Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Ici :

  • : Poésie Littérature Ecriture Chanson poétique
  • Poésie Littérature Ecriture Chanson poétique
  • : mes poésies et petits textes, mes coups de coeur : livres, poésies, chansons poétiques, artistes divers...
  • Contact

some words :

"Le poète est un archer qui tire dans le noir." - Salah Stétié -
"Soyez un écrivain mineur, cela vous rajeunira." 
Dominique Noguez

"Cette femme était si belle
Qu'elle me faisait peur."
 Guillaume Apollinaire

"In a place far away from anyone or anywhere, I drifted off for a moment." -- Haruki Murakami --


"Être poète n'est pas une ambition que j'ai. C'est ma façon à moi d'être seul."   -- Fernando Pessoa --

"Ca va tellement mal aujourd'hui que je vais écrire un poème. Je m'en fiche ; n'importe quel poème, ce poème." -- Richard Brautigan --

"J'écris à cause du feu dans ma tête et de la mort qu'il faut nier."
Jacques Bertin

"O mon passé d'enfance,
pantin qu'on m'a cassé."
Fernando Pessoa


« La mort c’est l’infini des plaines
et la vie la fuite des collines. »
Joseph Brodsky

Certaines choses

Nous entourent « et les voir

Equivaut à se connaître »

George Oppen



" LA GRANDE FORCE EST LE DESIR "
(Guillaume Apollinaire)



"Quand je dis « je », je désigne par là une chose absolument unique,
à ne pas confondre avec une autre."
Ugo Betti

"Le sens trop précis
rature
ta vague littérature"
Stéphane Mallarmé


" Je ne suis pas moi ni un autre

Je suis quelque chose d’intermédiaire :
Un pilier du pont d’ennui
qui s’étend de moi vers l’autre. "
Mario de Sa-Carneiro
I-love-reading
livres et lagaffe

Recherche

B o n j o u r !

-- je vous souhaite un bon passage... --


"Mais rien de cette nature n'est définitivement acquis. Comme une eau, le monde vous traverse et pour un temps vous prête ses couleurs. Puis se retire, et vous replace devant ce vide qu'on porte en soi, devant cette espèce d'insuffisance centrale de l'âme qu'il faut bien apprendre à côtoyer, à combattre, et qui, paradoxalement est peut-être notre moteur le plus sûr."  Nicolas Bouvier

« La poésie vient vers nous, on ne sait d’où, et elle nous quitte, allant vers on ne sait quel au-delà. Mais en passant, elle nous laisse des mots et elle nous fait des signes dont l’interprétation est inépuisable. » Gabriel Bounoure

" Avec tes défauts. Pas de hâte. Ne va pas à la légère les corriger. Qu'irais tu mettre à la place ? " Henri Michaux


écrivez moi si vous le souhaitez :    

Soyez indulgent, je ne suis qu'un petit écrivaillon tentant d'écrivasser

Mai 2008 : "L'apéritif de la neige"
est "paru"

Si vous êtes intéressé : laissez moi un message
(133 pages de poèmes et textes poétiques, pour la plupart ici sur mon blog)

"Le meilleur choix de poèmes est celui que l'on fait pour soi." Paul Eluard

"Savoir que nous ignorons tant de choses suffit à mon bonheur." George Oppen

______________________________________________

 

19 mars 2006 7 19 /03 /mars /2006 09:44
"Enfant je m'endormais dans des KO de rêves
et c'est moi qu'on soutient et c'est moi qu'on soulève."
Claude Nougaro
Repost 0
Published by the very famous french peterpan - dans citations
commenter cet article
16 mars 2006 4 16 /03 /mars /2006 22:24
"Te voilà qui t'indignes et te plains ! Tu ne comprends pas que tout le mal provient non pas de ce qui t'arrive, mais de ton indignation et de tes plaintes? Tu veux savoir quel est pour moi le seul malheur pour un homme digne de ce nom? C'est de croire que la réalité puisse le rendre malheureux d'une façon ou d'une autre."
Sénèque
Repost 0
Published by the very famous french peterpan - dans citations
commenter cet article
16 mars 2006 4 16 /03 /mars /2006 13:51
ce goût de thé dedans les vagues brunes
    et le vague de ton corps
comme un dessin de mer avec mes deux soleils
    comme projecteurs
où l'on imprime ces traces d'algue à moitié gommées
    comme la sève de mes soleils
eh oui qui lave lentement (comme regrettant) tes petites formes
    tendues eh oui tendues
Repost 0
Published by the very famous french peterpan - dans féminins "poèmes"
commenter cet article
15 mars 2006 3 15 /03 /mars /2006 13:16
à la place de tes yeux deux
       nénuphars doucement blancs
       dont les pétales battent au
       rythme de ton coeur lent
deux nénuphars unis et ravissants
       et ce pollen semé qui pique
       tous mes pores ma peau
       lisse et mes yeux de lavande
deux nénuphars blancs doucement
unis doucement et ravissants
à la place de tes yeux deux
                        
Repost 0
Published by the very famous french peterpan - dans féminins "poèmes"
commenter cet article
13 mars 2006 1 13 /03 /mars /2006 13:42
"Il y a quelques années, j’allais soudainement très mal. Je me trouvais devant un mur, visage face au miroir, incapable de me cacher dans des personnages inventés. Capable seulement de décrire mon état sous forme de poèmes, et trop gêné, pendant longtemps pour publier ces notules privées. Ce n’est qu’en m’apercevant que mon privé est plus ou moins le privé d’autres personnes aussi que j’ai publié ces poèmes.
J’espère que je ne serai jamais plus obligé d’écrire des poèmes."
Peter Turrini.
Repost 0
Published by the very famous french peterpan - dans citations
commenter cet article
12 mars 2006 7 12 /03 /mars /2006 12:26
les gouttes
les griffes de pluie s'accrochent dérapent
s'inondent reforment reparaissent
ou s'endorment
les gouttes les griffes de pluie reprennent s'énervent
passent avec le vent furieux et sensible
se reforment forment de petits lacs, de petits barrages
brutalement les fleuves se rejoignent puis disparaissent
les gouttes les griffes frappent les vitres et en rythme
ça dégouline fort et plein de sinuosités
pleins de détours de replis
ma vie devenue aussi ainsi très sinueuse
les buts m'échappent

front froid contre le verre je louche, je dors à demi
la buée sur les vitres cache petit-à-petit mon ennui
Repost 0
Published by the very famous french peterpan - dans petits "poèmes"
commenter cet article
9 mars 2006 4 09 /03 /mars /2006 22:18
son triangle isocèle m'obsède
    qui s'ouvre puis se ferme comme un éventail
Geyser / odeurs corporelles
décrue de l'envie
que je te dédie
magnétisme magnitude absolue
séisme cutané
mon sexe grande roussette
montée de l'envie , roux rousse rouvre
et ta peau !
oh ! mon corporal
(toile d'isabelle Poupin)



Repost 0
Published by the very famous french peterpan - dans "poèmes" érotiques
commenter cet article
9 mars 2006 4 09 /03 /mars /2006 22:12
"Je lis des vieux livres parce que les pages tournées de nombreuses fois et marquées par les doigts ont plus de poids pour les yeux, parce que chaque exemplaire d'un livre peut appartenir à plusieurs vies. Les livres devraient rester sans surveillance dans les endroits publics pour se déplacer avec les passants qui les emporteraient un moment avec eux, puis ils devraient mourir comme eux, usés par les malheurs, contaminés, noyés en tombant d'un pont avec les suicidés, fourrés dans un poêle d'hiver, déchirés par les enfants pour en faire des petits bateaux, bref ils devraient mourir n'importe comment sauf d'ennui et de propriété privée, condamnés à vie à l'étagère."
Erri De Luca
Repost 0
Published by the very famous french peterpan - dans citations
commenter cet article
7 mars 2006 2 07 /03 /mars /2006 22:33
Triste rallonge sur la vie
La vie qui s’allonge sans rien de neuf
Au pire du temps et le temps qui passe
La vie qui coule artérioles et veinules
Nulle affaire d’amour ou d’amitié
C’est le grand vide dont je ne m’écale pas
Repost 0
Published by the very famous french peterpan - dans petits "poèmes"
commenter cet article
7 mars 2006 2 07 /03 /mars /2006 22:32
éclairé
et pleine lumière
j'ai reçu ainsi de toi
plus de lumière plus de chaleur et beaucoup de force
ma peau brûlée, chaude, congestionnée palpitait ainsi
quand ta paume posée
lèvres au soleil
et soleil d'été
Repost 0
Published by the very famous french peterpan - dans petits "poèmes"
commenter cet article
5 mars 2006 7 05 /03 /mars /2006 14:19
un ami (S.) m'écrit, il neige à Paris
il semble tout guilleret
voici ses mots :

"White on white, and I ain’t no Malevitch !

Il neige à gros, très gros flocons sur Paris, des pièces de 2 euros légères comme des plumes. Je suis rentré du resto, où j’étais, fine mouche, allé à pied (la moto sous la neige, tu oublies). Voyant toute cette neige, je me suis acheté un cornet de glace à la fleur de lait, blanche et légère comme un flocon, et je suis rentré, neige sur les paupières et neige dans la bouche. Fior di latte, fior di neve.

Des moments comme ça, seul dans la nuit et les rues de Paris, j’ai la tête qui explose vers les étoiles, je me sens trottoir avec le trottoir, flocons avec les flocons, froid avec le froid. C’est du bonheur brut, indépendant du moment, du lieu, de qui je suis. C’est du bonheur cosmique, du bonheur de bourgeon qui éclate.

Neige sur les yeux

Neige sur la langue

Mon cœur est popcorn."
Repost 0
Published by the very famous french peterpan - dans messages d'amis
commenter cet article
5 mars 2006 7 05 /03 /mars /2006 12:25
couleurs heurtées
dans ces rêves d'hier, d'hier et là
l'inde de tes yeux grands longs, rivages fleuves
s'inversant coulant à reverse le creux dans moi
je tire des rimes incréées sur ta peau brune
jungle de tes cheveux
le soleil montre ses fesses à la lune
nous sourions devant nous-mêmes

je me prolonge dans les cieux gros et je rate mon virage
j'aurais tout perdu
dans cet univers étoilé des villes sans étoiles
ton corps d'aluminium qui tangue
dans l'eau ou ailleurs ou plus loin ou dehors
j'estime ma position
longitudinalement je meurs comme un crapaud ivre d'irréel

je ne vivrai plus dans ce passé là
la brune chevelure dans ses détours m'a fini
je n'espère rien de cette douce chevelure-là

me reste des accords de guitare
me reste des odeurs de papier pourri sur des murs humides insalubres
des odeurs de soupe
un escalier et en haut une chambre offerte à une cour
un lit au sol défait
et : mon premier passage toulousain


Repost 0
Published by the very famous french peterpan - dans féminins "poèmes"
commenter cet article
3 mars 2006 5 03 /03 /mars /2006 13:44
J’ai longtemps hésité à m’abonner à TRANSFUGE, le magazine de la littérature étrangère. Le prix (8,50/ N° tous les 2 mois) y était pour beaucoup. Le dernier numéro (N°9 janvier-février 2006) m’a fait franchir le pas. Ce N° est effectivement excellent, on y trouve un dossier très bien rédigé et très intéressant sur un monstre de la littérature américaine : Charles Bukowski. Une longue interview de l’écrivain japonais du moment Haruki Murakami, pourtant peu disert habituellement, on reviendra sur cet écrivain exceptionnel qui vient de publier ‘Kafka sur la plage’. Un poème inédit de mon nouvelliste préféré Raymond Carver « vous ne savez pas ce qu’est l’amour », reprenant ainsi une phrase de Bukowski. Des articles sur Imre Kertész, Jonathan Coe… Enfin j’aime beaucoup les encarts jaunes d’une seule page, c’est court, en général remarquablement écrit et synthétique, Harold Pinter par Gaëlle Glin, Henry Miller clochard céleste par François Bégaudeau, et tant d’autres ! remarquable, on en a pour son argent. ;-) Longue vie pour cette revue exigeante et réussie !
Repost 0
Published by the very famous french peterpan - dans magazines
commenter cet article
28 février 2006 2 28 /02 /février /2006 14:14
clairement on avance
silen   cieu   sement
pas feutrés sous les étoiles
l'herbe moussue et dérangée calmement
on avance sans compter
abandonné des autres et seul
herbe moussue et froide
et puis c'est la porte ouverte ou éclairée
point de repère
la mort est là
assise de biais
en travers
aux lèvres
un sourire malheureux et résigné
Repost 0
Published by the very famous french peterpan - dans petits "poèmes"
commenter cet article
28 février 2006 2 28 /02 /février /2006 14:12
feindre toujours feindre
ou se retrancher
ou s'éteindre
bougie bien timide flamme trop fragile
se r e c r o q u e v i l l e r
s'éteindre
oui s'éteindre
et non s'éprendre
s'éteindre ou feindre
Repost 0
Published by the very famous french peterpan - dans petits "poèmes"
commenter cet article

Pages