Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Ici :

  • : Poésie Littérature Ecriture Chanson poétique
  • Poésie Littérature Ecriture Chanson poétique
  • : mes poésies et petits textes, mes coups de coeur : livres, poésies, chansons poétiques, artistes divers...
  • Contact

some words :

"Le poète est un archer qui tire dans le noir." - Salah Stétié -
"Soyez un écrivain mineur, cela vous rajeunira." 
Dominique Noguez

"Cette femme était si belle
Qu'elle me faisait peur."
 Guillaume Apollinaire

"In a place far away from anyone or anywhere, I drifted off for a moment." -- Haruki Murakami --


"Être poète n'est pas une ambition que j'ai. C'est ma façon à moi d'être seul."   -- Fernando Pessoa --

"Ca va tellement mal aujourd'hui que je vais écrire un poème. Je m'en fiche ; n'importe quel poème, ce poème." -- Richard Brautigan --

"J'écris à cause du feu dans ma tête et de la mort qu'il faut nier."
Jacques Bertin

"O mon passé d'enfance,
pantin qu'on m'a cassé."
Fernando Pessoa


« La mort c’est l’infini des plaines
et la vie la fuite des collines. »
Joseph Brodsky

Certaines choses

Nous entourent « et les voir

Equivaut à se connaître »

George Oppen



" LA GRANDE FORCE EST LE DESIR "
(Guillaume Apollinaire)



"Quand je dis « je », je désigne par là une chose absolument unique,
à ne pas confondre avec une autre."
Ugo Betti

"Le sens trop précis
rature
ta vague littérature"
Stéphane Mallarmé


" Je ne suis pas moi ni un autre

Je suis quelque chose d’intermédiaire :
Un pilier du pont d’ennui
qui s’étend de moi vers l’autre. "
Mario de Sa-Carneiro
I-love-reading
livres et lagaffe

Recherche

B o n j o u r !

-- je vous souhaite un bon passage... --


"Mais rien de cette nature n'est définitivement acquis. Comme une eau, le monde vous traverse et pour un temps vous prête ses couleurs. Puis se retire, et vous replace devant ce vide qu'on porte en soi, devant cette espèce d'insuffisance centrale de l'âme qu'il faut bien apprendre à côtoyer, à combattre, et qui, paradoxalement est peut-être notre moteur le plus sûr."  Nicolas Bouvier

« La poésie vient vers nous, on ne sait d’où, et elle nous quitte, allant vers on ne sait quel au-delà. Mais en passant, elle nous laisse des mots et elle nous fait des signes dont l’interprétation est inépuisable. » Gabriel Bounoure

" Avec tes défauts. Pas de hâte. Ne va pas à la légère les corriger. Qu'irais tu mettre à la place ? " Henri Michaux


écrivez moi si vous le souhaitez :    

Soyez indulgent, je ne suis qu'un petit écrivaillon tentant d'écrivasser

Mai 2008 : "L'apéritif de la neige"
est "paru"

Si vous êtes intéressé : laissez moi un message
(133 pages de poèmes et textes poétiques, pour la plupart ici sur mon blog)

"Le meilleur choix de poèmes est celui que l'on fait pour soi." Paul Eluard

"Savoir que nous ignorons tant de choses suffit à mon bonheur." George Oppen

______________________________________________

 

4 juillet 2016 1 04 /07 /juillet /2016 10:04

Mots gentils de Lysiane Rakotoson poète et professeur agrégée de lettres à propos de mon passage sur France Culture et sur les difficultés pour se faire publier en poésie...

Faut-il écrire sur Internet ? Qui achète de la poésie ? Faut-il "à tout prix" se faire publier ? Le livre-papier est-il encore un don ?

MERCI à elle...

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toile poétique: Marc Laumonier

La poésie est une aventure solitaire mais il est possible de la faire partager : internet est une des voies qui permet de s'ouvrir au monde entier. Samedi dernier, un poète et bloggeur, Marc Laumonier faisait un bref passage dans l'émission de Sophie Nauleau, "ça rime à quoi?". Cet amoureux de poésie tient un blog où il rassemble à la fois ses propres textes et ceux des autres. Son travail est d'une très grande générosité, il affirme même que "les autres" sont plus intéressants que lui. Cette modestie et ce patient travail loin des éditeurs doivent cependant être récompensés : "frenchpeterpan" (c'est le nom du blog) contient de beaux textes qui valent la lecture, des notes poétiques d'une très grande justesse. Marc Laumonier publie l'apéritif de la neige, un recueil qui rassemble les textes publiés sur son blog. Partager ses textes sur un blog permet certes de multiplier les lecteurs, mais comme l'auteur le dit si bien lui-même, ne permet pas d'offrir le poème. Le papier permet de faire don de ce que l'on a produit. Cette aventure illustre parfaitement un des problèmes majeurs de la poésie aujourd'hui, celui de sa diffusion. Faut-il tenter de se faire publier? Faut -il livrer ses textes aux multiples routes de la toile? Travail de création solitaire et possibilité de le rendre disponible à tous sir internet: le paradoxe interroge en tout cas. Marc Laumonier prétend ne pas être un grand poète, dans ses libellés, il met le mot "poèmes" entre guillemets. Ce sont bien des poèmes sans guillemets qu'il nous donne pourtant à lire. Construire un lectorat sur internet n'est pas une chose facile, il a su le faire et c'est déjà un grand mérite. Les petits éditeurs n'ont pas les moyens de publier. Et chez les grands éditeurs, la poésie n'est pas maîtresse : il est impossible de demander à un auteur de produire une oeuvre tous les deux, trois ans. L'écriture est une expérience avec sa propre temporalité, ses propres espaces. Errance ou tourbillon, travail laborieux ou état de grâce, qu'importe, les mécanismes des circuits de consommation sont fermés aux artistes. Écrire de la poésie devient alors un véritable choix de vie, une aventure plus solitaire encore. Il faut trouver les moyens de donner à voir et à entendre par d'autres moyens. Internet est un chemin utile, une voie de passage merveilleuse. Depuis quelques années, la poésie circule aussi par ce biais-là (je parlerai bientôt de facebook et des revues de poésie que j'aime). Mais il serait dommage que le livre ne prenne pas le relais de toutes ces belles initiatives poétiques sur le web. A bon entendeur...

Lysiane Rakotoson (Diffuseur poétique)

Le site de Marc Laumonier: http://www.frenchpeterpan.com/

L'émission de samedi "ça rime à quoi" est téléchargeable pendant une semaine: http://www.franceculture.com/podcast/1233661

Repost 0
Published by frenchpeterpan - dans messages d'amis
commenter cet article
2 octobre 2015 5 02 /10 /octobre /2015 17:07

Dimanche prochain, vous pourrez entendre la voix de frenchpeterpan dire un de ses textes, dire du Obaldia (les cuisses de Colette) et Funeral Blues d'Auden...

BON DIMANCHHHHHHHHHHHE !

 

« Dimanche ! C’est aujourd’hui dimanche ! »

       la "Balade en Poésique" de rentrée

avec

      - le duo VA - Véronique Boix / Alain Collard

      - les poètes du Cercle Aveyronnais Le Contre-Chant des Mots

        Gisèle Jeantet Huguette Dangles / Marie-Hélène Douat

      - leur correspondant internaute - poète Aixois - Marc Laumonier

      - leur invité d'honneur - René de Obaldia

fera de votre journée un

 

JOYEUX DIMANCHE

 

 

le 04 Octobre 2015 - à 11h00

sur  Emoji  RADIOTEMPSRODEZ   107 FM

        Emoji  http://www.radiotemps.com/fr/ecouter-radio?PHPSESSID=b0e21c215ae53afdae6e582c088b3d95

                  mais aussi     http://www.radioways.fr/radio/radio-temps-rodez.html

 

Rediffusion - Lundi 05 Octobre à 10h00

Podcast : http://www.radiotemps.com/category/fr/programme-de-la-semaine/les-magazines-de-la-semaine/balade-en-poesique
 
>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> Emoji  Qu'on se le dise ! Emoji >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>


                                                                                       mercddiffuselargement  
Véronique Boix - Alain Collard
producteurs-chroniqueurs à RTR
radio 107 fm / poésique
Repost 0
Published by frenchpeterpan - dans messages d'amis
commenter cet article
26 avril 2013 5 26 /04 /avril /2013 19:35

Hirondelle ou martinet

 http://fr.ulule.com/hirondelle-ou-martinet/promote/

 

Capture d’écran 2013-04-14 à 16.44.58

 

   Amis lecteurs, amis écrivaillons ! Plus que 30 jours pour souscrire au recueil de nouvelles de mon ami Serge Cazenave (chez nos amis de ULELE, ici = http://fr.ulule.com/hirondelle-ou-martinet/ ) : « Hirondelle ou martinet ». Certes mon ami ignore la différence (pourtant aisée pour le commun des mortels) entre cet hirundinidé trisseur, annonciateur du printemps, admirable migrateur, qui niche ensuite dans les granges et les garages et l’apodidé martinet, fier, au cri strident (sriii sriii…) et aux ailes en faucille, capable de dormir la nuit en volant à plusieurs kilomètres du sol…/…Mais pardonnons-lui ses incompétences ornithologiques et intéressons-nous à l’écrivassier !

  Ces 17 nouvelles représentent le nec plus ultra de ce que peut produire cet auteur. Et sont typiques de son écriture et de son univers.

  L'univers de ce libertaire ? Ah ! Terrifiant ! Dans le jardin de tous les jours, l'auteur plante allégrement ses plantes vénéneuses avec - visiblement un amusement féroce, une nonchalance inquiétante, une autocensure aux oubliettes !

  Beaucoup d'assassins en série, beaucoup d'artistes angoissants, beaucoup de crimes tous plus étranges les uns que les autres, des quantités de blessés et de situations ineffables... Mais beaucoup d'humour, de cet humour que l'on qualifie de féroce - je dirais même immensément féroce - ; mais aussi une écriture bizarrement douce, proche des gens, amicale, qui va droit au but ; ici pas de place pour des fioritures et digressions poétiques : on ne connaitra pas la couleur du ciel ou la couleur de la robe de la mariée ; pas de parenthèse ; non, on ne distinguera que les tronches de ces gens "mal placés", de ces parias mal aimés, de ces aigris, de ces malheureux ; ou des personnages « normaux » mais en situation « extraordinaire » ; des morceaux de morve et de larmes, parmi les cadavres.

  Effectivement chez Serge Cazenave-Sarkis, on tue rapidement ; après tout, on résout les problèmes ainsi. Ce qui n'empêche pas une certaine "retenue", un certain allant de tendresse (cf la merveilleuse nouvelle "masque brisé" qui est inspirée d'une histoire vraie), il y a des situations ubuesques aussi, surréalistes. L’écriture est simple : le début des nouvelles ainsi que la chute sont très travaillés afin de ne laisser aucune chance aux lecteurs. Dans ce monde de brutes, tout est cohérence. Ecrire des nouvelles est à la fois simple et complexe, ici, l’auteur nous offre des textes étonnants qui piègent le lecteur en un tour de main.

C'est inopiné et efficace. 

Hirondelle ou martinet2

Sincèrement pour 11 euro (y compris les frais de port) : que risquez-vous ? A part faire des heureux et vous faire plaisir ? 

 

Mais qui est Serge Cazenave - Sarkis ? Vous l'avez peut-être déjà vu à la télévision dans l'excellente émission sur Renaud (dont j'ai oublié le nom)(le nom de l'émission, n'est-ce pas... :))

c'est ce gamin de 16 ans qui envahit La Sorbonne en mai 68 avec des potes (dont le futur Renaud) et qui a créé le Comité Gavroche durant cette époque. Après avoir fait du théâtre et de la chanson, il devient artisan d'art, et récemment s'est remis à écrire avec une sorte de frénésie contagieuse et réjouissante. 

Cazenavelà, il est ici à droite ; à gauche un de ses compagnons fidèles...

Repost 0
Published by frenchpeterpan - dans messages d'amis
commenter cet article
23 novembre 2012 5 23 /11 /novembre /2012 11:25

un petit poème d'un de mes fidèles lecteurs...

 

 

 

ETRE LIBRE

 

Etre libre, faire un pas

En faire un autre

Le faire droit

Ou de travers

Ou pas

Ou les deux à la fois

L’ordre, la trajectoire, le choix

Etre libre c’est quoi ?

Etre libre, faire un pas

Ou deux, ou trois

Ou rien du tout

Prendre ses jambes à son cou

Liberté, liberté chérie

Viens par ici foutre la zizanie

Liberté des avantages acquis

Que de crimes commis

En ton nom tout petit

De l’espoir à boire

Et des colères en fer

L’enfer pour les uns

Et pour les autres, rien

Etre libre !

Tu vibres toi, l’homme en bois ?

Avec tes bras en croix

Fauché, fini

Pitoyable bandit

Libre d’avoir tout donné

Tes cheveux et tes os

Les ongles de tes pieds

Et ton humanité

Etre libre de quoi ?

Libre de soi je crois

Parler, rugir, s’exprimer

Pleurer peut-être, ou rire

Sortir de soi.

Trouver en soi un homme des bois

Le suivre et grogner

Japper, aboyer, gueuler surtout !

La jouer rock, très rock,

Avec des croutes et des cloques

Du sang et du feu

Et des hurlements

Combien de hurlements ?

Combien de cris contre le vent ?

Combien t’en veux ?

Des mots à hurler ou à dire

Les plus grossiers, les pires

Les cachés, les indignes, les malencontreux

Des mots à maux et à mentir

Des mots à vomir par phrases entières

A reconduire à la frontière

Du sourire

Et les bruits qui ne sont pas dits

Qui sont faits

Et même joués

Joués d’accords

Mais cognés d’abord

Et envoyés

Tout droits

Sinon quoi en faire

Quoi faire sinon chercher de l’air

Chercher un air et chanter fort

Ou mieux encore parler

Et dire je t’aime

Est-ce vraiment approprié ?

Etre libre c’est quoi ?

C’est petit ou c’est grand ?

C’est jeune ou c’est vieux ?

C’est une idée ancienne, une idée âgée,

Avec des fesses ridées

Et de beaux cheveux blancs

Qui pense encore à la baiser ?

Etre libre, faire un pas

C’est peut-être ce qu’on veut

Ce qu’on veut que ce soit

Ce qu’on veut sortir de soi

Un homme, une femme parfois

Un être aux abois

En devenir de rien

Juste une idée, une cible

L’ombre d’une ombre en équilibre

Etre libre c’est quoi ?

La fumée, le vent, les nuées ?

Etre libre c’est quoi ?

Partir, foutre le camp ?

Quitter qui, quitter quoi,

Se quitter soi, mourir ?

Pour un murmure, un soupir

Un simple frémissement

Une ondulation

Une action qui commence

Le début de quelque chose

Juste le début

Trois fois rien

Un cœur battant

Faiblement

Mais qui va de l’avant

Apeuré, contracté, constipé,

En plein encombrement

Un souffle dérobé arraché au néant

Un premier cri

Une tétée

La vie

La liberté

Ce qu’on ne sait pas de nous

Ce coin de ciel au delà de la rage

Ce gout de rêve à respirer

La liberté je la vois, je la sens

Mais être libre, vraiment,

Je ne sais pas

Et après tout

Pourquoi pas ?

 

                                                                                    Dangolsheim, mars 2010

Repost 0
Published by frenchpeterpan - dans messages d'amis
commenter cet article
28 octobre 2012 7 28 /10 /octobre /2012 17:39
L'amie Sagine adore lire poèmes et textes, elle a fait de cette passion de la diction un beau blog :
de mes yeux à vos oreilles


Vous pourrez donc écouter sa belle voix douce lire des histoires et des poèmes ; elle a besoin comme nous tous de lecteurs ou plutôt ici d'auditeurs, alors n'hésitez pas à aller faire un tour sur son blog... Cliquez sur la bannière. 

Elle a eu en outre la gentillesse de lire un de mes textes "Le temps" que vous pourrez entendre ICI

Vous savez aussi si vous fréquentez mon blog, l'amour que j'ai pour la diction ; en particulier les poèmes de Michaux que j'adore déclamer en imitant l'excellent Michel Bouquet ; ces disques des anciennes éditions "Disques ADES - poètes actuels" étaient pour moi des références
Michaux dit par Michel Bouquet
Peret par Pierre Brasseur
Aragon par Jean-Louis Barrault
Eluard par Gérard Philippe etc etc

Michaux-Bouquet


  Je trouve que le poème offre plus d'oralité que la prose et est plus "saisissant" / et j'avoue avoir été un peu déçu lors de mon bref passage à "Ça rime à quoi" sur France Culture que Sophie Nauleau m'ait demandé de lire deux de mes textes en prose et non mes "poésies", mais l'humilité est la meilleure alliée de l'apprenti écrivain !

  Si vous aimez comme Sagine et comme moi la diction, n'oubliez pas de lire l'excellent livre de Denis Podalydès sur la voix "Voix Off" / c'est un très beau livre à lire absolument, un peu déçu cependant du CD qui accompagne l'ouvrage, les voix y sont mixées et mélangées ; du coup je les ai moins appréciées...
Voix off-Podalydès
Repost 0
Published by frenchpeterpan - dans messages d'amis
commenter cet article
10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 14:47

la recette de mon ami catalan Oriol

 

- 2/3 bon vin rouge

- 1/3 Cava (= "champagne" catalan)

- sucre

- fruits hachés

- un peu de cointreau

 

servir bien frais

 

sangria

Repost 0
Published by frenchpeterpan - dans messages d'amis
commenter cet article
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 17:48

encore des images magnifiques !

c'est toujours un plaisir de voir les images proposées par la NASA

photographie de professionnel ou d'amateur avec les explications d'un astronome professionnel...

(une par jour)

ici :

http://apod.nasa.gov/apod/astropix.html

 

il y a quelques jours, c'était sur les aurores boréales (Norvège)

une petite vidéo de 2 minutes de Terje Sorgjerd

cliquez sur l'image

c'est

m a g n i f i q u e

 

Aurore boréale

Repost 0
Published by frenchpeterpan - dans messages d'amis
commenter cet article
9 septembre 2010 4 09 /09 /septembre /2010 11:18

un ami m'écrit :

 

 

 


 

" Ce que tu dis sur ta petite forme me fait quand même penser à un


petit blues au coin du bois. J'ai lu que, en moyenne, un individu


vivant dans un pays développé doit faire face à 5,5 dépressions dans


sa vie. (état dépressif mineur ou plus s'entend, simplement associé à


un processus de deuil / renaissance).


Ma connaissance du monde des insectes me permet d'accepter cette


affirmation : la mue n'est pas nécessairement liée à l'existence d'un


exosquelette."

 

scarabée

 


Repost 0
Published by frenchpeterpan - dans messages d'amis
commenter cet article
21 août 2010 6 21 /08 /août /2010 16:01

   un gentil mot de l'amie Lysiane, jeune agrégée, sur son excellent et exigeant blog : le diffuseur poétique sur mes 10 minutes de France Culture dans l'émission de Sophie Nauleau "ça rime à quoi" en Mai dernier.


Cliquez sur ce bandeau :

 

le diffuseur poetique

 

Les questions qu'elles posent sont justes et me paraissent essentielles. Merci à elle...


J'en profite pour la féliciter d'avoir remporté cet été le prix de la poésie de la fondation Marcel Bleustein Blanchet !

Son recueil de poèmes intitulé "Matinales" sera publié en décembre 2010 aux excellentes éditions Cheyne.

Cheyne Editeur

Repost 0
Published by frenchpeterpan - dans messages d'amis
commenter cet article
24 novembre 2009 2 24 /11 /novembre /2009 21:02
un bien bel automne
pour une bien belle biodiversité

cliquez là sur
ce Tree shirt ...



feuilles de Christoph Niemann
Repost 0
Published by frenchpeterpan - dans messages d'amis
commenter cet article
5 novembre 2009 4 05 /11 /novembre /2009 22:46
Mon neveu me dit qu'il va régulièrement sur un site d'astronomie de la NASA : APOD - Astronomy Picture of the Day.

http://antwrp.gsfc.nasa.gov/apod/astropix.html



C'est un super site qui montre une nouvelle photo d'astronomie ainsi qu'une explication chaque jour.
Cela lui permet de rester en contact avec le monde de l'astronomie.

Il y a quelques jours les astronomes ont publié une étude sur la "couleur" de l'univers.
Mon neveu pensait que la couleur serait noire mais en fait si on met toutes les couleurs qui existent dans l'univers (étoiles, galaxies, nébuleuses, etc.) c'est un blanc ocre...

Les rigolos astronomes appellent ça la couleur le  "Cosmic Latte"

Donc voila la couleur de l'univers :

Repost 0
Published by frenchpeterpan - dans messages d'amis
commenter cet article
6 février 2009 5 06 /02 /février /2009 18:27
Sur le site internet
de l'association des auteurs du Languedoc-Roussillon
dont la rédactrice est
l'excellente écrivaine Françoise Renaud,
dont j'ai déjà parlé ici,
vous trouverez dans la rubrique magazine
et dans le N° de novembre 2008 de courts textes dont le point commun serait l'érotisme
J'ouvre le bal comme on dit
avec une version un peu raccourcie de "premiers nylons"


c'est là
http://www.autour-des-auteurs.net/magazine/magazine_n11.html


bonne lecture ...

l'ensemble du site
d'excellente qualité
cliquez sur l'image

Repost 0
Published by frenchpeterpan - dans messages d'amis
commenter cet article
13 décembre 2008 6 13 /12 /décembre /2008 19:25
Je vous avais parlé à propos de "Mon suicide" du suisse Henri Roorda,




J'ai reçu un message de Marianne Enckell du CIRA (centre international de recherche sur les anarchismes)
Beaumont 24, CH-1012 Lausanne
www.cira.ch

communiqué :

Henri Roorda : on recherche documents et témoignages

Anarchiste, internationaliste et pacifiste, le Lausannois Henri Roorda (1870-1925) fut surtout l’un des plus brillants humoristes des années folles. L’égal d’un Alexandre Vialatte par la verve subtile de chroniques publiées notamment dans la /Tribune/ et la /Gazette de Lausanne/ et la /Tribune de Genève/. Auteur de pamphlets comme /Le pédagogue n’aime pas les enfants/, il fut aussi un enseignant adulé de ses élèves.

Le Musée Historique de Lausanne prépare pour mars 2009 la première grande exposition consacrée à ce Martien des lettres romandes. Un catalogue comprenant des billets inédits sera édité pour l’occasion.

Les commissaires de l’exposition recherchent pour enrichir celle-ci des documents d’époque : des éditions originales des /Almanachs Balthasar/ (1923 à 1926) et de ses autres livres, notamment les manuels scolaires publiés chez Payot (arithmétique, algèbre, géométrie) ; des photographies de Henri Roorda ainsi que des classes où il enseignait ; des manuscrits, des lettres ; des témoignages de personnes qui auraient entendu de leurs grands-parents des évocations de Roorda comme professeur ou personnage hors du commun.

On peut aussi adhérer à l’Association des Amis de Henri Roorda, constituée à Lausanne en 2003, qui a pour buts la mise en valeur de son œuvre et de sa pensée, l’organisation de manifestations et de publications, l’exploration des connexions et alentours de Henri Roorda, la valorisation de son patrimoine littéraire, théâtral, pédagogique au plan international, l’encouragement à des démarches prolongeant son esprit.


Pour contact : Association des Amis de Henri Roorda,
Rue des Terreaux 18bis, 1003 Lausanne.
Tél. 021 323 21 70
hum.fil@befree.ch
Repost 0
Published by frenchpeterpan - dans messages d'amis
commenter cet article
23 novembre 2008 7 23 /11 /novembre /2008 19:23

    J'aime jouer, et ceux qui me connaissent savent que je collectionne les jeux de sociétés. Pour moi, c'est comme un livre. Il y a d'abord le plaisir de "l'ouverture", regarder le matériel, l'apprécier, puis lire les règles pour savoir où situer ce jeu, dans quel catégorie se place-t-il, quel est son public recherché etc...

    Il y a le plaisir de découvrir un nouveau jeu, il y a le plaisir de jouer autour d'une table avec des amis ; il y  a des jeux où il faut réfléchir, d'autres où il faut bluffer, d'autres enfin où le but c'est le fun. Si le jeu est bon, le plaisir est tout le temps au rendez-vous et les soirées sont bonnes, on peut aussi en profiter pour boire un bon Bourgogne blanc ou manger des chataignes. C'est un plaisir construit. 


    Certains s'étonnent de tant de jeux et me posent beaucoup de questions sur ce hobby. C'est bien sûr un dérivatif, même si j'aurais aimé être le concepteur, le fabricant, voire l'éditeur de certains de ces jeux. Mon ami Bruno Faidutti qui est enseignant à Avignon a réussi ce pari : fabriquer des jeux de qualité et mêler un métier qu'il aime. De temps en temps, nous testons de nouveaux jeux non encore publiés, ou nous jouons aux derniers jeux édités et croyez moi depuis quelques années il y a pléthore de bons jeux et dans tous les domaines ; on est bien loin du très tristounet Monopoly ou du très élitiste et stupide "Trivial pursuit". Même si on doit cependant reconnaitre quelques qualités à ce type de jeux, mais il y a tellement mieux à jouer !

    Bruno Faidutti - un des 3-4 grands auteurs français - est quelqu'un qui aurait aimé aussi écrire des livres, et la lecture est aussi une autre de ses passions. Il y a je trouve dans la ludothèque d'un passionné et dans la bibliothèque d'un grand lecteur des similitudes.

   

    Ci-joint un des éditoriaux de Bruno Faidutti que j'ai toujours trouvé très intéressant. Je vous le laisse lire et donner votre avis.

    En clignant  sur sa vignette, vous irez directement sur le site de Bruno Faidutti, vous y trouverez une "ludothèque idéale" de plusieurs centaines de jeux particulièrement bien faite. D'autre part ce site est un des tout meilleurs sur la réflexion ludique, les jeux pour adultes, mais aussi pour les enfants et certains articles très polémiques et intéressants de mon ami agrégé de Sciences Sociales, Docteur en histoire, auteur de jeux et chasseur de licornes...





Quelques individus s'étant scandalisés d'avoir trouvé Saint Jean l'Évangéliste jouant avec ses disciples, il pria l'un d'eux qui portait un arc de tirer une flèche. Après qu'il en eût tiré plusieurs, il lui demanda s'il pourrait faire continuellement cet exercice. Comme le chasseur lui répondait que s'il le faisait continuellement, son arc se romprait, le bienheureux apôtre ajouta qu'il en était de même de l'esprit de l'homme, qu'il se briserait si on ne lui accordait jamais la moindre relâche.

St Thomas d'Aquin, Summa Theologica,
Pars Secunda, Questio 168

 


    " Un jeu se définit par l'ensemble de ses règles " écrivit Claude Lévi-Strauss dans son Anthropologie Structurale. Comme beaucoup de joueurs sans doute, j'ai d'abord été choqué par une définition qui me semblait réductrice, voire méprisante. Un jeu, m'exclamai-je intérieurement, c'est beaucoup plus que cela. C'est une ambiance, c'est un univers, c'est aussi des joueurs. Pourtant, la réflexion aidant, je suis peu à peu revenu à cette définition: ce qui fait la spécificité du jeu, ce qui le différencie de toutes les autres activités humaines, c'est qu'il est totalement réglé, tant dans son déroulement que dans ses objectifs. Et si c'est là sa spécificité, c'est sans doute aussi pour cela que l'homme - et moi en particulier - a besoin de jouer.
Pourquoi aurions-nous besoin de règles? Sans doute parce que le monde réel n'en a pas, ou pace que s'il en a, elles nous sont incompréhensibles. Dire que la vie est une jeu est une banalité, mais c'est aussi un truisme. La vie est tout le contraire d'un jeu._Tout jeu présuppose la connaissance de ses règles. Nul ne connaît avec certitude et précision les "règles de la vie"._Tout jeu a un but. Quel est le but de la vie? L'argent? le sexe? Sauver les baleines?_Lequel d'entre nous sait quelle est sa place exacte, son rôle exact dans la société? Lequel d'entre nous peut affirmer clairement et sereinement, en me regardant droit dans les yeux, qu'il est bon ou mauvais?


    L'évolution historique s'est traduit, comme Durkheim l'avait déjà bien vu il y a un siècle, par une complexité croissante de l'organisation sociale, de ses règles et de ses solidarités. Devenue trop complexe pour être compréhensible par l'homme pour lequel et par lequel elle est pourtant construite, la société devient un univers illisible, étranger, bientôt hostile. Dans un tel contexte, il n'est nul besoin d'être névrosé pour connaître une "angoisse anomique" face à au mystère social.
    Pour certains joueurs, des rôlistes notamment, le jeu relèverait de l'évasion. D'autres, au premier rang desquels les wargameurs, y voient une simulation, une tentative de reproduction du réel. Les joueurs d'échecs ou de go préfèreront parler de défi intellectuel, de compétition. Tous, je crois, se leurrent. Le jeu n'est pas une évasion, c'est un repli. Le jeu ne cherche pas à reproduire la complexité du réel, il cherche au contraire à y échapper par la simplification. Le jeu n'est pas un défi, c'est un renoncement.
Face à l'angoisse du réel, le jeu est un moyen de conserver sa santé mentale. De temps à autre, l'homme moderne a besoin de faire un break, de laisser là ce monde incompréhensible et de se reposer en s'installant dans un univers plus petit, plus simple, mieux connu, rassurant. Le jeu est une simplification, une rationalisation du monde, et il importe donc que cet univers soit entièrement réglé. Celui qui joue a enfin un but précis, et des moyens précis pour tenter d'y parvenir. Le jeu, qu'il s'agisse du jeu de société classique, du jeu video ou de jeu de rôle, nous offre pour quelque temps une place sure. Celui qui joue se pose des questions tactiques ou stratégiques, mais il ne se pose plus de questions existentielles. Ça le change, ça le repose surtout, ça lui fait du bien. Et lorsqu'il a fini de jouer, il retourne quelque temps dans un monde réel qui, pour être complexe, n'en est pas moins, lui aussi, intéressant et digne d'analyse, même si celle-ci est un peu vaine._Je me souviens, il y a quelques années, avoir défendu cette idée dans une réunion de joueurs de jeu de rôle grandeur nature. Elle a suscité une hostilité très violente, quelques joueurs affirmant avec force "le jeu ne simplifie rien, au contraire! Notre univers de jeu est plus riche, plus complexe que le monde réel". Je comprends bien sûr cette réaction: un repli, même nécessaire, même conscient, n'est jamais glorieux. Mais ce n'est pas de gloire qu'il est question ici, c'est de lucidité et de conscience de ses limites.
Celui qui refuse toute alternative au réel, qui cherche jour et nuit à comprendre le monde, s'assigne une tâche au-dessus de ses forces et risque fort de craquer, de sombrer dans la déprime ou la névrose. Face à l'angoisse du réel, le jeu est un moyen de conserver sa santé mentale tout en gardant les pieds sur terre, de se reposer sans pour autant renoncer.


    Certes, le jeu n'est pas la seule réponse à la complexité du monde, mais c'est sans doute la plus honnête. Une autre réponse, sans doute plus répandue, est l'auto-illusion (self delusion). Certains, souvent parmi ceux qui se sont épuisés pendant des années à tenter vainement de trouver un sens au monde et à leur vie, finissent pas abdiquer la raison en tentant de se convaincre que les choses sont simples. C'est de là que viennent le succès des lectures simplistes du monde que proposent, notamment, les religions. Voici le bien, voici le mal. Vous êtes les bons, ce sont les méchants. Faites ce que l'on vous dit, respectez nos règles et vous gagnerez le bonheur suprême. Les religieux, comme certains grands militants, jouent fort peu. Ils sont tranquilles et font mine d'être sérieux, de prendre le monde au sérieux, mais ce sont eux, et non les joueurs, qui se conduisent dans la vie comme dans un jeu. Ils font en effet, plus ou moins consciemment, "comme si" le monde avait des règles, "comme si" la vie avait un but. Et ce "comme si" est, depuis toujours, au cœur du jeu.
    Les joueurs, en revanche, sont angoissés, souvent fatigués, car ils ont fait le choix de ne pas s'illusionner, de se coltiner quotidiennement avec le réel. Alors, de grâce, qu'on ne les blâme pas pour une ou deux soirées de break par semaine."

Bruno Faidutti

Repost 0
Published by frenchpeterpan - dans messages d'amis
commenter cet article
10 septembre 2008 3 10 /09 /septembre /2008 20:13
et oui on me voit 1-2-3 secondes
sur le journal télévisé de TF1 du 31 août 
ah là là , quelle notoriété !! :-)
et oui reportage sur l'exposition à Monaco 
sur les reines d'Egypte
l'individu qui passe nonchalamment sans regarder l'écran
mal habillé, tee-shirt blanc 
c'est moi
ma sacoche à l'épaule et les cheveux au vent
comme le teen-ager rebelle
que j'ai toujours été
:l o l:
 
bien belle exposition ceci dit
c'est là :

http://videos.tf1.fr/video/news/0,,4061716,00-le-journal-televise-du-31-aout-2008-13h-.html



 
Repost 0
Published by frenchpeterpan - dans messages d'amis
commenter cet article

Pages