Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ici :

  • : Poésie Littérature Ecriture Chanson poétique
  • Poésie Littérature Ecriture Chanson poétique
  • : mes poésies et petits textes, mes coups de coeur : livres, poésies, chansons poétiques, artistes divers...
  • Contact

some words :

"Le poète est un archer qui tire dans le noir." - Salah Stétié -
"Soyez un écrivain mineur, cela vous rajeunira." 
Dominique Noguez

"Cette femme était si belle
Qu'elle me faisait peur."
 Guillaume Apollinaire

"In a place far away from anyone or anywhere, I drifted off for a moment." -- Haruki Murakami --


"Être poète n'est pas une ambition que j'ai. C'est ma façon à moi d'être seul."   -- Fernando Pessoa --

"Ca va tellement mal aujourd'hui que je vais écrire un poème. Je m'en fiche ; n'importe quel poème, ce poème." -- Richard Brautigan --

"J'écris à cause du feu dans ma tête et de la mort qu'il faut nier."
Jacques Bertin

"O mon passé d'enfance,
pantin qu'on m'a cassé."
Fernando Pessoa


« La mort c’est l’infini des plaines
et la vie la fuite des collines. »
Joseph Brodsky

Certaines choses

Nous entourent « et les voir

Equivaut à se connaître »

George Oppen



" LA GRANDE FORCE EST LE DESIR "
(Guillaume Apollinaire)



"Quand je dis « je », je désigne par là une chose absolument unique,
à ne pas confondre avec une autre."
Ugo Betti

"Le sens trop précis
rature
ta vague littérature"
Stéphane Mallarmé


" Je ne suis pas moi ni un autre

Je suis quelque chose d’intermédiaire :
Un pilier du pont d’ennui
qui s’étend de moi vers l’autre. "
Mario de Sa-Carneiro
I-love-reading
livres et lagaffe

Recherche

B o n j o u r !

-- je vous souhaite un bon passage... --


"Mais rien de cette nature n'est définitivement acquis. Comme une eau, le monde vous traverse et pour un temps vous prête ses couleurs. Puis se retire, et vous replace devant ce vide qu'on porte en soi, devant cette espèce d'insuffisance centrale de l'âme qu'il faut bien apprendre à côtoyer, à combattre, et qui, paradoxalement est peut-être notre moteur le plus sûr."  Nicolas Bouvier

« La poésie vient vers nous, on ne sait d’où, et elle nous quitte, allant vers on ne sait quel au-delà. Mais en passant, elle nous laisse des mots et elle nous fait des signes dont l’interprétation est inépuisable. » Gabriel Bounoure

" Avec tes défauts. Pas de hâte. Ne va pas à la légère les corriger. Qu'irais tu mettre à la place ? " Henri Michaux


écrivez moi si vous le souhaitez :    

Soyez indulgent, je ne suis qu'un petit écrivaillon tentant d'écrivasser

Mai 2008 : "L'apéritif de la neige"
est "paru"

Si vous êtes intéressé : laissez moi un message
(133 pages de poèmes et textes poétiques, pour la plupart ici sur mon blog)

"Le meilleur choix de poèmes est celui que l'on fait pour soi." Paul Eluard

"Savoir que nous ignorons tant de choses suffit à mon bonheur." George Oppen

______________________________________________

 

14 avril 2007 6 14 /04 /avril /2007 18:11
    « Le » livre !
    Voilà ce que l’on nous demande cette semaine pour un atelier d'écriture !
    Alors du coup : hésitations.
    Car le livre est pluriel, n’est-ce pas … : roman, essai, récit, théâtre, poésie, critique, autobiographie, nouvelles, suspense, polar, style, humour, maximes, philosophie, SF, fantasy etc.
    Choisir parmi tous ces livres qui nous ont nourri. Bien difficile.
    Vais-je vous parler de livres formidables qui m’ont « secoué » : « le loup des steppes » d’Hermann Hesse, « le passage » de Jean Reverzy : quête de l’identité.
Le style flamboyant, le travail sur la langue : « Adolphe » de Benjamin Constant, « Brossard et moi » de Pierre Dumayet, « la chute » d’Albert Camus, « Soie » d’Alessandro Baricco, « Les faux-monnayeurs » de Gide ou « dernier amour » de Christian Gailly…
    L’essai que je relis sans cesse alors que ce n’est plus de mon âge : « le nouveau désordre amoureux » de Pascal Bruckner et Alain Finkielkraut ou « l’éloge des plantes » du père du radeau des cimes Francis Hallé.
    Et puis le théâtre qui m’a tant apporté : Molière, « Jacques et son maître » de Milan Kundera, « Huis clos » de Jean-Paul Sartre et tout le théâtre de Dario Fo, de Beckett, de Ionesco.
    La poésie – qui comme la SF, jadis – (« Dune » de Franck Herbeth, « fondation » d’Asimov), m’a donné envie de lire : « les yeux d’Elsa » d’Aragon, « l’espace du dedans » d’Henri Michaux, « plain chant, pleine page » de Jacques Bertin, mon alter ego. La poésie que j’aurais souhaité écrire.
    « Le seigneur des anneaux » de Tolkien, aussi, magnifique livre de fantasy. Chef d’oeuvre, encore. « Les seigneurs de l'instrumentalité » de Cordweiner Smith.
    Les nouvelles qui sont de purs joyaux lorsque c’est Raymond Carver : « vitamines », écriture minimaliste et pourtant si forte.Ou la japonaise Yoko Ogawa.
Les grands inclassables : « l’écume des jours » de Boris Vian, « le manuscrit trouvé à Saragosse » de Jean Potocki.
    Les grands journaux sur soi-même : « le métier de vivre » de Cesare Pavese ou chef d’œuvre des chefs d’oeuvres : « le livre de l’intranquillité » de Fernando Pessoa.
    Les romanciers de l’étrange, mon préféré du moment : Haruki Murakami : dont tout est bon à lire, futur prix Nobel vraisemblablement.

    Je suis quelqu’un de pessimiste, de renfermé, misanthrope beaucoup en vieillissant, aimant les livres « qui remuent les émotions » « qui font monter les larmes aux yeux », du bel ouvrage comme on dit. Amoureux de la nostalgie, de la mélancolie, une sorte de mélange entre Kierkegaard et Chateaubriand. ;-) (oui je sais , c’est pas bien).

Alors je vais changer mes plans et vous parler de « Signé Parpot » d’Alain Monnier. Pur chef d’oeuvre d’humour ! On rit à chaque page, tant ce livre est inventif, diaboliquement réussi et jouissif.

    C’est un livre étrange, cocasse, émouvant, drôle : roman noir ou intrigue policière composé uniquement de documents (lettres, cartes postales,rapports de gendarmerie, journaux intimes, chèques, titres de transport, tickets, etc.) sorte de collage. Ca se lit très bien d’une traite. Ca se déroule dans ma ville fétiche, celle de mes années estudiantines : Toulouse. Le héros est un personnage décalé, qui a son intelligence à lui, bien spéciale. Il recherche un emploi, celui-ci sera la clé de tout : le bonheur bien sûr et une certaine sécurité. Mais surtout il est tombé amoureux d’une certaine Claudine Courvoisier, et il a choisi : ça sera elle ou rien. Chose étrange : elle semble ne pas être d’accord. Alors notre héros va persévérer et la suite est un pur bijou…
    Vraie lecture « plaisir » (c’est un des buts de la lecture, non ?) même si ce n’est pas de la « grande » littérature. Encore que... Tout cela serait à discuter.
    Ce livre est très utilisé maintenant pour les élèves des collèges et lycées, pour donner envie de lire et montrer qu’un livre peut être autre chose qu’une succession rébarbative de paragraphes . D’ailleurs il a obtenu le Prix littéraire des lycées professionnels du Haut-Rhin en 1995, prix décerné par les élèves eux-mêmes.

    Si le livre est pluriel, l’écrivain aussi, Alain Monnier a écrit des suite à Parpot, puis des livres extrêmement différents, un très sombre : « les ombres d’Hannah » et plus tard « survivance », sorte de roman bigarré, très ambitieux, sorte d'utopie entre 1895 et 2060 avec beaucoup de verve, d'invention et d'humour. Récemment avec « Givré » retour au roman désopilant . Et nouvelle réussite de cocasserie et d'absurde. Enfin il y a 3 ans : un livre sur les indiens boliviens en hommage à l'ethnologue Alfred Métraux avec photographies de Pierre André Thiébaud. J'aime cet éclectisme-là.

Grand écrivain.                       

Partager cet article

Repost 0
Published by the very famous french peterpan - dans Livres Coup de coeur
commenter cet article

commentaires

lasidonie 16/04/2007 19:46

une belle bibliothèque que la tienne où je retrouve des amis , classiques ou pas, le même goût pour la nostalgie et la mélancolie. et je découvre aussi des noms que j'ignorais, notamment le dernier. Envie d'en savoir plus sur cet ouvrage, c'est le résultat de cet article...

frenchpeterpan 15/04/2007 18:12

de koltes : j'ai juste vu cette pièce là justement
"dans la solitude des champs de coton"
mis en scène par Patrice Chereau
et joué par lui et par Pascal Gregory
dans un hangar pourri à Marseille
un très très bon moment de théâtre
un de mes 5-10 meilleurs souvenirs de théâtre

les thèmes de Koltes sont un peu les miens : le refus de la violence, l'incompréhension devant la mort
oui tu as raison , il faudrait que je le découvre mieux
merci

Russalka 15/04/2007 17:26

Oh mais on en apprend beaucoup à ton  sujetet surtout on découvre des points de recueil (lement)scommuns:Hesse, Gide, Milan Kundera (as tu lu Koltes? Tu adorerais, la nuit dans les champs de coton) Franck Herbert,  Tolkien, pessoa qui est toujours sur ma table de nuit au cas-z-où...

Pages