Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ici :

  • : Poésie Littérature Ecriture Chanson poétique
  • : mes poésies et petits textes, mes coups de coeur : livres, poésies, chansons poétiques, artistes divers...
  • Contact

some words :

"Le poète est un archer qui tire dans le noir." - Salah Stétié -
"Soyez un écrivain mineur, cela vous rajeunira." 
Dominique Noguez

"Cette femme était si belle
Qu'elle me faisait peur."
 Guillaume Apollinaire

"In a place far away from anyone or anywhere, I drifted off for a moment." -- Haruki Murakami --


"Être poète n'est pas une ambition que j'ai. C'est ma façon à moi d'être seul."   -- Fernando Pessoa --

"Ca va tellement mal aujourd'hui que je vais écrire un poème. Je m'en fiche ; n'importe quel poème, ce poème." -- Richard Brautigan --

"J'écris à cause du feu dans ma tête et de la mort qu'il faut nier."
Jacques Bertin

"O mon passé d'enfance,
pantin qu'on m'a cassé."
Fernando Pessoa


« La mort c’est l’infini des plaines
et la vie la fuite des collines. »
Joseph Brodsky

Certaines choses

Nous entourent « et les voir

Equivaut à se connaître »

George Oppen



" LA GRANDE FORCE EST LE DESIR "
(Guillaume Apollinaire)



"Quand je dis « je », je désigne par là une chose absolument unique,
à ne pas confondre avec une autre."
Ugo Betti

"Le sens trop précis
rature
ta vague littérature"
Stéphane Mallarmé


" Je ne suis pas moi ni un autre

Je suis quelque chose d’intermédiaire :
Un pilier du pont d’ennui
qui s’étend de moi vers l’autre. "
Mario de Sa-Carneiro
I-love-reading
livres et lagaffe

Recherche

B o n j o u r !

-- je vous souhaite un bon passage... --


"Mais rien de cette nature n'est définitivement acquis. Comme une eau, le monde vous traverse et pour un temps vous prête ses couleurs. Puis se retire, et vous replace devant ce vide qu'on porte en soi, devant cette espèce d'insuffisance centrale de l'âme qu'il faut bien apprendre à côtoyer, à combattre, et qui, paradoxalement est peut-être notre moteur le plus sûr."  Nicolas Bouvier

« La poésie vient vers nous, on ne sait d’où, et elle nous quitte, allant vers on ne sait quel au-delà. Mais en passant, elle nous laisse des mots et elle nous fait des signes dont l’interprétation est inépuisable. » Gabriel Bounoure

" Avec tes défauts. Pas de hâte. Ne va pas à la légère les corriger. Qu'irais tu mettre à la place ? " Henri Michaux


écrivez moi si vous le souhaitez :    

Soyez indulgent, je ne suis qu'un petit écrivaillon tentant d'écrivasser

Mai 2008 : "L'apéritif de la neige"
est "paru"

Si vous êtes intéressé : laissez moi un message
(133 pages de poèmes et textes poétiques, pour la plupart ici sur mon blog)

"Le meilleur choix de poèmes est celui que l'on fait pour soi." Paul Eluard

"Savoir que nous ignorons tant de choses suffit à mon bonheur." George Oppen

______________________________________________

 

8 avril 2007 7 08 /04 /avril /2007 05:17

Jacques Bertin vieillit bien, on pourrait le croire ermite orpailleur vivant à la Thoreau, loin du monde civilisé, misanthrope impénitent , misandre plutôt, attendant la venue de quelques sirènes appétissantes ou bûcheron canadien avec sa barbe de quelques jours, son velours très bleu et son chapeau américain. Il a perdu sa belle coiffure de jeune homme bien sous tout rapport. Le chapeau cache la calvitie d’un vieillissement que l’on veut peut-être repousser.

    Son dernier disque ne dénote pas, sa voix plus que jamais précise et pleine d’harmonie accompagne des textes fins et subtils, les arrangements de Laurent Desmurs complètent le tout en un paquet étincelant. Etincellement que cette chanson-là si différente des autres et qui, moi me sidère, me met en transe, fulgurance du génie, solitude nécessaire. Car la chanson de Bertin exige un effort de nous-mêmes.
    Enfance, nostalgie, femmes d’autrefois, rencontres gâchées, nuits, maison reposante où retrouver son enfance, odeurs de Loire, sable des rivières. Les thèmes chez Bertin sont toujours les mêmes et ce sont les miens aussi. Ah ! le génie de l’écriture, comme tout cela semble simple quand on le lit et pourquoi donc, nous, nous n’y arrivons pas ? Car Jacques Bertin est un poète, un véritable, non pas un simple bon écrivain. Dans un siècle, à peine dix ainsi. Alors il faut relire, quand on lit, on a peine à imaginer un chant, une musique, tant la poésie semble là déclamée et suffisante à elle même, préciosité des vers ; quand le chant se fait entendre, on n’imagine plus le texte sans cette voix, sans cette musique accompagnant simplement, sans artifice. Puissance du lyrisme et du chant. Vive la poésie chantée quand elle est celle-ci !

le site de Jacques = ICI

Partager cet article

Repost0
9 décembre 2006 6 09 /12 /décembre /2006 10:52
    Marre de ne pas trouver telle ou telle chanson dans le commerce ?
Marre d'entendre toujours à la radio les mêmes chansons profondément débiles ?
Marre d'entendre toujours les mêmes mauvais chanteurs que le marketing nous impose ?
et encore en employant le terme "chanteur" je suis gentil avec eux !

Envie de chercher des auteurs différents, des chansons à textes, de belles voix ? des artisans ?


Alors : allez faire un tour du côté du chant des artisans : de morice Bénin à marie josée Vilar, de serge Utge-Royo à nathalie Solence, de claude Semal à Rufus, de fabienne Pralon à véronique Pestel, d'allain Leprest à sylvain Maillard,  et hamm Hummel, jean Guidoni, philippe Forcioli, Elisabeth, Marie Coutant, Claire (ah ! Claire : cette voix !), lucid Beausonge et Michel Arbatz ... et j'en oublie plein !!!

Ils sont tous là à vous attendre avec leurs chansons, de ces chansons qui vous bouleversent et vous amènent au chant, au poème, au texte, à la phrase, aux mots ; bref l'essentiel.

Ces artistes ont besoin de vous !
allez donc voir le site : Le chant des artisans.
ou commander le catalogue à
'le chant des artisans'  BP 55 40102 DAX Cedex
tél : 05 58 90 07 71
mail : chant.des.artisans@wanadoo.fr

le chant des artisans a été créé en 1998 par jean claude Barens.

Partager cet article

Repost0
22 octobre 2006 7 22 /10 /octobre /2006 10:49

    Enfin ! L'ami jean-françois Kellner a son site internet ; un bien beau site où l'on peut voyager avec lui au gré de ses concerts dans le monde entier. On aime bien tous deux refaire le monde en buvant des petits coups de vins doux et secs et Jeff a plein d'idées très généreuses et humanistes, c'est un régal de l'écouter disserter, mais c'est aussi un excellent musicien et un grand connaisseur de l'Afrique : Il fut jadis guitariste du grand Philippe Léotard, il accompagne depuis Souad Massi (3 albums déjà) la fantastique chanteuse algérienne ; si elle passe près de chez vous, n'hésitez pas !







Jeff en concert à Washington avec sa guitare de 12 cordes qui en a plus que 10

    "Féru de culture et de musique africaine, batteur et guitariste de formation, le multi-instrumentiste jeff Kellner présente un projet auquel il tient tout particulièrement. Très actif sur la scene afro- il a joué avec Salif Keita, Toure Kunda, Brice Wassy, Tony Allen, Mokhtar Samba et travaille depuis 1999 avec Souad Massi qu'il accompagne sur scène et en studio...
 -mais aussi sur la scene electronique-membre du collectif "A reminiscent  drive"  signe chez F Communications-et la variété française -Philippe Léotard, Carole Laure, Jil Caplan, Jacques Higelin...

    Jeff consacre le peu de temps qui lui reste  au projet Woo-ssay qu'il  a monté avec la chanteuse guinéenne Aissata Kouyate.


Utilisant les techniques de productions modernes ( synthétiseurs, samplers et ordinateurs) en les mettant au service d'instruments traditionnels (flûte malenke, djembes...), l'album de woo-ssay s'inscrit dans le cadre d'une nouvelle sono mondiale dont Paris serait la capitale."



1-soumbouyaya
2-badaya
3-yan walidjan
4-woosse   
5-mouroundou
6-kelemagny
7-M'Beta la mande
8-den tessana

paroles et musiques: Aissata Kouyate et jeff Kellner
musiciens: Aissata Kouyate voix-Kante baba Galle: flute malenke- jeff Kellner: guitares-programmations-Jean-phi Dary: synthe (7)-Bobby Jocky: basse (3-4-6)-Dondieu Divin: synthe(2)-Leseni Konte: djembe (4)-Jean-michel Couchet: sax alto(5)

enregistre au mois de juillet 1998, a Force Productions (2-3-4-5-6-7-8) chez Matthews Russell et au studio St Vincent (1) chez Jay Alanski par jf Kellner.
mixe par Robi Jarasi (2-5), Laurent Castelvi (3-4) et jeff Kellner.

Plus de précisions sur le site de Jeff : paroles, musiques, explications des textes etc...
et celui sur la boutique en ligne :

On y trouve des choses très sympathiques : wriggles,dimitri, alma et sa copine et bien sûr woo-ssay = le jour où vous vous sentirez planer entre Pink Floyd et l'afrique.

Quelques accroches de Woo-Ssay :



Soumbouyaya Badaya Yan-Walidjan Woosse

Partager cet article

Repost0
26 août 2006 6 26 /08 /août /2006 14:45
Pour ceux qui ne connaitraient pas encore Jacques Bertin
(est-ce possible si vous fréquentez ce blog ;-) ??)


un de nos plus précieux poètes actuels
et l'un des auteurs-compositeurs-interprètes les plus singuliers et les plus brillants
(et pour les autres aussi)
je vous recommande d'écouter sur France Culture
l'excellente émission "à travers chants" de Cécile Gilly
elle était donc consacrée ce samedi 12 Août à l'ami Jacques

cliquez sur les logos France culture pour écouter (émission de 1 heure et demi)
ça commence à 3 minutes trente et ça finit en étant malheureusement un peu coupé
il vous manquera le mot de la fin  ;-)

Ah ! quand même 40 ans de chansons/poèmes  !!!

Partager cet article

Repost0
3 avril 2006 1 03 /04 /avril /2006 12:58
Jacques Bertin écrivait déjà il y a 15 ans que la seule chanson un tant soit peu contestataire, issue de la rue était le rap. Il espérait beaucoup de cet art là :

"Entrons-nous dans une nouvelle époque de la chanson à texte? Ce sont les rappeurs qui semblent le dire: ils montent de leurs lycées, de leurs banlieues; ils ont des choses à crier d'urgence; ils les scandent plus qu'ils ne les chantent; ils profèrent, ils éructent et déjà, ils poétisent. Quel changement avec la génération précédente! Celle-ci vouait tout à la musique. La musique et le simulacre. On se déguisait à qui aurait l'air le plus extravagant, on mettait 400 000 watts de lumière, une agressivité de façade (au sens aussi où les baffles sont "en façade") et on tapait dans les mains: pas vraiment le règne du texte.

Le texte? C'était bon pour d'anciens chanteurs "Rive gauche", traînant des guitares aussi sèches que tristes dans des feux de camp sans sonorisation. Ils avaient un siècle! L'époque fondait tout sur le décibel. La puissance sonore bouffait le son et le sens. Les oreilles aussi fondaient.

Mais il y a des rappeurs qui, de la scansion, pourraient bien évoluer vers le lyrisme, puis vers le chant, puis le vers, la rime, bref, la chanson. Va-t-on revenir à la chanson?"

Jacques Bertin, écrit dans Politis, octobre 1991. (voir son site)

--------------------------------------------------------------------------------

    Si le rap était bien dénonciateur et parfois poétique, il a perdu au gré du temps ce rôle pour devenir un pur phénomène de mode (selon mes goûts et mes connaissances). Disparition de nouveau des textes "de la rue" ?

Et bien, non peut être, le slam est arrivé, réconciliant ces textes de la rue et par leur diction et par leur qualité. et parmi ces slameurs :

 GRAND CORPS MALADE (Fabien pour le intimes) fait du slam, une sorte de poèsie plus ou moins rappée, et il est génial. Ses textes sont subtils (on évite l'écueil des rappeurs), poètiques et très près du quotidien. dixit Bardamu, un ami poète.

le slam
: qu'est ce que c'est ?
Grandcorpsmalade nous l'explique sur son site :
 
(Photographie Willy Vainqueur)
    

"Il y a évidemment autant de définitions du slam qu'il y a de slameurs et de spectateurs des scènes slam.


Pourtant il existe, paraît-il, quelques règles, quelques codes :

-        les textes doivent être dits a capella ("sinon c'est plus du slam" ?)       


-        les textes ne doivent pas excéder 3 minutes (oui mais quand même des fois, c'est 5 minutes?)

-        dans les scènes ouvertes, c'est "un texte dit = un verre offert" (sauf quand le patron du bar n'est pas d'accord)

Bref, loin de toutes ces incertaines certitudes, le slam c'est avant tout une bouche qui donne et des oreilles qui prennent. C'est le moyen le plus facile de partager un texte, donc de partager des émotions et l'envie de jouer avec des mots.

Le slam est peut-être un art, le slam est peut-être un mouvement, le slam est sûrement un Moment. Un moment d'écoute, un moment de tolérance, un moment de rencontres, un moment de partage.

  enfin bon, moi je dis ça."          Grand Corps Malade ©

 
Grand Corps Malade dit ses textes avec humour, profondeur et grande poésie. Sa voix grave est très prenante et impressionne.
Allez sur son site écouter des extraits de ses textes et poèmes et voir quelques vidéos, c'est très bien réalisé.
Son disque qui vient tout juste de sortir est pure merveille.
Enfin quelque chose de nouveau dans ce monde finalement très gris en ce moment de la "chanson française". Bravo à lui et à ses compagnons de route.
Longue vie au slam s'il comporte de pareils artistes !

Partager cet article

Repost0

Pages