Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ici :

  • : Poésie Littérature Ecriture Chanson poétique
  • Poésie Littérature Ecriture Chanson poétique
  • : mes poésies et petits textes, mes coups de coeur : livres, poésies, chansons poétiques, artistes divers...
  • Contact

some words :

"Le poète est un archer qui tire dans le noir." - Salah Stétié -
"Soyez un écrivain mineur, cela vous rajeunira." 
Dominique Noguez

"Cette femme était si belle
Qu'elle me faisait peur."
 Guillaume Apollinaire

"In a place far away from anyone or anywhere, I drifted off for a moment." -- Haruki Murakami --


"Être poète n'est pas une ambition que j'ai. C'est ma façon à moi d'être seul."   -- Fernando Pessoa --

"Ca va tellement mal aujourd'hui que je vais écrire un poème. Je m'en fiche ; n'importe quel poème, ce poème." -- Richard Brautigan --

"J'écris à cause du feu dans ma tête et de la mort qu'il faut nier."
Jacques Bertin

"O mon passé d'enfance,
pantin qu'on m'a cassé."
Fernando Pessoa


« La mort c’est l’infini des plaines
et la vie la fuite des collines. »
Joseph Brodsky

Certaines choses

Nous entourent « et les voir

Equivaut à se connaître »

George Oppen



" LA GRANDE FORCE EST LE DESIR "
(Guillaume Apollinaire)



"Quand je dis « je », je désigne par là une chose absolument unique,
à ne pas confondre avec une autre."
Ugo Betti

"Le sens trop précis
rature
ta vague littérature"
Stéphane Mallarmé


" Je ne suis pas moi ni un autre

Je suis quelque chose d’intermédiaire :
Un pilier du pont d’ennui
qui s’étend de moi vers l’autre. "
Mario de Sa-Carneiro
I-love-reading
livres et lagaffe

Recherche

B o n j o u r !

-- je vous souhaite un bon passage... --


"Mais rien de cette nature n'est définitivement acquis. Comme une eau, le monde vous traverse et pour un temps vous prête ses couleurs. Puis se retire, et vous replace devant ce vide qu'on porte en soi, devant cette espèce d'insuffisance centrale de l'âme qu'il faut bien apprendre à côtoyer, à combattre, et qui, paradoxalement est peut-être notre moteur le plus sûr."  Nicolas Bouvier

« La poésie vient vers nous, on ne sait d’où, et elle nous quitte, allant vers on ne sait quel au-delà. Mais en passant, elle nous laisse des mots et elle nous fait des signes dont l’interprétation est inépuisable. » Gabriel Bounoure

" Avec tes défauts. Pas de hâte. Ne va pas à la légère les corriger. Qu'irais tu mettre à la place ? " Henri Michaux


écrivez moi si vous le souhaitez :    

Soyez indulgent, je ne suis qu'un petit écrivaillon tentant d'écrivasser

Mai 2008 : "L'apéritif de la neige"
est "paru"

Si vous êtes intéressé : laissez moi un message
(133 pages de poèmes et textes poétiques, pour la plupart ici sur mon blog)

"Le meilleur choix de poèmes est celui que l'on fait pour soi." Paul Eluard

"Savoir que nous ignorons tant de choses suffit à mon bonheur." George Oppen

______________________________________________

 

13 décembre 2007 4 13 /12 /décembre /2007 20:43
 
Ce sont eux dont je parle : les mots de l’absence.
Et les langages du corps, leur ritualisation ; l’importance du regard ; puis en toute hâte, soudainement, les peaux rose pâle se sont tues en traversant les blanchiments du temps. Je me remis à songer à toi. A vous. Vous encombriez mes pensées.
La pluie que j’ai entendue jouer sur les dalles de tes absences. Dans mes douleurs reconduites : la grappe de ton sexe, la steppe de tes yeux.
Que j’aie souvenance de toi !
Du noir, j’en revins, avec ses grandes stries qui m’avaient aveuglé, et les stridulations menaçantes de tes chansons.

Vous plaisiez, vous riiez : en ces temps là, je vous vouvoyais, et tes crevasses étaient mes impasses ; en peau de nylon ou de satin, jolie, défilait droit votre long corps.
Je craignais tes départs ; un jour, un seul suffit.
Vous cédâtes aux tentations premières d’autres blondeurs, d’autres mains, une gestuelle et un sourire différents…
Pourtant tous deux nous avions décidé d’abroger la mort et ses cortèges du mal ; immortels disiez-vous…
La grande séparation vint alors, avec une brutalité inouïe. Je me souviens – et ce fut la seule fois dans ma vie – avoir senti battre mon cœur comme autonome et ressenti ma douleur l’enserrer comme une gangue, une forte poigne. Je pouvais définir les contours tellement ils faisaient mal, déjà une cartographie du mort. Je pouvais dessiner la silhouette de mon cœur brutalement saisi.
Je craignais tes retours, tu ne revins jamais.
J’ai laissé là alors dans la corbeille de ce premier amour une grosse part de mes joies de vivre. Mes dons de comédien, mes talents d’orateurs, mes vêtements multicolores, mes tentatives de peintre. Imbécile me disait-on ; on ne meurt pas si tôt.
Aie courage, pensais-je. Je fuyais par la fenêtre de ma chambre ; puis le long de la Loire, comme tout le monde, ma peine coulait. L’eau grise pourtant rassurante n’effaça jamais. Le sable pourri et rance demeurait.
Depuis je marche dans les sentes rayées où alternent gaietés et noirceurs, ombres et lumières, chants et silences. Le « tout coloré » s’en est allé de l’autre côté du tableau.

J’avais vieilli prématurément.
 


Partager cet article

Repost 0
Published by the very famous french peterpan - dans mes courtes nouvelles et textes
commenter cet article

commentaires

merbel 16/12/2007 11:08

Ce qui lie votre vie aux mots,  c\\\'est sans nul doute le temps, cher Marco!
Le temps, avec sa fuite, ses regrets mais aussi le Bescherelle !
Avec vous, grâce à vous, le temps ne s\\\'engloutit pas, vous le réanimez et le passé simple et le plus-que-parfait deviennent dans leur choc, dans leur utilisation décalée, associée au présent, un creuset de sens et  une confusion de sentiments.
Le passé simple vous réussit bien...
La Loire, toujours là, pour boire vos chagrins et vos rêves...

marc 14/12/2007 22:48

bof bof
on a tous connu ça, non ?
:-)

Viviane 14/12/2007 22:17

Ah ben alors, c'est sensass et je suis heureuse de saluer à nouveau celac'est un texte extraordinairequi fait mal où il passemais...

if6 14/12/2007 20:33

ce texte me fait tellement de peine c'est con hein!

marc 14/12/2007 20:11

c'est bien de moâ
l'image n'est qu'illustration de mes pauvres souvenirs :-)

Viviane 14/12/2007 19:47

c'est d'une puissance rare, et je dois dire, Marcosincèrementque j'ai cru jusq'à voir l'image que ce texte poéme était de ta plume tant je ressens ces stries du noir souvent dans tes textes et poèmesce momentJe me souviens – et ce fut la seule fois dans ma vie – avoir senti battre mon cœur comme autonome et ressenti ma douleur l’enserrer comme une gangue, une forte poigne.que c'est bien vu

cocole 14/12/2007 13:40

le début gai, jouant entre le tu et le vous contraste avec cette fin qui tire un rideau noir! déconcertant!

Valentine :0056: 13/12/2007 22:13

Comme c'est beau, comme c'est bien écrit ! J'adore "la steppe de tes yeux"...

Pages