Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ici :

  • : Poésie Littérature Ecriture Chanson poétique
  • : mes poésies et petits textes, mes coups de coeur : livres, poésies, chansons poétiques, artistes divers...
  • Contact

some words :

"Le poète est un archer qui tire dans le noir." - Salah Stétié -
"Soyez un écrivain mineur, cela vous rajeunira." 
Dominique Noguez

"Cette femme était si belle
Qu'elle me faisait peur."
 Guillaume Apollinaire

"In a place far away from anyone or anywhere, I drifted off for a moment." -- Haruki Murakami --


"Être poète n'est pas une ambition que j'ai. C'est ma façon à moi d'être seul."   -- Fernando Pessoa --

"Ca va tellement mal aujourd'hui que je vais écrire un poème. Je m'en fiche ; n'importe quel poème, ce poème." -- Richard Brautigan --

"J'écris à cause du feu dans ma tête et de la mort qu'il faut nier."
Jacques Bertin

"O mon passé d'enfance,
pantin qu'on m'a cassé."
Fernando Pessoa


« La mort c’est l’infini des plaines
et la vie la fuite des collines. »
Joseph Brodsky

Certaines choses

Nous entourent « et les voir

Equivaut à se connaître »

George Oppen



" LA GRANDE FORCE EST LE DESIR "
(Guillaume Apollinaire)



"Quand je dis « je », je désigne par là une chose absolument unique,
à ne pas confondre avec une autre."
Ugo Betti

"Le sens trop précis
rature
ta vague littérature"
Stéphane Mallarmé


" Je ne suis pas moi ni un autre

Je suis quelque chose d’intermédiaire :
Un pilier du pont d’ennui
qui s’étend de moi vers l’autre. "
Mario de Sa-Carneiro
I-love-reading
livres et lagaffe

Recherche

B o n j o u r !

-- je vous souhaite un bon passage... --


"Mais rien de cette nature n'est définitivement acquis. Comme une eau, le monde vous traverse et pour un temps vous prête ses couleurs. Puis se retire, et vous replace devant ce vide qu'on porte en soi, devant cette espèce d'insuffisance centrale de l'âme qu'il faut bien apprendre à côtoyer, à combattre, et qui, paradoxalement est peut-être notre moteur le plus sûr."  Nicolas Bouvier

« La poésie vient vers nous, on ne sait d’où, et elle nous quitte, allant vers on ne sait quel au-delà. Mais en passant, elle nous laisse des mots et elle nous fait des signes dont l’interprétation est inépuisable. » Gabriel Bounoure

" Avec tes défauts. Pas de hâte. Ne va pas à la légère les corriger. Qu'irais tu mettre à la place ? " Henri Michaux


écrivez moi si vous le souhaitez :    

Soyez indulgent, je ne suis qu'un petit écrivaillon tentant d'écrivasser

Mai 2008 : "L'apéritif de la neige"
est "paru"

Si vous êtes intéressé : laissez moi un message
(133 pages de poèmes et textes poétiques, pour la plupart ici sur mon blog)

"Le meilleur choix de poèmes est celui que l'on fait pour soi." Paul Eluard

"Savoir que nous ignorons tant de choses suffit à mon bonheur." George Oppen

______________________________________________

 

23 décembre 2008 2 23 /12 /décembre /2008 21:47
 les racines
les terres
    les cieux ou les gouffres immenses

il faudra reconnaître découvrir

travailler
chercher dans les creux et trous
écarter les bras
ne pas se noyer basculer dans le vide en arrière
bras ballants gesticulants

ressentir ces sensations de vide
définir la vie comme une vaste lacune

l’amertume du vide en nous
qui nous ronge nous nourrit nous abreuve

le vide le vide qui nous définit nous nomme
c’est silence de le dire

le grand vide est en nous
il nous soutient c’est l’équilibre

le grand funambule dont on fermera les yeux plus tard
à la toute fin

tu dis quoi : toujours pareil ?
pourquoi ne pas vivre puisque tu vis ?
PUIS dans un grand bruit
d'une grande déglutition :

finissant ainsi la vie, tu la nommeras peut-être

Partager cet article

Repost0
20 septembre 2008 6 20 /09 /septembre /2008 00:57
– dis-tu – blessé à mon pampre ?

Perdu tes jeunes années, n’oublie :
Nous ne sommes plus
Le temps a passé - évoquer le passé ?
Les rivières dorées, les poissons à chercher ?
=
Le bois a durci
Les rimes ont varié, de désillusions différentes en errances vagabondes
Les cœurs si tendres jadis perlent ce jour de sévérité
/
/

Nos 20 ans d'âge jeune sont loin
Nous sommes insatisfaits
Nous voulions plus avec nos yeux frais

Mais c’est ainsi de tous, le temps écarte les idéaux
Passe – peu importe – un autre temps
celui où il faut consolider

Les failles lézardent le beau poème
Celui qui disait « boy meets girl »
Dans des lueurs adolescentes
Les éclairs, la fulguration, les découvertes inventives, les blagues sans cesse renouvelées
Tes sourires de 18 ans

C’était l’orée
C’était à découvrir, le corps des autres, entre autres
et tant de paysages !

Casse casse ce qui reste, parfois le feu la lumière – au centre – se reforme
Fouille fouille dans les débris et flammèches comme un orpailleur
Cherche cherche dans toutes ces photos celles qui te rassureront

Ma tête hispide toujours est ma seule réponse
Mon regard ahuri encore devant tout ce monde
Air hagard d’encore rien comprendre à cette farce

(image volée sur le site d'Haruki Murakami)

Partager cet article

Repost0
1 juillet 2008 2 01 /07 /juillet /2008 10:33

Magritte / "La clairvoyance"


j’avais des droits d’auteur sur toi qu’on dit incorporels
je m’en souciais
en errance ou en errements
les vapeurs du lit
une envie d’en finir
de s’endormir à jamais en boule
gentils hérissons soyeux
en chairs douces et parfumées
odeur de douche et de savon
un soupçon d’indéfini
incompressible incompréhension d’un toi d’un moi
de ce couple de deux ce perlimpinpin
dans le lit froid
ton corps chaud ton dos tes fesses
je suis venu me caler dans tes creux pour conjurer ce froid
tu dormais déjà
épuisée de tant d’images
un couple que nous formions
une éternité dans la lenteur du mouvement des corps
l’exhalaison des souffles
la lenteur du rythme costal
un type d’immobilité enfin et soudainement à réussir
réveils ou sommeils en feintes
une impression d’utilité
suis-je utile ?
désespéré et décalé
puis une éclaircie
en marge
enfin ma main comme un couvercle sur ton sexe
mon bras malhabilement immobile
terriblement la chambre est silencieuse
dans ma nuit sans sommeil
dans mes péroraisons
dans le limon de nos ennuis d’amour

Partager cet article

Repost0
18 juin 2008 3 18 /06 /juin /2008 21:13

à l’orée mordorée
des aubes
Sans cesse renouvelées artifices ensoleillés
Jupons de couleur :
Le soleil naît
(un autre levant)
Je ferme les yeux et pense aux morts

Je vois et je ne vois pas le monde à naître, sans cesse, il renaît
Sans cesse, l’horizon réapparait
à l’homme perpendiculaire

L’homme distant, qui regarde, stupéfait de cette naissance
Sa verticalité l’oppose, mais c’est son humanité, du moins il le pense
La trouée des lumières donne à l’horizon
un splendide tutu carmin

Je ferme les yeux et pense à ceux que j’ai aimés
à 6 heures, à l’aube rougeoyante, celle des naissances
le serpentin des vents naissants est comme un large navire,
les narines frémissent aux premières senteurs,
l’envie de quitter les rives, de rejoindre là-bas les filles aux yeux sombres,
les paysages inconnus aux fleurs sauvages, d’autres routes


je ferme les yeux et pense à ceux que je ne verrai plus jamais
ils sont ainsi les morts : coincés dans notre mémoire,
ils y sont présents « à vie »

Partager cet article

Repost0
29 avril 2008 2 29 /04 /avril /2008 01:12
    Il y aurait la Tristesse et sa Grande Falaise
et la Femme par un désastre gravitationnel,
le tout basculerait dans de grandes obliques et grandes gesticulations

En grande panique du dieu Pan

    Banales, la Femme et la Tristesse glisseraient ensemble dans des éclats pulsés de lumière très éblouissante en flashs puissants comme des saccades spermatiques
Je ne sais laquelle chuterait la première sous un ciel totalement bleu sans croche de nuages
Un ciel de peintures, un camaïeu

    Ou c’est moi qui glisse - je file - ou je tombe -
dans mes culpabilités humaines

Fildefériste gesticulant dans de grands éclats de quartz ne sachant ni où commencer ni où finir ma vie
Recommençant le chemin pourtant épuisé du désespoir et de l’incertain
Ce chemin là même qui forme une boucle et revient sur lui-même
En friche mélancolique en silence en bruits de broussailles
En piétinements, en revirements, élongations, crispations, longues chutes de falaises
Monticules en butoir
Plus haut que le sommet on ne monte plus
D’autres disent que ces escalades ne riment à rien
rimes pauvres

La douce camarde est au bout
sexy
habillée de noire
trouvant mon déhanchement appétissant
elle déhale mon corps
loin des eaux dangereuses
les tourbillons des flaques mornes
et des ennuis elliptiques

donc,
on attendra donc,


-------------------------------------------------------

Partager cet article

Repost0
18 avril 2008 5 18 /04 /avril /2008 02:48
j'attends le temps d'y voir
les brouillards

irritaient les paysages
maintenant les arbres nus nous désignaient
les verts malins s'y mêlaient

Good Bye ma vie aréolée d'aurores incertaines

aux chapeaux de claque de la fin Mai
ensoleillé et poussiéreux / à écarter

nous partimes fiévreux et fiers
sur nos destriers fins comme des alumettes de poussière
Alphonse à ma gauche tremblait d'insomnie
son P.34 fidèle au poste jonchait sa main éparpillée
nous chantions heureux le temps des cerises en changeant l'air
le soleil était vif l'air frais nos vitres ouvertes
nous fumions nos Gitanes complètement sourds
la radio gueulait ses principes
nous foulions ainsi le monde en pleine liberté
jusqu'où aurions nous pu nous en aller sans ces tristes habitudes

et moi bagué toujours déambulant l'esprit vide dans ces ruelles

impossibles je souffrais de mes pas dans l'inconnu de ces temps
des mouettes me giflaient de leur queue bariolée ;
j'espérais vivre loin de leurs nids ...

Partager cet article

Repost0
6 avril 2008 7 06 /04 /avril /2008 04:28
mon coeur s'envine, mon coeur enviné
en tête avec mon entité on a décidé
de s'entre détruire s'entre déchirer

c'est entendu dit mon coeur d'accord
dit la peine ensiforme en soi à l'envie
mon coeur s'envine, mon coeur enviné

joliesse de cette attitude joviale
pars ma jouvence indécente indécise
c'est la déprime indécollable qui colle

ainsi, ma vie incurieuse incréée vide
et mon coeur s'envine, mon coeur enviné
la peine s'incruste s'imprime indélébile

ma vie d'inélégance inepte inemployée
laisse courir son sang hors d'elle hors
et je meurs moussu de malheur bien mûr

et mon coeur s'envine, mon coeur enviné

Partager cet article

Repost0
18 novembre 2007 7 18 /11 /novembre /2007 14:10
on foule on foule
nos désirs éteints
hier l'arbre s'endormait contre le chien timide
dans une petite rue de Mai à l'ombre d'un chêne
ou c'était un figuier le sable et la poussière et les cailloux, en bain ensoleillé, les ruelles percevaient déjà mes curieux états d'âme
je ressentais l'air la terre en grande clarté
mes désirs alors revinrent
et c'était bon ces matins d'aubes indéfinies de brumes poétisantes
mes amis dormaient à l'ombre de mes pas
des odeurs de mer et de campagne boisée ou les deux dans mon univers d'amitié
mes cheveux s'étonnaient sur des rochers et tissaient des algues
je voulais réinventer la mer
en faire à mon gré un monde parfait
aujourd'hui les amis ne sont plus

je marche je marche
mes désirs éteints hier l'arbre s'endormait
entre les pattes de ce chien fidèle
c'était une petite ruelle et vieille sans doute où le soleil cognait sur les terres alentour les roches les poussière de vos peaux

il est bon de ne pas revenir en arrière
ses souvenirs où battaient mes peines de coeur
où les amis finissaient leur marche dans une grange chaude
le foin sentait bon les sexes verts
les amitiés les visages de rousseur
les rires dans la poussière orangée et  les pailles jaunes
enfumés nos corps de poussière et elle dormait

tout finit tout finit
des désirs morts
il y a longtemps un arbre baissait
toutes ses branches
il dormait un chien s'étendait sous l'ombre
une ruelle en Mai s'éteignait de gris tout était chaud de soleil
même les filles des rues encore endormies dans le matin clair


Dessin de Yann Owens
son site de gravures et dessins = Yann Owens
et aussi là : legraveur

Partager cet article

Repost0
25 octobre 2007 4 25 /10 /octobre /2007 22:00
Long décours
de…
Compte à rebours
Je ne sais plus
sur qui je compte

L’assise de la grande ville
où je reposais
n’est plus
La force des grandes villes a disparu en mon cœur
L’immensité du chant des hommes

Il reste ? …

L’autre dit de se battre
La vie continue
- pourquoi ne pas vivre, puisque tu vis – dit un troisième

la musique d’Erik Satie coordonne encore mes images à ma vie, où le piano serait l ‘ami parfait ; la musique la grande compagne
je m’accroupis au sol ; à plat ma main se pose
la terre résonne comme je l’espérais
on est trop faible pour cette grande solitude
dans nos trop petits containers d’hommes

je ne saurais donc pas quoi convenir, devenir
je ne suis pas sûr des chemins
ou labyrinthes
et la grande lacune au creux du muscle rouge, un lacis de vaisseaux conduisant le sang

dans le dédale
la peau hâlée, au soleil, j’irai, retrouver les sables et les eaux des enfances
cette histoire en arrière sera ma maldonne à moi, passé malbâti ou errances

je ne cherche que la housse de tes bras pour m’isoler
un peu,
ce costume de moi, est à mettre cependant, qui le veut ?
le fatras peut-être a bel allure – certainement …

l’étau empeste encore
ranci de ces années d’hiver


"Theory" Toile d'Ena Swansea

Partager cet article

Repost0
28 août 2007 2 28 /08 /août /2007 11:45
Ah ! vilaine mélancolie ensanglantée
qui nous fait tous et toutes reculer
alors que c'est avancer qu'il faudrait

spleen des après midi déensoleillés
coupant les jambes fauchant les blés
langues arrachées cœurs torturés
alors que c'est avancer qu'il faudrait

méchants rêves d'arrêts,
 embâcles brutaux où le sang coulerait
/ s'arrêterait
en pouls discontinu hémorragique
vidant tout ce contenu
alors que c'est avancer qu'il faudrait

avancer et son visage au vent tremble
offrir à soi-même d’abord le meilleur
en couleurs vivantes refuser les
mauvais cris

en pastels doux et tendres accepter nos vies
car c'est d'avancer qu'il faudrait

j'ai tendu la main au monde
qui se dressait
les ombres amies dans les
pénombres avançaient


death isn't, huile de pat Andréa, 1999

Partager cet article

Repost0
19 août 2007 7 19 /08 /août /2007 12:02
... joue contre jour
paume à la vitre
de toute cette glace
dans le sang qui fige
immobilisation
de toute articulation
désordre léger qui poisse
ou corridor de l'ennui
qui draine
cortèges difficiles de nuits déplacées

... joue contre jour
paume à la vitre
carreau de vitre qui fige
l'air moche en vrilles
épilepsie du vivre

Allez :
larguez les samares

les samares de la mort
allez : samares samares : tombez
allez samares : tombez tourbillonnez, dansez !
que la mort vienne donc
comme le fruit des arbres
une très légère / douce chute

Partager cet article

Repost0
18 juin 2007 1 18 /06 /juin /2007 19:37
Je devrais dire je dirai je dis j'aime à dire
    c'est ce qui sonne
dans leurs têtes affolées
en coup d'algues assombries chaudes dans ma nuit buccale
ce que j'ai à dire c'est à vous que je dis
et c'est amour bien sûr de dire :

c'est une étoffe vacillante
où tremble un corps étoile (étoffe-étoile)
étourdi dans de pures étreintes (étourdi-étreinte)
avec moi : toujours mon air morose morne éteint (morose-morne)
j'atterris toujours à l'heure du jour
quand il lève et crie sa levée
ou dans le grain foncé de cette peau brûlante
fluette fluide dans cette nudité (fluette-fluide)
il m'est loisible d'y voir ton corps
       encore tu dors
dans les rêves tu aimes bouges les cils les yeux
c'est une onde désireuse une ondée parfumée (onde-ondée)
c'est une meule paillée
où je me meuble sur tes lombes en crevassées
(meule-meuble-lombe)

J'ai donc dit ce qu'il faut comme un écrivain satisfait
Silence
je me restaure dans le passé ces hotels du passé
       aux draps défaits toujours
c'est ma jeunesse qui passe aux bras de filles colorées
vivantes de leur jeunesse
au héné dans des chapiteaux surpeuplés
coeurs chargés de drogue d'amour

j'aime ce venin du passé où je passe souvent
pour satisfaire mon air de tristesse car il le faut
cet air c'est mon standing qui le veut
je revois ainsi avide me vider de plein de sang
sang de vitesse où mes mains discrêtes troublent
demain oui je revois aussi ces corps flexibles ou non que
nous déchirions à souhait

ces accents de guitare où tant de pureté siège
c'est la jeunesse qui siège à St Sernin dans de
grands manteaux impassibles et râpés bonnets
à vendre bagues pierres fleurs cartons amours amitiés
de jeunes enfants turbulents qui passent vite
on se frôle on se touche
il y a de l'amitié dans nos effleurements

j'ai peur de perdre  cette enfance
dans la dureté sauvage du monde de survie
je survis avec poètes musiques les amis
mais demain que sera ?


Partager cet article

Repost0
27 mai 2007 7 27 /05 /mai /2007 20:57


Comment croire à la réussite des éclats de ces arbres sur nos toits

nos toits en lumière
    nos toits aux sexes de feuillages, ou verdures fortes

et dans les tresses des arbres, des pans de bonheur gesticulant

marionnettes oubliées en couleur indécise
et sur ce gazon à peine clos, encore des syllabes de fraicheur
cherchant des mots inconnus

ainsi : tout plaire tout découvrir tout renoncer
est-il simple de rédiger le ciel, dans mes écrits romancés
écarteler les feuilles des nuages ; y tracer une marge

doux temps
doux sexe
ma vie de peine
ô vous malades : verrez-vous ces taches sombres
    dont le sang qui passe témoigne

le sang qui passe
et les coups que la vie donne
ou le textile doux du fleuve
ô nocher de la mort
j'attends vos venues
dans ma solitude féroce

comme ce lac noir au bout de la forêt au bout de mon coeur

mes amours sont finies
mes mains mortes
mon sang fatigué

le bonheur m'a effleuré, puis s'est abcédé
j'ai oublié son goût de réglisse et l'affolement des coeurs
mon coeur hirondelle tendu à son fil d'adieu
le papier peint de ton visage aux pétales longs et soyeux
la vigne de tes cheveux
l'ondoiement lumineux des peaux

on me visse dans le coeur
à l'endroit précis où

je cherche la ferveur, oui mon ami, "cette" ferveur

la noirceur. la suie. la mélancolie. l'ennui. le deuil. la panique. l'éclatement.
m'envahissent. me hissent. me prennent. me freinent. me peinent. me flairent.

ô vie en arrière
vie invendue

j'attends la "mise en mots" de ma vie
dans ce dédale incompréhensible
j'attends des ponts et des pages, des lianes amies
des passages, des croisements
des sources en résurrection
comme des champs infinis fleuris et parfumés

je rêve à revers
il y a longtemps que mon coeur plein d'encre
est parti inviter le silence
je n'ai pas eu le temps
de me nourrir
suffisamment
de
toi

" L'incube " de Giorgio Finamore

Partager cet article

Repost0
12 avril 2007 4 12 /04 /avril /2007 20:52
à Jacques Bertin,



une maison en douceur
entre deux silences
deux hautes rives
des airs arrachés
après leur silence

mon nom de personne retrouvé
un chat silencieux aux odeurs aimées
fourrure rustre de poussière
la terre aux sentes de grenat
l'eau de la Loire ronronne

après deux chansons, tu t'es retournée
belle jeune fille, belle jeunesse
ma jeune jeunesse, mon amour
ô ma douce aux herbes de chênaie

ma mie d'univers tu y dansais

ô sonne à ma porte mon amour

mon chat jaune t'attend
sa moustache éclairée

un air de piano très lent où un chanteur s'enrhume
je te cherche encore dans les cités bruyantes des hommes
j'erreinte mon corps à t'inventer
un chant pour le mépris et l'insolence
un chant pour les hommes torturés
un troisième chant pour les femmes aimées
mes pas me portent ailleurs, je ne vais pas loin, ici le peu me suffit

quelques fleurs séchées ensemble
ta main blanche nichée près de mon ventre, mon chat en boule

"venez le soir, venez très tard" à l'impossible rêve près de moi confondu

immobilisé mon chant s'égare
aimable mon visage même trop, même mal
peu importe
"vous avez fait taire les coeurs vous écoutez"
pour atteindre
ou rejoindre les temps durs les soleils noirs et les herbes assoiffées
odeurs de Loire, sable froid et grossier des rivières
touffes perdues aux rives de l'amitié




Partager cet article

Repost0
6 avril 2007 5 06 /04 /avril /2007 10:24
cette bouteille de bière attablée - là - c'est un corps de femme
aux contours blonds
j'y abreuve mes soifs comme des paquets de peur
l'air embaumé y stagne en gros flocons jolis
les tables sont les navires de l'au-delà
et mes amis des mouettes endormies colorées d'amour
cette bouteille là de bière c'est un corps de femme inutile et serein
cette pièce ce sable qui languit c'est ma langue
je veux me parfumer de ces essences
je veux oublier mes peines qui se distendent
je veux terminer ma course au plus vite vers l'incroyable
je veux m'ouvrir à cela comme un enfant
dans le désert de cette vie
où je souffre où j'ai peur

bière endormie dans ma bouche timide
tu tangues ma vie sur des pavés tristes   .point.

Partager cet article

Repost0

Pages