Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ici :

  • : Poésie Littérature Ecriture Chanson poétique
  • Poésie Littérature Ecriture Chanson poétique
  • : mes poésies et petits textes, mes coups de coeur : livres, poésies, chansons poétiques, artistes divers...
  • Contact

some words :

"Le poète est un archer qui tire dans le noir." - Salah Stétié -
"Soyez un écrivain mineur, cela vous rajeunira." 
Dominique Noguez

"Cette femme était si belle
Qu'elle me faisait peur."
 Guillaume Apollinaire

"In a place far away from anyone or anywhere, I drifted off for a moment." -- Haruki Murakami --


"Être poète n'est pas une ambition que j'ai. C'est ma façon à moi d'être seul."   -- Fernando Pessoa --

"Ca va tellement mal aujourd'hui que je vais écrire un poème. Je m'en fiche ; n'importe quel poème, ce poème." -- Richard Brautigan --

"J'écris à cause du feu dans ma tête et de la mort qu'il faut nier."
Jacques Bertin

"O mon passé d'enfance,
pantin qu'on m'a cassé."
Fernando Pessoa


« La mort c’est l’infini des plaines
et la vie la fuite des collines. »
Joseph Brodsky

Certaines choses

Nous entourent « et les voir

Equivaut à se connaître »

George Oppen



" LA GRANDE FORCE EST LE DESIR "
(Guillaume Apollinaire)



"Quand je dis « je », je désigne par là une chose absolument unique,
à ne pas confondre avec une autre."
Ugo Betti

"Le sens trop précis
rature
ta vague littérature"
Stéphane Mallarmé


" Je ne suis pas moi ni un autre

Je suis quelque chose d’intermédiaire :
Un pilier du pont d’ennui
qui s’étend de moi vers l’autre. "
Mario de Sa-Carneiro
I-love-reading
livres et lagaffe

Recherche

B o n j o u r !

-- je vous souhaite un bon passage... --


"Mais rien de cette nature n'est définitivement acquis. Comme une eau, le monde vous traverse et pour un temps vous prête ses couleurs. Puis se retire, et vous replace devant ce vide qu'on porte en soi, devant cette espèce d'insuffisance centrale de l'âme qu'il faut bien apprendre à côtoyer, à combattre, et qui, paradoxalement est peut-être notre moteur le plus sûr."  Nicolas Bouvier

« La poésie vient vers nous, on ne sait d’où, et elle nous quitte, allant vers on ne sait quel au-delà. Mais en passant, elle nous laisse des mots et elle nous fait des signes dont l’interprétation est inépuisable. » Gabriel Bounoure

" Avec tes défauts. Pas de hâte. Ne va pas à la légère les corriger. Qu'irais tu mettre à la place ? " Henri Michaux


écrivez moi si vous le souhaitez :    

Soyez indulgent, je ne suis qu'un petit écrivaillon tentant d'écrivasser

Mai 2008 : "L'apéritif de la neige"
est "paru"

Si vous êtes intéressé : laissez moi un message
(133 pages de poèmes et textes poétiques, pour la plupart ici sur mon blog)

"Le meilleur choix de poèmes est celui que l'on fait pour soi." Paul Eluard

"Savoir que nous ignorons tant de choses suffit à mon bonheur." George Oppen

______________________________________________

 

5 mai 2007 6 05 /05 /mai /2007 13:05
Mon programme :
( car les maîtres-à-danser mesurent le temps qui resterait )

    les belles gymnastes de l’Est grossiraient, leur féminité, enfin, apparaîtrait ; les conifères et les cycas perdraient leurs feuilles à la saison désirée ; les lemmings verraient leur QI grimper et émigreraient au Nord ; les ordinateurs auraient leur vie « à eux » libérés du joug humain ; les oréades renaîtraient et leur cascade de cheveux ; la reine termite s’allongerait les pattes ; on jouerait à la belote avec nos mânes ; les banians lanceraient leurs racines vers les nuages ; la terre trouverait le climat idyllique ; l’onanisme serait un art enseigné à l’école ; les grives musiciennes apprendraient le violon ; l’ondulant de notre sang serait constant ; les groseilles arrêteraient de faire les maquereaux (et rougiraient) (et puis elles seraient moins acides) ; il n’y aurait plus d’hommes politiques ; les crabes ne seraient plus enragés ; la profession de camériste serait encouragée ; les bars seraient joliment décorés (et perdraient cette sinistrose constante) ; apprendre à baragouiner serait encouragé ; les mille-pattes nommeraient leurs pattes une bonne fois pour toutes, nom d’un iule ! on connaîtrait TOUT sur les pyramides ; la maladie deviendrait « anecdotique », la mort un « artefact » ; l’art du mandala et de la patience serait enseigné ; les rares bétonneurs seraient emprisonnés et changeraient vite de métier ; le football disparaîtrait d’un coup ; les dromadaires et les chameaux feraient des petits à une bosse et demi ;

    on utiliserait l'ensemble de notre cerveau à 100% ; on ferait l’amour très régulièrement ; nous serions tous enfin des bourgeois bohèmes parce que cela nous va bien (et on le vaut bien) ; la France s’appellerait donc « pays du bon vin »  et non pas « pays des hommes intègres » ; on apprendrait tous et toutes la polyphonie, le chant, la poésie, l’art du contact, du toucher, de l’empathie ; nous cultiverions les oiseaux et les menthes et les lichens dorés ; un jour de la semaine serait férié pour les visites aux musées (on suivrait les flèches en sens inversé) ;  nous aurions plusieurs femmes et plusieurs maris et beaucoup d’enfants ; la jalousie, la rancune, la convoitise, le dépit disparaîtraient ; les jambes et les visages des femmes seraient parfaits ; les hommes n’auraient plus de bedaine ou si peu ; les cristaux de neige, les méandres des ruisseaux, les acajous des corps, les couleurs des madrépores seraient répertoriés ; nous sommes constitués de 100 000 milliards de cellules : j’augmenterais ce nombre ; adoptons des petits éléphanteaux, des chouettes chouettes hulotte, des lourds taureaux de Camargue : donnons leurs leur aise et leur liberté ; respectons les paysages ; soyons cheval de temps en temps pour apprendre le galop ; hérisson pour connaître le goût des insectes, abeille pour connaître ces nectars, oiseaux et leurs ailes ; fabriquons plusieurs ersatz de nos vies, vivons pluriel ; que la vie soit une érythropoïèse constante ; devenons mastodonte en amour, riches de pensées, sans pépin amer ni faille cardiaque ; apprenons la kora, africanisons-nous ; cherchons nos lions ; cherchons la voie lactée de nos envies ; dérivons, prenons le temps, gaspillons du temps, écoutons ceux qui nous parlent,

oui dérivons

dérivons au gré des courants et des vents dans l’eau des amours, des amitiés, des paysages, des choses humaines, des ocres minérales, des arbres centenaires, des animaux compagnons…

oui dérivons, éclipsons-nous...


bref votez pour moi (à gauche) ... Je m'appelle Makata

Partager cet article

Repost 0
Published by the very famous french peterpan - dans mes courtes nouvelles et textes
commenter cet article

commentaires

if6 27/10/2007 22:20

très sympa ton programmeet voilà clara!bonne nuit.

Nat 15/05/2007 14:58

(Lu).Bises

cocole 06/05/2007 12:02

voilà un programme on ne peut plus....extra-terrestre!!bon dimanche et bon vote!!

Pages