Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ici :

  • : Poésie Littérature Ecriture Chanson poétique
  • Poésie Littérature Ecriture Chanson poétique
  • : mes poésies et petits textes, mes coups de coeur : livres, poésies, chansons poétiques, artistes divers...
  • Contact

some words :

"Le poète est un archer qui tire dans le noir." - Salah Stétié -
"Soyez un écrivain mineur, cela vous rajeunira." 
Dominique Noguez

"Cette femme était si belle
Qu'elle me faisait peur."
 Guillaume Apollinaire

"In a place far away from anyone or anywhere, I drifted off for a moment." -- Haruki Murakami --


"Être poète n'est pas une ambition que j'ai. C'est ma façon à moi d'être seul."   -- Fernando Pessoa --

"Ca va tellement mal aujourd'hui que je vais écrire un poème. Je m'en fiche ; n'importe quel poème, ce poème." -- Richard Brautigan --

"J'écris à cause du feu dans ma tête et de la mort qu'il faut nier."
Jacques Bertin

"O mon passé d'enfance,
pantin qu'on m'a cassé."
Fernando Pessoa


« La mort c’est l’infini des plaines
et la vie la fuite des collines. »
Joseph Brodsky

Certaines choses

Nous entourent « et les voir

Equivaut à se connaître »

George Oppen



" LA GRANDE FORCE EST LE DESIR "
(Guillaume Apollinaire)



"Quand je dis « je », je désigne par là une chose absolument unique,
à ne pas confondre avec une autre."
Ugo Betti

"Le sens trop précis
rature
ta vague littérature"
Stéphane Mallarmé


" Je ne suis pas moi ni un autre

Je suis quelque chose d’intermédiaire :
Un pilier du pont d’ennui
qui s’étend de moi vers l’autre. "
Mario de Sa-Carneiro
I-love-reading
livres et lagaffe

Recherche

B o n j o u r !

-- je vous souhaite un bon passage... --


"Mais rien de cette nature n'est définitivement acquis. Comme une eau, le monde vous traverse et pour un temps vous prête ses couleurs. Puis se retire, et vous replace devant ce vide qu'on porte en soi, devant cette espèce d'insuffisance centrale de l'âme qu'il faut bien apprendre à côtoyer, à combattre, et qui, paradoxalement est peut-être notre moteur le plus sûr."  Nicolas Bouvier

« La poésie vient vers nous, on ne sait d’où, et elle nous quitte, allant vers on ne sait quel au-delà. Mais en passant, elle nous laisse des mots et elle nous fait des signes dont l’interprétation est inépuisable. » Gabriel Bounoure

" Avec tes défauts. Pas de hâte. Ne va pas à la légère les corriger. Qu'irais tu mettre à la place ? " Henri Michaux


écrivez moi si vous le souhaitez :    

Soyez indulgent, je ne suis qu'un petit écrivaillon tentant d'écrivasser

Mai 2008 : "L'apéritif de la neige"
est "paru"

Si vous êtes intéressé : laissez moi un message
(133 pages de poèmes et textes poétiques, pour la plupart ici sur mon blog)

"Le meilleur choix de poèmes est celui que l'on fait pour soi." Paul Eluard

"Savoir que nous ignorons tant de choses suffit à mon bonheur." George Oppen

______________________________________________

 

8 avril 2007 7 08 /04 /avril /2007 09:13
Ma chère Sonia,

    Je t’écris très vite ce petit mot à l’aide de mon mémorisateur intégré, je ne suis pas sûr d’ailleurs qu’il arrive à destination. Nous sommes nombreux prisonniers, ou plutôt « volontaires » comme ils disent ici et tous un peu hébétés, on ne comprend pas tout. Tout à l’heure, avant l’embarquement, il y aura plusieurs mètres à faire « à l’air libre », je jetterai cette lettre-CD en espérant qu’un « local » la trouvera et te la fera parvenir. Comme ce qu’on avait lu dans quelques journaux non autorisés, on nous a effectivement injecté de nombreux produits dans le corps. Ma peau a semble-t-il déjà changé de couleur, elle s’est un peu « kératinisé » ou plutôt « chitinisé » pour reprendre un terme utilisé entre nous et plus proche de la réalité. C’est parait-il pour mieux résister aux rayonnements. Tu connais mon côté pacifiste et mon appartenance au Parti 8, je ne comprends pas ce que je fais ici, je devais rester en ingénierie. Les injections ont été violentes comme de la flamme dans nos veines et dans nos muscles, un moment – sous la seringue - je suis retombé en enfance, des souvenirs idiots sont remontés très nets, très brutaux : tes peurs dans le train-fantôme perpétuel, enfants ; puis nos balades romantiques dans les roseaux à l’extrémité du lac d’Annecy ; puis ton corps un jour dévoilé à mes mains timides et inexpérimentées ; puis d’autres souvenirs qui se mélangent dans ma tête, que je n’arrive plus à situer : le soleil qui disparait partiellement, la nature qui se meurt, beaucoup de morts et de cris. Ce vieux pays, la France N°1, me semble si loin maintenant que je pars combattre pour les Forces Réunifiées.
    On les aura ces fichus Klingons ! La Terre a besoin de combattants, tout le monde le dit. J’espère qu’au centre de procréation assistée accélérée, tout se passe bien pour toi, malgré ces grossesses en boucle, 4 enfants par année terrienne, ça ne doit pas être facile pour vous toutes. Ni ces tuyaux, ces gaz, ces philtres accélérateurs, ces potions pour que les fœtus grossissent aussi vite. Tu verras, je reviendrai et ce cauchemar finira. Nous repartirons tous deux vers la France N°1, même si elle ne s’appellera sans doute plus ainsi, par une douce matinée d’un vrai soleil – celui qui nous obligeait à plisser les paupières -. Je prendrai ta main, nous autres « êtres humains » faisons ainsi (les Klingons parait-il se tiennent les oreilles, les crétins !) et nous longerons ces étendues d’eau que tu aimes tant, un vrai tableau idyllique de pleine romance. La nature aura peut-être repris ses droits, tous ces défoliants klingonniens vont bien disparaitre, non ?
    Ca y est le robot-chef gueule dans sa langue synthétique : on part dans 5 minutes, les astronefs sont prêts. Dernière injection avant le grand saut : il parait qu’on va dormir plusieurs années terrestres et se réveiller avec un  corps d’insecte, solide, glissant, parfait parait-il pour le combat et résistant aux attaques acides des Klingons. Je termine vite, je pense à toi, tout à l’heure m’est revenue la fin de ce poème que tu aimais tant :
«  J’étais l’orant enfouissant
Masculin
 / féminin
moussant à la langue
ton bas rein tangue »

Je pense à toi, espère mon retour et je reviendrai, j’ose un baiser
Caporal ingénieur Androïde K12-200-6PO – v 12 -


Adresse : Sonia type cyclonP-12 , N°2360-11
Centre P.A.A. N°26-A
Centre globalisé 28
France N°3
Planète Terre



Partager cet article

Repost 0
Published by the very famous french peterpan - dans mes courtes nouvelles et textes
commenter cet article

commentaires

Matheo 12/04/2007 15:57

alerte rouge Monsieur Spock!

mireille 10/04/2007 14:25

Brrrrrrr!!!!!!!

frenchpeterpan 09/04/2007 10:43

;-)
oui, mais Sonia c'est une amie d'enfance :-)

Nat 09/04/2007 07:48

Armande sonnait pas mal aussi!(même mieux!)
bises

Viviane 08/04/2007 18:45

Ahhh!!! contente de le retrouver! des comme celui ci tu peux m'en offrir chaque jour j'adore la science fiction.

Pages