Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ici :

  • : Poésie Littérature Ecriture Chanson poétique
  • Poésie Littérature Ecriture Chanson poétique
  • : mes poésies et petits textes, mes coups de coeur : livres, poésies, chansons poétiques, artistes divers...
  • Contact

some words :

"Le poète est un archer qui tire dans le noir." - Salah Stétié -
"Soyez un écrivain mineur, cela vous rajeunira." 
Dominique Noguez

"Cette femme était si belle
Qu'elle me faisait peur."
 Guillaume Apollinaire

"In a place far away from anyone or anywhere, I drifted off for a moment." -- Haruki Murakami --


"Être poète n'est pas une ambition que j'ai. C'est ma façon à moi d'être seul."   -- Fernando Pessoa --

"Ca va tellement mal aujourd'hui que je vais écrire un poème. Je m'en fiche ; n'importe quel poème, ce poème." -- Richard Brautigan --

"J'écris à cause du feu dans ma tête et de la mort qu'il faut nier."
Jacques Bertin

"O mon passé d'enfance,
pantin qu'on m'a cassé."
Fernando Pessoa


« La mort c’est l’infini des plaines
et la vie la fuite des collines. »
Joseph Brodsky

Certaines choses

Nous entourent « et les voir

Equivaut à se connaître »

George Oppen



" LA GRANDE FORCE EST LE DESIR "
(Guillaume Apollinaire)



"Quand je dis « je », je désigne par là une chose absolument unique,
à ne pas confondre avec une autre."
Ugo Betti

"Le sens trop précis
rature
ta vague littérature"
Stéphane Mallarmé


" Je ne suis pas moi ni un autre

Je suis quelque chose d’intermédiaire :
Un pilier du pont d’ennui
qui s’étend de moi vers l’autre. "
Mario de Sa-Carneiro
I-love-reading
livres et lagaffe

Recherche

B o n j o u r !

-- je vous souhaite un bon passage... --


"Mais rien de cette nature n'est définitivement acquis. Comme une eau, le monde vous traverse et pour un temps vous prête ses couleurs. Puis se retire, et vous replace devant ce vide qu'on porte en soi, devant cette espèce d'insuffisance centrale de l'âme qu'il faut bien apprendre à côtoyer, à combattre, et qui, paradoxalement est peut-être notre moteur le plus sûr."  Nicolas Bouvier

« La poésie vient vers nous, on ne sait d’où, et elle nous quitte, allant vers on ne sait quel au-delà. Mais en passant, elle nous laisse des mots et elle nous fait des signes dont l’interprétation est inépuisable. » Gabriel Bounoure

" Avec tes défauts. Pas de hâte. Ne va pas à la légère les corriger. Qu'irais tu mettre à la place ? " Henri Michaux


écrivez moi si vous le souhaitez :    

Soyez indulgent, je ne suis qu'un petit écrivaillon tentant d'écrivasser

Mai 2008 : "L'apéritif de la neige"
est "paru"

Si vous êtes intéressé : laissez moi un message
(133 pages de poèmes et textes poétiques, pour la plupart ici sur mon blog)

"Le meilleur choix de poèmes est celui que l'on fait pour soi." Paul Eluard

"Savoir que nous ignorons tant de choses suffit à mon bonheur." George Oppen

______________________________________________

 

13 mai 2010 4 13 /05 /mai /2010 05:14

   En relisant cet excellent livre qu'est "Marelles sur un parvis" de Gabriel Bounoure, le seul livre publié de son vivant, je ne peux m'empêcher - avant de vous parler du livre lui-même - d'évoquer l'excellente préface de Gérard Macé.

 

« La poésie, c’est-à-dire le mystère qui se lit aussi bien sur un visage humain qu’entre les lignes d’un poème. »  Gérard Macé ( in la préface de « Marelles sur le parvis »)

 

g-Macé

 

   Cette préface est d'une grande lucidité - à mon sens - sur la position de la poésie aujourd'hui, G. Macé n'est pas tendre avec les apprentis-poètes parmi lesquels je me classe ; écrire de la poésie est donc à la fois aisé et impossible.

  G. Macé dit aussi (ailleurs que dans cette préface) maintenant que si c'était "à refaire", il aurait fait sans doute autre chose qu'écrire de la poésie. Voyager davantage par exemple, photographier (c'est un excellent photographe) encore plus...

   Il a publié récemment aux éditions Gallimard "Promesse, tour et prestige", son dernier recueil dont il parle dans une émission récente de "ça rime à quoi" de Sophie Nauleau sur France Culture.

 

voici son constat d'échec dans cette préface :

 


   « Quarante ans après, on se dit que l’enthousiasme est bien retombé ; que la poésie contemporaine, par rapport au tableau qu’en faisait Gabriel Bounoure est devenu un paysage désolé, au-dessus duquel flotte, comme un nuage qui ne veut pas crever, l’affreux supplément d’âme. .../... A l’arbitraire et la joliesse de l’image cultivée pour elle-même, à la logorrhée d’inspiration surréaliste se sont ajoutés des mystères faciles et des fureurs fabriquées, des prétentions philosophiques, l’éloge du silence et la glossolalie, l’artifice de mise en pages qui servent souvent de cache-misère, une découpe syntaxique tenant lieu de prosodie, la disparition du chant qui fait de tant de poèmes un dialecte torturé, traduit par des sourds ; sans parler de l’élégie frileuse et du vers libre qui ronronne, nouvelle académie qui rappelle les jeux floraux d’autrefois ou les clubs de haï-ku dans le Japon d’aujourd’hui. Sous respiration artificielle, la poésie est devenue un refuge et un passe-temps, qui vit de subventions, de colloques et d’hommages réciproques, de lectures publiques dans lesquelles Leopardi, des siècles après Martial, voyait « un tourment supplémentaire infligé à l’humanité »... Bref, la poésie est une infante défunte, autour de laquelle on se pavane en attendant sa résurrection.  » Gérard Macé

Partager cet article

Repost 0

commentaires

marco 14/05/2010 18:49



lol


heureusement camarados cao que tu es là pour remettre le blessé dans l'ornière


merci if de tes passages, toujours précieux



cão 14/05/2010 15:00



Compadre, je ne veux me mettre en travers du chemin de personne ; je suis plutôt du genre "si-je-dérange-je-me-casse" ça ne me pose aucun problème immédiat ; ensuite
ma conscience m'insupporte, ce qui est dommage.


Oqué, tu n'arrives pas à atteindre l'accès dont tu ne connais pas la position. Vains d'yeux, le lointain est-il plus fort que ta propre enjambée ou as-tu le ventre
plus large que les oeils ???


N'as-tu pas classé tes priorités avant tes fondamentaux ?


bonne fin de semaine



if6 14/05/2010 14:58



Je suis d'accord avec toi Marco, sur ce que tu dis de la poésie et surtout des poètes.


C'est un long chemin la poésie, c'est aussi une transformation de soi, et un long travail, du travail tout simplement,le temps de l'écriture et le temps du livre ne sont pas les mêmes.


par contre se comparer aux autres grands poètes est impossible marco! Alors continue, et surtout arrêtes de douter. Et la poésie n'est qu'une façon de dire les choses. Il faut arrêter
certainement de la mettre plus haut qu'elle n'est:)


Bisous bon week end !



marc 14/05/2010 11:06



:-) tu es sans doute dur en affaires, toi, tu ne lâches pas le morceau ! lol


non deux constatations :


- la poésie contemporaine (je reçois pas mal de plaquettes) est à mon humble avis assez mal, et je rejoins ce que dit Macé ; les "performances" faites par certains (encore que je n'y vais plus
depuis un moment) donnaient l'impression d'une poésie "exploit" d'une poésie "réussite sportive", bien sûr je n'adhère pas à cela ; se perd très doucement, mais très sûrement l'oralité de la
poésie, la bonne diction, celle de Cuny, de terzieff, de Bouquet et de tant d'autres ; le poète actuel se veut "poète" il lui suffirait d'abord d'être humain, ça serait déjà pas mal ; et puis
soyons honnêtes, dans 10-20-30 ans on aura oublié tous ces noms d'apprentis poètes et c'est bien mieux


- ma situation à moi est simple : celle d'un artisan manquant de génie, bien sûr j'essaye, j'essaye dans mon coin, le plus important étant de ne faire chier personne ; mais je suis insatisfait de
ce que j'écris poèmes ou proses ; et plus je lis, plus je me rends compte (encore poèmes et proses) que je suis TRES LOIN de ce que je voulais ; certains de mes amis ne lisent JAMAIS, ils font
d'autres trucs à côté et sans doute sont-ils plus heureux que moi, du moins ils ne rabâchent pas sans arrêt leurs petits problèmes existentiels


en fait il faudrait écrire SIMPLEMENT à la kenneth White, et je n'y arrive pas


lol


bien à toi camarade !



cão 13/05/2010 17:52



Oulala, compagnon,


tu écris par plaisir, en prenant soin de t'appliquer pour mieux donner des choses de toi et il faudrait que tu te mettes en accusation, que tu culpabilises et t'autoflagelles sous le joug
horriblement inacceptable de quelques règles lourdes et qui ont peur de l'avant ???


 


Marco !



marco 13/05/2010 16:58



je te reconnais là camarade !


:-)


je comprends ce qu'il veut dire dans ces doléances, et pour avoir vu parfois des "performances" très peu enthousiasmantes (je suis poli)


je comprend tout ça / et plus je lis les poètes, plus je me dis que je ferai mieux d'arrêter moi même / ce n'est pas de la fausse modestie ; c'est juste l'impression de passer "de plus en plus" à
côté de quelque chose qui donc ne serait pas pour moi


(mais c'est pas grave) réellement !



cão 13/05/2010 15:13



ça me fait toujours froid dans le dos, personnellement,


ces académismes raidis aux articulations


et qui ânonnent des vérités floues


en brandissant dans une pogne


la relique la plus fraîche et dans l'autre


un étendard qu'il faudrait raccommoder ...



Pages