pilier du pont d’ennui
qui s’étend de moi vers l’autre. "
Mario de Sa-Carneiro
I-love-reading
livres et lagaffe

Recherche

B o n j o u r !

-- je vous souhaite un bon passage... --


"Mais rien de cette nature n'est définitivement acquis. Comme une eau, le monde vous traverse et pour un temps vous prête ses couleurs. Puis se retire, et vous replace devant ce vide qu'on porte en soi, devant cette espèce d'insuffisance centrale de l'âme qu'il faut bien apprendre à côtoyer, à combattre, et qui, paradoxalement est peut-être notre moteur le plus sûr."  Nicolas Bouvier

« La poésie vient vers nous, on ne sait d’où, et elle nous quitte, allant vers on ne sait quel au-delà. Mais en passant, elle nous laisse des mots et elle nous fait des signes dont l’interprétation est inépuisable. » Gabriel Bounoure

" Avec tes défauts. Pas de hâte. Ne va pas à la légère les corriger. Qu'irais tu mettre à la place ? " Henri Michaux


écrivez moi si vous le souhaitez :    

Soyez indulgent, je ne suis qu'un petit écrivaillon tentant d'écrivasser

Mai 2008 : "L'apéritif de la neige"
est "paru"

Si vous êtes intéressé : laissez moi un message
(133 pages de poèmes et textes poétiques, pour la plupart ici sur mon blog)

"Le meilleur choix de poèmes est celui que l'on fait pour soi." Paul Eluard

"Savoir que nous ignorons tant de choses suffit à mon bonheur." George Oppen

______________________________________________

 

27 août 2006 7 27 /08 /août /2006 19:46
tu essayais de dire
de dire en dans
en dedans
et puis non tu n'as pas pu

les vagues maritimes volaient comme de petits avions fatigués
le mistral gueulait ses rimes incertaines
nous étions encore dans l'interface - entre parenthèses -
nous participions au roman des amants célèbres
on allait se quitter : c'était sûr
tu t'ennuyais ; je m'ennuyais
le temps tentait des cicatrices improbables
et puis ce fut le temps
oui le temps - dans  sa solitude -
qui fut notre ciment le plus sûr
- 2 enfants plus tard - je suis encore là et las
et toi sans doute : il reste cette GRANDE amitié
insoupçonnable, irréalisable, impossible à décrire de toutes ces années dans le passé
dans notre passé passé
chaque action comptabilisée, chaque point scoré
et la somme : tu me la montres parfois, notre score n'est pas si mal
il est même assez élevé
tes yeux n'ont pas changé
ton regard intelligent, même quand il est distant
on allait donc créer notre monde
il était là : sous nos pieds et sous nos sommes, nos additions de nous deux
nos belles additions
notre vie : c'est cette table d'addition que l'on récite par coeur
parfois en s'ennuyant, parfois pour le plaisir, parfois pour rire
en s'esclaffant il restait nos paumes pour s'embrasser et en sourire
ta peau délicatesse
et mes faiblesses d'homme masculin
mes gros pieds gourds de tes amours
mes pieds maladroits
mes alexandrins en fin
mes désirs en toi et de toi
mes incertitudes qui tournent en rond
mes doigts aimantés sur ta peau sombre
ô femme aimée, femme amie, femme de mon amitié
femme dans ton désert, dans tes peurs, dans tes renoncements
si peu écoutée, si peu écoutés tes silences et tes fragilités
ton élasticité fragile
ta peau en fragilité
- si difficile de caresser une femme,
sans se tromper -

ses paumes et leurs sourires
nos incertitudes amies et les confidences

je participais donc de cette amitié là
et pourtant :
étrange
nous n'avons jamais été aussi proches dans nos difficultés


tu essayais de dire
de dire en dans
en dedans
et puis non tu n'as pas pu

Partager cet article

Repost 0
Published by the very famous french peterpan - dans féminins "poèmes"
commenter cet article

commentaires

frenchpeterpan 28/08/2006 19:41

merci à vous 4
effectivement
quelle étrange addition : un homme une femme
:-)

christine 28/08/2006 19:02

Ce poème m'a paru désabusé au départ, puis il se termine tout en tendresse.

le bateleur 28/08/2006 18:51

un poeme sur le maladire très beau !
étrange j'ai trois x comme code à tapperqu'ai-je dit ?

Russalka 28/08/2006 14:56

c'est très beau, la fin me touche infinimentsi difficile de se touchersi difficile

mireille 28/08/2006 07:37

c'est très beau, entre autres parce que c'est une vraie approche de l'Autre, dans sa différence. Une des choses les plus difficiles, et les plus intéressantes, de faire.

Pages