Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Ici :

  • : Poésie Littérature Ecriture Chanson poétique
  • Poésie Littérature Ecriture Chanson poétique
  • : mes poésies et petits textes, mes coups de coeur : livres, poésies, chansons poétiques, artistes divers...
  • Contact

some words :

"Le poète est un archer qui tire dans le noir." - Salah Stétié -
"Soyez un écrivain mineur, cela vous rajeunira." 
Dominique Noguez

"Cette femme était si belle
Qu'elle me faisait peur."
 Guillaume Apollinaire

"In a place far away from anyone or anywhere, I drifted off for a moment." -- Haruki Murakami --


"Être poète n'est pas une ambition que j'ai. C'est ma façon à moi d'être seul."   -- Fernando Pessoa --

"Ca va tellement mal aujourd'hui que je vais écrire un poème. Je m'en fiche ; n'importe quel poème, ce poème." -- Richard Brautigan --

"J'écris à cause du feu dans ma tête et de la mort qu'il faut nier."
Jacques Bertin

"O mon passé d'enfance,
pantin qu'on m'a cassé."
Fernando Pessoa


« La mort c’est l’infini des plaines
et la vie la fuite des collines. »
Joseph Brodsky

Certaines choses

Nous entourent « et les voir

Equivaut à se connaître »

George Oppen



" LA GRANDE FORCE EST LE DESIR "
(Guillaume Apollinaire)



"Quand je dis « je », je désigne par là une chose absolument unique,
à ne pas confondre avec une autre."
Ugo Betti

"Le sens trop précis
rature
ta vague littérature"
Stéphane Mallarmé


" Je ne suis pas moi ni un autre

Je suis quelque chose d’intermédiaire :
Un pilier du pont d’ennui
qui s’étend de moi vers l’autre. "
Mario de Sa-Carneiro
I-love-reading
livres et lagaffe

Recherche

B o n j o u r !

-- je vous souhaite un bon passage... --


"Mais rien de cette nature n'est définitivement acquis. Comme une eau, le monde vous traverse et pour un temps vous prête ses couleurs. Puis se retire, et vous replace devant ce vide qu'on porte en soi, devant cette espèce d'insuffisance centrale de l'âme qu'il faut bien apprendre à côtoyer, à combattre, et qui, paradoxalement est peut-être notre moteur le plus sûr."  Nicolas Bouvier

« La poésie vient vers nous, on ne sait d’où, et elle nous quitte, allant vers on ne sait quel au-delà. Mais en passant, elle nous laisse des mots et elle nous fait des signes dont l’interprétation est inépuisable. » Gabriel Bounoure

" Avec tes défauts. Pas de hâte. Ne va pas à la légère les corriger. Qu'irais tu mettre à la place ? " Henri Michaux


écrivez moi si vous le souhaitez :    

Soyez indulgent, je ne suis qu'un petit écrivaillon tentant d'écrivasser

Mai 2008 : "L'apéritif de la neige"
est "paru"

Si vous êtes intéressé : laissez moi un message
(133 pages de poèmes et textes poétiques, pour la plupart ici sur mon blog)

"Le meilleur choix de poèmes est celui que l'on fait pour soi." Paul Eluard

"Savoir que nous ignorons tant de choses suffit à mon bonheur." George Oppen

______________________________________________

 

1 novembre 2007 4 01 /11 /novembre /2007 10:12

UN JEU par MOIS

UNE PETITE BOITE DE CALISSONS à gagner à chaque fois !

le premier ou la première à répondre gagne...

de qui sont ces "vers" ? =

    " C'est un jouet scientifique pour les enfants.
    La chevelure de cette femme crépite comme une peau de chat.
    Les étincelles brillent au bout de ses doigts comme la rosée aux extrémités élancées des fléoles, le matin, dans les vieux champs de nos vieux dieux.
Des courants électriques la traversent du nord au sud et, à elle seule, elle représente une installation coûteuse.
    Quand elle est isolée, le soir dans son garni, elle s'amuse encore pour gagner quelques sous à recharger les batteries des automobiles défuntes. Elle reste ainsi pendant des heures à méditer sur des sujets anciens.
    Elle rêve d'une lampe à huile qui s'éteindrait dans un doux bruit de pompe, et de la force lente de l'eau des sources qui met un siècle pour creuser une rigole dans un roc.
    Elle rêve également qu'elle attrape les éclairs, d'un revers de main, comme des mouches pendant les nuits d'orage. Et cela lui donne des fourmillements dans les coudes. "



    Si le 30 novembre à minuit, personne n'a trouvé, je mangerais mes calissons en toute gaieté :-)


NB : 3 réponses maximum par joueur (euse) S V P

indice 1 vers le 10 nov et indice 2 vers le 20 si nécessaire...
un indice 3 "très facile" le 30 si besoin, parce que mon vilain médecin m'interdit de manger des calissons son son .     :-(

Pierre Mac Orlan !
encore découvert par la très forte Merbel
bravo à elle !
elle n'aura pas le droit de jouer le mois prochain, non mais !
Repost 0
Published by the very famous french peterpan - dans Jeu poétique
commenter cet article
1 janvier 2007 1 01 /01 /janvier /2007 09:00


    Bon personne n’a trouvé Norge (initialement Géo Norge), pseudonyme de Georges Mogin, poète belge francophone né en 1898 à Bruxelles et décédé en 1990.
Tout cela n'est pas très bon pour mon foie.

Sa poésie revêt une grande diversité de formes. Sous un habit trompeur, celui d'un langage simple, accessible, parfois enfantin, à l’humour omniprésent, la poésie de Norge a une réelle dimension métaphysique. Poète inclassable, ce grand « Stupéfait » d'exister ne cesse de s'étonner : comment peut-on être un humain ? Sa poésie allie concret et métaphysique, sensualité et cruauté, vérité et incrédulité, fringales terrestres et soif d'infini. Passionné par la vie dans la diversité de ses formes, il traite aussi bien des étoiles que du lombric ou de la mouche. (Wikipedia).

En 1959, Norge reçoit le Prix triennal de Poésie 1956-58 pour son célèbre recueil « Les oignons ».

Les Poèmes de Norge ont été chantés par son amie Jeanne Moreau sur des musiques de Philippe Gérard, ce dernier recevra encore un prix Charles Cros pour ce disque.

Comme il ne se prenait pas beaucoup au sérieux, on a souvent tendance à ne pas le prendre au sérieux.
C'est un tort : sa poésie, pour légère qu'elle puisse paraître (dans le sens où la poésie de Charles Cros, de Germain Nouveau ou de Jules Laforgue est légère) n'en rend pas moins compte d'une palette étendue de bouleversements intérieurs, où, entre autres, la foi et le désespoir ont chacun leur tour. Comme René Depestre, Max Jacob, Desnos, il ne joue pas au poète, il est "le plus naturellement du monde poète" et plutôt que d'essayer de nous impressionner par des acrobaties verbales, il voudrait bien nous parler et nous rejoindre. Sa langue colorée, charnelle, vivante, joueuse, sa "langue verte" pour emprunter le titre d'un de ses livres publiés à la NRF, y parvient le plus souvent.
Piers Tenniel



indice 1 = feuilles végétales
indice 2 = larmes aux yeux
indice 3 =



UN JEU par MOIS

UNE PETITE BOITE DE CALISSONS à Gagner à chaque fois !

le premier ou la première à répondre gagne...

de qui sont ces "vers" ? =

"Joli tambour qui jette dans l'automne
Et rataplan planplan, ventre de biche,
Cette voyelle éclose de consonnes,
Ta peau répand une clameur si riche

Qu'un noble soir, un noble soir se lève
A nos côtés dans les rouges du rêve,
Un noble soir exalte la misère
Et rataplan planplan, ventres ouverts,

D'être si jeune et mourir à la guerre."


    Si le 31 décembre à minuit, personne n'a trouvé, je mangerais mes calissons en toute gaieté :-)


NB : 3 réponses maximum par joueur (euse) S V P

indice 1 vers le 10 déc et indice 2 vers le 20 si nécessaire...
un indice 3 "très facile" le 31 si besoin, parce que mon vilain médecin m'interdit de manger des calissons son son .     :-(
Repost 0
Published by the very famous french peterpan - dans Jeu poétique
commenter cet article
1 novembre 2006 3 01 /11 /novembre /2006 10:31
UN JEU par MOIS
UNE PETITE BOITE DE CALISSONS à Gagner à chaque fois !

le premier ou la première à répondre gagne...

de qui sont ces "vers" ? =

"Nuit charbonneuse d'une gare ; je cherche la dame qui a une voilette noire sur la lèvre : le bec Auer ne fonctionne pas et la ville est derrière la nuit. Un portefaix valse avec les bagages. Allons-nous vivre près du cresson géant de cette rivière ? On serait sous l'eau qu'on verrait des racines de corail blanc sous l'émail de la rivière : les maisons à cette heure sont comme des fumées. O nuit charbonneuse d'une gare."

    Si le 31 Oct à minuit, personne n'a trouvé, je mangerais mes calissons en toute gaieté :-)


NB : Merbel vainqueur le mois dernier n'a pas le droit de jouer ce mois ci (elle digère)...
3 réponses maximum par joueur (euse) S V P

INDICE 1 : il est mort quelques jours après son arrivée dans les camps nazis d'une pneumonie


SOLUTION : Max Jacob


"amour du prochain"

à Rousselot,

Qui a vu le crapaud traverser la rue ? c'est un tout petit homme : une poupée n'est pas plus minuscule. Il se traîne sur les genoux : il a honte. on dirait...? Non ! Il est rhumatismant, une jambe reste en arrière, il la ramène ! où va-t-il ainsi ? il sort de l'égout, pauvre clown. Personne n'a remarqué ce crapaud dans la rue. Jadis personne ne me remarquait dans la rue, maintenant les enfants se moquent de mon étoile jaune. Heureux crapaud ! tu n'as pas d'étoile jaune.


Max Jacob est arrêté le 24 février et part pour Drancy, il y meurt le 5 mars. Il avait 68 ans.
Repost 0
Published by the very famous french peterpan - dans Jeu poétique
commenter cet article
6 septembre 2006 3 06 /09 /septembre /2006 12:59
    UN JEU par MOIS
UNE PETITE BOITE DE CALISSONS à Gagner à chaque fois !

le premier ou la première à répondre gagne...

de qui sont ces "vers" ? =

"jambes en l'air l'arc en ciel au milieu de la nuit étoilée tordant son linge berceau aux yeux étonnés pur chardonneret du hamac clignotant des jeux ronde des clous enfoncés dans le feu à la gorge du prisme corde tenue par les bouts aux brûlures de la roue embourbée dans la mare mordant avec rage l'oeil du taureau expirant"

    Si le 30 Sept à minuit, personne n'a trouvé, je mangerais mes calissons en toute gaieté :-)


REPONSE / Pablo PICASSO
Repost 0
Published by the very famous french peterpan - dans Jeu poétique
commenter cet article

Pages