Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ici :

  • : Poésie Littérature Ecriture Chanson poétique
  • : mes poésies et petits textes, mes coups de coeur : livres, poésies, chansons poétiques, artistes divers...
  • Contact

some words :

"Le poète est un archer qui tire dans le noir." - Salah Stétié -
"Soyez un écrivain mineur, cela vous rajeunira." 
Dominique Noguez

"Cette femme était si belle
Qu'elle me faisait peur."
 Guillaume Apollinaire

"In a place far away from anyone or anywhere, I drifted off for a moment." -- Haruki Murakami --


"Être poète n'est pas une ambition que j'ai. C'est ma façon à moi d'être seul."   -- Fernando Pessoa --

"Ca va tellement mal aujourd'hui que je vais écrire un poème. Je m'en fiche ; n'importe quel poème, ce poème." -- Richard Brautigan --

"J'écris à cause du feu dans ma tête et de la mort qu'il faut nier."
Jacques Bertin

"O mon passé d'enfance,
pantin qu'on m'a cassé."
Fernando Pessoa


« La mort c’est l’infini des plaines
et la vie la fuite des collines. »
Joseph Brodsky

Certaines choses

Nous entourent « et les voir

Equivaut à se connaître »

George Oppen



" LA GRANDE FORCE EST LE DESIR "
(Guillaume Apollinaire)



"Quand je dis « je », je désigne par là une chose absolument unique,
à ne pas confondre avec une autre."
Ugo Betti

"Le sens trop précis
rature
ta vague littérature"
Stéphane Mallarmé


" Je ne suis pas moi ni un autre

Je suis quelque chose d’intermédiaire :
Un pilier du pont d’ennui
qui s’étend de moi vers l’autre. "
Mario de Sa-Carneiro
I-love-reading
livres et lagaffe

Recherche

B o n j o u r !

-- je vous souhaite un bon passage... --


"Mais rien de cette nature n'est définitivement acquis. Comme une eau, le monde vous traverse et pour un temps vous prête ses couleurs. Puis se retire, et vous replace devant ce vide qu'on porte en soi, devant cette espèce d'insuffisance centrale de l'âme qu'il faut bien apprendre à côtoyer, à combattre, et qui, paradoxalement est peut-être notre moteur le plus sûr."  Nicolas Bouvier

« La poésie vient vers nous, on ne sait d’où, et elle nous quitte, allant vers on ne sait quel au-delà. Mais en passant, elle nous laisse des mots et elle nous fait des signes dont l’interprétation est inépuisable. » Gabriel Bounoure

" Avec tes défauts. Pas de hâte. Ne va pas à la légère les corriger. Qu'irais tu mettre à la place ? " Henri Michaux


écrivez moi si vous le souhaitez :    

Soyez indulgent, je ne suis qu'un petit écrivaillon tentant d'écrivasser

Mai 2008 : "L'apéritif de la neige"
est "paru"

Si vous êtes intéressé : laissez moi un message
(133 pages de poèmes et textes poétiques, pour la plupart ici sur mon blog)

"Le meilleur choix de poèmes est celui que l'on fait pour soi." Paul Eluard

"Savoir que nous ignorons tant de choses suffit à mon bonheur." George Oppen

______________________________________________

 

30 septembre 2012 7 30 /09 /septembre /2012 10:35

dans la célèbre série "mes animaux poétiques préférés"
VOICI le pigeon protecteur

(on peut le voir aussi comme un bombardier prêt à lancer ses deux missiles, mais c'est moins poétique) :-)

 

pigeon-protecteur

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2012 7 23 /09 /septembre /2012 17:24

Ascension-Hohl

 

Moi qui ai toujours rêvé d'être alpiniste, d'abord parce que jadis j'aimais ce type d'effort là, j'aimais l'escalade aussi et, enfant, j'étais le roi pour sauter de gros caillou à gros caillou ; en outre la montagne, ces paysages hallucinants, cette solitude des pierres et cette lumière d'une grande pureté; les changements rapides de paysages pendant l'ascension et les déserts de pierre, de glace, de neige là haut...

Bref  tout cela est loin maintenant ; alors je lis les récits de montagne parfois (ou du moins où la montagne est là)... / après l'excellent "L'homme des hautes solitudes" du puissant James Salter, déjà chroniqué ici, je viens de lire "Une ascension" de Ludwig Hohl - auteur (suisse allemand) qu'aimait Nicolas Bouvier.

Ce texte écrit en 1926, puis réécrit 4 fois jusqu'en 1940 ne sera publié finalement qu'en 1975 et en 1980 pour la langue française. Prix Robert Walser.

On a souvent comparu ce livre au "vieil homme et la mer", c'est à dire un livre parabolique. Je ne m'étendrai pas sur l'histoire et sa conclusion / en ce sens ne lisez pas la quatrième de couverture toujours trop bavarde !

Simplement le plaisir d'avoir un petit "grand livre", avec une description merveilleuse de la montagne, de ses paysages, de ses dangers, des efforts humains pour les dompter, voire la résignation devant l'impossible à accomplir.

Un écrivain surtout connu pour "Notes" et pour tous les aphorismes qu'il écrivait ici ou là, mais ce petit roman est diablement bien ficelé / En définitive, on a le destin que l'on doit avoir, que l'on soit lâche et peureux ou que l'on soit conquérant et hardi. La montagne - le troisième personnage - ne fait pas de cadeau. 

 


Glacial était le vent : quant au temps, on ne pouvait pas dire qu'il était beau ! D'épais nuages, virant vers le gris et le bleu-noir, planaient bas dans le ciel  tout autour, les pentes austères dont les détails gagnaient en acuité à vue d’œil, formaient au premier plan une masse de bronze, s'échappaient sur les flancs dans l'espace inconcevable des profondeurs et des lointains, et se perdaient vers le haut dans les replis grisâtres d'une brume fuligineuse, pas une perspective ne s'ouvrait librement vers les sommets, et pourtant, tout attendait là-haut : le roc, le glacier et les crevasses, les cheminées obscures, les terribles tempêtes et les efforts monstrueux…
On voyait seulement, à la verticale, des lambeaux de ciel pâles et minables, piqués d'une étoile amoindrie  la masse noire de la montagne, emportée par le bouillonnement de ces nuées formidables, atteignait d'invraisemblables altitudes  là-haut, pas une crête sur un fond de ciel clair dont les pointes libres ne se détachent comme un appel : gigantesque, le corps de pierre de la montagne gisait là, conjugué avec l'éternité, l'univers était une chaudière fumante, terrifiante, inhumaine, et la voix d'Ull était la seule à appeler. L.H.

Partager cet article

Repost0
19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 10:33

dans la célèbre série "mes animaux poétiques préférés"
VOICI le chien-papa-canard

 

papa-canard

Partager cet article

Repost0
17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 20:08

"Je viens m'ennuyer avec vous pour dissiper mon ennui."

Louis Scutenaire
Louis-Scutenaire

Partager cet article

Repost0
16 septembre 2012 7 16 /09 /septembre /2012 15:50

En effet, et qu'on le veuille ou non, le désir reste encore le moteur de la vie. 

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 10:12

my-dear-bomb yohji-yamamoto

 

Dieu sait si je n’aime pas « la mode » et toute cette industrie du luxe ; comme je suis énervé lorsque je vois aux journaux télévisés la présentation des défilés proposée comme des moments uniques exceptionnels ; surtout quand on voit ce que ces créateurs de pacotille arrivent à faire : dénaturer le corps féminin, l’enlaidir, l’habiller de façon totalement « improbable » ; et toutes ces pauvres mannequins obligées de marcher anormalement et stupidement, avec des maquillages invraisemblables, et une silhouette anorexique ; rajoutez à cela les tronches qu’elles tirent (!) en défilant, comme si elles venaient tout juste d’enterrer toute leur famille… et vous comprendrez donc « l’idée » que je me fais de ce monde « luxueux » de « créateurs » … Bien sûr certains comme Lacroix ou d’autres avaient un peu ma sympathie, soit parce que je juge leur travail « correct » et intéressant, soit parce que leur « personne » (ceci grâce la plupart du temps à des interviews ou à des reportages) me semble « artistique » et digne d’intérêt…

C’est le cas de Yohji Yamamoto ; outre le fait que je ne trouve pas moche ses vêtements noirs et amples, je le savais ami de Wim Wenders et Pina Bausch et intéressé par mille choses / Enfin je fus intrigué par l’article à propos d’une sorte de « biographie » parue de lui que je lisais dans « Le monde » du 18 décembre 2010. Le titre était : « Quand j’écris, les doutes se font plus importants. », un tel titre est alléchant pour un apprenti écrivain. Je me rappelais aussi que c’était lui qui avait réalisé les splendides costumes du film « Dolls » de Takeshi Kitano, un de mes cinéastes préférés…

 

Je viens de finir ce livre et ai pris un goût certain à le parcourir ; outre le fait que l’objet est singulier : couverture noire, tranche noire, titre en relief ; le texte est fort intéressant. On y découvre l’œuvre d’un créateur amusé et poétique, mais aussi d’un homme torturé et inquiet.

Le livre est premièrement « découpé » en deux : l’homme puis le créateur ; puis un second morceau : « biographie », enfin un long texte de Seigow Matsuoka diablement intéressant lui aussi sur le Japon et ses coutumes.

Il s’agit d’autre part d’une succession de paragraphes très courts, très concis habités d’une écriture claire et lucide, se mettant à jour sans hypocrisie ni fioritures. « Un farceur effronté » pour reprendre un qualificatif donné par un de ses amis.

Enfin : petites chansons écrites par lui, photos, dessins, sentences, parsèment l’ensemble et donnent un côté aérien et poétique à l’ouvrage : bref tout pour me plaire.

La première partie du livre est un bijou poétique : souvenirs d’enfance, touches pointillistes : disparition du père, amies - amantes, souffrances du petit enfant et du créateur, corrélations au monde surtout : quoi faire de sa vie ? C’est rempli d’anecdotes personnelles et signifiantes : le rapport au tissu (« c’est le tissu qui décide »), l’enterrement du Leica de son père (le corps n’ayant jamais été retrouvé) en guise d’obsèques avec Yohji faisant du tricycle dans le cimetière, les femmes désirées et aimées dans cet univers de mannequinat (« Femmes, soyez femmes toute votre vie ! Ne vivez pas sous un titre emprunté, séductrice, épouse de…, career woman. Restez femmes, juste femmes, telles que vous êtes. »), l’angoisse de la création, des défilés, et beaucoup de souvenirs d’enfance : grosse introspection dans une profonde mélancolie – sans doute comme tous les dépressifs anxieux chroniques qui se rabattent sur le passé. Beaucoup de réflexions philosophiques aussi sur la rage et la résignation, sur la vie « une répétition de hasards », sur cette « sensation de manque qui m’habite depuis l’enfance ».

Bien belle virée imaginative et poétique d’un vrai créateur, bref d’un artiste… à lire /

 

« Puisque la beauté infinie du corps féminin s’offre à mon regard, pourquoi devrais-je suivre un parcours décidé par d’autres ? Le point d’arrivée est le même c’est vrai. Chaque fois, le même. En définitive, le vêtement, telle l’enveloppe d’une cigale est toujours vide. Néanmoins je ne peux m’empêcher de poursuivre le voyage. Sans me lasser, aujourd’hui encore je poursuis ce voyage éternellement recommencé… »

 

« Cet amour sans limites, toujours présent

Même après avoir franchi maintes collines

Franchissant une colline, puis une autre et cette autre

Qui m’attend là-bas à l’horizon ainsi toujours plus loin

Je poursuis mon voyage sans fin à travers les dunes

Toujours différentes des corps féminins »

 

« Femme aux yeux d’ambre, la courbe de ta chevelure

Brune glisse sur ton visage comme l’arc de la lune

A son premier quartier, et se répand au pied

De douces collines

A partir du creux qui termine ta clavicule

S’allonge ton bras fragile que terminent des doigts

Pareils à de longues gouttes d’eau »

 

Yohji Yamamoto

Partager cet article

Repost0
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 10:03

chez-Dali

 

Juste à dire

Si le silence vient au fin fond des prés

Comme l’innocence aux brins d’herbes

Je suis moi et puis en définitive non ;

Les repères sont perdus aux flancs de toi

Aux collines vertigineuses ; vins soyeux ; visages enfouis

Que l’on cache

 

Mon amie aux cheveux suaves

J’étais à cette clairière ; dedans tes formes devenues difformes

Que le temps compose

Malgré tout

 

Nous restons seuls ; indubitablement

Et si la solitude crépite comme une prière

Elle fait mal comme un écueil

Aussi : telle feinte ébahie

 

Je voulais parcourir l’homme

Et m’aider de projets artistiques

J’ai voulu éduquer mon corps au tien

Reste ce bouquet d’arômes ; bouquin sans fin

 

La vie dépressive aux larmes faciles

Gifle et perce mon âme sanieuse

Tu étais mon transsibérien

Et tes rails : goût du voyage sans fin

 

J’ai mordu tes sucs pour ne pas mourir

Je flanchais en m’approchant

Désabusé de tes joies extrêmes

Comme dit l’autre, blessé, blessé seulement

 

Ivresse de la mort ; cinéaste du suicide

Grugeur du monde vivant

J’ai grossi dans ma grotte et n’en puis sortir

J’appelle tous les mineurs au désenclavement

Spéléologues aguerris, sirènes aux corps féériques

Nains musculeux

Amis véritables des vieilles structures

Curieux de champignons rares

Botanistes de fougères inconnues

Amateurs éclairés, détecteurs des métaux enfouis

Numismates instruits et prospecteurs malins

Orpailleurs des terriers enfouis

 

Venez me désengourdir, me désenlaidir

me désensabler, me désennuyer, me désencrasser

me désencombrer de mes vides profonds

me désempêtrer, me désembuer

me désempierrer

 

Me désensevelir de mes démons anciens

 

Je reverrai alors

Tes yeux deux heureux

Fléchir au soleil de mai

Ecimer mon mal brumeux

Luire à l’aube rimbaldienne

 

Eclisse ton corps au mien

Par tes ficelles féminines

Par tes jeunes ardeurs

A tes rails droits et solides

Habille moi de toi, tes soies solides

Tes linges ensoleillés

Tes peaux printanières

Ta taille de fée

 

 

Ferai-je ainsi de toi mon extracteur ultime

Ma nacelle au-dessus des mondes 

Mes mythes et mystères

 

Dans ta gravière où je m’allonge

Ton eau nourricière

Ma main n’a plus qu’à creuser

ta manne, embrun de tes âmes finales

dégivre l’escarpée pente

des mélancolies ;

je suis anxieux du monde ;

devant tes collines ; le monde

se déroule comme un serpent doux qui dérive

 

je mange le monde naturel ta main en creux

gaiement je bois le monde faisable peureux

 

chez-Dali

(chez Dali / photographie frenchpeterpan)

Partager cet article

Repost0
12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 09:07

Oh ! Il y a :
sans doute peu comme écart :
Là : juste tendre la main
entre le monde des vivants et celui des morts
entre cette rose fraîche et son contraire desséchée, racornie, rabougrie, noircie
déshydratée

Du temps du temps disais-tu, simplement du temps
Le temps, le temps encore et encore
Le temps qui passe, le temps perdu
Le temps que l’on croit perdre ou celui que l’on souhaite regagner
Mais le temps passe et il est bel et bien perdu

C’est pire l’envers à revers que l’on ne peut pas refaire, revivre
en arrière
c’est pourquoi
c’est ainsi qu’il faut chaque jour
préféré l’instant présent à celui d’hier ou celui de demain

quand la personne est morte, c’était donc hier qu’il fallait lui parler

elle est partie aussi, la voix, la voix qui disait les choses certaines
et le regard clair des grandes amitiés de certitudes
la vie n’était que cela, une suite de rimes
chaque fois proches, mais qui diffèrent cependant
oh ! détails insignifiants, mais qui font les aspérités des parois à escalader
ou les ombres des amitiés à consolider

je t’aime donc , passage nécessaire pour te connaître,
infini et irréel
et pourtant bien réel quand ton bras est raide et froid
et ta peau froide ; oh ! mon père, mon ami

 

 

 

papa

mon père, ici à l'année de ma naissance

est décédé le mois de ma naissance

Partager cet article

Repost0
9 septembre 2012 7 09 /09 /septembre /2012 13:55



    Sergueï Essénine est né en Russie centrale en 1895 dans la campagne russe, ses origines sont profondément paysannes ;  à l’âge de14 ans il écrit déjà des vers reconnus. Il se lie avec de grands poètes du moment tel Marina Tsvetaiéva, mais on lui refusera de rentrer au parti bolchévique pour cause d’individualisme ( !!!) en 1918. Dès lors et très tôt, il prend conscience de l’échec de cette révolution. Il rencontre Isadora Duncan, plus âgée que lui, et l’ épouse. Ce fut l'un des premiers pas d'une vie amoureuse très tumultueuse, parmi lesquels sa difficulté de vivre son "homosexualité" et de la reconnaitre. Dès 1922, il parle de suicide, devient dépressif. Pourtant il est alors l’un des poètes les plus lus en Russie et est très populaire :
« Je n’écris plus de poésie, je ne fais que des vers »
Il rentre en clinique en 1925.
Il se suicidera en décembre à l’âge de 30 ans (Depuis il est probable qu’il ait été plutôt assassiné par la police secrète soviétique, (la Guépéou) car de nombreuses zones d’ombre demeurent…), mais son suicide reste tout à fait probable vu le personnage.


il laissera un dernier poème écrit avec son sang adressé au jeune poète juif Kliouïev


Ami, adieu
Ami, adieu. Mon ami, au revoir.
Toi jamais perdu, je n’oublie rien.
Prédestiné, il en était ainsi, tu le sais, de ce parcours.
Il en sera ainsi : ce revoir promis.

Main et mot ? Non, laisse - pourquoi encore parler ?
Ne te lamente pas et ne t’efface pas de moi.
Mourir -, maintenant, je sais, cela est déjà arrivé ;
mais, vivre aussi cela a du déjà avoir lieu une fois.



    Je viens de lire le seul roman écrit ( tout le reste est poésie, et quelle poésie ! somptueuse ! )par cet auteur et ce à 18 ans, bien que ce roman soit extrêmement sombre et voit défiler une quantité invraisemblable de morts, il reste incroyablement heureux et joyeux, heureux de décrire le monde naturel de la « ravine », le monde paysan, le fort côté païen de réception du monde et de ses paysages naturels. La vie soudée et commune et profondément humaine de tous les personnages. Enfin , une langue ! un langage comme personne n’a écrit, c’est somptueux, une sorte de long poème en prose, les descriptions des forêts, des animaux, des hommes vivant là sont superbes, on est bien loin de "la mare au diable". Il ya un fort sentiment rimbaldien dans cette lecture-là, et je me suis amusé à me penser que Rimbaud aurait pu lui aussi écrire à 18 ans un tel récit. Bref : à mon humble avis : un chef-d'oeuvre !

    « La Ravine » ? un roman à lire de toute urgence pour retrouver quelque part un peu les fondamentaux d’une littérature de qualité, exigeante et sereine. A dessein.



   

    "Serguei Essenine fut élevé dans les traditions des paysans de Riazan. Cependant, la mythologie slave païenne viendra véritablement édifier sa perception du monde. Son paradis est celui de la terre et c’est ainsi que dans « La Ravine » il nous restitue quelque chose d’une sagesse mythique du paysan. Jardinier, Essenine fait germer une sève, une histoire qui est celle de la grandeur tragique de l’existence. Entre loups et ours, parmi les forêts de bouleaux et les isbas, les hommes travaillent dur et boivent sans modération. Ils sont habités par une nature épaisse qui réveille la sauvagerie et l’intuition animale. Les femmes, elles, sont beaucoup plus légères et la belle Olimpia aussi passionnée que l’aube. Les vies de tous ces villageois leurs échappent et se tissent à la fois, noblesse et pureté se mêlent sans cesse aux cris douloureux des corps et des coeurs. En cette vaste terre froide, l’existence humaine est habitée par le désespoir et la rosée du merveilleux. La langue de « La Ravine », imprégnée de paganisme, procède du conte et de l’opéra littéraire. Une atmosphère de fable, au goût de terre et de sang mélangé, imprègne le lecteur au fil des pages parcourues, les vapeurs de vodka partagée et le goût des lèvres des femmes donnent à l’atmosphère le sentiment d’une grande générosité. De cette tension, les mots s’articulent comme des sons, comme une marche en cette terre russe qu’Essenine aimait tant. Il faut donc lire absolument « La Ravine », symphonie composée avec exigence par Harpo &, pour notre plus grand bonheur."
       
    Frédéric Calmettes, décembre 2008

----------------------------------


   
Très intéressant article de synthèse sur Essénine sur "esprits nomades" , cliquez sur le visage du poète / bonne lecture /


Partager cet article

Repost0
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 13:09

PREVERT

 

La fermeture éclair a glissé sur tes reins

Et tout l'orage heureux de ton coprs amoureux

Au beau milieu de l'ombre

A éclaté soudain

Et ta robe en tombant sur le parquet ciré

N'a pas fait plus de bruit

Qu'une écorce d'orange tombant sur le tapis

Mais sous nos pieds

Ses petits boutons de nacre craquaient comme des pépins

Sanguine

Joli fruit

La pointe de ton sein

A tracé une nouvelle ligne de chance

dans le creux de ma main

Sanguine

Joli fruit

Soleil de nuit

Partager cet article

Repost0
27 août 2012 1 27 /08 /août /2012 08:54

Qu'il serait doux parfois d'être l'un de mes chats !...

 

farniente

Partager cet article

Repost0
25 août 2012 6 25 /08 /août /2012 15:38

« Incapable de croire en quoi que ce soit, ou pratiquement ; déçu par avance de la politique ; spectateur oisif de la course collective à l’argent ; étranger aux bénéfices de la procréation ; incapable de m’enthousiasmer pour quelque vocation professionnelle irréalisable ; inutile pour le travail en général ; incrédule devant toute option religieuse ; trop timide ou incompétent pour une vie sexuelle enthousiaste ; dépourvu de toutes ces choses, il ne me resta d’autre solution que de marcher. » S.Chejfec

 

mes deux mondes - Chejfec

 

Difficile d’écrire sur « ce » livre, après une lecture éprouvante

où le lecteur que je suis termina abasourdi, anéanti presque :

enfin un roman sur l’absence au monde ou sur son hyperprésence (ce qui revient au même), la marche vu quasiment comme thérapie l’auteur part dans des digressions ahurissantes et compose avec ses yeux des paysages puissants : un roman sur la présence de l’homme au monde dans tout ce qu’elle a d’énigmatique et de singulier...

la marche pour « se perdre » ou « se trouver »… car il s’agit bien de « contemplation » (d’ailleurs le mot est utilisé lors de sa « rencontre » avec des tortues et des carpes), contemplation du monde telle une interface entre l’esprit intelligent et le monde autour qui n’a cesse d’envoyer des signes et des messages. Bref une « contemplation réciproque » que Chejfec semble interpréter comme une « réalité ». Roman profondément existentiel, proche d’un intellectualisme forcené, voire démesuré ? Chaque observation, le reflet d’un gravier, l’irrégularité d’un chemin de terre, la perfection de l’alignement de cygnes-pédalos, est commentée et analysée : on part loin dans les délires de l’âme humaine « analysante ». la marche comme exutoire et comme analyse. Monde intérieur de l’écrivain plein d’inquiétude et de questionnements se reflétant dans le monde qu’on voudrait dire « réel » ; ce sont ces reflets miroitants dont il est question dans ce livre d’une densité absolue. Sens paranoïaque de l'être observé et observant (= orgueil et/ou la suffisance des être vivants), ressentir la quintessence de l’instant présent tout en indolence récurrente...

La lecture du coup en est éprouvante, et quant à moi je l’ai parcouru par petites lampées comme un alcool trop fort ou trop amer.Un Borges plus "moderne". 

Enrique Vilas-Matas écrivait déjà :

« Mes deux mondes, c’est l’histoire d’un écrivain en visite dans une ville du Brésil. Parcourant un parc emblématique, il voit dans cet espace à la dérive des signes de sa propre incomplétude, la preuve cosmique que « de même que nous ne choisissons pas le moment de notre naissance, nous ignorons les mondes changeants  que nous allons habiter. » Cette longue promenade, menée par une prose aux phrases parfois ahurissantes,  nous ramène aux souvenirs d’auteurs remarquables comme Sebald, Saer et Aira. Puis nous réalisons que Chejfec ne ressemble à personne, qu’il a choisi son propre chemin, insolite et unique. Il semble appartenir à cette race d’écrivains apparue il y a bien longtemps, au temps où Proust méprisait une littérature réduite à un défilé cinématographiques des choses. »

Sans nul doute : le meilleur livre (du moins le mieux écrit) que j’ai lu ces derniers temps ; en outre ce face à face entre les soucis d’un homme qui a du mal à se définir à travers son espace-temps et les reflets du monde réel cherchant à lui répondre sont au cœur de mon propre mal de vivre, de mes propres questionnements, de mes propres inquiétudes, des recherches de mes diverses altérités ; bref Chejfec un vrai frère humain…

La force aussi de ce livre écrit en petits paragraphes est que vous pouvez l'ouvrir à n'importe quelle page, lire un petit paragraphe et prendre du plaisir dans votre lecture, donc à tout moment tellement c'est dense !

Si la littérature ne doit pas être divertissement, sinon autant regarder la télé (dixit Chloé Delaume), alors ce livre est de la grande littérature !

Vous trouverez sur le net quantité de critiques et d'analyses toutes intéressantes sur ce livre fort énigmatique...

Partager cet article

Repost0
20 août 2012 1 20 /08 /août /2012 20:05

Mettez-vous dans l’amour Louis-Scutenaire

 

Les jambes nues très haut

La grandeur folie des yeux

Au fond de la gorge ce peu de voix

Pour des bas noirs bon gré mal gré

Les bras nus jusqu’au milieu des épaules nues et les aisselles nues

Au bord des seins

Entrave d’ivoire de la robe pour le corps plus haut et plus bas que les hanches et les hanches nues

La jupe

A peine la courbe des genoux ou les genoux droits

Pliés pour unir la plénitude des jambes aux cuisses élargies

Au palais la fraîcheur des cuisses et leur forme

La saveur

L’odeur

Les gouttes de la pluie sur le manteau et sur les cheveux

Les cheveux

Les rides aux commissures d’une lèvre ont détruit le regret

La courbe du sexe de la femme définie par le maillot noir très juste

Les souliers à l’extrême découpé

La perfection de la jupe au-delà des chaussettes blanches roulées

La jupe

Et les jambes nues très haut

 

Ce sont les serrures du bruit que les yeux viennent fermer

 

Louis Scutenaire

Partager cet article

Repost0
16 août 2012 4 16 /08 /août /2012 19:43

 

Marilyn-livre-poèmes

(très beau livre, très intéressant et une très belle préface d'Antonio Tabucchi)

 

---------------------------------------

 

UN EXTRAIT des dons d'écriture de Marilyn :

 

------------------------------

Papier à en-tête du Waldorf-Astoria (premier feuillet) 1955

(traduction Tiphaine Samoyault)

 

Arbres tristes et doux – je vous souhaite – le repos mais vous devez rester sur vos gardes.

 

C’était quoi maintenant – il y a un instant – qui était important et maintenant a fui – comme le mouvement rapide d’un instant passé – peut-être  que je me souviendrai parce que ça faisait comme si ça allait devenir mien.

 

Tant et tant de lumières dans les ténèbres transformant les immeubles en squelette et la vie dans les rues.

A quoi pensais-je hier dans les rues ? ça semble si loin, si ancien et la lune si pleine et sombre. C’est mieux qu’on m’ait dit quand j’étais enfant ce qu’elle était sinon je ne pourrais pas la comprendre maintenant.

Bruits d’impatience des chauffeurs de taxi toujours conduisant qui ils doivent conduire – rues chaudes, poussiéreuses, verglacées pour pouvoir manger et peut-être épargner pour les vacances, pendant lesquelles ils conduisent leurs femmes à travers tout le pays pour visiter leurs familles à elles. Ensuite le fleuve – la partie faite de pepsi cola – le parc – dieu soit loué pour le parc.

Mais je ne cherche pas à voir ces choses

Je cherche mon amant.

C’est bien qu’on m’ait dit ce qu’était la lune quand j’étais enfant.

 

Le fleuve silencieux s’agite et remue dès que quelque chose passe dessus, le vent, la pluie, les gros bateaux. J’adore le fleuve – jamais affecté par quoi que ce soit.

C’est calme maintenant et le silence est seul exceptés le grondement de tonnerre des choses inconnues et au loin des coups de tambour très présents, et sauf des cris perçants et le murmure des choses, et les bruits aigus et soudain étouffés en gémissements au-delà de la tristesse – terreur au-delà de la peur. Le cri des choses, vague et trop jeune pour être connu.

Les sanglots de la vie même.

 

Tu dois souffrir – de la perte de ton or sombre quand ta couverture de feuilles déjà mortes te quitte

Fort et nu tu dois être – vivant quand tu regardes la mort droit devant penché sous le vent

 

Et porter la souffrance et la joie du nouveau dans tes membres.

 

Solitude – sois calme. 

 

------------------------------------

marilyn

 

-----------------------------------------------------

Un hommage de ma part

Pour les 50 ans de la mort de cette femme malheureuse

et dépressive

(et bougrement humaine)

que j'ai toujours follement aimé / 

A celle qui cherchait avec douleur à être « a true actress »

A celle qui n’a jamais connu son père, qui a vu sa grand-mère et sa mère sombrer dans la folie

Qui ne sera quasiment jamais avec sa mère, élevée par d’autres et sera mise en orphelinat dès l’âge de 9 ans -

(épousa dès 16 ans un homme pour quitter l'orphelinat)

Qui fit de nombreuses fausse couches et ne tomba jamais sur l’homme honnête, celui qui aurait pu être un père pour elle, un amant, un mari, un père pour ses enfants

(sauf sans doute le second mari Di Maggio qui fut celui qui la sortit de l’unité psychiatrique après 5 jours infernaux et aussi le seul à son enterrement)

 

L’image sexuelle qu’elle donnait était pour elle le seul moyen « d’exister », sa quête identitaire ; exister c’est autre chose, n’est-ce pas ? Obligée de jouer un rôle dans sa vie de tous les jours alors qu’elle ne souhaitait que du bonheur simple, obligée de mettre son corps en avant alors que son âme écrivait des plaintes poétiques

 

Lee Strasberg, professeur de théâtre, fut le premier à imaginer une autre carrière pour Marilyn, puis Paula sa femme s’y mit aussi (sans doute avec des idées maladroites derrière : ils furent d’ailleurs les héritiers de Marilyn) : faire tomber les masques, rechercher et trouver enfin une famille

 

Avec Arthur Miller, l’ « intellectuel», elle crut enfin y voir une marque de reconnaissance, autre chose, mais A.M. la trahit comme tous les autres, y compris Montand, y compris J.F. Kennedy pour lequel elle ne fut sans doute qu’une starlette de plus à son palmarès…

 

Son dernier film « Misfits » est cependant un chef d’œuvre (pourtant il sera mal accueilli par la critique), dernier film aussi pour Clark Gable mort quelques mois après (on lui reprocha véhémentement de l’avoir « fatigué ») ; scénario sans doute trop intimiste car écrit par A. Miller, le personnage de Roselyne dans le film EST celui de Marilyn : une femme triste et désoeuvrée, aux réactions parfois incohérentes, en perpétuelle quête identitaire…

 

A bout de souffle elle se réfugiera dans l’alcool, les drogues - somnifères et amphétamines - et la psychanalyse ; Ralph Greenson y pratiqua des labours intensifs sans résultats probants (il abandonnera la psychanalyse d’ailleurs après la mort de l’actrice)

 

Seule ! (et oui cela parait incroyable) dans  sa maison vide, très dénudée, elle sombre encore plus dans l'alcoolisme et la dépression ; ivre aux Golden Globe où elle reçoit une récompense, tous ses amis s’éloignent d’elle ; les gens de la Fox aussi qui payaient royalement Elisabeth Taylor et d’autres, alors que Marilyn avait un cachet de misère…

 

Le jour de sa mort accidentelle (vraisemblablement), bien sans doute que les idées suicidaires aient toujours été présentes, Ralph Greenson ne la sent pas bien et demande à une gouvernante de rester avec elle, mais cette dernière est comme tout le monde : inattentive…

 

Marilyn, la dépressive, la paumée, la malheureuse, celle qui rêvait de bonheur simple et de jouer de vrais rôles d’actrice, meurt à 36 ans dans son lit, seule encore ivre et droguée, abrutie…

et abandonnée de tous

je t'embrasse Marilyn et te prends la main...

 

marilyn-monroe--le-mythe-en-images

 

 

 

Partager cet article

Repost0
12 août 2012 7 12 /08 /août /2012 19:04

Le-livre-Suarès

Partager cet article

Repost0

Pages