Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ici :

  • : Poésie Littérature Ecriture Chanson poétique
  • Poésie Littérature Ecriture Chanson poétique
  • : mes poésies et petits textes, mes coups de coeur : livres, poésies, chansons poétiques, artistes divers...
  • Contact

some words :

"Le poète est un archer qui tire dans le noir." - Salah Stétié -
"Soyez un écrivain mineur, cela vous rajeunira." 
Dominique Noguez

"Cette femme était si belle
Qu'elle me faisait peur."
 Guillaume Apollinaire

"In a place far away from anyone or anywhere, I drifted off for a moment." -- Haruki Murakami --


"Être poète n'est pas une ambition que j'ai. C'est ma façon à moi d'être seul."   -- Fernando Pessoa --

"Ca va tellement mal aujourd'hui que je vais écrire un poème. Je m'en fiche ; n'importe quel poème, ce poème." -- Richard Brautigan --

"J'écris à cause du feu dans ma tête et de la mort qu'il faut nier."
Jacques Bertin

"O mon passé d'enfance,
pantin qu'on m'a cassé."
Fernando Pessoa


« La mort c’est l’infini des plaines
et la vie la fuite des collines. »
Joseph Brodsky

Certaines choses

Nous entourent « et les voir

Equivaut à se connaître »

George Oppen



" LA GRANDE FORCE EST LE DESIR "
(Guillaume Apollinaire)



"Quand je dis « je », je désigne par là une chose absolument unique,
à ne pas confondre avec une autre."
Ugo Betti

"Le sens trop précis
rature
ta vague littérature"
Stéphane Mallarmé


" Je ne suis pas moi ni un autre

Je suis quelque chose d’intermédiaire :
Un pilier du pont d’ennui
qui s’étend de moi vers l’autre. "
Mario de Sa-Carneiro
I-love-reading
livres et lagaffe

Recherche

B o n j o u r !

-- je vous souhaite un bon passage... --


"Mais rien de cette nature n'est définitivement acquis. Comme une eau, le monde vous traverse et pour un temps vous prête ses couleurs. Puis se retire, et vous replace devant ce vide qu'on porte en soi, devant cette espèce d'insuffisance centrale de l'âme qu'il faut bien apprendre à côtoyer, à combattre, et qui, paradoxalement est peut-être notre moteur le plus sûr."  Nicolas Bouvier

« La poésie vient vers nous, on ne sait d’où, et elle nous quitte, allant vers on ne sait quel au-delà. Mais en passant, elle nous laisse des mots et elle nous fait des signes dont l’interprétation est inépuisable. » Gabriel Bounoure

" Avec tes défauts. Pas de hâte. Ne va pas à la légère les corriger. Qu'irais tu mettre à la place ? " Henri Michaux


écrivez moi si vous le souhaitez :    

Soyez indulgent, je ne suis qu'un petit écrivaillon tentant d'écrivasser

Mai 2008 : "L'apéritif de la neige"
est "paru"

Si vous êtes intéressé : laissez moi un message
(133 pages de poèmes et textes poétiques, pour la plupart ici sur mon blog)

"Le meilleur choix de poèmes est celui que l'on fait pour soi." Paul Eluard

"Savoir que nous ignorons tant de choses suffit à mon bonheur." George Oppen

______________________________________________

 

6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 20:55

Samurai

 

Tokonoma et autres alcôves

 

 

 

Je m’appelais Kinko.

 

Certes, j’ai tué beaucoup de gens ; mais c’était mon métier, mon devoir, même.

 

Quel endroit bizarre ! Et je suis là depuis quand ? Des années ? Un siècle ?

Cet enfoncement, avec juste la place pour ce petit lit, cette couche plutôt, miteuse, humide. L’endroit est malsain, l’air se renouvelle peu, j’y dors mal, j’y tousse. Ici, pas d’estrade, pas de colonnes, pas de riches ornementations, ce n’est pas l’alcôve galante des siècles passés en Europe dont j’ai vu jadis quelques dessins. Ni l’alcôve douce de mes parents, ouverte les jours de fête.

Il fait froid et humide. Il y a juste la place du lit, je peux tenir debout à peine ou m’allonger ou m’asseoir. Lorsque je tente de quitter cet endroit, je ressens de suite une impossibilité, comme un mur invisible, une incapacité physique. J’ai maintes fois essayé, mais chaque tentative a été un échec, c’est simplement impossible. Je n’ai pas soif, ni faim, je n’urine plus, je ne défèque plus, je n’ai plus d’érection.

Je pense savoir où je suis. Qu’ai-je fait pour mériter cela ? Je n’ai fait que mon travail, sans aucun zèle. Juste ce que pourquoi l’Empereur me payait. Et je fus l’un des derniers.

Parfois j’ai l’illusion d’ombres qui passent, comme une brusque variation de luminosité, un éclair. J’aimerais alors, enfin, voir ou découvrir mon ou mes geôliers.

 

Je pensais aussi pouvoir réciter à voix haute les poèmes qui me sont chers, mais là où je suis il n’y a pas de son, c’est un silence total et affligeant, et du fond de ma gorge, rien ne sort, même pas de râles ou de cris ou de sifflements ; je ne sais même plus si je respire encore. Ni les battements de mon cœur. Je suis présent physiquement, ça c’est sûr, de même, mon cerveau fonctionne parfaitement bien, et mes pensées trop mélancoliques me blessent.

Dur… je ne sais plus quoi dire… j’ai mal finalement…

 

Je fus Samouraï.

 

Je me souviens – et ce sont mes seuls bons souvenirs – de la fête des enfants, le Kodomo no hi, qu’on appelait jadis aussi la fête des iris. Celle-ci était censée protéger les maisons de tous les malheurs et catastrophes ; des tiges de rotin et des feuilles d’armoise étaient suspendues aux toits. Cette fête devint peu à peu celle des garçons, on leur souhaitait courage, bravoure et force et on leur offrait des parties de leur future armure de Samouraï. Dans certaines maisons, celles-ci étaient remplacées par des mannequins ou des poupées disposés dans des alcôves ouvertes pour l’occasion, les tokonoma. J’aimais contempler ces mannequins richement habillés . Nous en profitions alors aussi pour prendre des bains parfumés à l’iris « shobu-yu » et nous avions le droit de boire du saké aromatisé à cette fleur. Des combats de gros coléoptères très populaires terminaient la fête, j’en ai vu de ces « kabutomushis », j’ai moi-même possédé maints de ces insectes.

 

Des manches à air en formes de carpes « koï nobori » flottaient dans les jardins ; la plus grosse symbolisait le père, la moyenne ma mère et la plus petite pour le fils.

Les carpes qui remontaient à grand mal les rivières et torrents tumultueux pour frayer, symbolisaient la force et la persévérance que tout jeune et futur combattant devait posséder, tandis que les scarabées qui se battaient en duel incarnaient le courage, l’absence de renoncement.

Je souris presque à ces réminiscences. Combien je donnerais pour m’asseoir sur le tatami du tokonoma pour observer les ikebanas de ma mère, les bonsaïs, les estampes et autres okimono. Mon père était fier de son tokonoma, peu de gens à l’époque pouvaient s’offrir de telles alcôves.

 

Puis, je fus Ronin. Je refusais le seppuku. Je fus fidèle au célèbre proverbe : « tomber sept fois, et se relever huit. ». Je fus enfin libre, et j’aidai les villageois de maintes contrées de ma région. Enfin je fus tué par des bandits en groupe trop nombreux, samouraïs jaloux de mon renom grandissant ou simples gredins, je n’ai jamais su.

 

Maintenant je sais où je suis ; je le mérite sans doute. Je sens intuitivement que nous sommes des centaines, des milliers, voire plus encore. Ma solitude est feinte. Là, dans ces sortes de cage, ces sortes d’alcôve malsaines ; nous sommes « en vie » , même si je suis mort depuis si longtemps. Notre punition vraisemblablement. Je n’ai jamais adhéré au christianisme que les Jésuites tentèrent d’imposer et j’étais là lors des seize martyrs de Nagasaki. J’ai moi-même tué nombre de Chrétiens, enfin tous ceux qui refusaient de piétiner les images du Christ et de la Vierge Marie, on les appelait jadis des fumi-e, ces images qu’il fallait piétiner ; tous ceux qui refusaient étaient décapités immédiatement. Telle était la loi, tel était ce que je devais faire.

Aujourd’hui, je me demande si leur fameux diable existe. Chez nous, ce sont d’autres démons, les kamis que j’ai pu mécontenter involontairement, leur esprit de violence est puissant. J’ai pourtant toujours été d’une prudence extrême avec eux et ai toujours respecté la Nature dans tous ses domaines. Ceci dit, le contact répété avec la mort, le sang, m’a sans doute souillé pour toujours ; j’en paye le prix aujourd’hui.

 

Alors ? Est-ce ce diable chrétien ou mes amis kamis qui nous retiennent prisonniers ainsi silencieusement et sans doute pour toute l’éternité ? Et je ne peux pas même crier… 

samouraï

poupee-samourai

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Gabriel 06/03/2014 03:49


Je suis en train d'écrire une série, pas encore publiée, mais qui le sera certainement un jour. Comme j'aime prendre mon temps et que je le peux, j'écris mes livres d'avance, pour les publier
tous d'un coup, ou presque. Tout comme toi, je m'intéresse particulièrement à la culture japonaise, bien que j'aime beaucoup apprendre les cultures et l'histoire des différents pays. J'ai appris
l'histoire du Canada, des États-Unis, du Japon, de l'Australie, un peu sur la France (particulièrement la Révolution française et sa langue), le Royaume-Unis, la Russie et l'Allemagne.

J'écris surtout en anglais, bien que ma première langue soit le français. Cependant, je compte traduire mes livres en japonais un jour. Mon premier but, au départ, était d'écrire des "Light
Novel", mais comme j'aime pas être pressé, j'ai commencé à écrire d'avance. Je ne parle pas encore le japonais assez pour pouvoir écrire en cette langue, mais l'apprentissage avance.

Pour l'instant, je travail à temps partiel comme professeur d'anglais, mais j'écris ou je programme (logiciels informatiques, sites web, jeux, etc) dans mes temps libres. J'ai toujours aimé les
langues et la littérature. Je passais un temps fou à lire quand j'étais jeune. J'aimais apprendre et chanter, des passe-temps qui sont encore existants, mais que je ne pratique plus autant. Je
parle qu'environ quatre langues, soit le français, l'anglais, l'italien et un peu le japonais. Bien que je sache me débrouiller en allemand, et portuguais, en espagnol et russe, je ne les connais
pas assez pour l'utiliser en tout temps.

peter 05/03/2014 22:34


salut Gabriel


et merci pour vos remarques


oui j'aime la littérature japonaise et ce pour maints auteurs ...


je suis un écrivain "amateur" et nettement "amateur" / je suis plutôt quelqu'un qui essaye d'écrire de la poésie et qui en lit beaucoup / je suis incapable d'écrire plus de 4-5 pages, c'est
pourquoi aussi, mes petites histoires sont très courtes comme des "mini" nouvelles


merci de ton pasage ! et toi qui es tu ? 


:-)

Gabriel 24/02/2014 23:42


By the way, I can clearly see how much you care about Japanese, but do you actually live in Japan? Just like you, I care about Japan, its culture and its language.


Also, are you a writer? Do you have books?
If you do have that, a name? Author's name?
I think that mixing different culture to your writing and your language, even your style, is very good way to develop both your knowledge and your tastes.

I must say I'm pretty impressed with your job, considering the time you spent learning about Japan's culture. Luckily, I also spent time on that.

J'espère que tu peux lire l'anglais, je viens de me rappeler que c'était français ici et ça ne me tente pas spécialement de le traduire puisque j'ai déjà de la traduction à faire tout les jours.
Les conséquences de vivre dans plusieurs langues, j'imagine.

Paychocrysma 21/01/2014 22:18


Mais quel est la fin inattendu? La "chute"?

Sinon, j'ai très apprécié et j'aime la style d'écriture.
J'écris aussi un livre en ce moment en anglais, mais c'est très différent.
C'est un roman. J'étais intéressé par les nouvelles, mais ça m'ennuyait de pas pouvoir mettre toutes les informations que je veux. De plus, j'aime bien les histoire sans fin. ^_^

peter 21/01/2014 20:32


c'est une nouvelle, bien sûr


écrite à mon humble "manière"


tu peux penser ce que tu veux, l'important est justement de laisser au lecteur le soin de conclure...


on peut penser cependant que cet homme samouraï jadis est emprisonné en enfer pour le reste de sa vie ; il ne peut que mélancoliquement et finalement durement se souvenir de son enfance...

Psychocrysma 21/01/2014 05:12


J'ai pas trop compris. Déjà, est-ce un poème, une nouvelle littéraire... C'est quoi? Sinon, je comprends que c'est un samourai et je comprends aussi l'histoire. Il n'y a que le dernier paragrpahe
que je n'ai pas trop compris... Un peu d'aide s'il vous plait

S.C.S. 23/05/2013 22:17





 Quel talent! (drôlement content d'être ton ami!) (en plus!)

coccinelle 10/05/2013 16:21


"Dur… je ne sais plus quoi dire… j’ai mal finalement…" - tu as raison...

Hug 10/05/2013 07:34


http://www.dailymotion.com/video/xlgv7t_drive-kavinsky-nightcall-generique-de-debut_shortfilms#.UYyGAcp4h8E

peter 07/05/2013 16:32


si tu as bien lu : c'est un samouraï qui parle :)


 

Pages