Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ici :

  • : Poésie Littérature Ecriture Chanson poétique
  • : mes poésies et petits textes, mes coups de coeur : livres, poésies, chansons poétiques, artistes divers...
  • Contact

some words :

"Le poète est un archer qui tire dans le noir." - Salah Stétié -
"Soyez un écrivain mineur, cela vous rajeunira." 
Dominique Noguez

"Cette femme était si belle
Qu'elle me faisait peur."
 Guillaume Apollinaire

"In a place far away from anyone or anywhere, I drifted off for a moment." -- Haruki Murakami --


"Être poète n'est pas une ambition que j'ai. C'est ma façon à moi d'être seul."   -- Fernando Pessoa --

"Ca va tellement mal aujourd'hui que je vais écrire un poème. Je m'en fiche ; n'importe quel poème, ce poème." -- Richard Brautigan --

"J'écris à cause du feu dans ma tête et de la mort qu'il faut nier."
Jacques Bertin

"O mon passé d'enfance,
pantin qu'on m'a cassé."
Fernando Pessoa


« La mort c’est l’infini des plaines
et la vie la fuite des collines. »
Joseph Brodsky

Certaines choses

Nous entourent « et les voir

Equivaut à se connaître »

George Oppen



" LA GRANDE FORCE EST LE DESIR "
(Guillaume Apollinaire)



"Quand je dis « je », je désigne par là une chose absolument unique,
à ne pas confondre avec une autre."
Ugo Betti

"Le sens trop précis
rature
ta vague littérature"
Stéphane Mallarmé


" Je ne suis pas moi ni un autre

Je suis quelque chose d’intermédiaire :
Un pilier du pont d’ennui
qui s’étend de moi vers l’autre. "
Mario de Sa-Carneiro
I-love-reading
livres et lagaffe

Recherche

B o n j o u r !

-- je vous souhaite un bon passage... --


"Mais rien de cette nature n'est définitivement acquis. Comme une eau, le monde vous traverse et pour un temps vous prête ses couleurs. Puis se retire, et vous replace devant ce vide qu'on porte en soi, devant cette espèce d'insuffisance centrale de l'âme qu'il faut bien apprendre à côtoyer, à combattre, et qui, paradoxalement est peut-être notre moteur le plus sûr."  Nicolas Bouvier

« La poésie vient vers nous, on ne sait d’où, et elle nous quitte, allant vers on ne sait quel au-delà. Mais en passant, elle nous laisse des mots et elle nous fait des signes dont l’interprétation est inépuisable. » Gabriel Bounoure

" Avec tes défauts. Pas de hâte. Ne va pas à la légère les corriger. Qu'irais tu mettre à la place ? " Henri Michaux


écrivez moi si vous le souhaitez :    

Soyez indulgent, je ne suis qu'un petit écrivaillon tentant d'écrivasser

Mai 2008 : "L'apéritif de la neige"
est "paru"

Si vous êtes intéressé : laissez moi un message
(133 pages de poèmes et textes poétiques, pour la plupart ici sur mon blog)

"Le meilleur choix de poèmes est celui que l'on fait pour soi." Paul Eluard

"Savoir que nous ignorons tant de choses suffit à mon bonheur." George Oppen

______________________________________________

 

29 mai 2014 4 29 /05 /mai /2014 08:15

"Pour l'âme de ma Hanna,

Pour l'âme de Berl mon frère,

Tués avec les fils de leur famille,

Et avec mon peuple tout entier,

Et il n'est pas de sépulture."

Y.K.

 

 

Katzenelson

 

Il est des textes rares et précieux.

"Le chant du peuple juif assassiné" de Yitskhok Katzenelson en est un.

 

Né en 1886 en Biélorussie dans une famille de lettrés, dès 18 ans, il publie ses premiers poèmes à Varsovie.

Il reprend l'école paternelle juive de 1910 à 1939 et devient populaire dans le milieu yiddish par sa prose, ses poésies, son théâtre...

Puis suivront l'enfer et les 3 années de ghetto à Varsovie (les intellectuels et membres de partis politiques se réfugient tous à Varsovie - erreur - 500.000 Juifs se verront ainsi enfermés). Un jour qu'il était absent, deux de ses fils et sa femme sont pris et envoyés en camp de concentration.

Une résistance "culturelle" s'installe par la littérature essentiellement (tout le monde écrit pour laisser un témoignage), mais aussi par la photographie. Laisser des traces devient une obsession.

Les poètes deviennent des porte-paroles essentiels.

Les écrits sont cachés dans des récipients plus ou moins hermétiques.

 

La renommée de Yitskhok Katzenelson fait qu'on le force à quitter le ghetto avec son dernier fils, afin -espère-t-on- de lui faire quitter l'Europe.

Interné alors au camp de Vittel , camp pour "personnalités" où il bénéficie lui et son fils d'une chambre privée. Il y rédige alors ces fameux chants de désespoir et de colère ; il est finalement déporté à Auschwitz avec un de ses fils en avril 1944 où il est gazé dès son arrivée le 1er Mai.

 

Ecrit en yiddish dans le camp de Vittel d'octobre 1943 à janvier 1944, ce texte est miraculeusement récupéré. Il est un témoignage unique sur la barbarie nazie et le ghetto de Varsovie. Erri de Luca vient de traduire ce texte en italien, il en parle dans son dernier roman.

 

"Le feu du ciel se déverse sur la Pologne le 1er Septembre 1939 et c'est ainsi que commence l'extermination, l'éradication du royaume ashkénase en Europe.

.../...

Le 27 août 1943 Yitskhok Katzenelson écrit :

"Je vais cacher ces papiers, car si les meurtriers allemands les trouvent, ils vont me tuer et, ce qui est pire, ils vont détruire ces notes fragmentaires qui ne racontent qu'une infime partie des tortures qui nous furent infligées par ce peuple d'assassins."

Myriam Novitch raconte aussi la manière dont furent enterrées les trois bouteilles scellées du Chant du peuple juif assassiné " près de la sortie à droite, au sixième poteau, celui qui porte une fente en son milieu, au pied d'un arbre."

Les premiers textes parurent en 1960 et leur publication intégrale en 1984.

.../...

Dans la situation extrême où se trouvait Yitskhok Katzenelson, on reste abasourdi de constater qu'il a choisi une forme de contrainte formelle maximale : le poème se compose de 15 chants, chacun comportant 15 strophes de 4 vers, rimes croisées en permanence."

Rachel Ertel (postface)

 

isaac-Katzenelson

Partager cet article

Repost0

commentaires

Peter 13/06/2018 22:00

très beau texte sur cet homme d'exception
merci de votre passage et merci pour votre texte
Peter

mermed 10/06/2018 20:01

bonsoir
vous avez un beau blog

voici ce que j'ai écrit sur Katznelson - publié en revue en France et en Israel

Yitshok Katzeneslson

Si 44,16 Enoch a plu à Dieu, et il a été transporté dans le paradis, pour exciter les nations à la pénitence

Je boirai tes flacons de mots,
je me désaltérerai de tes eaux de mort,
O ! Yitshok Katzenelson,
metteur en vers d’un peuple assassiné
en disant la fin du rêve d’éternité.

Après la traversée des époques vaines
un rêve a submergé mon âme naine,
j’ai alors imaginé nos aujourd’hui
et tous ces jours et ces heures
si tu n’avais pas écrit ces mots là;
nous, innocents ne saurions pas
ce que sont toutes ces douleurs
qui ont noirci l’histoire de nos vies.

Il y avait un peuple naguère;
quatre vingt millions assassinèrent
la gravité d’un enfant et il n’ y a plus rien,
disais-tu à un dieu lointain
et grincheux
et silencieux
sur des fils de fer barbelés,
sous des nuages de lâchetés.

L’histoire qui commença avec Hénok,
elle ne s’est pas arrêtée, et même,
il n‘est pas impossible qu‘on l‘aime,
parce qu’ aujourd’hui, Yitshok,
et demain
et sans fin
nous lirons les vers que tu as embouteillés
pour être la survie de nos rêves d‘humanité.

Metteur en vie de la fin des hommes
avec tes mots de poète assassiné,
O ! Yitshok Katzenelson,
nous boirons tes flacons d‘eau de mort,
nous donnerons au Temps tous tes mots,

et survivra ta mémoire…
et avec elle nos désirs de vie.

 Mermed Décembre 2010

Effleurements livresques, épanchements maltés Overblog
Holophernes.over-blog.com/

Pages