Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ici :

  • : Poésie Littérature Ecriture Chanson poétique
  • : mes poésies et petits textes, mes coups de coeur : livres, poésies, chansons poétiques, artistes divers...
  • Contact

some words :

"Le poète est un archer qui tire dans le noir." - Salah Stétié -
"Soyez un écrivain mineur, cela vous rajeunira." 
Dominique Noguez

"Cette femme était si belle
Qu'elle me faisait peur."
 Guillaume Apollinaire

"In a place far away from anyone or anywhere, I drifted off for a moment." -- Haruki Murakami --


"Être poète n'est pas une ambition que j'ai. C'est ma façon à moi d'être seul."   -- Fernando Pessoa --

"Ca va tellement mal aujourd'hui que je vais écrire un poème. Je m'en fiche ; n'importe quel poème, ce poème." -- Richard Brautigan --

"J'écris à cause du feu dans ma tête et de la mort qu'il faut nier."
Jacques Bertin

"O mon passé d'enfance,
pantin qu'on m'a cassé."
Fernando Pessoa


« La mort c’est l’infini des plaines
et la vie la fuite des collines. »
Joseph Brodsky

Certaines choses

Nous entourent « et les voir

Equivaut à se connaître »

George Oppen



" LA GRANDE FORCE EST LE DESIR "
(Guillaume Apollinaire)



"Quand je dis « je », je désigne par là une chose absolument unique,
à ne pas confondre avec une autre."
Ugo Betti

"Le sens trop précis
rature
ta vague littérature"
Stéphane Mallarmé


" Je ne suis pas moi ni un autre

Je suis quelque chose d’intermédiaire :
Un pilier du pont d’ennui
qui s’étend de moi vers l’autre. "
Mario de Sa-Carneiro
I-love-reading
livres et lagaffe

Recherche

B o n j o u r !

-- je vous souhaite un bon passage... --


"Mais rien de cette nature n'est définitivement acquis. Comme une eau, le monde vous traverse et pour un temps vous prête ses couleurs. Puis se retire, et vous replace devant ce vide qu'on porte en soi, devant cette espèce d'insuffisance centrale de l'âme qu'il faut bien apprendre à côtoyer, à combattre, et qui, paradoxalement est peut-être notre moteur le plus sûr."  Nicolas Bouvier

« La poésie vient vers nous, on ne sait d’où, et elle nous quitte, allant vers on ne sait quel au-delà. Mais en passant, elle nous laisse des mots et elle nous fait des signes dont l’interprétation est inépuisable. » Gabriel Bounoure

" Avec tes défauts. Pas de hâte. Ne va pas à la légère les corriger. Qu'irais tu mettre à la place ? " Henri Michaux


écrivez moi si vous le souhaitez :    

Soyez indulgent, je ne suis qu'un petit écrivaillon tentant d'écrivasser

Mai 2008 : "L'apéritif de la neige"
est "paru"

Si vous êtes intéressé : laissez moi un message
(133 pages de poèmes et textes poétiques, pour la plupart ici sur mon blog)

"Le meilleur choix de poèmes est celui que l'on fait pour soi." Paul Eluard

"Savoir que nous ignorons tant de choses suffit à mon bonheur." George Oppen

______________________________________________

 

8 novembre 2007 4 08 /11 /novembre /2007 20:53


    Je ne vais plus au village de ma grand-mère. Je n’habite plus cette région depuis longtemps et puis mes grands parents sont enterrés, la maison a été vendue. Mais je me souviens bien de mes derniers passages et de nombreux souvenirs resurgissent. Une toute petite maison, avec sur sa droite un tout petit jardin. Un mur (Oh ! Ce mur : je me souvenais d’un mur très haut, que j’escaladais, enfant, avec grandes difficultés, alors qu’il ne doit pas dépasser un mètre cinquante), derrière le mur, le potager, un grand noisetier, derrière encore, un grand champ, au bout du champ, la route, de l’autre côté de la route la ferme chez Hervé où nous jouions certains après midis au Monopoly dans les années 65.

    Derrière le mur, une grosse haie de framboisiers où muni d’un bol on me réclamait parfois d’aller. Le grand noisetier à ma dernière visite avait été abattu, comme je le regrette, c’était un arbre gigantesque, majestueux, une balançoire à sa plus grosse branche du bas, et quantité de noisettes que nous écrasions entre deux pierres. J’ai d’ailleurs gardé un goût prononcé pour les noisettes ; mes beaux-parents dans des accès d’humour m’appellent « l’écureuil ». Mon frère plus âgé que moi montait très haut et me racontait les toits du village, le haut du château, les champs. La nuque pliée, tête en l’air je buvais les paroles de cet aventurier comme du lait. Derrière le potager et ses rangées de légumes, un grand champ qui servait de lieux d’attaques pour cow-boy et indien, on y planta plus tard la tente. Mon père venait à la nuit tombée, pousser des gloussements d’animaux féroces, ou toucher la tente silencieusement pour le plus grand bonheur de nous deux. Avec la pointe de sa cigarette, dehors, il dessinait aussi des figures d’animaux à deviner. Nous le regardions comme le dieu de l’été.
    Ce champ aujourd’hui est un lotissement.



    En quittant la maison sur la gauche, on était bien vite dans les champs, champs de blé essentiellement, de ces hauts blés de jadis, disparus maintenant. Un large silo brutalement donnait une note de modernité. Je me souviens du grain de blé que nous épluchions et croquions, à la fois amer et sucré. Une pâte à mâcher, un chewing-gum avant l’heure. En haut de la route, sur la droite, on descendait vers la gare, la côte était courte mais forte (ce n’est bien sûr qu’un bon faux plat) ; un jour, un dimanche, de nombreux coureurs descendaient et remontaient prêts pour la course du village, la couleur des maillots, les vélos rutilants et de couleurs variées, ce monde des grands m’impressionnèrent. De fait, je fis des courses de vélo de 13 à 17 ans, ma vision, petit enfant de ce monde là, y est sans doute pour beaucoup pour le choix de ce sport. Je me rappelle aussi de mon premier petit vélo rouge ( à l’époque, je ne prononçais pas les « r », mon vélo rouge grenat, devenait « you guenat ». Un jour descendant cette petite côte, je ne pus freiner, le pignon fixe m’entraînant, seul le mur de la petite gare m’arrêta. Je revois encore le mur s’approchant de moi à grande vitesse.

    Les trois pièces de la maison étaient très petites en enfilade ; je me souviens surtout de la chambre du fond qui contenait juste deux lits, une grande armoire avec une grande glace et de deux vases faits par mon grand-père ou rapportés par lui ; ces vases faits dans des obus de la première guerre. Fusées de cuivre gravées, décorées. De savoir qu’il s’agissait d’obus m’avait bouleversé.
    Il y avait aussi la « grange ». Une petite grange qui présentait deux intérêts : une grande échelle dangereuse (« interdite »)qui menait à un vaste grenier, et des escaliers pour descendre à la cave. Au grenier, on trouvait des vieux « Akim » ou « Mickey », des jouets oubliés, et des malles, bref tout un bric-à-brac où il était plaisant de fouiller. Il n’y a plus de grenier dans les maisons modernes, j’entends de vrais greniers avec les toiles d’araignées et les trésors qui vont avec. La cave contenait encore une grosse quantité de charbon qu’on laissait couler par un petit soupirail et quelques gros tonneaux qui jadis recevaient le vin de mon grand père. Il y avait une odeur de vinasse et d’humidité, de champignons dans cette cave que je n’ai plus jamais redécouverte ensuite. Ma mère me racontait les vendanges des petites parcelles de vigne avec un âne têtu.
Dans une petite soupente, nos jouets de chaque été étaient là : arc, fusils à flèches, pistolets, panoplies.

    En mal d’animaux, parfois je caressais le chien du voisin avec une gourmandise extrême.
Plus bas dans la rue, une ferme, on allait y voir chèvres, lapins, poules et quelques vaches et puis un magnifique cheval de trait d’une stature extraordinaire. Deux vieux garçons.
En continuant la route sur la gauche, après avoir traversé la nationale, on pouvait arriver au « pont cassé », on venait voir les eaux qui coulaient vers le château, il était interdit de s’y baigner, un « trou d’eau » ayant provoqué des noyades ; je n’ai jamais su s’il s’agissait de légendes ou de réalités ; il y avait beaucoup de goujons et de petits poissons, on pêchait là avec des cannes à pêche très artisanales et peu efficaces. Les lattes du pont cassé dépassaient, quelques gros clous rouillés parfois nous griffaient les pieds. C’était la campagne à pleins poumons. Mes poumons jadis asthmatiques se souviennent des fraicheurs des prés, des tourbillons de l’eau, de l’amitié des enfants.
    J’attendais aussi avec impatience le jeudi matin ; sur la place du village stationnait alors un long camion qui vendait un peu de tout  pour les enfants des bricoles à 1 franc avec lesquelles nous allions jouer des semaines durant. Le feu d’artifice du 14 Juillet tiré sur le terrain de football était lui aussi –pour mon âge – grandiose.

    Puis nous quittions le soir le village pour rejoindre la grande ville, au passage, les parents achetaient comme un rituel quelques tartes aux pommes de terre, que nous dégusterions plus tard.

    Cette maison fut enfin vendue, ma grand-mère était morte, celle qui vers la fin de sa vie m’appelait « Monsieur » en me croisant dans le petit couloir de l’appartement de mes parents. Puis pleurait lorsque je disais mon nom.
Partager cet article
Repost0

commentaires

M
que c'est beau mais que c'est beau, cette évocation de ton pays d'enfance! poésie qui ruisselle de partout, comme la tendresse. Ah! le souvenir de ce papa qui vient faire peur le soir, puis fait deviner les animaux avec la fumée de sa cigarette! et la confusion de cette Grand-Mère...je trouve ce texte extraordinaire. merci de continuer à faire vivre, et de ce partage.
c'est vrai, les greniers manquent bien, dans les maisons -cagibis d'aujourd'hui.
"L'enfance/ Qui peut nous dire quand ça finit/ qui peut nous dire quand ça commence..." c'est une de mes chansons préférées (Brel)
Répondre
M
merci à tous
ah l'enfance !
Répondre
J
comme toujours drôle de complicité avec mon texte et ma grand mère.
Le tien est superbe, je l'ai fait à un moment difficile de ma vie comme Martin Wincker quand il raconte son enfance dans "Légendes" avant "la maladie de Sachs" lorsque nous étions tous deux élèves des mêmes profs et que nous nous cachions dans les mêmes endroits de Pithiviers...j'ai retrouvé Marc plus de vingt ans après.
Amitiés évidemment
jlg
 
 
Répondre
L
un parfum profond qui reste longtemps en bouchece vin que tu nous ouvres là est fort lumineuxet donne une curieuse ivressemerci
Répondre
L
Je me suis aventuré dans ce village et ses souvenirs, touchants comme tous ceux qui nous restituent notre enfance. Ces lieux qui ont pris dans notre mémoire une dimension magique, nous rattachent au sol, nous y ancrent et en même temps nous permettent de partir vers un ailleurs recoloré. C'est un beau texte.
Répondre
M
le village est près de Chateauroux
la grande ville est Tours
j'ai peu de souvenirs de ma très jeune enfance, mais quand nous quittions Tours (tout petit appartement) et qu'on allait dans cette maison ; c'était pour moi gigantesque, alors qu'en fait la maison de ma grand mère était minuscule
merci à vous 3
Répondre
V
Elle est belle ton histoire et d'autant plus qu'elle est vraieelle me rappelle ma propre maison d'enfanceet puis il y a ces lieux mythiques que sont les granges, les caves, les champs ou potagers, les arbres aussi investis de tant de jeux et de rêves..La fin est toute triste et douce à la fois, tu m'as touchée au coeur Marco.
Répondre
I
j\\\'aime vraiment bien cette note, dans quelle région cela se passait-il- elle, ton enfance? La fin de cette maison avec la fin de ton texte est touchant, une époque où les "vieux" n\\\'étaient pas en maison de retraite ou hopital merci pour ce texte de souvenirs d\\\'enfance, ce n\\\'est pas toujours évident de parler de soi comme ça. :)
Répondre
C
j'ai gardé la maison de mes parents pour garder mes racines, je n'ai pas pu me résoudre à tout laisser partir, eux le sont, ça, on n'y peut rien, alors sauvins ce qui peut l'être, pour un temps nécessaire...
Répondre

Pages