Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ici :

  • : Poésie Littérature Ecriture Chanson poétique
  • : mes poésies et petits textes, mes coups de coeur : livres, poésies, chansons poétiques, artistes divers...
  • Contact

some words :

"Le poète est un archer qui tire dans le noir." - Salah Stétié -
"Soyez un écrivain mineur, cela vous rajeunira." 
Dominique Noguez

"Cette femme était si belle
Qu'elle me faisait peur."
 Guillaume Apollinaire

"In a place far away from anyone or anywhere, I drifted off for a moment." -- Haruki Murakami --


"Être poète n'est pas une ambition que j'ai. C'est ma façon à moi d'être seul."   -- Fernando Pessoa --

"Ca va tellement mal aujourd'hui que je vais écrire un poème. Je m'en fiche ; n'importe quel poème, ce poème." -- Richard Brautigan --

"J'écris à cause du feu dans ma tête et de la mort qu'il faut nier."
Jacques Bertin

"O mon passé d'enfance,
pantin qu'on m'a cassé."
Fernando Pessoa


« La mort c’est l’infini des plaines
et la vie la fuite des collines. »
Joseph Brodsky

Certaines choses

Nous entourent « et les voir

Equivaut à se connaître »

George Oppen



" LA GRANDE FORCE EST LE DESIR "
(Guillaume Apollinaire)



"Quand je dis « je », je désigne par là une chose absolument unique,
à ne pas confondre avec une autre."
Ugo Betti

"Le sens trop précis
rature
ta vague littérature"
Stéphane Mallarmé


" Je ne suis pas moi ni un autre

Je suis quelque chose d’intermédiaire :
Un pilier du pont d’ennui
qui s’étend de moi vers l’autre. "
Mario de Sa-Carneiro
I-love-reading
livres et lagaffe

Recherche

B o n j o u r !

-- je vous souhaite un bon passage... --


"Mais rien de cette nature n'est définitivement acquis. Comme une eau, le monde vous traverse et pour un temps vous prête ses couleurs. Puis se retire, et vous replace devant ce vide qu'on porte en soi, devant cette espèce d'insuffisance centrale de l'âme qu'il faut bien apprendre à côtoyer, à combattre, et qui, paradoxalement est peut-être notre moteur le plus sûr."  Nicolas Bouvier

« La poésie vient vers nous, on ne sait d’où, et elle nous quitte, allant vers on ne sait quel au-delà. Mais en passant, elle nous laisse des mots et elle nous fait des signes dont l’interprétation est inépuisable. » Gabriel Bounoure

" Avec tes défauts. Pas de hâte. Ne va pas à la légère les corriger. Qu'irais tu mettre à la place ? " Henri Michaux


écrivez moi si vous le souhaitez :    

Soyez indulgent, je ne suis qu'un petit écrivaillon tentant d'écrivasser

Mai 2008 : "L'apéritif de la neige"
est "paru"

Si vous êtes intéressé : laissez moi un message
(133 pages de poèmes et textes poétiques, pour la plupart ici sur mon blog)

"Le meilleur choix de poèmes est celui que l'on fait pour soi." Paul Eluard

"Savoir que nous ignorons tant de choses suffit à mon bonheur." George Oppen

______________________________________________

 

15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 10:12

my-dear-bomb yohji-yamamoto

 

Dieu sait si je n’aime pas « la mode » et toute cette industrie du luxe ; comme je suis énervé lorsque je vois aux journaux télévisés la présentation des défilés proposée comme des moments uniques exceptionnels ; surtout quand on voit ce que ces créateurs de pacotille arrivent à faire : dénaturer le corps féminin, l’enlaidir, l’habiller de façon totalement « improbable » ; et toutes ces pauvres mannequins obligées de marcher anormalement et stupidement, avec des maquillages invraisemblables, et une silhouette anorexique ; rajoutez à cela les tronches qu’elles tirent (!) en défilant, comme si elles venaient tout juste d’enterrer toute leur famille… et vous comprendrez donc « l’idée » que je me fais de ce monde « luxueux » de « créateurs » … Bien sûr certains comme Lacroix ou d’autres avaient un peu ma sympathie, soit parce que je juge leur travail « correct » et intéressant, soit parce que leur « personne » (ceci grâce la plupart du temps à des interviews ou à des reportages) me semble « artistique » et digne d’intérêt…

C’est le cas de Yohji Yamamoto ; outre le fait que je ne trouve pas moche ses vêtements noirs et amples, je le savais ami de Wim Wenders et Pina Bausch et intéressé par mille choses / Enfin je fus intrigué par l’article à propos d’une sorte de « biographie » parue de lui que je lisais dans « Le monde » du 18 décembre 2010. Le titre était : « Quand j’écris, les doutes se font plus importants. », un tel titre est alléchant pour un apprenti écrivain. Je me rappelais aussi que c’était lui qui avait réalisé les splendides costumes du film « Dolls » de Takeshi Kitano, un de mes cinéastes préférés…

 

Je viens de finir ce livre et ai pris un goût certain à le parcourir ; outre le fait que l’objet est singulier : couverture noire, tranche noire, titre en relief ; le texte est fort intéressant. On y découvre l’œuvre d’un créateur amusé et poétique, mais aussi d’un homme torturé et inquiet.

Le livre est premièrement « découpé » en deux : l’homme puis le créateur ; puis un second morceau : « biographie », enfin un long texte de Seigow Matsuoka diablement intéressant lui aussi sur le Japon et ses coutumes.

Il s’agit d’autre part d’une succession de paragraphes très courts, très concis habités d’une écriture claire et lucide, se mettant à jour sans hypocrisie ni fioritures. « Un farceur effronté » pour reprendre un qualificatif donné par un de ses amis.

Enfin : petites chansons écrites par lui, photos, dessins, sentences, parsèment l’ensemble et donnent un côté aérien et poétique à l’ouvrage : bref tout pour me plaire.

La première partie du livre est un bijou poétique : souvenirs d’enfance, touches pointillistes : disparition du père, amies - amantes, souffrances du petit enfant et du créateur, corrélations au monde surtout : quoi faire de sa vie ? C’est rempli d’anecdotes personnelles et signifiantes : le rapport au tissu (« c’est le tissu qui décide »), l’enterrement du Leica de son père (le corps n’ayant jamais été retrouvé) en guise d’obsèques avec Yohji faisant du tricycle dans le cimetière, les femmes désirées et aimées dans cet univers de mannequinat (« Femmes, soyez femmes toute votre vie ! Ne vivez pas sous un titre emprunté, séductrice, épouse de…, career woman. Restez femmes, juste femmes, telles que vous êtes. »), l’angoisse de la création, des défilés, et beaucoup de souvenirs d’enfance : grosse introspection dans une profonde mélancolie – sans doute comme tous les dépressifs anxieux chroniques qui se rabattent sur le passé. Beaucoup de réflexions philosophiques aussi sur la rage et la résignation, sur la vie « une répétition de hasards », sur cette « sensation de manque qui m’habite depuis l’enfance ».

Bien belle virée imaginative et poétique d’un vrai créateur, bref d’un artiste… à lire /

 

« Puisque la beauté infinie du corps féminin s’offre à mon regard, pourquoi devrais-je suivre un parcours décidé par d’autres ? Le point d’arrivée est le même c’est vrai. Chaque fois, le même. En définitive, le vêtement, telle l’enveloppe d’une cigale est toujours vide. Néanmoins je ne peux m’empêcher de poursuivre le voyage. Sans me lasser, aujourd’hui encore je poursuis ce voyage éternellement recommencé… »

 

« Cet amour sans limites, toujours présent

Même après avoir franchi maintes collines

Franchissant une colline, puis une autre et cette autre

Qui m’attend là-bas à l’horizon ainsi toujours plus loin

Je poursuis mon voyage sans fin à travers les dunes

Toujours différentes des corps féminins »

 

« Femme aux yeux d’ambre, la courbe de ta chevelure

Brune glisse sur ton visage comme l’arc de la lune

A son premier quartier, et se répand au pied

De douces collines

A partir du creux qui termine ta clavicule

S’allonge ton bras fragile que terminent des doigts

Pareils à de longues gouttes d’eau »

 

Yohji Yamamoto

Partager cet article
Repost0

commentaires

peter 26/10/2012 22:53


oui ce livre est en français :)

Robert 24/10/2012 22:42


Je voulais savoir si ce livre est en français ?


Merci

Pages