Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ici :

  • : Poésie Littérature Ecriture Chanson poétique
  • Poésie Littérature Ecriture Chanson poétique
  • : mes poésies et petits textes, mes coups de coeur : livres, poésies, chansons poétiques, artistes divers...
  • Contact

some words :

"Le poète est un archer qui tire dans le noir." - Salah Stétié -
"Soyez un écrivain mineur, cela vous rajeunira." 
Dominique Noguez

"Cette femme était si belle
Qu'elle me faisait peur."
 Guillaume Apollinaire

"In a place far away from anyone or anywhere, I drifted off for a moment." -- Haruki Murakami --


"Être poète n'est pas une ambition que j'ai. C'est ma façon à moi d'être seul."   -- Fernando Pessoa --

"Ca va tellement mal aujourd'hui que je vais écrire un poème. Je m'en fiche ; n'importe quel poème, ce poème." -- Richard Brautigan --

"J'écris à cause du feu dans ma tête et de la mort qu'il faut nier."
Jacques Bertin

"O mon passé d'enfance,
pantin qu'on m'a cassé."
Fernando Pessoa


« La mort c’est l’infini des plaines
et la vie la fuite des collines. »
Joseph Brodsky

Certaines choses

Nous entourent « et les voir

Equivaut à se connaître »

George Oppen



" LA GRANDE FORCE EST LE DESIR "
(Guillaume Apollinaire)



"Quand je dis « je », je désigne par là une chose absolument unique,
à ne pas confondre avec une autre."
Ugo Betti

"Le sens trop précis
rature
ta vague littérature"
Stéphane Mallarmé


" Je ne suis pas moi ni un autre

Je suis quelque chose d’intermédiaire :
Un pilier du pont d’ennui
qui s’étend de moi vers l’autre. "
Mario de Sa-Carneiro
I-love-reading
livres et lagaffe

Recherche

B o n j o u r !

-- je vous souhaite un bon passage... --


"Mais rien de cette nature n'est définitivement acquis. Comme une eau, le monde vous traverse et pour un temps vous prête ses couleurs. Puis se retire, et vous replace devant ce vide qu'on porte en soi, devant cette espèce d'insuffisance centrale de l'âme qu'il faut bien apprendre à côtoyer, à combattre, et qui, paradoxalement est peut-être notre moteur le plus sûr."  Nicolas Bouvier

« La poésie vient vers nous, on ne sait d’où, et elle nous quitte, allant vers on ne sait quel au-delà. Mais en passant, elle nous laisse des mots et elle nous fait des signes dont l’interprétation est inépuisable. » Gabriel Bounoure

" Avec tes défauts. Pas de hâte. Ne va pas à la légère les corriger. Qu'irais tu mettre à la place ? " Henri Michaux


écrivez moi si vous le souhaitez :    

Soyez indulgent, je ne suis qu'un petit écrivaillon tentant d'écrivasser

Mai 2008 : "L'apéritif de la neige"
est "paru"

Si vous êtes intéressé : laissez moi un message
(133 pages de poèmes et textes poétiques, pour la plupart ici sur mon blog)

"Le meilleur choix de poèmes est celui que l'on fait pour soi." Paul Eluard

"Savoir que nous ignorons tant de choses suffit à mon bonheur." George Oppen

______________________________________________

 

8 juillet 2007 7 08 /07 /juillet /2007 07:41
    La sensation : il n’y a plus de construction. Les fusions, finies !
Les rimes que j’extirpais des corps nombreux et variés, en silence ou en chants, en calme plat ou tempêtes hurlantes, vagues engourdies ou en diablesse. Les femmes.

    Les rimes ?
= Soupir et désir, foi et effroi, amant aimant

    L’eau des cieux avait inondé les rues, débordant les saillies, faisant hernies sur les trottoirs glissants, toi parmi ces chaînes, tu marchais dans une bulle de lumière, ronde et ensoleillée, une bulle de protection. Collants noirs opaques et petites chaussures à talon, bien féminines, jupe multicolore si vive qu’on ne pouvait que fixer tes jambes et gros pull couleur caramel comme l’un de tes chats. Un foulard au cou en guise de décoration ou pour protéger ta glotte réputée fragile : trop de chants, trop de bonheur ; les sons étaient bons, le ciel se zébrait d’éclairs couleur café puis vanille ; sans parapluie, tu n’étais pas mouillée. Poitrine en avant, tu fendais les gouttes comme magicienne. J’étais assis, trempé à l’autre bout d’un pont, de mon regard – après toi – je longeais celui du fleuve, engourdi lui aussi dans des désirs irrésolus. De longues volutes d’eau en mouvement mais par lenteur, par grande lenteur, le fleuve irait en mouvement, d’un serpent qui déciderait de s’étendre, d’étendre ses voies. Sa peau de fête, tel un miroir du monde, infini qui reflète des éclats ensoleillés. Ou fatigué simplement, juste se dérouiller les vertèbres trop lovées.
   
    Moi, mes mains étincelaient, crachaient des étoiles comme celles des poètes inquiets avec leur trop plein d’amour, fagots à offrir à tous et toutes, tous mes amis hommes, de cette espèce-là qu’on peut peut-être encore aimer, voire désirer. De ces désirs-là, j’en ai eu tant jadis ! Je croyais qu’on allait m’aimer, tout de suite, immédiatement, sans sourciller. Et puis , non, n’est-ce pas ? Ce n’est pas ainsi. Alors j’ai raturé des cahiers d’écoliers d’une prose ubuesque et fatiguée. En grande fatigue, déjà et si jeune cependant. Ta silhouette, et pourtant. Tu éclairais ce gris dans tous ces champs, un champignon très coloré, un champignon femelle qui donnait des leçons de vie, les explications de ce monde, oh toi belle institutrice de ce grand univers ; en paroles et en gestes, tu expliquais ; secondairement je ne vis que tes gestes, puis enfin je ne vis que tes yeux dans l’ovale de ta peau de jeunesse ; ce sont tes yeux qui parlaient qui racontaient, tu dissertais.

    Sous le pont, l’eau charriait d’immenses cicatrices boisées, arbres malades ou déracinés puis découpés, épluchés pour quitter le monde ; ces bois flottés étaient chacun une partie de moi-même, de mon corps supplicié, mon cerveau brisé, mes âmes délétères, corrompues.

C’est ainsi que j’avançais dans l’eau – mon amie – des cailloux pleins les poches, et mon caban bleu s’alourdissant. Je traversais les bras du fleuve, il ne voulut point de moi. Sur les îles, j’errais de sentiment en sentiment, du possible vers l’impossible, de quêtes inventées, en rupture. Je ressuscitais sous cette pluie d’automne. Enfermé, toujours, mais vivant encore, vers ces soleils bleus à révéler. Tu passerais encore – je sais -. Comme une revue aux Folies-Bergère : ensorceleuse, inaccessible, jolie et terrible, pleine de vie et de mort. Et en pleine rêverie de jambes gainées et sexy, j’inventerais un autre paysage pour t’oublier en toute fin, en finalement, en point – à la ligne - , en tout et pour tout ; bref tu sortirais de mon paysage définitivement, comme une verrue afin brûlée et dont les racines seraient crevées très très profondément.

No more construction, je dirais.



Histoire d'A : ballons, peinture d'Annick Roulet

Partager cet article

Repost 0
Published by the very famous french peterpan - dans mes courtes nouvelles et textes
commenter cet article

commentaires

marc 22/07/2007 11:50

j'aime beaucoup ta réponse
:-)

benoite 22/07/2007 11:34

La pluie ne lave ni délave les images du passé, elle les fait reluire sur le miroir de ce fleuve de vie qui deviendra mer, qui cernera davantage son île.J'aime beaucoup ce texte

Pages