Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ici :

  • : Poésie Littérature Ecriture Chanson poétique
  • Poésie Littérature Ecriture Chanson poétique
  • : mes poésies et petits textes, mes coups de coeur : livres, poésies, chansons poétiques, artistes divers...
  • Contact

some words :

"Le poète est un archer qui tire dans le noir." - Salah Stétié -
"Soyez un écrivain mineur, cela vous rajeunira." 
Dominique Noguez

"Cette femme était si belle
Qu'elle me faisait peur."
 Guillaume Apollinaire

"In a place far away from anyone or anywhere, I drifted off for a moment." -- Haruki Murakami --


"Être poète n'est pas une ambition que j'ai. C'est ma façon à moi d'être seul."   -- Fernando Pessoa --

"Ca va tellement mal aujourd'hui que je vais écrire un poème. Je m'en fiche ; n'importe quel poème, ce poème." -- Richard Brautigan --

"J'écris à cause du feu dans ma tête et de la mort qu'il faut nier."
Jacques Bertin

"O mon passé d'enfance,
pantin qu'on m'a cassé."
Fernando Pessoa


« La mort c’est l’infini des plaines
et la vie la fuite des collines. »
Joseph Brodsky

Certaines choses

Nous entourent « et les voir

Equivaut à se connaître »

George Oppen



" LA GRANDE FORCE EST LE DESIR "
(Guillaume Apollinaire)



"Quand je dis « je », je désigne par là une chose absolument unique,
à ne pas confondre avec une autre."
Ugo Betti

"Le sens trop précis
rature
ta vague littérature"
Stéphane Mallarmé


" Je ne suis pas moi ni un autre

Je suis quelque chose d’intermédiaire :
Un pilier du pont d’ennui
qui s’étend de moi vers l’autre. "
Mario de Sa-Carneiro
I-love-reading
livres et lagaffe

Recherche

B o n j o u r !

-- je vous souhaite un bon passage... --


"Mais rien de cette nature n'est définitivement acquis. Comme une eau, le monde vous traverse et pour un temps vous prête ses couleurs. Puis se retire, et vous replace devant ce vide qu'on porte en soi, devant cette espèce d'insuffisance centrale de l'âme qu'il faut bien apprendre à côtoyer, à combattre, et qui, paradoxalement est peut-être notre moteur le plus sûr."  Nicolas Bouvier

« La poésie vient vers nous, on ne sait d’où, et elle nous quitte, allant vers on ne sait quel au-delà. Mais en passant, elle nous laisse des mots et elle nous fait des signes dont l’interprétation est inépuisable. » Gabriel Bounoure

" Avec tes défauts. Pas de hâte. Ne va pas à la légère les corriger. Qu'irais tu mettre à la place ? " Henri Michaux


écrivez moi si vous le souhaitez :    

Soyez indulgent, je ne suis qu'un petit écrivaillon tentant d'écrivasser

Mai 2008 : "L'apéritif de la neige"
est "paru"

Si vous êtes intéressé : laissez moi un message
(133 pages de poèmes et textes poétiques, pour la plupart ici sur mon blog)

"Le meilleur choix de poèmes est celui que l'on fait pour soi." Paul Eluard

"Savoir que nous ignorons tant de choses suffit à mon bonheur." George Oppen

______________________________________________

 

1 septembre 2010 3 01 /09 /septembre /2010 08:08

LA

MO

RT

 

---------------------------------------------------

 

si tu dis que tu as le mal de vivre, je dis : moi aussi

si tu dis : où est l'amour, je dis : moi aussi

où est cette pulsion qui donnait vie jadis à chaque articulation à chaque carrefour ?

dans les serres où les corps avaient chaud

même les envies se cachent où l'on décèle la mort derrière les rideaux

elle s'y dissimule et son sourire vermeil

sûre de son gain, son gain perpétuel

trompe-la-mort, j'ai bu à sa santé à l'envers

j'ai refusé de boire la lie de la vie, alors

et puis mon père est mort

 

dans la neige alors de mon coeur, c'est moi le malade ou vous autres ?

mais il y a l'amitié des feuilles, l'amitié des arbres roussissant à la santé automnale

ils ne disent rien, eux

juste leur lumière, leur marche, l'humus doux et soyeux,

que je peux inspirer visage au sol où je tutoie la terre

c'est la vie là que je perçois doigts au sol, crochet à la sève que pousse la terre

le silence, puis

l'envie, puis

la lumière, puis

 

enfin l'enfance à la jonction des deux fleuves comme cadeau de naissance

cadeau comme parrain, marraine

la jonction comme deux cuisses et le sexe de la vie ou de la mort au CENTRE.

 

la vie est un papillon, tel éphémère

la vie, un lac que je survole si haut

alors

j'ai cette vision

du monde que je domine, aigle des altitudes,

je domine, je domine

C'est moi qui dirige

d'un coup d'aile suprême et en riant et en gueulant mes strophes

j'ignore ma mort à venir superbement.

 

de mon âge

l'automne

je suis le papillon éphémère

et j'éclaire

toutes les vies à venir

 

je suis le grand lac où vous tous reposez, la vie en paix...

 

 

  ---------------------------------------------------

 

grelot-diligence

 

(la mort et sa faux traversant l’Achéron dans la barque du nocher Chiron)

image volée sur jbwhips.com (grelots de diligence)

Partager cet article

Repost 0
Published by frenchpeterpan - dans spleen "poèmes"
commenter cet article

commentaires

frenchpeterpan 13/09/2010 18:02



merci Dinah de ton passage


passage rapide sur ton blog qui m'a l'air bien riche...



Dinah 12/09/2010 12:04



Merci pour ce moment poétique ! Cordialement,



frenchpeterpan 08/09/2010 17:48



mes amitiés chers if et marlou


que l'automne à venir soit doux pour vous...



if6 07/09/2010 17:51



 touchée aussi par ce blues de la muerte qui relie l'enfance à la mort du père et ce qui parle à travers ça, cette profonde mélancolie liée aux saisons aussi, au temps qui passe


à l'automne le papillon éphémère a-t-il déjà trop vécu? 


Je t'envoie  mon amitié en ce jour qui bleuit lentement sur la ligne du vErcors.


et des bises.



marlou 01/09/2010 17:05



Des passages d'une intense beauté :" Mais il y a l'amitié des feuilles..." " je domine... " et la chute sur l'éternité de la conscience ! Merci pour ces mots vérité.



marc 01/09/2010 11:55



merci de ta fidélité, et de tes gentillesses répétées



Viviane 01/09/2010 10:45



Que dire sinon que je ressens profondément ce que tu as écrit là


cette communion avec ce qui sera notre dernier berceau


le peu de nos sentiments face à ces cycles immuables...


C'est très beau et très profond, aussi pour ce vol en altitude


et ces profondeurs lacustres



entre ces deux extrêmes, nos existences ténues



Pages