Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Ici :

  • : Poésie Littérature Ecriture Chanson poétique
  • Poésie Littérature Ecriture Chanson poétique
  • : mes poésies et petits textes, mes coups de coeur : livres, poésies, chansons poétiques, artistes divers...
  • Contact

some words :

"Le poète est un archer qui tire dans le noir." - Salah Stétié -
"Soyez un écrivain mineur, cela vous rajeunira." 
Dominique Noguez

"Cette femme était si belle
Qu'elle me faisait peur."
 Guillaume Apollinaire

"In a place far away from anyone or anywhere, I drifted off for a moment." -- Haruki Murakami --


"Être poète n'est pas une ambition que j'ai. C'est ma façon à moi d'être seul."   -- Fernando Pessoa --

"Ca va tellement mal aujourd'hui que je vais écrire un poème. Je m'en fiche ; n'importe quel poème, ce poème." -- Richard Brautigan --

"J'écris à cause du feu dans ma tête et de la mort qu'il faut nier."
Jacques Bertin

"O mon passé d'enfance,
pantin qu'on m'a cassé."
Fernando Pessoa


« La mort c’est l’infini des plaines
et la vie la fuite des collines. »
Joseph Brodsky

Certaines choses

Nous entourent « et les voir

Equivaut à se connaître »

George Oppen



" LA GRANDE FORCE EST LE DESIR "
(Guillaume Apollinaire)



"Quand je dis « je », je désigne par là une chose absolument unique,
à ne pas confondre avec une autre."
Ugo Betti

"Le sens trop précis
rature
ta vague littérature"
Stéphane Mallarmé


" Je ne suis pas moi ni un autre

Je suis quelque chose d’intermédiaire :
Un pilier du pont d’ennui
qui s’étend de moi vers l’autre. "
Mario de Sa-Carneiro
I-love-reading
livres et lagaffe

Recherche

B o n j o u r !

-- je vous souhaite un bon passage... --


"Mais rien de cette nature n'est définitivement acquis. Comme une eau, le monde vous traverse et pour un temps vous prête ses couleurs. Puis se retire, et vous replace devant ce vide qu'on porte en soi, devant cette espèce d'insuffisance centrale de l'âme qu'il faut bien apprendre à côtoyer, à combattre, et qui, paradoxalement est peut-être notre moteur le plus sûr."  Nicolas Bouvier

« La poésie vient vers nous, on ne sait d’où, et elle nous quitte, allant vers on ne sait quel au-delà. Mais en passant, elle nous laisse des mots et elle nous fait des signes dont l’interprétation est inépuisable. » Gabriel Bounoure

" Avec tes défauts. Pas de hâte. Ne va pas à la légère les corriger. Qu'irais tu mettre à la place ? " Henri Michaux


écrivez moi si vous le souhaitez :    

Soyez indulgent, je ne suis qu'un petit écrivaillon tentant d'écrivasser

Mai 2008 : "L'apéritif de la neige"
est "paru"

Si vous êtes intéressé : laissez moi un message
(133 pages de poèmes et textes poétiques, pour la plupart ici sur mon blog)

"Le meilleur choix de poèmes est celui que l'on fait pour soi." Paul Eluard

"Savoir que nous ignorons tant de choses suffit à mon bonheur." George Oppen

______________________________________________

 

7 avril 2016 4 07 /04 /avril /2016 18:09

Je pêchais seul par cette soirée alanguie d'automne.

Pêchais tandis que l'obscurité ne cessait de gagner.

J'éprouvais un chagrin exceptionnel et après

une joie exceptionnelle quand j'ai ramené un saumon d'argent

jusqu'au bateau, et plongé l'épuisette sous le poisson.

Coeur secret ! Quand je regardai dans l'eau mouvante

puis levai les yeux sur la ligne sombre des montagnes

derrière la ville, rien ne suggérait encore

que j'allais souffrir à ce point du désir

de revenir encore une fois, avant de mourir.

Loin de tout, et loin de moi-même.

 

 

Raymond Carver (in la vitesse foudroyante du passé)

 

 

Soir / Raymond Carver
Repost 0
Published by frenchpeterpan
commenter cet article
7 avril 2016 4 07 /04 /avril /2016 09:46
.. de Gary
" La seule chose qui m'intéresse, c'est la femme, je ne dis pas les femmes, attention, je dis la femme, la féminité. Le grand motif, la grande joie de ma vie a été l'amour rendu pour les femmes et pour la femme. Je fus le contraire du séducteur malgré tout ce que l'on a bien voulu raconter sur ce sujet. C'est une image totalement bidon et je dirais même que je suis organiquement et psychologiquement incapable de séduire une femme. Cela ne se passe pas comme ça, c'est un échange, ce n'est pas une prise de possession par je ne sais quel numéro artistique de je ne sais quel ordre, et ce qui m'a inspiré donc dans tous les livres, dans tout ce que j'ai écrit à partir de l'image de ma mère, c'est la féminité, la passion que j'ai pour la féminité. "

Romain Gary

Repost 0
Published by frenchpeterpan - dans citations
commenter cet article
30 mars 2016 3 30 /03 /mars /2016 08:04
.. de Soulages

"C'est ce que je fais qui m'apprend ce que je cherche."

Pierre Soulages

Repost 0
Published by frenchpeterpan - dans citations
commenter cet article
29 mars 2016 2 29 /03 /mars /2016 08:18
Poèmes à Lesbie / Catulle

Moineau, délices de ma belle

Compagnon coutumier d'amusement pour elle,

Elle t'a dans son sein, au bec qui veut happer

Tend son doigt, provoquant ce bec fin à frapper,

S'efforçant de tromper une attente fiévreuse

Dans je ne sais quels doux plaisirs,

Pour consoler un peu ta souffrance amoureuse,

Pour apaiser, je crois, l'ardeur de ses désirs...

Que ne puis-je, avec toi jouant aux jeux qu'elle aime,

Alléger ma tristesse et ma peine à moi-même !

Repost 0
20 mars 2016 7 20 /03 /mars /2016 09:53
.. de Bouvier

"C'est grâce à Holan, autant qu'à Michaux, que j'ai compris que certaines visites que la vie nous rend sont si mystérieuses qu'elles doivent prendre la forme d'un poème, que la prose la plus éclatante ne rendrait justice ni à leur transparence ni à leur opacité qui sont forcément voisines puisque nous ne comprenons pas la transparence mais pouvons seulement la flairer comme un limier flaire un gibier dont il sait qu'il n'est pas pour lui. Ce sont eux qui m'ont, sur le tard, conduit à écrire des poèmes, non par ambition littéraire, mais pour survivre et mieux vivre, sachant, à travers eux, que la poésie est le seul antidote contre la solitude et la mort."

N. Bouvier, La chambre rouge et autre texte, Métropolis, 1998.

Repost 0
Published by frenchpeterpan - dans citations
commenter cet article
17 mars 2016 4 17 /03 /mars /2016 14:22

Déjà ma femme ne me caresse plus

déjà le noir a détrôné le rougeoyant des coteaux

le soleil va s’éteindre avec brillance

 

Déjà mes chiens ont pris du vieux

et les collines illuminées de givre et de lapins

ne les intéressent plus enfin

 

Déjà je cours moins vite au petit matin

les arbres et arbustes peinent de mon essoufflement

leurs ombres sont froides et sales

 

Déjà mes parents sont décédés m’ont laissé

les labyrinthes étranges des vies fanées

m’attirent dans des trous d’éclats

 

Déjà ma poésie m’a quitté avec des rires

étrangers des quittances impayées des mots bruts

inemployés désertés piteux

 

Déjà je reviens à la ligne pour me dire poète

j’ai perdu ma flore ma faune mes fines muses

mes écluses ont rouillé

 

Déjà j’ai perdu mes érections et joies de vivre

Mes dérèglements en tout axe et éclaireurs

tous les fusains de ma flamme

 

Déjà mes amis ont quitté les précipices

les vides des corps les mauvais signes

les jeux de pistes où le seul mot fin est un but

 

Déjà je me suis retiré au profond de moi-même

dans les flaques et les boues sombres

au bord des feux finis des vaines vies

 

Déjà nous mourrions ardûment coincés

et mutins mutilés du mauvais temps

pensionnaires oubliés et sans essor

 

peinture de Sergey Kolesov

peinture de Sergey Kolesov

Repost 0
Published by frenchpeterpan - dans spleen "poèmes"
commenter cet article
4 mars 2016 5 04 /03 /mars /2016 19:14
.. de Alain

" Le pessimisme est de nature, l'optimisme de combat."

Alain

Repost 0
Published by frenchpeterpan - dans citations
commenter cet article
28 février 2016 7 28 /02 /février /2016 10:14

Si je dis que je suis là / je persiste / qu'est mon existence au monde ?

je suis biologiquement complètement seul, mes mitochondries travaillent pour moi-même et pour personne d'autre / idem pour mes organes tantôt superbes, tantôt déficients / Je suis un être cellulaire qui ne participe à aucune société animale. Mon cerveau n'est que ma personne et rien d'autre !

Je suis moi et personne d'autre / Pourquoi faudrait-il donc que vous me compreniez ? Que je vous obéisse ? Que j'adhère à vos propositions ? Quelle est donc cette société humaine ? Comment vivre nos solitudes, nos individualismes ? Nos incomplétudes ? 

Chacun possède son propre paysage. Nous ne sommes que nos propres paysages. Même notre manière de voir ou d'écouter est pour tous différente.

En outre on ne vit que l'instant,tout le reste est fabulation ou recherche en arrière, prières passéistes, inventions futuristes. 

J'aurais tant souhaité communiquer, être un neurone actif dans la moelle épinière ou le cerveau, être le polype travailleur d'un corail, une fourmi pour le bien de tous, devenir dauphin pour perdre mon "je" et percevoir les contenus mentaux de chacun qui sont la propriété de tous...

Emouvoir l'autre, émouvoir les autres ; cela semble si aisé et pourtant, il n'y a pas de tâche plus ardue. Discordance entre ce besoin d'être aimé, d'être reconnu et mon besoin de liberté, d'autosuffisance. Ours des cavernes.

Et que dire alors du sexe ? De cette recherche perpétuelle et vaine de l'autre "et qui m'aime et que j'aime" comme dit le poète. Il y aurait donc la nécessité d'être deux ? Comme c'est étrange. Et donc de communiquer en couple ? Comme c'est inouï.

On passe seul, et on meurt, seul.

Le grand silence, alors, servira de conclusion.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Repost 0
21 février 2016 7 21 /02 /février /2016 18:37
.. de Eco

" Autrefois, j'étais indécis, mais, à présent, je n'en suis plus très sûr."

Umberto Eco

Repost 0
Published by frenchpeterpan - dans citations
commenter cet article
20 février 2016 6 20 /02 /février /2016 17:01

 

 

Prix du meilleur livre étranger.

Petit chef d'oeuvre de Drago Jancar, écrivain slovène.

Une nuit de Janvier 1944, un couple de bourgeois disparait dans des circonstances troubles... Le livre nous raconte la vie d'une femme indépendante, intelligente, sensuelle et excentrique Veronika Zarnik. Le livre se découpe en 5 récits se recoupant : 5 personnes racontent la vie de Veronika et ce qui s'est passé.L'originalité est d'abord dans cette forme de récit (outre une très belle écriture), mais aussi dans le fond avec de belles pages sur l'absurdité de la guerre, les souffrances de l'ancienne Yougoslavie, l'arrivée de Tito, les anciennes armées utilisant les chevaux (les animaux sont très présents dans ce livre).

Le livre se construit autour de ces cinq narrateurs. L'ensemble est magistral et dresse un tableau somptueux, mais inquiétant des bouleversements à cette période de la guerre de la Yougoslavie.Stevan Radovanovic (amant et maitre d'équitation) est le premier à raconter, dans un camp de prisonniers, il croit voir passer Veronika. "...c'est la fin, la fin du royaume de Yougoslavie, la fin du monde." Puis parleront la mère de Veronika, un médecin militaire allemand souvent invité par le couple, la gouvernante et Ivan Jeranek, un employé du manoir...

Veronika représente la vie, la paix et surtout la liberté ; chacun des cinq interlocuteurs parlera à sa façon et regrettera de ne pas avoir pu aider mieux cette femme aux grands qualités. On apprend par ces biais beaucoup du nouveau monde yougoslave, l'abandon des alliés, l'arrivée de Tito, la fin d'un monde, la fin des cavaliers de guerre...

Veronika est une femme moderne qui aime tout le monde, mais on ne peut pas aimer tout le monde en temps de guerre...

Absurdité de la guerre et de la mort, un très beau roman, mélange de littérature et d'explications historiques sur l'effritement de cette Europe centrale germanophone et de ces bouleversements majeurs dus à l'influence soviétique.

Veronika, un personnage énigmatique, héroïne d'un roman qui ne l'est pas moins...

 

 

Cette nuit, je l'ai vue / Drago Jancar
Cette nuit, je l'ai vue / Drago Jancar
Repost 0
Published by frenchpeterpan - dans Livres Coup de coeur
commenter cet article
19 février 2016 5 19 /02 /février /2016 09:33

" J'écris ce que je ne sais pas, ça c'est le poète. Un écrivain, il écrit ce qu'il invente, ce que sa mémoire lui fournit, ce que son imagination lui donne ; un journaliste, il écrit ce qu'on lui donne en pature et qu'il rapporte plus ou moins de façon exacte ou inexacte ou orientée ; un poète, il écrit ce qu'il ne sait pas, c'est pourquoi la poésie est impossible à fabriquer.

On écrit ce que l'on ne sait pas, c'est-à-dire on est porté par quelque chose qui nous vient vraisemblablement de nous, qui ne tombe pas du ciel, bien que j'aime bien le mot "inspiration", parce que on n'en a pas d'autres, qui se fait par une heure indue, une heure de détente particulière, tout à coup, les mots nous saississent à la gorge ou saississent au coeur qu'ils font palpiter et vous avez un vers !"

 

Guy Goffette

 

 

Guy Goffette - photo Gallimard -

Guy Goffette - photo Gallimard -

Repost 0
Published by frenchpeterpan - dans citations
commenter cet article
14 février 2016 7 14 /02 /février /2016 10:47
Miss Tic / la poésie est...

Miss Tic :

la poésie est un luxe de première nécessité

Repost 0
9 février 2016 2 09 /02 /février /2016 23:04

" Si tu me quittes, est-ce que je peux venir aussi ?"

 

 

Alain Bashung

Repost 0
Published by frenchpeterpan - dans citations
commenter cet article
7 février 2016 7 07 /02 /février /2016 10:22

En



Pour en profiter

le lundi 08 Février de 10h à 11h24

branchez-vous

sur

RADIOTEMPSRODEZ 107 FM

ou
http://www.radiotemps.com/fr/ecouter-radio? PHPSESSID=b0e21c215ae53afdae6e582c088b3d95
mais aussi http://www.radioways.fr/radio/radio-temps-rodez.html

On y entendra

- le duo VA - Véronique boix / Alain collard

- les poètes du Cercle Aveyronnais Le Contre-Chant des Mots

Danièle Loupias / Gisèle Jeantet / Huguette Dangles / Marie-Hélène Douat

- leur correspondant internaute - poète Aixois - Marc Laumonier

- leur invité d’honneur - Guy Goffette

en compagnie de : Aznavour - Brel - Gréco - Ferré - Ferrat - Dalida -

Mouloudji - Reggiani - Renaud - Isabelle Aubret - Bertin

mais aussi : Grégory Lemarchal - Maurane - Florent Pagny - Christophe Willem - Raphaël

et tant d’autres…

dans la 2ème partie de « Quel charivari, la VIE ! »

" La vie passe tellement vite.

Si tu ne t'arrêtes pas pour regarder autour de toi de temps en temps, tu pourrais la manquer !"

Ferris Bueller (Day off)

Repost 0
Published by frenchpeterpan - dans actualités diverses
commenter cet article
5 février 2016 5 05 /02 /février /2016 16:39

"Ne tombe pas amoureux d’une femme qui lit, d’une femme qui ressent trop, d’une femme qui écrit…

Ne tombe pas amoureux d’une femme cultivée, magicienne, délirante, folle.
Ne tombe pas amoureux d’une femme qui pense, qui sait ce qu’elle sait et qui, en plus, sait voler ; une femme sûre d’elle-même.

Ne tombe pas amoureux d’une femme qui rit ou qui pleure en faisant l’amour, qui sait convertir sa chair en esprit ; et encore moins d’une qui aime la poésie (celles-là sont les plus dangereuses), ou qui s’attarde une demie heure en fixant un tableau, ou qui ne sait pas comment vivre sans musique.

Ne tombe pas amoureux d’une femme qui s’intéresse à la politique, qui soit rebelle et qui a le vertige devant l'immense horreur des injustices. Une qui aime les jeux de foot et de baseball et qui n’aime absolument pas regarder la télévision. Ni d’une femme qui est belle peu importe les traits de son visage ou les caractéristiques de son corps.

Ne tombe pas amoureux d’une femme ardente, ludique, lucide et irrévérencieuse.

Ne t'imagine pas tomber amoureux de ce genre de femme.

Car, si d’aventure tu tombes amoureux d’une femme pareille, qu’elle reste ou pas avec toi, qu’elle t’aime ou pas, d’elle, d’une telle femme, JAMAIS on ne revient."

 

Martha Rivera-Garrido

(traduction trouvée sur le net et améliorée par mon amie Véronique Boix)

 

 

 

No te enamores de una mujer que lee, de una mujer que siente demasiado, de una mujer que escribe…

No te enamores de una mujer culta, maga, delirante, loca.

No te enamores de una mujer que piensa, que sabe lo que sabe y además sabe volar; una mujer segura de sí misma.

No te enamores de una mujer que se ríe o llora haciendo el amor, que sabe convertir en espíritu su carne; y mucho menos de una que ame la poesía (esas son las más peligrosas), o que se quede media hora contemplando una pintura y no sepa vivir sin la música.

No te enamores de una mujer a la que le interese la política y que sea rebelde y vertigue un inmenso horror por las injusticias.Una a la que le gusten los juegos de fútbol y de pelota y no le guste para nada ver televisión. Ni de una mujer que es bella sin importar las características de su cara y de su cuerpo.

No te enamores de una mujer intensa, lúdica y lúcida e irreverente.

No quieras enamorarte de una mujer así.

Porque cuando te enamoras de una mujer como esa, se quede ella contigo o no, te ame ella o no, de ella, de una mujer así, JAMAS se regresa.

Ne tombe pas amoureux / Martha Rivera Garrido
Repost 0

Pages