Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ici :

  • : Poésie Littérature Ecriture Chanson poétique
  • : mes poésies et petits textes, mes coups de coeur : livres, poésies, chansons poétiques, artistes divers...
  • Contact

some words :

"Le poète est un archer qui tire dans le noir." - Salah Stétié -
"Soyez un écrivain mineur, cela vous rajeunira." 
Dominique Noguez

"Cette femme était si belle
Qu'elle me faisait peur."
 Guillaume Apollinaire

"In a place far away from anyone or anywhere, I drifted off for a moment." -- Haruki Murakami --


"Être poète n'est pas une ambition que j'ai. C'est ma façon à moi d'être seul."   -- Fernando Pessoa --

"Ca va tellement mal aujourd'hui que je vais écrire un poème. Je m'en fiche ; n'importe quel poème, ce poème." -- Richard Brautigan --

"J'écris à cause du feu dans ma tête et de la mort qu'il faut nier."
Jacques Bertin

"O mon passé d'enfance,
pantin qu'on m'a cassé."
Fernando Pessoa


« La mort c’est l’infini des plaines
et la vie la fuite des collines. »
Joseph Brodsky

Certaines choses

Nous entourent « et les voir

Equivaut à se connaître »

George Oppen



" LA GRANDE FORCE EST LE DESIR "
(Guillaume Apollinaire)



"Quand je dis « je », je désigne par là une chose absolument unique,
à ne pas confondre avec une autre."
Ugo Betti

"Le sens trop précis
rature
ta vague littérature"
Stéphane Mallarmé


" Je ne suis pas moi ni un autre

Je suis quelque chose d’intermédiaire :
Un pilier du pont d’ennui
qui s’étend de moi vers l’autre. "
Mario de Sa-Carneiro
I-love-reading
livres et lagaffe

Recherche

B o n j o u r !

-- je vous souhaite un bon passage... --


"Mais rien de cette nature n'est définitivement acquis. Comme une eau, le monde vous traverse et pour un temps vous prête ses couleurs. Puis se retire, et vous replace devant ce vide qu'on porte en soi, devant cette espèce d'insuffisance centrale de l'âme qu'il faut bien apprendre à côtoyer, à combattre, et qui, paradoxalement est peut-être notre moteur le plus sûr."  Nicolas Bouvier

« La poésie vient vers nous, on ne sait d’où, et elle nous quitte, allant vers on ne sait quel au-delà. Mais en passant, elle nous laisse des mots et elle nous fait des signes dont l’interprétation est inépuisable. » Gabriel Bounoure

" Avec tes défauts. Pas de hâte. Ne va pas à la légère les corriger. Qu'irais tu mettre à la place ? " Henri Michaux


écrivez moi si vous le souhaitez :    

Soyez indulgent, je ne suis qu'un petit écrivaillon tentant d'écrivasser

Mai 2008 : "L'apéritif de la neige"
est "paru"

Si vous êtes intéressé : laissez moi un message
(133 pages de poèmes et textes poétiques, pour la plupart ici sur mon blog)

"Le meilleur choix de poèmes est celui que l'on fait pour soi." Paul Eluard

"Savoir que nous ignorons tant de choses suffit à mon bonheur." George Oppen

______________________________________________

 

3 mai 2015 7 03 /05 /mai /2015 12:26
 

Le mai le joli mai en barque sur le Rhin
Des dames regardaient du haut de la montagne
Vous êtes si jolies mais la barque s’éloigne
Qui donc a fait pleurer les saules riverains ?

Or des vergers fleuris se figeaient en arrière
Les pétales tombés des cerisiers de mai
Sont les ongles de celle que j’ai tant aimée
Les pétales fleuris sont comme ses paupières

Sur le chemin du bord du fleuve lentement
Un ours un singe un chien menés par des tziganes
Suivaient une roulotte traînée par un âne
Tandis que s’éloignait dans les vignes rhénanes
Sur un fifre lointain un air de régiment

Le mai le joli mai a paré les ruines
De lierre de vigne vierge et de rosiers
Le vent du Rhin secoue sur le bord les osiers
Et les roseaux jaseurs et les fleurs nues des vignes

Guillaume Apollinaire, Alcools, 1913

Mai / Guillaume Apollinaire
Partager cet article
Repost0
1 mai 2015 5 01 /05 /mai /2015 08:29

Au matin les lèvres des taupinières ; les abeilles folles en groupe brûlent aux virées musicales / ce printemps semble siffler son arrivée et fanfares /citronnade magique et mon cœur bat mal / prétexte pour boire le vin à ton sexe enflé

Promenade des bourgeons / pousses boutons / ensorceleur magie du temps / explosion de vies multiples aux allées sans fin ; renaissance de mes mains, renouveau ivre et floral / efflorescence des creux et déliés

 

Je peine à nouveau dans le soleil affolé

Des chignons dans les arbres font des bosquets

Je me perds dans les signes évidents

Me reste que moi, que moi et mon infinie insignifiance

 

A pas lents / dans le peuple malheureux / nous créerons des clairières

Irradiantes / quand la sève monte aux hauts pins, pieds dans l’eau /

Matin clair

Les rêveries du promeneur solitaire. Magritte 1926.

Les rêveries du promeneur solitaire. Magritte 1926.

Partager cet article
Repost0
28 avril 2015 2 28 /04 /avril /2015 09:21
.. de Stétié

"Il y a dans l’univers une immense quantité de non-pensé et de non-songé. Dont, en attendant qu’ils changent de statut, se forment les nuages."

Salah Stétié

photographie de Stéphane Barbery

Partager cet article
Repost0
23 avril 2015 4 23 /04 /avril /2015 05:53

himantoglossum

Himantoglossum robertianum © photographie frenchpeterpan

 

 

   C'est en Provence, la première orchidée à fleurir / elle est très précoce. On l'appelait dans les vieilles flores (celle de Bonnier ou celle de Fournier) Loroglossum, mais le terme d'Himantoglossum semble s'imposer aujourd'hui. 

 

C'est un genre méditerranéen. Les fleurs peu nectarifères attirent cependant un grand nombre de pollinisateurs essentiellement des Hyménoptères. 

C'est une plante haute, robuste, avec des sujets très souvent hypochromes, très vert olive comme les sujets ci dessus. 

 

Son odeur est étonnante, on la dit d'iris ; personnellement je trouve qu'elle sent un muguet très délicat et/ou un lilas doux. 

 

Annonce du printemps arrivant, c'est toujours un plaisir de la voir fleurir tout autour de chez moi...

 

himantoglossum2

 

himantoglossum1

 

himantoglossum3

Partager cet article
Repost0
16 avril 2015 4 16 /04 /avril /2015 13:39

"On renonce d'abord à l'impossible, puis à tout le reste."

Henri Thomas

 

.. de Thomas
Partager cet article
Repost0
15 avril 2015 3 15 /04 /avril /2015 19:32

Je connais bien ce jaune sur les coteaux, mais Luc Bérimont le dit bien mieux que moi...

 

 

Le Vin Mordu

à René Guy Cadou

 

De bas brouillards tremblaient aux vallées de l'automne

Les chiens jappaient sans fin sur le bord des ruisseaux,

On entendait rouiller leurs abois dans l'écho

A des lieux et des lieux, sur des pays sans borne.

 

Le vent sentait la pierre rêche et le gibier

Il était dur et vif à nous trancher la gorge.

Nous nous hâtions vers quelque grange, dont le porche

Offrait déjà l'abri à des coqs qui chantaient.

 

Lorsque, sur le revers d'un coteau, nous trouvâmes

La jaune, apaisante, caresse des raisins:

Bien à l'écart du vent, des grappes plein les mains

Nous bûmes longuement, renversés sur la flamme.

 

Luc Bérimont

Le vin mordu / Luc Bérimont
Partager cet article
Repost0
8 avril 2015 3 08 /04 /avril /2015 12:51
Les abeilles, courageuses, repartent au travail...

Le beau temps arrivant, c'est l'heure de l'inspection des ruches, cet hiver fut désastreux pour beaucoup avec des pertes brutales de nombreuses colonies et ce très rapidement en quelques jours, la varroose particulièrement sévère en décembre 2014 en est sans doute une cause, mais pas que très vraisemblablement...

L'apiculture et le monde des abeilles et de tous les insectes pollinisateurs souffrent donc en ce moment...

Ici les abeilles se régalent du nectar abondant dans les fleurs de pissenlit...

(Photographie ©frenchpeterpan)

Partager cet article
Repost0
4 avril 2015 6 04 /04 /avril /2015 18:09
C'est reparti ?

Depuis le 2 Février, mon blog était bloqué...

Pas de réponses d'Over-blog à mes mails répétés et un certain jm'enfoutisme bien net...

Est-ce ma lettre envoyée à la maison-mère toulousaine ? Est-ce l'aide de deux "bénévoles" des forum ?

Ce jour je retrouve "à peu près" mon blog façonné depuis 9 ans, certes il manque des photographies et des MP3, et plein de petits détails mais l'essentiel - les textes - ont été récupérés...

Overblog m'a tué puis ressuscité, car il était fort probable que j'allais arrêter là...

Bref on continue, un moment au moins....

Bises à tous !

Marco

Partager cet article
Repost0
20 mars 2015 5 20 /03 /mars /2015 09:14

Un de mes poèmes préférés d'un de mes poètes préférés,

merveille d'harmonie...

 

 


 

 


 


cequeditElsa.mp3

 

 

 

 

 

Ce que dit Elsa


Tu me dis que ces vers sont obscurs et peut-être
Qu'ils le sont moins pourtant que je ne l'ai voulu
Sur le bonheur volé fermons notre fenêtre
De peur que le jour n'y pénètre
Et ne voile à jamais la photo qui t'a plu

Tu me dis Notre amour s'il inaugure un monde
C'est un monde où l'on aime à parler simplement
Laisse là Lancelot laisse la Table Ronde
Yseut Viviane Esclarmonde
Qui pour miroir avaient un glaive déformant

Lis l'amour dans mes yeux et non pas dans les nombres
Ne grise pas ton cœur de leurs philtres anciens
Les ruines à midi ne sont que des décombres
C'est l'heure où nous avons deux ombres
Pour mieux embarrasser l'art des sciomanciens

La nuit plus que le jour aurait-elle des charmes
Honte à ceux qu'un ciel pur ne fait pas soupirer
Honte à ceux qu'un enfant tout à coup ne désarme
Honte à ceux qui n'ont pas de larmes
Pour un chant dans la rue une fleur dans les prés

Tu me dis laisse un peu l'orchestre des tonnerres
Car par le temps qu'il est il est de pauvres gens
Qui ne pouvant chercher dans les dictionnaires
Aimeraient des mots ordinaires
Qu'ils se puissent tout bas répéter en songeant

Si tu veux que je t'aime apporte-moi l'eau pure
A laquelle s'en vont leurs désirs s'étancher
Que ton poème soit le sang de ta coupure
Comme un couvreur sur la toiture
Chante pour les oiseaux qui n'ont où se nicher

Que ton poème soit l'espoir qui dit A suivre
Au bas du feuilleton sinistre de nos pas
Que triomphe la voix humaine sur les cuivres
Et donne une raison de vivre
A ceux que tout semblait inviter au trépas

Que ton poème soit dans les lieux sans amour
Où l'on trime où l'on saigne où l'on crève de froid
Comme un air murmuré qui rend les pieds moins lourds
Un café noir au point du jour
Un ami rencontré sur le chemin de croix

Pour qui chanter vraiment en vaudrait-il la peine
Si ce n'est pas pour ceux dont tu rêves souvent
Et dont le souvenir est comme un bruit de chaînes
La nuit s'éveillant dans tes veines
Et qui parle à ton cœur comme au voilier le vent

Tu me dis Si tu veux que je t'aime et je t'aime
Il faut que ce portrait que de moi tu peindras
Ait comme un ver vivant au fond du chrysanthème
Un thème caché dans son thème
Et marie à l'amour le soleil qui viendra

 

elsa-louis

Partager cet article
Repost0
8 mars 2015 7 08 /03 /mars /2015 11:27

OVER-BLOG CHANGE DE PLATE FORME

J'AI LONGTEMPS HESITE VU LES DESASTRES EN GENERAL 

DE CE TYPE DE MIGRATION...

MAIS LE TON ASSEZ AGRESSIF D'OVER-BLOG A FAIT QUE J'AI ACCEPTE CETTE MIGRATION

BIEN SUR C'EST LA CATASTROPHE : TOUS MES LIENS ONT DISPARU

(EN PARTICULIER TOUTES MES CATEGORIES)

CE QUI REND IMPOSSIBLE TOUTE RECHERCHE LOGIQUE

LE SEUL MOYEN MAINTENANT EST DE PASSER PAR GOOGLE

CE QUI EST QUAND MÊME UN COMBLE...

CELA VA FAIRE 5-6 SEMAINES QUE C'EST AINSI 

ET TOUJOURS AUCUNE NOUVELLE D'OVER-BLOG

-------------------------------------------------------

IL EST BIEN POSSIBLE QUE CE SOIT LA MORT de FRENCHPETERPAN

(blog commencé en 2006 et contenant 1050 articles)

 

 

Partager cet article
Repost0
22 février 2015 7 22 /02 /février /2015 14:04

"To be lonely is a state of mind, something completely other than physical solitude; when modern authors rant about the soul's intolerable loneliness, it is only proof of their own intolerable emptiness."

 

"Être solitaire est un état d'esprit, quelque chose de complètement autre que la solitude physique ; lorsque les auteurs modernes divaguent sur la solitude intolérable de l'âme, c’est seulement la preuve de leur propre vide intolérable.”

 

 Karen Blixen

 

 

 

 

 

 

.. de Blixen
Partager cet article
Repost0
16 février 2015 1 16 /02 /février /2015 11:51

"The Japanese are in general of a melancholy disposition and humor. Moved by this natural inclination they thus take much delight and pleasure in lonely and nostalgic spots, woods with shady groves, cliffs and rocky places, solitary birds, torrents of fresh water flowing down from rocks, and in every kind of solitary thing that is imbued with nature and free from all artificiality. All this fills their souls with the same inclination and melancholy, as well as a certain nostalgic feeling with the results therefrom." - João Rodriques (1561-1633)

Cela me fait penser bien sûr à l'excellente littérature d'Haruki Murakami...

 

mélancolie japonaise
Partager cet article
Repost0
14 février 2015 6 14 /02 /février /2015 15:37
démesure

Si l’eau en ressac lave ce sable ce rein

Droit sur les rochers je regarde j’irai

La mer est présente totalement enfance

Couleur feuilles mortes et poudrier d’écume

 

La tranquille assurance que j’ai j’irai

Mourir au creux de ces vagues en cadence

Démesure de ces idées finales

Ces rumeurs fin fond des coupes du cœur

 

La mer et moi c’est illégal cette union

« je suis le sexe de la mer » et j’en meurs

comme un mort aux yeux ouverts encore

enfermé emmuré à la toute mort j’irai

 

 

 

Partager cet article
Repost0
4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 16:21

Et puis nous étirerions les longs membres glacés de ces fleuves hautains

y desséchant les soleils les brins d’herbe gelés

Réveillant les nouveaux morts encaissés dans de timides berges, l’eau lente lapant leurs plaies écarlates

 

Je suis ce pacifisme qui ne sert à  rien devant la brutalité des ignares, des ignorants, tous ces pauvres hommes malades

Le ciel après ces grandes trainées rouges se reconstruit d’immenses teintes verlaine et marbrées d’espérance

 

L’espoir est  trop fin face à l’ignorance, ces fois imbéciles de ceux qui ont toujours raison, ces pauvres esquisses humaines

Les meurtres ont eu lieu, les visages propices et bons et beaux sont isolés

maintenant dans des trous sombres / perrons noirs /

 

Les meurtres ont eu lieu, restent dans nos âmes des souffrances inouïes

C’est foutaise de vouloir aimer l’homme

Ces fractionnements de haine et d’imbécillité

 

 

Le vent froid secoue la nappe bleue et le soleil jaune

Ravagé, en haillons, perdu, je voulais vous parler d’amour

Je voulais être « courtois »

Je n’ai subi que l’éboulis de vos haines, l’abrutissement angélique des croyants du monde entier, l’idiotie de vos textes millénaires

Cela pourrait être de merveilleux bêtisiers si vous ne tuiez pas en leurs noms

 

Je besogne pour vous aimer et vous me bétonnez l’âme

Je fleuris l’homme et la femme, vous coupez mes branches

Je vous laisse tranquilles mais vous, vous tuez mes amis libres

vous faites reculer le monde

dès acte vous perdez vos sens

vous êtes la chose ennuyeuse et dangereuse

 

Coskun-Cokbulan

 

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 18:14

"Comment ne serait-ce pas un brave homme ?

Tout ce qu'il sait faire, c'est boire et baiser."


Aristophane, Les Grenouilles, v.740

 

aristophane

Partager cet article
Repost0

Pages