Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ici :

  • : Poésie Littérature Ecriture Chanson poétique
  • : mes poésies et petits textes, mes coups de coeur : livres, poésies, chansons poétiques, artistes divers...
  • Contact

some words :

"Le poète est un archer qui tire dans le noir." - Salah Stétié -
"Soyez un écrivain mineur, cela vous rajeunira." 
Dominique Noguez

"Cette femme était si belle
Qu'elle me faisait peur."
 Guillaume Apollinaire

"In a place far away from anyone or anywhere, I drifted off for a moment." -- Haruki Murakami --


"Être poète n'est pas une ambition que j'ai. C'est ma façon à moi d'être seul."   -- Fernando Pessoa --

"Ca va tellement mal aujourd'hui que je vais écrire un poème. Je m'en fiche ; n'importe quel poème, ce poème." -- Richard Brautigan --

"J'écris à cause du feu dans ma tête et de la mort qu'il faut nier."
Jacques Bertin

"O mon passé d'enfance,
pantin qu'on m'a cassé."
Fernando Pessoa


« La mort c’est l’infini des plaines
et la vie la fuite des collines. »
Joseph Brodsky

Certaines choses

Nous entourent « et les voir

Equivaut à se connaître »

George Oppen



" LA GRANDE FORCE EST LE DESIR "
(Guillaume Apollinaire)



"Quand je dis « je », je désigne par là une chose absolument unique,
à ne pas confondre avec une autre."
Ugo Betti

"Le sens trop précis
rature
ta vague littérature"
Stéphane Mallarmé


" Je ne suis pas moi ni un autre

Je suis quelque chose d’intermédiaire :
Un pilier du pont d’ennui
qui s’étend de moi vers l’autre. "
Mario de Sa-Carneiro
I-love-reading
livres et lagaffe

Recherche

B o n j o u r !

-- je vous souhaite un bon passage... --


"Mais rien de cette nature n'est définitivement acquis. Comme une eau, le monde vous traverse et pour un temps vous prête ses couleurs. Puis se retire, et vous replace devant ce vide qu'on porte en soi, devant cette espèce d'insuffisance centrale de l'âme qu'il faut bien apprendre à côtoyer, à combattre, et qui, paradoxalement est peut-être notre moteur le plus sûr."  Nicolas Bouvier

« La poésie vient vers nous, on ne sait d’où, et elle nous quitte, allant vers on ne sait quel au-delà. Mais en passant, elle nous laisse des mots et elle nous fait des signes dont l’interprétation est inépuisable. » Gabriel Bounoure

" Avec tes défauts. Pas de hâte. Ne va pas à la légère les corriger. Qu'irais tu mettre à la place ? " Henri Michaux


écrivez moi si vous le souhaitez :    

Soyez indulgent, je ne suis qu'un petit écrivaillon tentant d'écrivasser

Mai 2008 : "L'apéritif de la neige"
est "paru"

Si vous êtes intéressé : laissez moi un message
(133 pages de poèmes et textes poétiques, pour la plupart ici sur mon blog)

"Le meilleur choix de poèmes est celui que l'on fait pour soi." Paul Eluard

"Savoir que nous ignorons tant de choses suffit à mon bonheur." George Oppen

______________________________________________

 

15 mai 2010 6 15 /05 /mai /2010 12:04

france-culture


normalement

vous pourrez entendre la belle voix de frenchpeterpan ce soir

entre 19 h et 19 h 30


dans l'excellente émission de Sophie Nauleau

" ça rime à quoi ? "

 

ca rime a quoi

 

l'invité principal est le grand poète marocain

Abdellatif Laâbi

prix Goncourt poésie 2009


si j'ai bien compris

(parce que j'ai disparu des tablettes de

France Culture, suite à la refonte de leur site)

je devrais passer quelques minutes


en Février j'avais été enregistrer

mal à l'aise, mes réparties n'avaient pas été brillantes

mais peu importe

c'était un plaisir de visiter cette prestigieuse maison

et mon père, mort au mois d'Octobre, et qui ne jurait que

par France Culture, aurait été bien fier


je dis deux de mes textes en prose

une poésie "fétiche" d'Henri Michaux

et théoriquement

cela devait se terminer par

"la jeune fille blonde" de Jacques Bertin

chanson définitivement splendide


j'y parle avec difficultés de mon blog, de ma passion pour Peter Pan, et de ma passion

pour le lyrisme en poésie que celui-ci soit chanté ou déclamé ou dit

l'oralité en poésie c'est ce qui m'a fait aimer la poésie

Michel Bouquet, Alain Cuny, Jean-Louis Barrault

Laurent Terzieff ...

mais aussi : Léo Ferré, Hélène Martin, Jacques Bertin...

car les élites universitaires oublient volontiers

cette poésie-là, ce lyrisme-là

or il m'a troublé de la même manière


j'ai pris le même plaisir à écouter Michel Bouquet dire du Michaux

qu'à découvrir "Amour et Anarchie" et le chant lyrique de Léo Ferré

tout cela vers 13-15 ans


bonne écoute j'espère

Partager cet article

Repost0

commentaires

marco 18/08/2010 15:41



salut camarade Andy


(je suis passé à Toulouse 2 jours) il y a peu


juste le temps de voir le rayon poésie d'ombres blanches, un des tout meilleurs de France / à +


 



A.Senegas 03/06/2010 18:31



(blanc...) je viens juste de l'écouter avec ma copine, c'est...comment dire


Tu transpires d'émotion, ça me touche d'en savoir un peu plus sur toi et ta passion..


 



Philippe 26/05/2010 23:33



C'était un samedi, un samedi de mai, dis donc, et ça nous disait en ce samedi de mai d'écouter la radidi la radi-o ! Nous, Juliette, Annick, et mi avec mon côté ch'ti. Nous étions à Saint-Brévin,
dehors malgré l'air frais de ce mois de mai qui ne voulait pas encore que l'on fifi ce qu'il nous plaisit. Et voici qu'à la radidi soudain nous entendîmes une voix deux voix etcaetera sept houa
ta voix ! Déclamant de la po-po- ésie, baisant avec les nues nuées d'organdi de l'Oubangui Chari, tu viens, chéri ? Je viens, chérie. 


Moralité : ça nous a beaucoup plu, pas un pli !



marc 24/05/2010 16:35



merci Claude et Pierre


de votre amitié indéfectible



Pierre 23/05/2010 15:51



Merci pour la possibilité d'écouter l'émission après coup, car pendant le direct nous étions en train de réaprovisionner la cave en Bordeaux pour l'hiver, pour le temps de la neige, pour après
l'appéritif...


10 minutes sur 45, oui ce doit être frustrant, mais on devine que la productrice préférait t'écouter toi parler de toi en tant que poète plutôt que toi parler des autres, des poètes que tu aimes.


Il n'empêche, j'essaie de me mettre dans la situation, ça ne devait pas être évident, et je trouve que tu t'en sors très bien.



Claude 19/05/2010 18:12



Je viens d'écouter l'émission, c'était très bien. Dommage pour les coupes, mais ce doit être tjs comme cela.  C'est très agréable les lectures de poèmes.


à bientôt


claude



marc 19/05/2010 13:28



merci Valérie !


mais j'ai discuté 45 minutes avec Sophie Nauleau, et il n'en reste que 10


j'ai eu beaucoup de mal tant j'étais tendu, c'est juste ce que je voulais dire...


je regrette juste qu'il n'y ait qu'un seul texte lu, pas depoésies, et pas de poésie de Michaux, ni de chanson de Bertin ; la partie où je parle de Ferré a été aussi rejeté - ce que je regrette -


merci en tous cas pour vos bienvaillantes paroles !


marco



Valérie 19/05/2010 10:33



Je viens d'écouter l'émission (en podcast), et de découvrir votre site, c'est tout très bien!


Pourquoi vous excuser de vos "réparties pas très brillantes"? Au contraire, c'est peut-être la 1e fois que j'entends quelqu'un oeuvrant dans le domaine de la poésie qui ne se la joue absolument
pas, et qui dit la réalité (décourageante) telle qu'elle est, sans pour autant renoncer à son enthousiasme ni paraître amer. BRAVO, et merci!


(Vos poèmes sont largement meilleurs que beaucoup de platitudes parvenant à être publiées... allez comprendre...)



marco 17/05/2010 22:50



merci Serge et Nathalie de vos passages et encouragements !


salut Jacques ! étonné un peu de comprendre (mais on se connait si peu !) donc que tu écoutes France Culture aux heures de la poésie, ton petit mot est très gentil ; et oui je suis aussi devenu
"spécialiste" des électrophorèses des mots (et des maux) avec bien peu de talent, mais des tentatives pleines de conviction ! :-)


merci encore de tes gentillesses et à bientôt vraisemblablement


amicalement / marco



jacques lamothe 17/05/2010 22:38



Je savais que d'un  fatras de protéines , attirées , étirées par un discret champ électrique , se désembourbant pour certaines mieux que pour d'autres , s'ordonnant dans  une trame
de cellulose , tu pouvais  , à partir de ce fatras là,  trouver  du sens. J'ai appris samedi soir que tu avais le même talent avec les mots. Bravo Marc.



Pages