Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ici :

  • : Poésie Littérature Ecriture Chanson poétique
  • Poésie Littérature Ecriture Chanson poétique
  • : mes poésies et petits textes, mes coups de coeur : livres, poésies, chansons poétiques, artistes divers...
  • Contact

some words :

"Le poète est un archer qui tire dans le noir." - Salah Stétié -
"Soyez un écrivain mineur, cela vous rajeunira." 
Dominique Noguez

"Cette femme était si belle
Qu'elle me faisait peur."
 Guillaume Apollinaire

"In a place far away from anyone or anywhere, I drifted off for a moment." -- Haruki Murakami --


"Être poète n'est pas une ambition que j'ai. C'est ma façon à moi d'être seul."   -- Fernando Pessoa --

"Ca va tellement mal aujourd'hui que je vais écrire un poème. Je m'en fiche ; n'importe quel poème, ce poème." -- Richard Brautigan --

"J'écris à cause du feu dans ma tête et de la mort qu'il faut nier."
Jacques Bertin

"O mon passé d'enfance,
pantin qu'on m'a cassé."
Fernando Pessoa


« La mort c’est l’infini des plaines
et la vie la fuite des collines. »
Joseph Brodsky

Certaines choses

Nous entourent « et les voir

Equivaut à se connaître »

George Oppen



" LA GRANDE FORCE EST LE DESIR "
(Guillaume Apollinaire)



"Quand je dis « je », je désigne par là une chose absolument unique,
à ne pas confondre avec une autre."
Ugo Betti

"Le sens trop précis
rature
ta vague littérature"
Stéphane Mallarmé


" Je ne suis pas moi ni un autre

Je suis quelque chose d’intermédiaire :
Un pilier du pont d’ennui
qui s’étend de moi vers l’autre. "
Mario de Sa-Carneiro
I-love-reading
livres et lagaffe

Recherche

B o n j o u r !

-- je vous souhaite un bon passage... --


"Mais rien de cette nature n'est définitivement acquis. Comme une eau, le monde vous traverse et pour un temps vous prête ses couleurs. Puis se retire, et vous replace devant ce vide qu'on porte en soi, devant cette espèce d'insuffisance centrale de l'âme qu'il faut bien apprendre à côtoyer, à combattre, et qui, paradoxalement est peut-être notre moteur le plus sûr."  Nicolas Bouvier

« La poésie vient vers nous, on ne sait d’où, et elle nous quitte, allant vers on ne sait quel au-delà. Mais en passant, elle nous laisse des mots et elle nous fait des signes dont l’interprétation est inépuisable. » Gabriel Bounoure

" Avec tes défauts. Pas de hâte. Ne va pas à la légère les corriger. Qu'irais tu mettre à la place ? " Henri Michaux


écrivez moi si vous le souhaitez :    

Soyez indulgent, je ne suis qu'un petit écrivaillon tentant d'écrivasser

Mai 2008 : "L'apéritif de la neige"
est "paru"

Si vous êtes intéressé : laissez moi un message
(133 pages de poèmes et textes poétiques, pour la plupart ici sur mon blog)

"Le meilleur choix de poèmes est celui que l'on fait pour soi." Paul Eluard

"Savoir que nous ignorons tant de choses suffit à mon bonheur." George Oppen

______________________________________________

 

6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 17:52

 eros-thanatos

 

  En plein orgasme, nous fumes projetés contre le plafond, collés comme des mouches ; nos peaux s’étaient ventousés et nous eûmes grand mal plus tard lors de la détumescence à redescendre, à nous détacher ; tes peaux étaient airain en fusion, or et cuivre chaud, mes mains brûlaient à leurs contacts, et je me fis mal en desserrant notre étreinte, des lambeaux restaient crochés à ton contact fin ; tes jambes gainés de bas de laine gris et jarretière de soie noire filaient comme des bulles de gaz hilarant, et fortes, elles tremblaient comme épileptiques ; et ta toison argentée de tes langues bifides ou décolorée d’eau oxygénée semblait s'enflammer ; fixés au plafond, dans un grand rire puissant, nous vivions…

Tu parlais de nos enfances et des enfances d’autres, on parlait de nos amis, tu me disais ceux que tu désirais, tu aimais séduire, j’aimais quant moi mes altérités féminines, ces corps inconnus, tous différents ; bref nous nous aimions en heureuse confiance.

  Nous vîmes par la fenêtre flotter quelques nuages amaigris, signe du temps passé ;

Au centre des jambes : ton sexe obus-fusée / Hanabi d’or, d’éclairs pour mourir en feux de couleurs - en feux d’oubli – des hanches comme des perles, comme des récitations d’écolières ;

Comment oublier à tes départs, tes corps étincelants ? Lumières de phares en pulsation et désespoirs spasmodiques.

  Dans l’abandon de tes chairs, dans tes laines et lianes, dans tes matériaux souples et fluides, je m’auto-érotisais sans mal ; j’étais ton pantin putschiste happant l’happy end  de tes soifs d’aimer embrunies. Au dégrisoir, juste à côté, là où on vieillit, revenaient alors en tsunamis réguliers des souffrances dégradées d’être à nouveau isolé, sans être à aimer ; ces changements : d’orgasmes à solitudes chaque fois me vrillaient le cœur et en faisaient une nasse à soucis.

  Dans les marais noirs alors des dépressions, je comprenais les suicides de Gary ou de Pavese, les souffrances sans nom de Styron écrivant « Face aux ténèbres ». Et tant d’autres ! « Post-coïtum, animal triste. », pourquoi ? Ce cerveau encore avec sa biologie qui nous tire encore en arrière. Tristesse, de nouveau. Un échiquier d’hormones et de neuro-médiateurs en perpétuelle déconstruction. 

  Oh ! Les écharpes de tes jambes à mon cou ! Oh tes lèvres dénudées à ta peau blanche ! Oh la chimie de tes suints et ors, l’alchimie de tes broussailles, de ton corail ! Je suis en floraison au ras de ton sexe, prêt pour un nouveau flacon d’ivresse, un beau flocon de tes proses fessières.

Plus tard, à l’aliénation N° 21-582, lorsque nous boirons l’apéro avec la camarde, la faucheuse, la vilaine, nous nous souviendrons amicalement de tous nos amis déjà morts et qui avaient souhaité réellement autre chose ; sans doute nous serons alors réconciliés avec cette morsure à l’âme ; et nous repartirons dans l’exploration totale, exhaustive, épuisante de nos corps respectifs ; il faut conjurer cette fin ultime ; visitons chaque rayon de nos corps et âmes ruches. Boire la vie de nos sexes opposés « à fond », « in extenso » quitte à en mourir…

Partager cet article

Repost 0
Published by frenchpeterpan - dans "poèmes" érotiques
commenter cet article

commentaires

frenchy 28/03/2012 13:42


merci camarados...


:)

if6 28/03/2012 08:02


salut Marco


je trouve ce texte très très fort et beau


oui vraiment il est là


ton style dans ce texte


l'essentiel est là dans ces mots


j'aime particulièrement cela:


le mal éprouvé en desserant l'étreinte


et les bas de laine /avec la jarretière de soie


et s'aimer en heureuse confiance


Bizs


 

ô voleur !! 28/03/2012 02:39


J'aime beaucoup ! Mais ce n'est sans doute pas une surprise !


 


> plaisir de t'entendre te libérer...

Pages