Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Ici :

  • : Poésie Littérature Ecriture Chanson poétique
  • Poésie Littérature Ecriture Chanson poétique
  • : mes poésies et petits textes, mes coups de coeur : livres, poésies, chansons poétiques, artistes divers...
  • Contact

some words :

"Le poète est un archer qui tire dans le noir." - Salah Stétié -
"Soyez un écrivain mineur, cela vous rajeunira." 
Dominique Noguez

"Cette femme était si belle
Qu'elle me faisait peur."
 Guillaume Apollinaire

"In a place far away from anyone or anywhere, I drifted off for a moment." -- Haruki Murakami --


"Être poète n'est pas une ambition que j'ai. C'est ma façon à moi d'être seul."   -- Fernando Pessoa --

"Ca va tellement mal aujourd'hui que je vais écrire un poème. Je m'en fiche ; n'importe quel poème, ce poème." -- Richard Brautigan --

"J'écris à cause du feu dans ma tête et de la mort qu'il faut nier."
Jacques Bertin

"O mon passé d'enfance,
pantin qu'on m'a cassé."
Fernando Pessoa


« La mort c’est l’infini des plaines
et la vie la fuite des collines. »
Joseph Brodsky

Certaines choses

Nous entourent « et les voir

Equivaut à se connaître »

George Oppen



" LA GRANDE FORCE EST LE DESIR "
(Guillaume Apollinaire)



"Quand je dis « je », je désigne par là une chose absolument unique,
à ne pas confondre avec une autre."
Ugo Betti

"Le sens trop précis
rature
ta vague littérature"
Stéphane Mallarmé


" Je ne suis pas moi ni un autre

Je suis quelque chose d’intermédiaire :
Un pilier du pont d’ennui
qui s’étend de moi vers l’autre. "
Mario de Sa-Carneiro
I-love-reading
livres et lagaffe

Recherche

B o n j o u r !

-- je vous souhaite un bon passage... --


"Mais rien de cette nature n'est définitivement acquis. Comme une eau, le monde vous traverse et pour un temps vous prête ses couleurs. Puis se retire, et vous replace devant ce vide qu'on porte en soi, devant cette espèce d'insuffisance centrale de l'âme qu'il faut bien apprendre à côtoyer, à combattre, et qui, paradoxalement est peut-être notre moteur le plus sûr."  Nicolas Bouvier

« La poésie vient vers nous, on ne sait d’où, et elle nous quitte, allant vers on ne sait quel au-delà. Mais en passant, elle nous laisse des mots et elle nous fait des signes dont l’interprétation est inépuisable. » Gabriel Bounoure

" Avec tes défauts. Pas de hâte. Ne va pas à la légère les corriger. Qu'irais tu mettre à la place ? " Henri Michaux


écrivez moi si vous le souhaitez :    

Soyez indulgent, je ne suis qu'un petit écrivaillon tentant d'écrivasser

Mai 2008 : "L'apéritif de la neige"
est "paru"

Si vous êtes intéressé : laissez moi un message
(133 pages de poèmes et textes poétiques, pour la plupart ici sur mon blog)

"Le meilleur choix de poèmes est celui que l'on fait pour soi." Paul Eluard

"Savoir que nous ignorons tant de choses suffit à mon bonheur." George Oppen

______________________________________________

 

29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 14:53

Ton bruit – souffle gris –

Ton sexe de paille vieilli

Neige empourprée

En ce sein vous romprez

Ventre refleuri

Je suis ta cavalerie

Enfin fillette

Tes billes je cueillette

Et en toi je grandis

My sweet milady

 

De jeunes filles joyeuses ont passé

Trains des ennuis trop enlacés

Pensées de corsage délacé

Ont fui mes vies effacées

 

La vie ? – plainte grise –

Souvenirs en fouillis

Désertification en route

Mois d’août en black-out

Je regarde les décors

Et ton corps comme accord

Enfin fillette

Ma fille parfaite

Et en toi je grandis

My sweet milady

 

De jeunes filles joyeuses ont passé

Trains des ennuis trop enlacés

Pensées de corsage délacé

Ont fui mes vies effacées

 

L’avenir – cintres gris –

Comme une treille vieille

Un panier peu rempli

Où bien tard j’y sommeille

C’est une parole bègue

Que bien triste je lègue

Enfin fillette

Belle femme coquette

Et en toi je grandis

My sweet milady

 

De jeunes filles joyeuses ont passé

Trains des ennuis trop enlacés

Pensées de corsage délacé

Ont fui de mes vies effacées

 

la jeune fille au bas noirs

(la jeune fille aux bas noirs / Bonnard, 1893)

Repost 0
Published by frenchpeterpan - dans "poèmes" ouverts
commenter cet article
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 11:11

 

Cendrars

 

DICTION : Cendrars Cendrars

 


Tout le monde est sur le pont
Nous sommes au milieu des montagnes
Un phare s'éteint
On cherche le Pain de Sucre partout et dix personnes le découvrent à la fois dans cent directions différentes tant ces montagnes se ressemblent dans leur piriformité
M. Lopart me montre une montagne qui se profile sur le ciel comme un cadavre étendu et dont la silhouette ressemble beaucoup à celle de Napoléon sur son lit de mort
Je trouve qu'elle ressemble plutôt à Wagner un Richard Wagner bouffi d'orgueil ou envahi par la graisse
Rio est maintenant tout près et l'on distingue les maisons sur la plage
Les officiers comparent ce panorama à celui de la Corne d'Or
D'autres racontent la révolte des forts
D'autres regrettent unanimement la construction d'un grand hôtel moderne haut et carré qui défigure la baie (il est très beau)
D'autres encore protestent véhémentement contre l'abrasage d'une montagne
Penché sur le bastingage tribord je contemple
La végétation tropicale d'un îlot abandonné
Le grand soleil qui creuse la grande végétation
Une petite barque montée par trois pêcheurs
Ces hommes aux mouvements lents et méthodiques
Qui travaillent
Qui pèchent
Qui attrapent du poisson
Qui ne nous regardent même pas
Tout à leur métier

Repost 0
25 novembre 2012 7 25 /11 /novembre /2012 16:41

automne automne1

Chute contentement aux feuilles chutant

Peu à peu petit à petit

Cliquetis doux métallisé et fin

Au tapis au sol des orange et ocre

Et marron miellat de l’automne en faim

Les arbres enfin pincent leurs pétioles

Et respirent nus aux heures courtes

Tel jour plus court

Vertical au souffle contemple flocons feuilles foulées

Fuites désespérées en nappage crême

Fleurissent en tapis jaunes chatons chatouillent tes doigts oh mon enfant d’avant

Diaprée lumière diffuse d’ici couleurs partagées

L’entracte des saisons

Blessure des terres enchevêtrées serties brasse brandie

Reste des arbres la cécité d’hiver

Les portes fermées aux feuilles qui frappent

 

automne2 automne 5

automne4 automne 3

Repost 0
Published by frenchpeterpan - dans "poèmes" paysagers
commenter cet article
23 novembre 2012 5 23 /11 /novembre /2012 11:25

un petit poème d'un de mes fidèles lecteurs...

 

 

 

ETRE LIBRE

 

Etre libre, faire un pas

En faire un autre

Le faire droit

Ou de travers

Ou pas

Ou les deux à la fois

L’ordre, la trajectoire, le choix

Etre libre c’est quoi ?

Etre libre, faire un pas

Ou deux, ou trois

Ou rien du tout

Prendre ses jambes à son cou

Liberté, liberté chérie

Viens par ici foutre la zizanie

Liberté des avantages acquis

Que de crimes commis

En ton nom tout petit

De l’espoir à boire

Et des colères en fer

L’enfer pour les uns

Et pour les autres, rien

Etre libre !

Tu vibres toi, l’homme en bois ?

Avec tes bras en croix

Fauché, fini

Pitoyable bandit

Libre d’avoir tout donné

Tes cheveux et tes os

Les ongles de tes pieds

Et ton humanité

Etre libre de quoi ?

Libre de soi je crois

Parler, rugir, s’exprimer

Pleurer peut-être, ou rire

Sortir de soi.

Trouver en soi un homme des bois

Le suivre et grogner

Japper, aboyer, gueuler surtout !

La jouer rock, très rock,

Avec des croutes et des cloques

Du sang et du feu

Et des hurlements

Combien de hurlements ?

Combien de cris contre le vent ?

Combien t’en veux ?

Des mots à hurler ou à dire

Les plus grossiers, les pires

Les cachés, les indignes, les malencontreux

Des mots à maux et à mentir

Des mots à vomir par phrases entières

A reconduire à la frontière

Du sourire

Et les bruits qui ne sont pas dits

Qui sont faits

Et même joués

Joués d’accords

Mais cognés d’abord

Et envoyés

Tout droits

Sinon quoi en faire

Quoi faire sinon chercher de l’air

Chercher un air et chanter fort

Ou mieux encore parler

Et dire je t’aime

Est-ce vraiment approprié ?

Etre libre c’est quoi ?

C’est petit ou c’est grand ?

C’est jeune ou c’est vieux ?

C’est une idée ancienne, une idée âgée,

Avec des fesses ridées

Et de beaux cheveux blancs

Qui pense encore à la baiser ?

Etre libre, faire un pas

C’est peut-être ce qu’on veut

Ce qu’on veut que ce soit

Ce qu’on veut sortir de soi

Un homme, une femme parfois

Un être aux abois

En devenir de rien

Juste une idée, une cible

L’ombre d’une ombre en équilibre

Etre libre c’est quoi ?

La fumée, le vent, les nuées ?

Etre libre c’est quoi ?

Partir, foutre le camp ?

Quitter qui, quitter quoi,

Se quitter soi, mourir ?

Pour un murmure, un soupir

Un simple frémissement

Une ondulation

Une action qui commence

Le début de quelque chose

Juste le début

Trois fois rien

Un cœur battant

Faiblement

Mais qui va de l’avant

Apeuré, contracté, constipé,

En plein encombrement

Un souffle dérobé arraché au néant

Un premier cri

Une tétée

La vie

La liberté

Ce qu’on ne sait pas de nous

Ce coin de ciel au delà de la rage

Ce gout de rêve à respirer

La liberté je la vois, je la sens

Mais être libre, vraiment,

Je ne sais pas

Et après tout

Pourquoi pas ?

 

                                                                                    Dangolsheim, mars 2010

Repost 0
Published by frenchpeterpan - dans messages d'amis
commenter cet article
19 novembre 2012 1 19 /11 /novembre /2012 22:50

 

 


insectes.mp3

 

 

 

Insectes

 

    M'éloignant davantage vers l'Ouest, je vis des insectes à neuf segments avec des yeux énormes semblables à des râpes et un corsage en treillis comme les lampes des mineurs, d'autres avec des antennes murmurantes ; ceux-ci avec une vingtaine de paires de pattes, plus semblables à des agrafes ; ceux-là faits de laque noire et de nacre, qui croustillaient sous les pieds comme des coquillages ; d'autres hauts sur pattes comme des faucheux avec de petits yeux d'épingle, rouges comme ceux des souris albinos, véritables braises montées sur tiges, ayant une expression d'indicible affolement ; d'autres avec une tête d'ivoire, surprenantes calvities dont on se sentait tout à coup si frères, si près, dont les pattes partaient en avant comme des bielles qui zigzaguaient en l'air.

   Enfin, il y en avait de transparents, carafes qui par endroits seraient poilues ; ils avançaient par milliers, faisant une cristallerie, un étalage de lumière et de soleil tel, qu'après cela tout paraissait cendre et produit de nuit noire.

 


 

Henri Michaux (Mes propriétés, 1929)

 

Henri-Michaux

Repost 0
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 17:14

     

montre-molle-dali

 

      Il paraît que ressasser son passé, c'est augmenter les risques de dépression ; Jean Sommer quand il chantait disait même que c'était comme "enterrer deux fois les morts" ;

alors je trouvais ces mots de Goethe :

 

"Alors l'esprit ne regarde ni en avant ni en arrière. Le présent seul est notre bonheur." Goethe Faust II

 

Ce à quoi, mon neveu, aimant beaucoup se remémorer son passé me répond :

 

“Sitting on the floor, I'd replay the past in my head. Funny, that's all I did, day after day after day for half a year, and I never tired of it. What I'd been through seemed so vast, with so many facets. Vast, but real, very real, which was why the experience persisted in towering before me, like a monument lit up at night. And the thing was, it was a monument to me.” 
Haruki MurakamiDance Dance Dance
"Assis sur le sol, je repasse le passé dans ma tête. C'est drôle, c'est tout ce que j'ai fait, jour après jour après jour, pendant une demi-année, et je ne m'en suis jamais lassé. Ce que j'avais vécu semblait si vaste, avec tant de facettes. Vaste, mais réel, bien réel, ce qui explique pourquoi l'expérience a persisté à me dominer devant moi, comme un monument éclairé la nuit. Et le truc était que ce monument était pour moi."


“We seem to live in a world where forgetting and oblivion are an industry in themselves and very, very few people are remotely interested or aware of their own recent history, much less their neighbors'. I tend to think we are what we remember, what we know. The less we remember, the less we know about ourselves, the less we are.” 
Carlos Ruiz Zafón (Interview with Three Monkeys Online, October 2008)
"Il semble que nous vivons dans un monde où l'amnésie et l'oubli sont une industrie en soi et très, très peu de gens sont intéressés ou conscients de leur propre histoire récente, et encore moins leurs voisins. J'ai tendance à penser que nous sommes ce que nous nous rappelons, ce que nous savons. Moins nous nous souvenons, moins nous savons de nous-même, moins nous sommes.

“You are speaking...as if the pleasure were one thing and the memory another. It is all one thing... what you call remembering is the last part of the pleasure.” 
C.S. LewisOut of the Silent Planet
"Vous parlez ... comme si le plaisir était une chose, et la mémoire une autre. Les deux sont une seule chose ... ce que vous appelez le souvenir est la dernière partie du plaisir."


"Everybody needs his memories.  They keep the wolf of insignificance from the door."
- Saul Bellow
"Tout le monde a besoin de ses souvenirs. Ils gardent le loup de l'insignifiance à la porte." -  
QU'EN PENSEZ-VOUS ?

Repost 0
8 novembre 2012 4 08 /11 /novembre /2012 16:00

    Jacques Dupin vient de nous quitter il y a quelques jours, à l'âge de 85 ans. Ami de Char, et grand connaisseur de Miro et de divers autres artistes de l'époque (Giacometti, Tàpies...), il n'écrivit que de la poésie et divers essais sur l'art contemporain. Son oeuvre assez atypique est à mettre au même niveau que Char ou que Bonnefoy.Il travailla aussi à la fondation Maeght (dont je rêvais lorsque j'étais jeune d'y travailler) et y organisa en 1977 une rétrospective de l'oeuvre peinte de mon poète préféré Henri Michaux.

 

 

  Jacques-Dupin

 

 

 

Une forêt nous précède

et nous tient lieu de corps

 

et modifie les figures et dresse

la grille

d'un supplice spacieux

 

où l'on se regarde mourir

avec des forces inépuisables

 

mourir revenir

à la pensée de son reflux compact

 

comme s'écrit l'effraction, le soleil

toujours au coeur et à l'orée

de grands arbres transparents

 

 

Jacques Dupin ( in "l'embrasure", 1969)

Repost 0
4 novembre 2012 7 04 /11 /novembre /2012 11:58

lune

 

La lune pleine court dans le noir

Une étoile voisine la suit

 

Les nuages gris étirés et lents

 prendront eux aussi de la vitesse

 

perdre ou non cet allant des choses

ce que le monde vivant conçoit

 

je suis à l’heure fleur des roses

je vis l’instant présent

 

éloignement des murs

des estafilades du cœur

ont les parfums des songes passés

nez de mers de feuilles foulées

asphalte gris humus maigre

suivre cette lune qui fuit

me reveiller encore dans un futur autre

s’éveiller dans l’autre

une autre peau d’éveil

 

suivre la lune qui fuit silencieuse

et les nuages statiques qui guident son chemin

 

penser à la vie fuyante et nous

au milieu des chemins

mal apprenants de nous mêmes et des autres

dans les sucs amusés des désespoirs plus profonds

 

on passe encore

le temps fuit

mange et boire

le caramel des oublis

 

l’allumé soleil loupe ses valses

au creux de tes sourires certains

il a tes reins qui montent en vain

vers les morts en extase d’astre

Repost 0
Published by frenchpeterpan - dans "poèmes" paysagers
commenter cet article
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 15:23

Il y a environ un mois, c'était mon anniversaire, on m'a envoyé ce joli petit poème de Ted Kooser, l'ami de Jim Harrison

j'ai essayé de le traduire au mieux...

si vous jugez autrement me le dire svp :)

 

 Ted-kooser

 

A Birthday Poem

Just past dawn, the sun stands


with its heavy red head


in a black stanchion of trees,


waiting for someone to come


with his bucket


for the foamy white light,


and then a long day in the pasture.


I too spend my days grazing,


feasting on every green moment


till darkness calls,


and with the others


I walk away into the night,


swinging the little tin bell


of my name.

 

L'aube à peine passée, le soleil se tient debout

avec sa lourde tête rouge

dans un chandelier noir d'arbres,

attendant que quelqu'un vienne

avec son seau

pour la lumière blanche spumeuse,

et ensuite un long jour dans le pâturage.

Je passe également mes journées paissant,

festoyant à chaque moment vert

jusqu'aux appels de l’obscurité,

et avec les autres

Je m'éloigne dans la nuit,

balançant la petite cloche d'étain

à mon nom.

Repost 0
31 octobre 2012 3 31 /10 /octobre /2012 20:51
Clovis Trouille : peintre libre

« Chers amis, tournez le dos aux écoles, n’adhérez qu’à vous-même. Chaque artiste a son secret en lui qu’il lui faut découvrir. » CT

Clovis Trouille Acte Sud 2003 par Clovis Prévost  

 


    Non-conformiste, anticlérical, anarchiste, antimilitariste, Clovis Trouille avait tout pour me séduire. Pourtant ses peintures sont peu connues, rejetées jadis par une critique qu’il n’aimait pas lui-même et aussi par la bourgeoisie qui jugeait ses œuvres trop érotiques, trop subversives et trop anti-curés.
« je rejette la morale de la société bourgeoise, l’imposture de sa religion, la morale de ses curés, son patriocularisme, je désire au contraire une société sans frontière. » CT


    Ce fut donc en « solitaire inclassable » que Trouille passa ce siècle (1889-1975). Il ne se dirigea ni vers une étude des « arts primitifs » tel Picasso ou Gauguin, ni vers un classicisme encore à la mode. Il choisit sa propre voie, en soldat anti goupillon et anti sabre et se mit à peindre la libido, les femmes nues, la prostitution et bien sûr la mort. Pour faire un art – pour reprendre ses propres mots de « voyou, voyant et voyeur ».

    Au début tout prédestinait pour que Clovis Trouille soit un peintre reconnu, puis vint le service militaire de 2 ans , puis la guerre de 14-18, il ne sera démobilisé qu’en 1919, il dira lui-même avoir perdu 7 ans de sa vie « nous étions la génération sacrifiée, privé d’amour à cet âge. » Il espérait être un grand peintre avant la guerre et faisait tout pour ; il revint de ces 7 années de solitude, anarchiste et antimilitariste ; il continua de peindre abondamment et de retoucher sans cesse, mais pour lui la peinture était devenue « autre chose » et il ne chercha plus une reconnaissance publique. « L’on peut être certains que je le suis, érotique, et que je l’ai toujours été. Mais il me semble qu’un artiste qui ne sent pas la femme ne peut être un bon artiste. Mon œuvre est un chant d’amour à la femme, qui m’a tant manquée dans ma jeunesse (refoulement). »



Clovis Trouille aimait les nus photographiques des années 1900, ces nus en noir et blanc ; en peinture il chercha à restituer cet érotisme là de même qu’à promouvoir un couleur abandonnée des impressionnistes : le noir (voir le magnifique « mes funérailles » de 1940 où tout est noir et blanc à part la chair rose de 3 jolies créatures.)



    Riche dans son indépendance, Trouille ne suivit pas la sirène surréaliste que pourtant lui proposèrent Dali, Aragon ou Breton. Cependant pour certains, ses toiles sont bien plus « surréalistes » que beaucoup d’artistes reconnus de cette époque. Trouille n’aimait pas les idéologies. Il disait de son art qu’il était plutôt « super-réaliste ». L’utilisation de la photographie chez Picabia ou Dali qu’ils essayèrent eux de minimiser, lui Trouille la revendiqua haut et fort et sans difficultés ; en ce sens certains ont dit qu’il était peut être l’un des précurseurs du « Pop art ».

    Clovis trouille aimait donc les photographies et il fut l’un des premiers à utiliser celles-ci comme outils : soir en les décalquant, soit en les découpant, parfois même en les collant sur la toile et en repeignant dessus. Si Trouille abandonne suite à ses collages des notions de perspective, son grande originalité est l’utilisation de couleurs vives abondantes et qui pour certains pourrait paraitre presque « vulgaire ». Il n’en est rien, Trouille est un coloriste de génie. Comme le disait Cézanne : c’est la couleur qui commande. (« Quand la couleur est à sa richesse, le dessin est à sa plénitude »)

    Il vendra très peu de toiles de son vivant et ce volontairement ; il eut un métier : maquilleur retoucheur de mannequins à Paris (Maison Imans)  et dessinateur publicitaire avant la guerre ; l’art et le commerce ne vont pas ensemble disait-il.
    Trouille n’aurait peint que 120 toiles environ, mais perfectionniste, il les retouchait sans cesse ; il en donnait régulièrement à ses amis, et tous les 2-3 ans il les récupérait pour les « retoucher », souvent c’était infime, par exemple un grain de beauté sur la cuisse d’une nonne.

        Les lettres inaugurant le livre sont très intéressantes, Trouille y explique sa vie et sa peinture, son refus du monde bourgeois. Et le livre est tout entier magnifique : grand format, belles reproductions, les textes juste ce qu’il faut ; un très beau livre bien fait ; bravo à ACTE SUD et Clovis Prévost, le metteur en scène de ce très beau livre.  Acte Sud 2003.

« D’autre part, je tiens à ce côté subversif de mes œuvres, qui à mon avis fait que les peintures de cette sorte vieillissent bien. Car vous savez que le temps, la patine du temps n’adoucissent que trop la peinture.
On reste stupéfait devant l’Olympia de Manet, de penser que l’on a dû faire protéger ce tableau par la police, les visiteurs voulant le lacérer. Ce tableau, avait donc, alors, une puissance mystérieuse de « jamais vu », qui déchainait la colère. Je m’habitue à mes tableaux en les voyant vieillir et il me semble que c’est le piquant du subversif qui les sauvera de la patine du temps et de la banalité coutumière. » (1959) CT

-----------------


André Breton aussi disait de lui qu’il était « le grand maitre de cérémonie du tout est permis. »

Le poète Ghérassim Luca : « vous êtes celui qui a réussi à planter entre les cuisses du Douanier Rousseau une paire de couilles géantes. »

--------------

Site officiel des amis de Clovis Trouille
http://www.clovistrouille.net

Article très intéressant sur le peintre par Michel Darras
http://www.numerologue.net/index.php?2007/08/25/22-exposition-de-clovis-trouille-a-amiens

très très intéressant article de Michel Debray : Clovis Trouille, John Ruskin
autour de la cathédrale de Notre-Dame d'Amiens : ici
http://m_debray.club.fr/TROUILLE%20RUSKIN/index.html

--------------
Repost 0
Published by the very famous french peterpan - dans peintures et peintres
commenter cet article
28 octobre 2012 7 28 /10 /octobre /2012 17:39
L'amie Sagine adore lire poèmes et textes, elle a fait de cette passion de la diction un beau blog :
de mes yeux à vos oreilles


Vous pourrez donc écouter sa belle voix douce lire des histoires et des poèmes ; elle a besoin comme nous tous de lecteurs ou plutôt ici d'auditeurs, alors n'hésitez pas à aller faire un tour sur son blog... Cliquez sur la bannière. 

Elle a eu en outre la gentillesse de lire un de mes textes "Le temps" que vous pourrez entendre ICI

Vous savez aussi si vous fréquentez mon blog, l'amour que j'ai pour la diction ; en particulier les poèmes de Michaux que j'adore déclamer en imitant l'excellent Michel Bouquet ; ces disques des anciennes éditions "Disques ADES - poètes actuels" étaient pour moi des références
Michaux dit par Michel Bouquet
Peret par Pierre Brasseur
Aragon par Jean-Louis Barrault
Eluard par Gérard Philippe etc etc

Michaux-Bouquet


  Je trouve que le poème offre plus d'oralité que la prose et est plus "saisissant" / et j'avoue avoir été un peu déçu lors de mon bref passage à "Ça rime à quoi" sur France Culture que Sophie Nauleau m'ait demandé de lire deux de mes textes en prose et non mes "poésies", mais l'humilité est la meilleure alliée de l'apprenti écrivain !

  Si vous aimez comme Sagine et comme moi la diction, n'oubliez pas de lire l'excellent livre de Denis Podalydès sur la voix "Voix Off" / c'est un très beau livre à lire absolument, un peu déçu cependant du CD qui accompagne l'ouvrage, les voix y sont mixées et mélangées ; du coup je les ai moins appréciées...
Voix off-Podalydès
Repost 0
Published by frenchpeterpan - dans messages d'amis
commenter cet article
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 21:45

Srinagar

 

Shrinagar2

 

Shrinagar

 

Srinagar2

 

Srinagar

O espaces célestes et cieux hauts bleus / cillent les yeux /

Grand pélican blanc en vive majesté

Interné dans le malheur des mondes / lui aussi incapable de voler

Dépenaillé / caché comme une plie au fond des vases

Quand on le prive de liberté

Oiseau étais-je / je virais au sommet des lacs blancs / je tintais comme la brise dans les drisses

Je passais comme nous tous idéalement seul et ignoré de tous / dans les nefs d’air j’exultais

Je maniais mes ailes manière de poèmes

La glaise au sol luisait au soleil matinal

Mes yeux fous dispersaient tout / je calmais mes faims par d’incessants coups d’ailes / les montagnes amies étincelaient, les hauts cols de passage aux chemins des mules

Jamais l’air fut si beau si clair si dense si pur bleu

Des enfants aux barques silencieuses nous rejoignaient

Certains se baignaient dans les lotus et les fleurs d’eau

Sans souffrance apparemment / la sève du lac nourrissait

Belle salve de mots au sein de cette lumière pure

Calme et espérance / rajeunissement en effleurant l’eau bleu sombre

Liberté

Tous les paysages aimés / la voie des chansons des hommes

Pour les chants d’amour, les chants d’humanité, les greniers riches

Je suis encore cet oiseau inconnu dominant ce monde d’eau et de montagnes

Ces frontières magnifiques riches de tout l’or des mondes

Vivants, vivant en pleine conscience

Il est des lieux rares où l’on se sent homme

Pleinement au moment présent

Comme à Srinagar où

Là j’étais oiseau-océan – libre comme une baleine ailée

Je survolais la grande ville au grand lac comme un tapis  écartant la vie entre deux tissages

Criant mes noms, mes pays, mes poèmes libres

Vous aimant tous et tous voulant vous connaître

Frères mélangés

Je suis l’oiseau vous survolant

Et à chacun j’offre ma vivacité d’ailes

Mes cols et mes montagnes libres

 J’espérais l’absence de geôles

Alors vous disparurent et personne – parmi les hommes –

Ne semble vous attendre

Alors je criais mon nom : liberté

 

Treck inde

 

Inde-Pakistan

un passage de col vers les 4000 m entre le Cachemire et le Pakistan ; et des gens qui nous sourient, amusés...

(toute photographie © frenchpeterpan)

Repost 0
Published by frenchpeterpan - dans "poèmes" ouverts
commenter cet article
23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 09:39

Adolphe-Constant

 

« Adolphe » de Benjamin Constant, quel plaisir de lecture !



  Je ne vais pas ici vous faire une explication de texte, il y en a plein sur le net ou dans les livres, de ce seul roman publié par B.Constant. 10 ans pour peaufiner ce tout petit texte : 1806-1816 ; 1816, date de parution, B. Constant a alors 49 ans. Il sera ensuite député.
  Juste donc le plaisir devant cette écriture exceptionnelle : poétique, d’un niveau remarquable ; c’est un grand charme à la lecture. Une découverte jouissive de la grande écriture de cette charnière 18e et 19e siècle.


  L’histoire est cependant banale : une histoire d’amour qui finira mal ; le personnage, jeune homme timide et solitaire, fuyant la compagnie des hommes. Il est taciturne mais ne dédaigne pas hommes et femmes cependant. « Je veux être aimé... » est le sempiternel sentiment bien masculin décrit dans ce livre. Il y a une grande part d’autobiographie dans ce court texte, aussi bien pour ce qui concerne les affaires de cœur car B. Constant a eu maintes relations (dont une avec Mme de Staël) que pour les relations conflictuelles avec le père. Enervé aussi par les dogmes officiels.
  Ces relations avec le père sont même assez fondamentales pour la compréhension de ce récit (le père de Constant est sans doute le père d’Adolphe). De même les critiques sociétales.

  Adolphe fait son introspection et son autocritique, il est à la fois le narrateur (je) et le personnage, c’est une double position, comme un peu un journal intime. En ce sens, « Adolphe » est bien plus un roman psychologique ou d’analyse, qu’un roman romantique alors qu’on est en plein dans les mots (et maux) du romantisme. Le dessein de plaire à une femme : ni tout-à-fait sincère, ni tout-à-fait de mauvaise foi. Adolphe est tour à tour égoïste et sensible. Tout l'art masculin.
L’histoire est simple : Adolphe plait, il cherche à séduire, il tombe amoureux d’Ellénore, femme de 10 ans son ainée. Elle est dans une situation « de sécurité », compagne d’un comte.
  Elle hésite longtemps, repousse le jeune homme, mais la possibilité d’une dernière passion prend le dessus et elle abandonnera tout pour suivre Adolphe et passer un an avec lui. Sitôt, l’affaire conclue, Adolphe sent qu’il est moins amoureux, il s’ennuie, devient triste et maussade. Ellénore le sent et cela la rend malade ; comprenant par une lettre qu’Adolphe va la quitter, elle tombe malade et mourra de douleur amoureuse. Adolphe se sent alors coupable et réfléchit à son égoïsme, à son impossibilité d’aimer, à son indifférence au monde qui l’entoure, à la jouissance de son amour-propre. Adolphe n' a pas le courage d'assumer la rupture. A la « perfidie » féminine répond le détachement masculin.
  A la mort de sa compagne, Adolphe écrit : « J’étais libre, en effet, je n’étais plus aimé : j’étais étranger pour tout le monde. » Responsabilité en matière amoureuse, culpabilité ?
La liberté et l’amour sont-ils définitivement incompatibles ?

« Malheur à l’homme qui, dans les premiers moments d’une liaison d’amour, ne croit pas que cette liaison doit être éternelle. » (chap. III)
« Il y a des choses qu’on est longtemps sans se dire, mais quand une fois elles sont dites, on ne cesse jamais de les répéter. » (chap. IV)
« Nous parlions d’amour de peur de nous parler d’autre chose. » (chap. V)
« C’est un affreux malheur de n’être pas aimé quand on aime ; mais c’en est un bien plus grand d’être aimé avec passion quand on n'aime plus. » (chap. V)

 


A propos du père :

"Ma contrainte avec lui [mon père] eut une grande influence sur mon caractère. Aussi timide que lui, mais plus agité, parce que j’étais plus jeune, je m’accoutumai à renfermer en moi-même tout ce que j’éprouvais, à ne former que des plans solitaires, à ne compter que sur moi pour leur exécution, à considérer les avis, l’intérêt, l’assistance et jusqu’à la seule présence des autres comme une gêne et comme un obstacle. Je contractai l’habitude de ne jamais parler de ce qui m’occupait, de ne me soumettre à la conversation que comme à une nécessité importune et de l’animer alors par une plaisanterie perpétuelle qui me la rendait moins fatigante, et qui m’aidait à cacher mes véritables pensées. De là une certaine absence d’abandon qu’aujourd’hui encore mes amis me reprochent, et une difficulté de causer sérieusement que j’ai toujours peine à surmonter. Il en résulta en même temps un désir ardent d’indépendance, une grande impatience des liens dont j’étais environné, une terreur invincible d’en former de nouveaux.
Je ne me trouvais à mon aise que tout seul, et tel est même à présent l’effet de cette disposition d’âme que, dans les circonstances les moins importantes, quand je dois choisir entre deux partis, la figure humaine me trouble, et mon mouvement naturel est de la fuir pour délibérer en paix. Je n’avais point cependant la profondeur d’égoïsme qu’un tel caractère paraît annoncer : tout en ne m’intéressant qu’à moi, je m’intéressais faiblement à moi-même. Je portais au fond de mon cœur un besoin de sensibilité dont je ne m’apercevais pas, mais qui, ne trouvant point à se satisfaire, me détachait successivement de tous les objets qui tour à tour attiraient ma curiosité. Cette indifférence sur tout s’était encore fortifiée par l’idée de la mort, idée qui m’avait frappé très jeune, et sur laquelle je n’ai jamais conçu que les hommes s’étourdissent si facilement."

 

"Adolphe" un chef d'oeuvre de la littérature française, j'aime tellement ce livre et je l'ai lu tant de fois, (en plus c'est un bon résumé des relations homme-femme, encore qu'il y aurait beaucoup à dire), que j'ai préféré ne pas voir le film qui en a été tiré, certain d'être déçu, un jour peut-être...

Repost 0
Published by frenchpeterpan - dans Livres Coup de coeur
commenter cet article
19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 08:36

Dans ce très émouvant et très réussi film de Jean Becker "Le temps qui reste" avec un formidable Albert Dupontel, il y a cette chanson qui rappelle l'osmose parfaite qui existait entre l'ami Serge Reggiani, Jean-Lou Dabadie et Alain Goraguer, un bel auteur de textes, un grand compositeur et un fantastique interprète ; on a l'impression que c'est simple et facile une belle chanson, mais non il y a derrière toute cette simplicité, un grand travail en profondeur...



très belle chanson
très bel interprète
et très beau film (et poignant) de Jean Becker





Cliquez sur l'ami Serge pour l'entendre chanter cette bien belle chanson




 

Serge Reggiani
LE TEMPS QUI RESTE
Paroles: Jean-Loup Dabadie, musique: Alain Goraguer, 2002


Combien de temps...
Combien de temps encore
Des années, des jours, des heures combien?
Quand j'y pense mon coeur bat si fort...
Mon pays c'est la vie.
Combien de temps...
Combien

Je l'aime tant, le temps qui reste...
Je veux rire, courir, parler, pleurer,
Et voir, et croire
Et boire, danser,
Crier, manger, nager, bondir, désobéir
J'ai pas fini, j'ai pas fini
Voler, chanter, parti, repartir
Souffrir, aimer
Je l'aime tant le temps qui reste

Je ne sais plus où je suis né, ni quand
Je sais qu'il n'y a pas longtemps...
Et que mon pays c'est la vie
Je sais aussi que mon père disait:
Le temps c'est comme ton pain...
Gardes en pour demain...

J'ai encore du pain,
J'ai encore du temps, mais combien?
Je veux jouer encore...
Je veux rire des montagnes de rires,
Je veux pleurer des torrents de larmes,
Je veux boire des bateaux entiers de vin
De Bordeaux et d'Italie
Et danser, crier, voler, nager dans tous les océans
J'ai pas fini, j'ai pas fini
Je veux chanter
Je veux parler jusqu'à la fin de ma voix...
Je l'aime tant le temps qui reste...

Combien de temps...
Combien de temps encore?
Des années, des jours, des heures, combien?
Je veux des histoires, des voyages...
J'ai tant de gens à voir, tant d'images..
Des enfants, des femmes, des grands hommes,
Des petits hommes, des marrants, des tristes,
Des très intelligents et des cons,
C'est drôle, les cons, ça repose,
C'est comme le feuillage au milieu des roses...

Combien de temps...
Combien de temps encore?
Des années, des jours, des heures, combien?
Je m'en fous mon amour...
Quand l'orchestre s'arrêtera, je danserai encore...
Quand les avions ne voleront plus, je volerai tout seul...
Quand le temps s'arrêtera..
Je t'aimerai encore
Je ne sais pas où, je ne sais pas comment...
Mais je t'aimerai encore...
D'accord?

Repost 0
Published by frenchpeterpan - dans chanson poétique
commenter cet article
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 13:59

à la mémoire de Victor Jara,

 

 

mots qui se soulèvent

                  à travers gorge

crachent poésie, beauté

bloquent retraite

arme difficile

sont mots difficiles

 

pollen d'amour

                   dans coeur arrêté

freine sang de joie

dans veine de fête

arme terrible

sont mots difficiles

 

chants soulevés

                    aux poumons stoppés

toux de circonstance

aux hommes de souffrance

arme difficile

sont mots difficiles

 

mon ami, tes doigts sont les miens

je saigne au milieu des fleurs de mon coeur

et les guitares se taisent inouïes 

   de tant de haine

Repost 0
Published by the very famous french peterpan - dans "poèmes" ouverts
commenter cet article

Pages