Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ici :

  • : Poésie Littérature Ecriture Chanson poétique
  • : mes poésies et petits textes, mes coups de coeur : livres, poésies, chansons poétiques, artistes divers...
  • Contact

some words :

"Le poète est un archer qui tire dans le noir." - Salah Stétié -
"Soyez un écrivain mineur, cela vous rajeunira." 
Dominique Noguez

"Cette femme était si belle
Qu'elle me faisait peur."
 Guillaume Apollinaire

"In a place far away from anyone or anywhere, I drifted off for a moment." -- Haruki Murakami --


"Être poète n'est pas une ambition que j'ai. C'est ma façon à moi d'être seul."   -- Fernando Pessoa --

"Ca va tellement mal aujourd'hui que je vais écrire un poème. Je m'en fiche ; n'importe quel poème, ce poème." -- Richard Brautigan --

"J'écris à cause du feu dans ma tête et de la mort qu'il faut nier."
Jacques Bertin

"O mon passé d'enfance,
pantin qu'on m'a cassé."
Fernando Pessoa


« La mort c’est l’infini des plaines
et la vie la fuite des collines. »
Joseph Brodsky

Certaines choses

Nous entourent « et les voir

Equivaut à se connaître »

George Oppen



" LA GRANDE FORCE EST LE DESIR "
(Guillaume Apollinaire)



"Quand je dis « je », je désigne par là une chose absolument unique,
à ne pas confondre avec une autre."
Ugo Betti

"Le sens trop précis
rature
ta vague littérature"
Stéphane Mallarmé


" Je ne suis pas moi ni un autre

Je suis quelque chose d’intermédiaire :
Un pilier du pont d’ennui
qui s’étend de moi vers l’autre. "
Mario de Sa-Carneiro
I-love-reading
livres et lagaffe

Recherche

B o n j o u r !

-- je vous souhaite un bon passage... --


"Mais rien de cette nature n'est définitivement acquis. Comme une eau, le monde vous traverse et pour un temps vous prête ses couleurs. Puis se retire, et vous replace devant ce vide qu'on porte en soi, devant cette espèce d'insuffisance centrale de l'âme qu'il faut bien apprendre à côtoyer, à combattre, et qui, paradoxalement est peut-être notre moteur le plus sûr."  Nicolas Bouvier

« La poésie vient vers nous, on ne sait d’où, et elle nous quitte, allant vers on ne sait quel au-delà. Mais en passant, elle nous laisse des mots et elle nous fait des signes dont l’interprétation est inépuisable. » Gabriel Bounoure

" Avec tes défauts. Pas de hâte. Ne va pas à la légère les corriger. Qu'irais tu mettre à la place ? " Henri Michaux


écrivez moi si vous le souhaitez :    

Soyez indulgent, je ne suis qu'un petit écrivaillon tentant d'écrivasser

Mai 2008 : "L'apéritif de la neige"
est "paru"

Si vous êtes intéressé : laissez moi un message
(133 pages de poèmes et textes poétiques, pour la plupart ici sur mon blog)

"Le meilleur choix de poèmes est celui que l'on fait pour soi." Paul Eluard

"Savoir que nous ignorons tant de choses suffit à mon bonheur." George Oppen

______________________________________________

 

8 juillet 2007 7 08 /07 /juillet /2007 07:41
    La sensation : il n’y a plus de construction. Les fusions, finies !
Les rimes que j’extirpais des corps nombreux et variés, en silence ou en chants, en calme plat ou tempêtes hurlantes, vagues engourdies ou en diablesse. Les femmes.

    Les rimes ?
= Soupir et désir, foi et effroi, amant aimant

    L’eau des cieux avait inondé les rues, débordant les saillies, faisant hernies sur les trottoirs glissants, toi parmi ces chaînes, tu marchais dans une bulle de lumière, ronde et ensoleillée, une bulle de protection. Collants noirs opaques et petites chaussures à talon, bien féminines, jupe multicolore si vive qu’on ne pouvait que fixer tes jambes et gros pull couleur caramel comme l’un de tes chats. Un foulard au cou en guise de décoration ou pour protéger ta glotte réputée fragile : trop de chants, trop de bonheur ; les sons étaient bons, le ciel se zébrait d’éclairs couleur café puis vanille ; sans parapluie, tu n’étais pas mouillée. Poitrine en avant, tu fendais les gouttes comme magicienne. J’étais assis, trempé à l’autre bout d’un pont, de mon regard – après toi – je longeais celui du fleuve, engourdi lui aussi dans des désirs irrésolus. De longues volutes d’eau en mouvement mais par lenteur, par grande lenteur, le fleuve irait en mouvement, d’un serpent qui déciderait de s’étendre, d’étendre ses voies. Sa peau de fête, tel un miroir du monde, infini qui reflète des éclats ensoleillés. Ou fatigué simplement, juste se dérouiller les vertèbres trop lovées.
   
    Moi, mes mains étincelaient, crachaient des étoiles comme celles des poètes inquiets avec leur trop plein d’amour, fagots à offrir à tous et toutes, tous mes amis hommes, de cette espèce-là qu’on peut peut-être encore aimer, voire désirer. De ces désirs-là, j’en ai eu tant jadis ! Je croyais qu’on allait m’aimer, tout de suite, immédiatement, sans sourciller. Et puis , non, n’est-ce pas ? Ce n’est pas ainsi. Alors j’ai raturé des cahiers d’écoliers d’une prose ubuesque et fatiguée. En grande fatigue, déjà et si jeune cependant. Ta silhouette, et pourtant. Tu éclairais ce gris dans tous ces champs, un champignon très coloré, un champignon femelle qui donnait des leçons de vie, les explications de ce monde, oh toi belle institutrice de ce grand univers ; en paroles et en gestes, tu expliquais ; secondairement je ne vis que tes gestes, puis enfin je ne vis que tes yeux dans l’ovale de ta peau de jeunesse ; ce sont tes yeux qui parlaient qui racontaient, tu dissertais.

    Sous le pont, l’eau charriait d’immenses cicatrices boisées, arbres malades ou déracinés puis découpés, épluchés pour quitter le monde ; ces bois flottés étaient chacun une partie de moi-même, de mon corps supplicié, mon cerveau brisé, mes âmes délétères, corrompues.

C’est ainsi que j’avançais dans l’eau – mon amie – des cailloux pleins les poches, et mon caban bleu s’alourdissant. Je traversais les bras du fleuve, il ne voulut point de moi. Sur les îles, j’errais de sentiment en sentiment, du possible vers l’impossible, de quêtes inventées, en rupture. Je ressuscitais sous cette pluie d’automne. Enfermé, toujours, mais vivant encore, vers ces soleils bleus à révéler. Tu passerais encore – je sais -. Comme une revue aux Folies-Bergère : ensorceleuse, inaccessible, jolie et terrible, pleine de vie et de mort. Et en pleine rêverie de jambes gainées et sexy, j’inventerais un autre paysage pour t’oublier en toute fin, en finalement, en point – à la ligne - , en tout et pour tout ; bref tu sortirais de mon paysage définitivement, comme une verrue afin brûlée et dont les racines seraient crevées très très profondément.

No more construction, je dirais.



Histoire d'A : ballons, peinture d'Annick Roulet

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2007 6 07 /07 /juillet /2007 04:00


les longues feuilles en fée

    à l’automne apaisé

tourbillons affamés irrités perdants
tombent sur orpins éclairés
en orpaillage des terres des humus en déchets
et en musc d’oronge
et en mille ormilles tous en synchronicité
et en chute de vieilles feuilles ralenties
et en jaunes tons délavés
en orgie des lumières changeantes ; des cristaux végétaux
faisaient les feuilles oriflamme du monde
au vent balancées
en rouille en roux en rouvre
l’orientement des voiles
et les ornes à fleurs en ornements 
organisés en embellies en ondées
en trilles et mordants , dans un ensemble ordonné
les on-dit des feuilles dans l’ornière remplissant
les orteils des arbres recouverts en chaussons
orvets et orties jaunissants en concierges, aux pieds

dans le vent moulant et démoulant façonnant l’automne apaiserait les ires
l’orgasme bouillonnant naturel des vents dans mes voiles
organiste je poufferais des orémus
dans
 le vent encombrant dans l’automne enchanté

déjà à l’automne de la vie
en pluies d’enfouissements
encore en plein enfantement
dans les travers des songes rires et soupirs
discrètement renaissance en naissance des bois


Partager cet article
Repost0
29 juin 2007 5 29 /06 /juin /2007 00:18
  

"nu 1936" Photographie Edward Weston

   
        J'aime cette photographie d'Edward Weston (vue jadis il y a très longtemps à la galerie du Château d'eau à Toulouse, c'était la photographie/affiche pour le mois de ce photographe). Elle date de1936.

    Ce nu est très réussi : d'abord parce que l'on ne voit rien des trois images les moins     «pudiques » d'une femme : son visage, son buste, son sexe ; c'est un nu « sans nudité » et par là même bien sûr terriblement plus sensuel et séduisant. Ensuite le cadrage est parfait, le personnage légèrement décalé à gauche, seul un pied marque la droite, émergeant, clair, d'une zone d'ombre provoquée par le tronc ; 2 ovales arrondissent la photo : les bras réunis et le sommet du crâne et les cheveux (raie au centre). Finalement les jambes belles (ah! les jambes!) sont masquées par les bras ; on ne distingue que les genoux ronds très attirants.         
    Enfin cette ombre et cette lumière si idéalement choisies : ce très noir à droite en haut et ce très clair en bas à gauche. Ce triangle et ces bandes noires dans un corps blanc, tout devient contraste et harmonie.

    Charis Weston Wilson raconte : « qu'Edouard n'était pas très heureux de l'ombre sur le bras droit », lui même n'aimait pas trop la partie courbe des cheveux et les épingles dans les cheveux. Il se rappelle aussi du soin qu'apporta Edouard Weston à vérifier avec une grosse loupe l'absence de poils pubiens visibles sur la photographie afin que celle-ci puisse être envoyée par la poste. Autres temps, autres moeurs?

   
 
   Le beau site d'Edward Weston : http://www.edward-weston.com/
Partager cet article
Repost0
23 juin 2007 6 23 /06 /juin /2007 15:47
Tes yeux nougatine
Ton corps macadamisé
De mes mâches et salives
Ton sexe de fenouil
Un atoll ton nombril

Je me lave sur ta peau
Lumières enfouies en respirant ton sexe
C’est les laves à venir
En grappes en jets en flaques
De nos deux réunis
En puissance  en raisin
en topaze
En toi de ceci de cela
Les fêtes des peaux irisées
en chair de poule
Ta vulve frottée érubescente
Où errements je retombais
Floculat de toi isolat du monde
En absence en stances en visée
De tes yeux mercure : merci

Merci de ton corps et l’esprit
Ton récif multicolore
Je suis ton semoir
Ton sexe vénus praire
Ma mie mon miel ma fenêtre
Lorette aux pieds cristal
Fée inversée dictée des corps
Fait en toi des hordes des ors
La vie en sueur orgasmique
Là ton sexe volcanique
Mes mains ruissellent
De tes peaux tous tes sels


Partager cet article
Repost0
23 juin 2007 6 23 /06 /juin /2007 13:17
"La littérature est la preuve que la vie ne suffit pas."
Fernando Pessoa
Partager cet article
Repost0
20 juin 2007 3 20 /06 /juin /2007 02:07
    Las !
    Je choisis ce soir : je reprendrais ton lettrage, j’améliorerais ton alphabet ; comme un étrange roman, un ensemble de mots et de phrases, je te reconstruirais donc comme une dispersion de tes écrits...


    J’attendis ton profond sommeil
Et hop ! je ramassai toutes tes lettres et les dispersai avec des grands coups de bras et des gestes théâtraux, puis je les réunis dans un tas grouillant et gémissant,
en les ébouriffant, elles étaient tombées en vrac dans une espèce de grand bourbier riche en couleurs et en vie,
Je n’avais plus qu’à les réordonner à mes souhaits
Eh eh eh : qu’allais-je faire ?

Sitôt repu de ce carnage, je cherchai des balises

Des points d’ancrage
En « homme de lettres », je choisis donc de te recréer
« en toutes lettres ».


    Dès le commencement, certaines lettres jouèrent à la pimbêche, cherchant à s’extirper et partir en voyage
D’autres en chœur se lamentaient
D’autres tout en sinuosités et ondulations, replis et pliures, flexures profondes, s’imaginaient recréer quelques mots, quelques ombres : là une pointe de sein, ici un cheveu, là encore un lieu caché ou secret

Je rénovai tes lettres

Certaines minuscules devenaient majuscules et vice-versa, je variai les capitales et bas de casse
Je rajoutai là des pincées d’accents, j’écrivis en lié ou non
J’essayai des pilotis pour les lettres à jambe, je te voulais plus grande
J’aimais les lettrines, grandes et mirifiques, j’en confectionnai quelques-unes
Lettre montante, lettre ornée
D’autres s’italianisaient : de romaine en italique
D’autres faisaient du chiqué et tiraient la langue,
Certaines ivres avaient perdu leur point sur les i, ou leur tréma et leur circonflexe ou même leur allure générale, elles s’arabisaient, se chinoisaient, bref prenaient la poudre d’escampette
Enfin certaines devenaient lettres mortes silencieuses
Je décidai de tout reprendre
Je cherchai des polices de « caractère »
Je cherchai à bien me situer au pied de la lettre
Je cherchai même d’authentiques lettres d’amour
Lettres grises, lettres blanches, lettres à queue ou tranchées

    Je lavai la totalité des lettres, je gardai juste la lavure que je décidai de boire

En moi je sentis comme un décours, une énergie de scribouillard
    Mais il y avait toujours ce désordre abstrus, je regrettai presque déjà mes choix, je n’étais sans doute pas aussi lettré que je l’avais imaginé ;
Je récupérai les vingt-six lettres, toutes : les sifflantes, les nasales, les gutturales, les labiales, quelques initiales
Je vis même quelques lettres d’or et lettres de feu qui scintillaient immobiles
Je refusai définitivement les lettres de sang
Je conservai les lettres doubles et les redoublées, même les rares numérales et suscrites
Je favorisai les « belles » lettres dans leur éloquence
Je brassai le tout, inquiet du résultat
Je laissai filer et mijoter le tout, je mis l'ensemble sous les rayons de lune, les chiens se mirent à jouer avec, puis enfin je laissais faire


    Très doucement
    Il y avait déjà des peaux opales en coulée de lave qui bleuissaient
Des formes qui s’arrondissaient, tu reprenais forme lettrée, tout se reconstruisait...
Et puis tu apparus dans ton sommeil, on eut dit que rien n’avait changé :

    Tes éclairs de peau, tes reflets en dorage, la forme complexe de ton corps plié comme un enfant endormi, même les exhalaisons douces de tes respirations, et tes senteurs en boutons de printemps, en chênes endurcis

    Bref tu apparus telle que tu étais au début
Je m’endormis épuisé d’avoir tout refait
Et satisfait de découvrir que c’était ainsi que je t’aimais



-----------------------------------------------------------
;-)
__________________________________________

Mais ne dit-on pas que l'ordre des lettres n'a pas d'importance ;-) ?


Partager cet article
Repost0
19 juin 2007 2 19 /06 /juin /2007 03:34
L'Imaginaire fête ses 30 ans
chez Gallimard

(plus de 500 titres parus)


1987 - 2007 : 10 livres collectors
A l'occasion de son trentième anniversaire, les Editions Gallimard (re)publient dix titres dans la collection L'Imaginaire, chacun étant augmenté d'un CD ou d'un DVD, l'occasion de découvrir ou de redécouvrir des textes rares et intenses accompagnés de documents issus des archives de l'INA ou de films d'auteurs.

Collection CD:
  . Le piéton de Paris, Léon-Paul FARGUE
  . Nouveaux écrits de Rodez, Antonin ARTAUD
  . Feux, Marguerite YOURCENAR
  . Tous les feux le feu, Julio CORTÁZAR
  . Venises, Paul MORAND
  . L'après-midi de Monsieur Andesmas, Marguerite DURAS


Collection DVD:
  . Le festin nu, William S. BURROUGHS (film éponyme de David Cronenberg)
  . Un thé au Sahara, Paul BOWLES (film éponyme de Bernardo Bertolucci)
  . Manuscrit trouvé à Saragosse, Jean POTOCKI (film éponyme de Wojcieh J. Has)
Effi Briest, Theodor FONTANE (film éponyme de R.W. Fassbinder)

Quant à moi : je vous conseille d'acheter les 4 livres avec films
les prix sont très intéressants et c'est une bonne idée de cadeau
ça peut vous permettre de découvrir "le manuscrit trouvé à Saragosse" de Potocki
chef d'oeuvre de la littérature fantastique
nous reviendrons sur Potocki, une sorte de Nicolas Bouvier avant l'heure
et sur les circonstances étonnantes de son suicide
Le film qu'en a tiré W.J. Has est kitsch à souhait
certains critiques parlent du premier film "fellinien"
restauré par Scorcese, il était un des films préférés de L. Bunuel


Partager cet article
Repost0
18 juin 2007 1 18 /06 /juin /2007 19:37
Je devrais dire je dirai je dis j'aime à dire
    c'est ce qui sonne
dans leurs têtes affolées
en coup d'algues assombries chaudes dans ma nuit buccale
ce que j'ai à dire c'est à vous que je dis
et c'est amour bien sûr de dire :

c'est une étoffe vacillante
où tremble un corps étoile (étoffe-étoile)
étourdi dans de pures étreintes (étourdi-étreinte)
avec moi : toujours mon air morose morne éteint (morose-morne)
j'atterris toujours à l'heure du jour
quand il lève et crie sa levée
ou dans le grain foncé de cette peau brûlante
fluette fluide dans cette nudité (fluette-fluide)
il m'est loisible d'y voir ton corps
       encore tu dors
dans les rêves tu aimes bouges les cils les yeux
c'est une onde désireuse une ondée parfumée (onde-ondée)
c'est une meule paillée
où je me meuble sur tes lombes en crevassées
(meule-meuble-lombe)

J'ai donc dit ce qu'il faut comme un écrivain satisfait
Silence
je me restaure dans le passé ces hotels du passé
       aux draps défaits toujours
c'est ma jeunesse qui passe aux bras de filles colorées
vivantes de leur jeunesse
au héné dans des chapiteaux surpeuplés
coeurs chargés de drogue d'amour

j'aime ce venin du passé où je passe souvent
pour satisfaire mon air de tristesse car il le faut
cet air c'est mon standing qui le veut
je revois ainsi avide me vider de plein de sang
sang de vitesse où mes mains discrêtes troublent
demain oui je revois aussi ces corps flexibles ou non que
nous déchirions à souhait

ces accents de guitare où tant de pureté siège
c'est la jeunesse qui siège à St Sernin dans de
grands manteaux impassibles et râpés bonnets
à vendre bagues pierres fleurs cartons amours amitiés
de jeunes enfants turbulents qui passent vite
on se frôle on se touche
il y a de l'amitié dans nos effleurements

j'ai peur de perdre  cette enfance
dans la dureté sauvage du monde de survie
je survis avec poètes musiques les amis
mais demain que sera ?


Partager cet article
Repost0
16 juin 2007 6 16 /06 /juin /2007 15:33


Ceux qui dédaignent les amours

ont tort, ont tort,
Car le soleil brille toujours ;
La mort, la mort,
Vient vite et les sentiers sont courts

Charles Cros
Partager cet article
Repost0
10 juin 2007 7 10 /06 /juin /2007 12:35
    « Le bonheur, comme si la vie en dépendait… », comme le dit l’ami Jacques.
On continue ce qui reste, c’est-à-dire : on longe la rivière de sa vie, on cherche les horaires, les bonnes heures des quais, puis l’arrivée de la nuit, les aubes encore lointaines. La nuit va tomber. On attend sa chute et le bruit qu’elle créera. Ou, on cherche l’heure pour s’endormir, le temps, encore. Fermer les yeux pour finalement se reposer.
Le bonheur, comme si la vie en dépendait.

    Et toi, qu’as-tu dit ?

    Mon amie est venue, elle s’est installée près de moi sur le banc public. Bancs publics si secrets où se développe l’écologie des cœurs. Jean est parti dit-elle. Elle avait les larmes aux yeux. Elle continua : « L’appartement si soudain silencieux, aucune nuque pour fixer mon regard, ah ! les nuques ! c’est sexy et romantique à la fois. », elle rie tout doucement. « Voilà seule, ça t’intéresse ? »  termina-t-elle.
    Et puis brutalement elle pleure en s’écroulant, au moment même où la nuit semble s’abattre. Les pigeons se regroupent, le vent se lève. Je ne dis rien, je compatis, et puis je l’aime quand même – ou plutôt, je l’aime pourtant. Mais c’est son histoire, quelque part je m’en fous un peu. Elle a de petites jambes charmantes, mais le corps souffre. Il y a des traces de féminité dans son maintien et dans sa douleur.

    Pourtant il y a quelques jours nous revenions tous trois du cinéma : la fin des « nuits fauves » nous avait mis les larmes faciles ; et puis ces accélérations – décapotable rouge – étaient du plus bel effet dans cette ville jadis aimée. Nous semblions alors très vivants en remontant le cours principal, qui, éclairé, donnait l’illusion d’une avenue pleine de vie. J’imaginais certains de mes poèmes, ceux des vies à trois, ceux du temps où la lumière et la nature me faisaient délirer. Avec de belles femmes ou de jolies filles. Jean riait, en main la petite menotte de sa moitié. Et puis Jean si anxieux subitement, agité, embarrassé de sa propre vie et qui enfin se mettait toujours à fuir. Il en est mort aujourd’hui. La torture de vivre pour lui est terminée. Il avait une piètre estime de son corps et n’aimait pas les éloges. Il se croyait toujours en audience invisible, une maladie sans doute. C’est si bon d’aimer et d’être aimé.

    Mon amie, un peu pâlotte, se redressa, prit ma main et dit la phrase magique : « viens , on va manger une crêpe au chocolat, il est tout juste temps. ». Mon amie ne manque pas de qualités, elle est comme moi, gourmande.
Nous allions au « bol bu », voir le géant, boire du temps et du thé et déguster ses célèbres crêpes. Sur Toulouse alors, la nuit hésitait. Les amours compassionnels, riches en sensibilité, nous tenaient les mains. En cohorte le long des murs, des amitiés puissantes se tissaient dans des cordages solides et souples à la fois. La ville devenait un gigantesque sac amniotique où se réfugier. et les alliages de nos amitiés définitives.


Partager cet article
Repost0
6 juin 2007 3 06 /06 /juin /2007 20:06
Voici un site où mon ami Laurent
(plus connu sous le nom du "Le Korrigan")
travaille


LES SENTIERS DE L'IMAGINAIRE


"Les Sentiers de l'Imaginaire est un site consacré aux Mondes Imaginaires. Du Cinéma à la Bande Dessinée en passant par les bouquins et le JdR, sans oublier la musique et les jeux de société."

" Il n'y a aucune connaissance de la terre qui ne commence par l'imagination. Lorsqu'elle disparaît, lorsque se brise la création par l'imaginaire, la curiosité s'évanouit avec elle et le savoir s'épuise. "
Francesco Alberoni


Vous trouverez beaucoup de choses sur ce site et dans plein de domaines, en outre il est magnifiquement illustré et composé ...passionnant...

Vous pourrez aussi y trouver 3 articles de mézigue sur les jeux de société.
- jeux de société et pirates
- jeux de société et moyen âge
- jeux de société et XIX siècle

bonne lecture et bon surf


cliquez là :



Partager cet article
Repost0
2 juin 2007 6 02 /06 /juin /2007 18:48
Si
Le vent dit
Ainsi en souffles
aux brins plissés
des souffles
sur

Si
J’avais
Ou toi
Ainsi
On aurait
Aux souffles et toi

J’irai
aux pas lents
Cheminer
Sur ou
En sentes plissées
Sur toi


Partager cet article
Repost0
2 juin 2007 6 02 /06 /juin /2007 15:48
" Un homme seul est toujours en mauvaise compagnie."
Paul Valéry
Partager cet article
Repost0
29 mai 2007 2 29 /05 /mai /2007 09:13

EPM

Qui est EPM ?

qu'on trouve sur epm on line : www.epmonline.fr

            EPM fondé en 1986 par François DACLA, ancien président de RCA, est un éditeur phonographique spécialisé dans une "certaine" chanson française qui a distribué ou produit des artistes comme Léo Ferré, Anne Sylvestre, Michèle Bernard, Georges Chelon, Marc Ogeret, Marc Robine, Francis Lemarque, Sarclo, Monique Morelli, Julos Beaucarne, Diane Dufresne, Anna Prucnal, et bien d'autres...

leurs collections :
            Poètes & Chansons - Anthologie de la chanson française - Poésies du monde - Jeunesse - Les Fabulettes d'Anne Sylvestre - Chanson française - Signé Furax - Humour - Textes & Livres lus - Littérature & Théâtre - Portraits & Hommages - Florilèges du patrimoine - Chansons de France et du monde - Musiques et danses du monde - Jazz & Blues - Jazz Archives

SITE DE VENTE SUR INTERNET : poèmes et chansons =  http://www.poetesetchansons.com/

    je vous recommande particulièrement la collection Poètes et Chansons (qu'on trouve souvent aussi dans les bonnes librairies), c'est une belle réussite, vous serez sans doute surpris de voir que vos poètes préférés ont été mis en chansons ... Les disques sont en général de vraies réussites : Victor Hugo (avec Jean Louis Caillat, Beaucarne et Marc Robine), Jules Supervieille (Vasca et Beaucarne), Apollinaire, Aragon, Eluard, Bérimont, les Surréalistes, Lucienne Desnoues (chantée admirablement par Hélène Martin - nous y reviendrons) etc, etc : plus d'une cinquantaine de poètes mis en musique.
On notera des best of intéressants : ceux de Ferré ou de Caussimon, par exemple. Enfin 2 poètes encore vivants sont au catalogue, c'est dire le niveau de leurs chansons : Jacques Bertin et Jean Vasca, bravo à eux !



Les collections "Voix et poésies" et "littérature" sont très intéressantes aussi . De même un petit chapitre "jeunesse".
Partager cet article
Repost0
27 mai 2007 7 27 /05 /mai /2007 20:57


Comment croire à la réussite des éclats de ces arbres sur nos toits

nos toits en lumière
    nos toits aux sexes de feuillages, ou verdures fortes

et dans les tresses des arbres, des pans de bonheur gesticulant

marionnettes oubliées en couleur indécise
et sur ce gazon à peine clos, encore des syllabes de fraicheur
cherchant des mots inconnus

ainsi : tout plaire tout découvrir tout renoncer
est-il simple de rédiger le ciel, dans mes écrits romancés
écarteler les feuilles des nuages ; y tracer une marge

doux temps
doux sexe
ma vie de peine
ô vous malades : verrez-vous ces taches sombres
    dont le sang qui passe témoigne

le sang qui passe
et les coups que la vie donne
ou le textile doux du fleuve
ô nocher de la mort
j'attends vos venues
dans ma solitude féroce

comme ce lac noir au bout de la forêt au bout de mon coeur

mes amours sont finies
mes mains mortes
mon sang fatigué

le bonheur m'a effleuré, puis s'est abcédé
j'ai oublié son goût de réglisse et l'affolement des coeurs
mon coeur hirondelle tendu à son fil d'adieu
le papier peint de ton visage aux pétales longs et soyeux
la vigne de tes cheveux
l'ondoiement lumineux des peaux

on me visse dans le coeur
à l'endroit précis où

je cherche la ferveur, oui mon ami, "cette" ferveur

la noirceur. la suie. la mélancolie. l'ennui. le deuil. la panique. l'éclatement.
m'envahissent. me hissent. me prennent. me freinent. me peinent. me flairent.

ô vie en arrière
vie invendue

j'attends la "mise en mots" de ma vie
dans ce dédale incompréhensible
j'attends des ponts et des pages, des lianes amies
des passages, des croisements
des sources en résurrection
comme des champs infinis fleuris et parfumés

je rêve à revers
il y a longtemps que mon coeur plein d'encre
est parti inviter le silence
je n'ai pas eu le temps
de me nourrir
suffisamment
de
toi

" L'incube " de Giorgio Finamore
Partager cet article
Repost0

Pages