Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ici :

  • : Poésie Littérature Ecriture Chanson poétique
  • : mes poésies et petits textes, mes coups de coeur : livres, poésies, chansons poétiques, artistes divers...
  • Contact

some words :

"Le poète est un archer qui tire dans le noir." - Salah Stétié -
"Soyez un écrivain mineur, cela vous rajeunira." 
Dominique Noguez

"Cette femme était si belle
Qu'elle me faisait peur."
 Guillaume Apollinaire

"In a place far away from anyone or anywhere, I drifted off for a moment." -- Haruki Murakami --


"Être poète n'est pas une ambition que j'ai. C'est ma façon à moi d'être seul."   -- Fernando Pessoa --

"Ca va tellement mal aujourd'hui que je vais écrire un poème. Je m'en fiche ; n'importe quel poème, ce poème." -- Richard Brautigan --

"J'écris à cause du feu dans ma tête et de la mort qu'il faut nier."
Jacques Bertin

"O mon passé d'enfance,
pantin qu'on m'a cassé."
Fernando Pessoa


« La mort c’est l’infini des plaines
et la vie la fuite des collines. »
Joseph Brodsky

Certaines choses

Nous entourent « et les voir

Equivaut à se connaître »

George Oppen



" LA GRANDE FORCE EST LE DESIR "
(Guillaume Apollinaire)



"Quand je dis « je », je désigne par là une chose absolument unique,
à ne pas confondre avec une autre."
Ugo Betti

"Le sens trop précis
rature
ta vague littérature"
Stéphane Mallarmé


" Je ne suis pas moi ni un autre

Je suis quelque chose d’intermédiaire :
Un pilier du pont d’ennui
qui s’étend de moi vers l’autre. "
Mario de Sa-Carneiro
I-love-reading
livres et lagaffe

Recherche

B o n j o u r !

-- je vous souhaite un bon passage... --


"Mais rien de cette nature n'est définitivement acquis. Comme une eau, le monde vous traverse et pour un temps vous prête ses couleurs. Puis se retire, et vous replace devant ce vide qu'on porte en soi, devant cette espèce d'insuffisance centrale de l'âme qu'il faut bien apprendre à côtoyer, à combattre, et qui, paradoxalement est peut-être notre moteur le plus sûr."  Nicolas Bouvier

« La poésie vient vers nous, on ne sait d’où, et elle nous quitte, allant vers on ne sait quel au-delà. Mais en passant, elle nous laisse des mots et elle nous fait des signes dont l’interprétation est inépuisable. » Gabriel Bounoure

" Avec tes défauts. Pas de hâte. Ne va pas à la légère les corriger. Qu'irais tu mettre à la place ? " Henri Michaux


écrivez moi si vous le souhaitez :    

Soyez indulgent, je ne suis qu'un petit écrivaillon tentant d'écrivasser

Mai 2008 : "L'apéritif de la neige"
est "paru"

Si vous êtes intéressé : laissez moi un message
(133 pages de poèmes et textes poétiques, pour la plupart ici sur mon blog)

"Le meilleur choix de poèmes est celui que l'on fait pour soi." Paul Eluard

"Savoir que nous ignorons tant de choses suffit à mon bonheur." George Oppen

______________________________________________

 

31 juillet 2013 3 31 /07 /juillet /2013 13:57

Nicolas Bouvier était quelqu'un d'exceptionnel
une vie que j'aurais aimé vivre, si j'avais eu son courage et son talent
dans "le dehors et le dedans" publié en 1982, puis actualisé en 1997, un an avant sa mort, il nous offre quelques beaux poèmes.

"Leçon de choses"

La nuit bouge
elle bat des ailes au fond du pré
dans le vert qui vire
une corneille brille comme anthracite
Encore une goutte de lumière
pour chaque noix aux noyers
pour le chapeau clair des coprins
éclos dans la nuit
leur invraisemblable candeur
contre tout ce noir qui se prend
et tire à lui les couleurs

Bascule de l'ombre
Instant fragile, menace de cet automne
où nous pourrions bien quitter sans crier gare
ce logis piteux et mal aimé du corps
le laissant seul à négocier nos redditions
face à l'inexorable gravité de l'existence

Partager cet article

Repost0
30 juin 2013 7 30 /06 /juin /2013 05:20

Qui déteste ce monde

se doit d'aimer

les fleurs de chardon

 

 

 

Masaoka Shiki

shiki

Partager cet article

Repost0
2 juin 2013 7 02 /06 /juin /2013 18:46

Nicolae Coande

 

    Mon ami poète roumain, Nicolae Coande, http://ro.wikipedia.org/wiki/Nicolae_Coande, m'envoie quelques poèmes à nouveau, toujours aussi bien écrits et résonnants ; il n'a pas pu cette année se déplacer au Salon du Livre où son pays était représenté ; mais il a eu la confirmation qu'enfin certains de ses poèmes allaient paraître dans une traduction française ! Bravo à lui !

ci joint deux poèmes que j'apprécie particulièrement... (issu du recueil : "La femme dont j'écris")

Traduction par Luiza Palanciuc, elle-même poète

 

 

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

 

Le sexe entier du ciel 

 

 

Le lait du matin essuie tes pieds,

tu rôdes parmi les couleurs 

sur le hublot de la ville,

litanie slave hissée sur deux pattes,

reine des jours est ton nom là-bas dans les songes,

l’entrepôt d’allumettes s’embrase sous l’oreiller, 

jadis les étoiles se soûlaient au sexe entier du ciel,

feu brûlant sans répit,

tes doigts pétrissent tout ce dont le visage a rêvé,

j’ai aperçu la mer où nageaient tes yeux,

le corps immergé était un infime continent,

sur les rivages les poissons avaient attrapé 

au moulinet quelques idées humaines.

 


---------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

 

Chemin

 

 

Les morts et les dormeurs sont des frères à présent,

de leur sang ils signent les vices tant aimés

comme la bouche mordante d’un dieu 

désire

la bouche

d’un monde incréé,

toi, amour, dans la nuit qui arrive

sur nous,

ne m’oublie pas,

ne me quitte pas sur les rives du jour,

en proie aux fantômes 

des chiens fouettés par le brouillard,

purifie mon chemin montant

avec ta chevelure, 

avec le dernier verre trempé dans cette levure du matin,

lorsque nous bûmes 

sa vie,

ses soucis,

ses habits,

ne me laisse pas accroché à l’instant qui s’en va,

serre-moi

comme le grimoire qui 

de ses deux bras embrasés 

couvrit le mort merveilleux

né de deux mères à la fois,

celle du corps et celle de l’âme,

mot sur mot, 

lettre sur lettre,

cœur piteux en une chair ferme,

désastre sur champ aveugle,

le mort et le dormeur

au fond de ta gorge

indomptée. 

Partager cet article

Repost0
21 avril 2013 7 21 /04 /avril /2013 00:47
Le fils de l'os parle


 

Je frappe comme un sourd à la porte des morts
Je frappe de la tête qui gicle rouge
On me sort en bagarre on m'emmène
Au commissariat
Rafraîchissement du passage à tabac
Les vaches
Ce n'est pas moi pourtant
Qui ai commencé
A la porte des morts que je voulais forcer
Si je suis défoncé saignant stupide et blême
Et rouge par traînées
C'est que je n'ai jamais voulu que l'on m'emmène
Loin des portes de la mort où je frappais
De la tête et des pieds et de l'âme et du vide
Qui m'appartiennent et qui sont moi
Mourez-moi ou je meurs tuez-moi ou je tue
Et songez bien qu'en cessant d'exister je vous suicide
Je frappe de la tête en sang contre le ciel en creux
Au point de me trouver debout mais à l'envers
Devant les portes de la mort
Devant les portes de la mer
Devant le rire des morts
Devant le rire des mers
Secoué dispersé par le grand rire amer
Épars au delà de la porte des morts
Disparue
Mais je crie et mon cri me vaut tant de coups sourds
Qu'assommé crâne en feu tombé je beugle et mords
Et dans l'effondrement des sous-sols des racines
Tout au fond des entrailles de la terre et du ventre
Je me dresse à l'envers le sang solidifié
Et les nerfs tricoteurs crispés jusqu'à la transe
Piétinez piétinez ce corps qui se refuse
A vivre au contact des morts
Que vous êtes pourris vivants cerveaux d'ordures
Regardez-moi je monte au-dessous des tombeaux
Jusqu'au sommet central de l'intérieur de tout
Et je ris du grand rire en trou noir de la mort
Au tonnerre du rire de la rage des morts

 

Roger Gilbert-Lecomte

Partager cet article

Repost0
17 avril 2013 3 17 /04 /avril /2013 10:41

henri-michaux à l'âge de 12 ans H. Michaux découvre les dictionnaires, il écrit :

 

" Découverte du dictionnaire, des mots qui n'appartiennent pas encore à des phrases, pas encore à des phraseurs, des mots et en quantité, et dont on pourra se servir soi-même à sa façon."

 

(lu dans l'excellente autobiographie d'Henri Michaux : " Henri Michaux, la poésie comme destin ", par Robert Bréchon, éditions aden, 2005)

Partager cet article

Repost0
2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 07:33


    …en parcourant l’excellent livre d’Isabelle Alfandary (voix américaines, Belin, 2002) sur E.E. Cummings, ce peintre et poète majeur, si énigmatique, très « difficile d’accès » (- soyons franc -) (Quand un éditeur lui demandera en 1926 de rédiger une introduction censée aider les lecteurs à comprendre les particularités de son style, il intitulera cela « deux et deux font cinq », ce qui n’améliorera pas les choses.)… ;-)

 

« La poésie ne signifie ni n’insignifie rien, elle EST. »


Isabelle Alfandary = « S’il pleut tant dans les poèmes d’E.E. Cummings, c’est que la pluie, dans sa chute imperceptible, figure un contact invisible mais réel. Métonymie du sens du toucher, la pluie est sensation : silencieuse, elle affecte les êtres sur lesquels elle s’abat sans heurt ni violence. La pluie nous touche sans en avoir l’air.

    je comprends en vrille

Ce que toucher

veut dire


(i spirally understand /// What /// touching means.) E.E. Cummings, Complete Poems 1904-1962.


L’expérience de la pluie, redoutée par les hommes, mais non par les enfants, révèle ce que toucher veut dire. Le toucher communique littéralement le sens. Le sens du toucher est porteur d’un sens qui peut à peine se dire, d’un sens proprement obscène, et bouleversant.
La sensation est source de connaissance. Dans le poème, ce n’est pas tant l’intellection de l’exprimé qui ouvre la voie au sens mais bien plutôt la sensibilité à l’imprimé. On ne touche pas plus un poème fait d’encre et de papier, surface plane et sans relief, qu’on ne touche la pluie. La pluie et le poème n’en sont pas moins réels. Ce que l’on ne peut pas toucher du doigt ne nous touche pas moins. »


    Personne, pas même la pluie, n’a de si petites mains (*)

(Nobody, not even the rain, has such small hands) E.E. Cummings, Complete Poems 1904-1962.


(*) : poème lu par l’excellent acteur Michael Caine dans un de mes films préférés de Woody Allen “Hannah et ses soeurs”. (oscar du meilleur scénario original en 1986) Comédie douce amère avec des relents de Bergman et où les rôles féminins sont extraordinaires : Mia Farrow, Barbara Horshey et Dianne Wiest... Michael Caine - en amoureux des poèmes de E.E. Cummings - est adorable. Woody Allen en hypochondriaque puissance 100 est divin. Ce film est un pur bijou et on y récite du E.E. Cummings.


un dernier pour la route :

je veux bien que la vie
ne vaille de mourir, si
(et quand) les roses se plaignent
que leurs beautés sont vaines

mais peut l'espèce humaine
juger toute mauvaise graine
une rose, les roses (j'en suis
sûr) aussitôt sourient

Partager cet article

Repost0
18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 19:04

philippe-leotard-copie-1.JPG

 

Mon "je" éteint l'autre.

 

Je le vois à sa mire,

quand il me regarde

le louche quand il cerne

et

je suis sa voix,

ne la hait pas ;

je dis son cours à ma valeur,

le paie de mon timbre

tout au son de mon interne action,

quand

les mots sont ceux qu'il veut d'autre

quand

il est près de céder à leur procession

vers l'inavouable,

l'horrible blancheur des plages de l'enfer


Je suis sa vocation

n'ai d'intelligence que de lui, 

le juge à ses blessures

et ne l'aime qu'à sa place

 

même avisé 

j'ai l'oeil à la lunette

quand je le vois se regarder "montré"

et

sans me démettre je l'élève

je l'épaule, je m'en joue

et

je le tire du côté d'ombre de la cible.

 

Partager cet article

Repost0
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 21:46

Je caresse tes cheveux avec la main qui ne les caressera plus

J'écris avec la main qui les caressera

Ainsi ma main te caresse-t-elle toujours.

 

Quand tu quittes ma chambre

Tu me laisses prisonnier de tes empreintes

Quand tu arrives dans ma chambre

Tu m'emprisonnes dans ton amour

Ainsi suis-je toujours libre de la solitude

 

Quand tu n'es pas là

Je pense que tu seras là

Mais quand tu es là

Je pense que tu ne seras plus là

Ainsi le bonheur joue-til à cache-cache avec le malheur, ta présence avec ton absence.

 

Christian Dotremont, inédit, 1950.

 

Dotremont

Partager cet article

Repost0
29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 21:21

    d'andré Breton : une belle union libre "sur-réaliste" comme on aimerait en voir plus souvent ;-)
poème publié un an avant "les vases communicants", un de ses livres théoriques les plus fondamentaux.






L’union libre



Ma femme à la chevelure de feu de bois
Aux pensées d’éclairs de chaleur
A la taille de sablier
Ma femme à la taille de loutre entre les dents du tigre
Ma femme à la bouche de cocarde et de bouquets d’étoiles de dernière grandeur
Aux dents d’empreinte de souris blanche sur la terre blanche
A la langue d’ambre  et de verre frottés
Ma femme à la langue d’hostie poignardée
A la langue de poupée qui ouvre et ferme les yeux
A la langue de pierre incroyable
Ma femme aux cils de bâton d’écriture d’enfant
Aux sourcils de bord de nid d’hirondelle
Ma femme aux tempes d’ardoise de toit de serre
Et de buée aux vitres
Ma femme aux épaules de champagne
Et de fontaine à têtes de dauphins sous la glace
M femme aux poignets d’allumette
Ma femme aux doigts de hasard et d’as de cœur
Aux doigts de foin coupé
Ma femme aux aisselles de martre et de fênes
De nuit  de la Saint Jean
De troène et de nids de scalares
Aux bras d’écume de mer et d’écluse
Et de mélange du blé et du moulin
Ma femme aux jambes de fusée
Aux mouvements d’horlogerie et de désespoir
Ma femme aux mollets de moelle de sureau
Ma femme aux pieds d’initiales
Aux pieds de trousseaux de clefs aux pieds de calfats qui boivent
Ma femme au cou d’orge imperlé
Ma femme à la gorge de val d’or
De rendez-vous dans le lit même du torrent
Aux sens de nuit
Ma femme aux seins de taupinière marine
Ma femme aux seins de creuset du rubis
Aux seins de spectre de la rose sous la rosée
Ma femme au ventre de dépliement d’éventail des jours
Au ventre de griffe géante
Ma femme au dos d’oiseau qui fuit vertical  
Au dos de vif argent

Au dos de lumière
A la nuque de pierre roulée et de craie mouillée
Et de chute d’un verre dans lequel on vient de boire
Ma femme aux hanches de nacelle
Aux hanches de lustre et de pennes de flèche
Et de tiges de plumes de paon blanc  De balance insensible
Ma femme aux fesses de grès et d’amiante
Ma femme aux fesses de dos de cygne
Ma femme aux fesses de printemps
Au sexe de glaïeul
Ma femme au sexe de placer et d’ornithorynque
Ma femme au sexe d’algue et de bonbons anciens
Ma femme au sexe de miroir
Ma femme aux yeux pleins de larmes
Aux yeux de panoplie violette et d’aiguille aimantée
Ma femme aux yeux de savane
Ma femme aux yeux d’eau pour boire en prison
Ma femme aux yeux de bois toujours sous la hache
Aux yeux de niveau d’eau de niveau d’air de terre et de feu

André Breton , 1931 .

Partager cet article

Repost0
6 janvier 2013 7 06 /01 /janvier /2013 17:54

Longtemps, enfant, puis adolescent, j'avais ce poème en tête dû à la superbe diction d'un Philippe Clay au meilleur de sa forme...

Adulte , ce poème revenait de temps en temps en litanie dans ma tête ; on s'évade tous, un jour ou l'autre d'une prison singulière...

c'est avec plaisir que je le mets enfin ici, avec la belle diction de P. Clay / cliquez sur la vignette / 

 Boris vian - philippe Clay

Il a dévalé la colline
Ses pieds faisaient rouler des pierres
Là-haut entre les quatre murs
La sirène chantait sans joie

Il respirait l'odeur des arbres
Il respirait de tout son corps
La lumière l'accompagnait
Et lui faisait danser son ombre

Pourvu qu'ils me laissent le temps
Il sautait à travers les herbes
Il a cueilli deux feuilles jaunes
Gorgées de sève et de soleil

Les canons d'acier bleu crachaient
De courtes flammes de feu sec
Pourvu qu'ils me laissent le temps
Il est arrivé près de l'eau

Il y a plongé son visage
Il riait de joie il a bu
Pourvu qu'ils me laissent le temps
Il s'est relevé pour sauter

Pourvu qu'ils me laissent le temps
Une abeille de cuivre chaud
L'a foudroyé sur l'autre rive
Le sang et l'eau se sont mêlés

Il avait eu le temps de voir
Le temps de boire à ce ruisseau
Le temps de porter à sa bouche
Deux feuilles gorgées de soleil

Le temps de rire aux assassins
Le temps d'atteindre l'autre rive
Le temps de courir vers la femme.
Juste le temps de vivre.

Partager cet article

Repost0
3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 20:58



Dino Campana était un poète
qu’aimait particulièrement Raymond Carver.
Les chants orphiques sont parus en Août 1914.


La baie vitrée

Le soir fumeux d’été
De la haute baie vitrée verse des lueurs dans l’ombre
Et dans le cœur me laisse une brûlure scellée.
Mais qui a (sur la terrasse sur le fleuve s’allume une lampe) qui a
A la petite Madone du Pont qui c’est qui c’est qui a allumé la
Lampe ? – y’a
Dans la chambre une odeur de putridité : y’a
Dans la chambre une plaie rouge languissante.
Les étoiles sont des boutons de nacre et le soir se vêt de velours :
Et tremble le soir fat : il est fat le soir et il tremble mais y’a
Dans le cœur du soir y’a,
Toujours une plaie rouge languissante.

 

L’invetriata

La sera fumosa d’estate
Dall’alta invetriata mesce chiarori nell’ombra
E mi lascia nel cuore un sugello ardente.
Ma chi ha (sul terrazzo sul fiume si accende una lampada) chi ha
A la Madonnina del Ponte chi è chi è che ha acceso la lampada ?
-c’è
Nella stanza un odor di putredine : c’è
Nella stanza una piaga rossa languente.
Le stelle sono bottoni di madreperla e la sera e tremola ma c’è
Nel cuore della sera c’è,
Sempre una piaga rossa languente.




«  Urgence de contenus jaillis en éclairs dans la nuit irréfrénable ; énergique volonté et volupté de nomade, de tramp, qui connaissait Whitman et Rimbaud et vivait sa poésie comme acte indifférencié de nature à la fois esthétique et volontariste, morale ; song of himself, saison en enfer. » « Sa poésie est une poésie en fuite, qui se défait toujours au moment de conclure. »

Eugenio Montale

Partager cet article

Repost0
8 décembre 2012 6 08 /12 /décembre /2012 07:24

 

 

Ariettes oubliées

Il pleure dans mon cœur
Comme il pleut sur la ville.
Quelle est cette langueur
Qui pénètre mon cœur ?

Ô bruit doux de la pluie
Par terre est sur les toits !
Pour un cœur qui s'ennuie,
Ô le chant de la pluie !

Il pleure sans raison
Dans ce cœur qui s'écœure .
Quoi ! nulle trahison ?
Ce deuil est sans raison.

C'est bien la pire peine
De ne savoir pourquoi,
Sans amour et sans haine,
Mon cœur a tant de peineverlaine

(je n'ai pas dit la troisième strophe que j'aime beaucoup moins... Que le grand Verlaine me pardonne !)

Partager cet article

Repost0
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 10:26

 

 

Mon avion en flammes mon château inondé de vin du Rhin
mon ghetto d’iris noir mon oreille de cristal
mon rocher dévalant la falaise pour écraser le garde champêtre
mon escargot d’opale
 mon moustique d’air
mon édredon de paradisiers
 ma chevelure d’écume noire
mon tombeau éclaté ma pluie de sauterelles rouges
mon île volante mon raisin de turquoise
ma collision d’autos folles et prudentes ma plate-bande sauvage
mon pistil de pissenlit projeté dans mon œil
mon oignon de tulipe dans le cerveau
ma gazelle égarée dans un cinéma des boulevards
ma cassette de soleil mon fruit de volcan
mon rire d’étang caché où vont se noyer les prophètes distraits
mon inondation de cassis mon papillon de morille
ma cascade bleue comme une lame de fond qui fait le printemps
mon revolver de corail dont la bouche m’attire comme l’œil d’un puits
scintillant
glacé comme le miroir où tu contemples la fuite des oiseaux mouches de ton regard
perdu dans une exposition de blanc encadrée de momies
je t’aime

 

Benjamin Peret

benjamin-peret(in "Je sublime", 1936)

Partager cet article

Repost0
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 11:11

 

Cendrars

 

DICTION : Cendrars Cendrars

 


Tout le monde est sur le pont
Nous sommes au milieu des montagnes
Un phare s'éteint
On cherche le Pain de Sucre partout et dix personnes le découvrent à la fois dans cent directions différentes tant ces montagnes se ressemblent dans leur piriformité
M. Lopart me montre une montagne qui se profile sur le ciel comme un cadavre étendu et dont la silhouette ressemble beaucoup à celle de Napoléon sur son lit de mort
Je trouve qu'elle ressemble plutôt à Wagner un Richard Wagner bouffi d'orgueil ou envahi par la graisse
Rio est maintenant tout près et l'on distingue les maisons sur la plage
Les officiers comparent ce panorama à celui de la Corne d'Or
D'autres racontent la révolte des forts
D'autres regrettent unanimement la construction d'un grand hôtel moderne haut et carré qui défigure la baie (il est très beau)
D'autres encore protestent véhémentement contre l'abrasage d'une montagne
Penché sur le bastingage tribord je contemple
La végétation tropicale d'un îlot abandonné
Le grand soleil qui creuse la grande végétation
Une petite barque montée par trois pêcheurs
Ces hommes aux mouvements lents et méthodiques
Qui travaillent
Qui pèchent
Qui attrapent du poisson
Qui ne nous regardent même pas
Tout à leur métier

Partager cet article

Repost0
8 novembre 2012 4 08 /11 /novembre /2012 16:00

    Jacques Dupin vient de nous quitter il y a quelques jours, à l'âge de 85 ans. Ami de Char, et grand connaisseur de Miro et de divers autres artistes de l'époque (Giacometti, Tàpies...), il n'écrivit que de la poésie et divers essais sur l'art contemporain. Son oeuvre assez atypique est à mettre au même niveau que Char ou que Bonnefoy.Il travailla aussi à la fondation Maeght (dont je rêvais lorsque j'étais jeune d'y travailler) et y organisa en 1977 une rétrospective de l'oeuvre peinte de mon poète préféré Henri Michaux.

 

 

  Jacques-Dupin

 

 

 

Une forêt nous précède

et nous tient lieu de corps

 

et modifie les figures et dresse

la grille

d'un supplice spacieux

 

où l'on se regarde mourir

avec des forces inépuisables

 

mourir revenir

à la pensée de son reflux compact

 

comme s'écrit l'effraction, le soleil

toujours au coeur et à l'orée

de grands arbres transparents

 

 

Jacques Dupin ( in "l'embrasure", 1969)

Partager cet article

Repost0

Pages